Catégorie : Mini randonneur (page 1 of 7)

Balade dans les Gorges de Daluis

Tête de femme

Ce 29 septembre 2019, nous retournons dans les Gorges de Daluis, gorges creusées par le Var pour crapahuter un peu sous un ciel très ensoleillé au sein de la Réserve naturelle régionale et des pélites rouges qui datent du Permien. Nous nous garons sur le petit parking aménagé juste après le pont de Berthéou et au départ de la balise n°66 qui permet de rejoindre le Point Sublime.

La cascade d’Amen

Vue du Pont de la Mariée

Ce sentier se situe avant les clues et les sites remarquables comme la Tête de femme, la cascade d’Amen ou le Pont de la Mariée, lorsque vous venez d’Entrevaux. Nous y passons d’ailleurs avant de débuter notre balade. Au pont de la Mariée, des sauts à l’élastique sont organisés, pour les plus téméraires!

Pyrale du buis


Criquet

Avec une température de 26 degrés, le soleil tape fort sur le sentier de pélites rouges. De nombreux papillons -blancs, jaunes ou bleus – volètent autour de nous et notamment des pyrales du buis, malheureusement puisqu’il s’agit d’une espèce invasive. Il y a également de nombreux criquets et plantes aromatiques.

Puis nous arrivons à la balise n°5 puis la balise n°6, en continuant de suivre la direction du Point Sublime, le sentier monte alors et devient plus arboré, ce qui nous protège du soleil et des 26 degrés.

La forêt de chênes et de pins laisse de nouveau la place aux roches rouges – des pélites oxydés il y a fort longtemps par le fer, aux mud-cracks et gouttes d’eau fossile. Le paysage est magnifique! On peut comprendre qu’il soit appelé le « Colorado niçois »!

Mante

Au moment de m’approcher du bord pour prendre une photo, nous avons alors la chance d’observer une mante qui se confond avec la couleur rouge de la roche. Nous ne la dérangeons pas plus longtemps et reprenons notre marche.

Nous arrivons alors au panneau explicatif des roches rouges. Nous n’irons guère plus loin et faisons demi-tour pour regagner notre voiture. Une bien agréable balade automnale (ou plutôt estivale)! A noter que sur le panneau de départ de ce sentier du Point sublime est indiqué balade familiale d’1h30 aller-retour mais il faut que l’enfant sache bien marcher quand même ou, le cas échéant, prévoir un porte-bébé de randonnée.

Le sentier botanique du Parc de la Grande Corniche

Ce 1er juