Point lecture hebdomadaire #14

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (avec surtout des romans) et celles en cours et sans doute à venir, avec deux passages à la médiathèque.

Nos lectures du 1er au 7 novembre 2021:

Des albums jeunesse:

  • (Album jeunesse) Jeu des différences d’Hervé Tullet

Nous lisons Jeu des différences d’Hervé Tullet (éd. Phaidon, 2011), un album jeunesse cartonné à partir de 3 ans dans lequel nous nous amusons à rechercher les différences à chaque double-page (formes, couleurs, personnages ou objets rigolos). Un très bon moment de lecture avec ce livre-jeu comme tous ceux que nous avons pu lire d’Hervé Tullet!

  • (Album jeunesse) Ah! Les bonnes soupes de Claude Boujon

Bien qu’Halloween soit passé, nous lisons Ah! Les bonnes soupes de Claude Boujon (éd. L’école des loisirs, 1994, rééd. 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans. La sorcière Ratatouille décide de concocter une soupe magique la rendant aussi belle qu’un mannequin des magazines. A défaut de recette dans ses grimoires, elle crée ses propres soupes qu’elle fait goûter à ses familiers (chauve-souris, crapaud, hibou..). Mais les soupes auront-elles l’effet escompté? Une histoire rigolote avec des soupes peu ragoûtantes et aux effets surprenants! 

Des romans jeunesse:

  •  (Roman jeunesse) Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker

J’ai fini de lire Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker et illustré par Jon Klassen (éd. Gallimard Jeunesse, 2017, 318 pages), un roman jeunesse à partir de 10 ans et qui a reçu le Prix Sorcières 2018 dans la catégorie « Carrément passionnant mini ». Au vu de l’illustration de couverture, je pensais que l’histoire se déroulait en automne or elle se passe au printemps, lors d’un mois d’avril, une guerre étant sur le point d’éclater.

Orphelin de mère, Peter, un jeune garçon âgé de 12 ans abandonne en pleurs et à contrecœur dans un bois Pax, son renard apprivoisé pour aller vivre, très loin de chez lui, chez son grand-père paternel, son père s’étant enrôlé. Mais dès la première nuit, le jeune garçon s’enfuit pour retrouver son renard. Après une mauvaise blessure, il trouve refuge chez Vola, une ancienne militaire vivant dans une maison isolée, encore traumatisée d’avoir perdu une jambe au combat et qui se prend d’affection pour Peter en le soignant. De son côté, le renard attend le retour de son petit garçon si différent des autres hommes et fait connaissance de renards sauvages, Hérissée et son petit frère Avorton. Peter retrouvera-t-il à temps et en vie Pax avant le début de la bataille?

Accompagnée de jolies illustrations en noir et blanc, l’histoire alterne à chaque chapitre entre le point de vue du renard et celui du petit garçon, chacun faisant des rencontres déterminantes pour leur vie future et qui permet au jeune lecteur de s’interroger sur les conséquences de la guerre vue à travers les yeux du renard Pax tant sur les êtres humains (« malades de guerre ») et en particulier les enfants que sur la faune et la flore. Il y est aussi question d’aventures, d’amitié, de courage, de libre-arbitre et de quête d’identité. Un très bon moment de lecture avec ce roman d’apprentissage!

  • (Roman jeunesse) Elsie Ciboulette apprentie sorcière de Kaye Umansky et Ashley King

J’ai également lu Elsie Ciboulette apprentie sorcière de Kaye Umansky et Ashley King (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 2019, 192 pages), un roman jeunesse pour les 8/10 ans.Dans le village de Petipont, Elsie Ciboulette accepte l’offre d’emploi de Magenta Vif, la sorcière rouge de la forêt pour être gardienne de sa tour pendant une semaine. Or la jeune fille s’était jurée de ne jamais pratiquer la magie. Mais que faire face à un corbeau ronchon, deux voisines inquiétantes, une jeune nymphe timide et amoureuse d’un bûcheron plus préoccupé par sa personne et qui attend avec impatience un philtre d’amour que devait lui préparer la sorcière avant son départ?

Accompagnée d’illustrations en noir et blanc, l’histoire plaira à de jeunes lecteurs avec cette histoire avec des rebondissements certes, pour un lecteur adulte, prévisibles mais avec de bons sentiments qui font la part belle à l’amitié et à l’entraide comme dans tout roman d’apprentissage, avec une sorcière plus fée marraine que méchante.

  • (Roman) Les Terriens de Sayaka Murata

Je lis Les Terriens de Sayaka Murata (éd. Denoël, 2021, 242 pages), un roman japonais bien plus sombre et noir que ne le laisse supposer le hérisson tout mignon de la couverture. Je retrouve dès les premières pages le style et les préoccupations sociétales que l’autrice avait déjà abordées dans Konbini (le poids de la famille et de la société japonaise, le conformisme social, le bonheur…).

Comme chaque été, pour le festival de l’O-Bon, Natsuki et Yû, deux cousins du même âge se retrouvent chez leurs grands-parents, dans la haute montagne d’Akishina. Les deux enfants, âgés d’environ 10/11 ans, sont inséparables et amoureux l’un de l’autre. Ils se réfugient tous deux dans un monde imaginaire. Natsuki a  pour seul ami sa peluche hérisson doté de pouvoirs magiques, Pyûto. Elle est une mahô shôjo (une magicienne pouvant jeter des sorts avec sa baguette magique pour sauver le monde comme Sailor Moon par exemple) pour affronter la maltraitance familiale (sa mère la rabaissant et la frappant) ou les viols subis par le professeur de ses cours privés. Yû est lui aussi spécial: il est un extraterrestre, comme le lui répète sans cesse sa mère, une femme divorcée et suicidaire, attendant le retour de son vaisseau spatial pour regagner sa planète, Pohapipinpobopia. Ils se font la promesse de survivre, quoi qu’il arrive.

Comment se construire et survivre pour les deux enfants face à de telles violences (physiques, sexuelles, psychologiques)? Natsuki et Yû tentent de ne pas finir Terrien dans la grande Fabrique à humains où chaque adulte devient un outil en travaillant et/ou en procréant. Mais le soir des funérailles du grand-père, les deux cousins sont séparés par leur famille. 

De cette première partie, j’ai trouvé touchant et révoltant ce que subit Natsuki, enfant victime qui ne trouve aucun adulte ni ami pour l’aider au point de songer au suicide. Il m’est revenue en tête un principe d’éducation bienveillante selon lequel il ne faut pas coller d’étiquette à un enfant, Natsuki se déclarant la poubelle de sa famille ou bien encore Yû que sa mère divorcée et suicidaire traite d’extraterrestre.

Puis nous sommes projetés 23 ans plus tard, avec le retour de Natsuki avec son mari Tomoomi dans la maison familiale d’Akishina et ses retrouvailles avec son cousin Yû, sans emploi. Natsuki a fait un mariage arrangé avec Tomoomi qui adhère à la théorie de la grande Fabrique (mariage sans sexe et sans enfants), ce que leurs parents respectifs découvrent. Akishina sera-t-il comme autrefois une bulle salvatrice ou réouvrira-t-il les blessures du passé? A partir de ce moment-là, le roman bascule petit à petit dans la folie et l’horreur jusqu’au dégoût (tentative d’inceste, meurtre, cannibalisme). Un roman étrange et dérangeant que j’ai failli ne pas finir!

  • (Roman jeunesse) Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, Une étrange rencontre de Maryrose Wood (T1)

Après Les Terriens, j’ai choisi une lecture jeunesse, plus légère et rigolote avec le tome 1 des Incorrigibles enfants de la famille Ashton, Une étrange rencontre de Maryrose Wood (éd. Flammarion Jeunesse, 2015, 310 pages). Fraîchement diplômée de l’Académie Swanburne pour les filles pauvres mais intelligentes, Penelope Lumley devient la gouvernante, à 15 ans, des Incorrigibles enfants – Alexandre approchant les 10 ans, Beowulf les 7 ans et Cassiopée d’à peine 4 ou 5 ans, des enfants élevés par des loups et trouvés, lors d’une partie de chasse de Lord Fredrick sur le Domaine Ashton. Grâce aux enseignements de Penelope, les trois enfants sauvages se révèlent extraordinairement brillants et bien élevés, en quelques semaines à peine. Mais cela sera-t-il suffisant pour le bal de Noël de Lady Constance?

Malgré son jeune âge, Penelope Lumley est pragmatique, optimiste et attachante, mettant en application toute la théorie apprise à l’Académie Swanburne et en faisant preuve de bon sens, ce qui semble manquer aux parents adoptifs des trois enfants, Lady Constance étant, à 20 ans, plus occupée par son apparence et l’organisation de son premier bal de Noël et Lord Fredrick par son almanach, son club londonien et à exhiber les trois enfants lors de ce bal. De nombreux mystères entourent le passé des trois enfants comme celui de la jeune gouvernante ou bien encore la nature de Lord Fredrick. Peut-être aurais-je des réponse dans le tome 2.

Le style d’écriture de Maryrose Wood est plaisant, avec le point de vue de la jeune gouvernante faisant penser à Mary Poppins et qui accompagne ses réflexions de citations d’Agatha Swanburne, la fondatrice de l’Académie ou bien encore la façon de parler des trois enfants. Un bon moment de lecture avec ce premier tome qui enchaîne les situations fantasques à l’époque victorienne tout en rappelant les us et coutumes de l’époque (la nursery, les domestiques…) et que j’aurai pu garder pour Noël!

Ma lecture en cours:

(Roman jeunesse) Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, En route pour Londres! de Maryrose Wood (T2)

Après avoir fini le tome 1, j’ai enchaîné avec le tome 2, Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, En route pour Londres! de Maryrose Wood (éd. Flammarion Jeunesse, 2015, 360 pages) et m’arrête dimanche soir au chapitre 13 (240 pages lues). Après le désastre du bal de Noël, Lady Constance se désespère de voir finis les travaux de la vieille maison Ashton. Alors, quand Penelope demande l’autorisation d’emmener les trois enfants à Londres, voilà quasiment toute la maisonnée qui part pour un séjour à Londres, les époux Ashton ayant loué un manoir sur Muffinshire Lane.

Mais le séjour ne se passe pas vraiment comme l’optimiste gouvernante l’avait imaginé entre un étrange guide touristique offert par Charlotte Mortimer, les troublants propos d’une gitane diseuse de bonne aventure et la présence du juge Quinzy emmenant les enfants au zoo… Heureusement pour elle, il y a eu sa rencontre avec Simon Harley-Dickinson qui pourrait devenir un précieux allié pour Penelope. En apprendrons-nous un peu plus sur le passé des trois enfants mais aussi celui de Penelope? 

Nos lectures laissées pour le moment de côté:

  • (Roman) Les Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (T1)

Je n’ai pas repris non plus cette semaine la lecture du tome 1 des Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (éd. L’Atalante, 1996, rééd. 2014, 252 pages), un classique de fantasy paru pour la première fois en Grande-Bretagne en 1983 avec le voyage de Deuxfleurs, un riche touriste dans la cité mal famée d’Ankh-Morpork, non parce qu’elle ne me plaisait pas mais parce que je venais à la date limite d’emprunts d’autres livres. J’en suis donc toujours à la page 54.

  • (Roman jeunesse) Charlock, Attaque chez les Chats-Mouraïs de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (T4)

Avec les vacances, nous avons également mis de côté notre lecture du tome 4 de Charlock, Attaque chez les Chats-Mouraïs de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (éd. Flammarion Jeunesse, 2021, 77 pages), un roman jeunesse pour les 8/10 ans et qui est paru le 20 octobre 2021. Cette fois-ci, Charlock enquête en 2020 à Tokyo sur . Nous le reprendrons la semaine prochaine.

3 Comments

  1. Chicky Poo

    J’avais aimé le premier tome des Incorrigibles Enfants, mais comme je n’ai jamais réussi à mettre la main sur le deuxième tome, j’ai lâché l’affaire.
    J’ai Pax dans mon viseur depuis un moment, il faudra vraiment que je m’y mette !

    • Jojo

      Le premier tome des Incorrigibles enfants était bien mieux que le deux et le trois n’est pas trouvable… Quant à Pax, je pense qu’il te plaira. Bonne semaine!

  2. FondantGrignote

    Dis donc, vous n’avez pas chômé !! de belles lectures 😉
    Doux week-end !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :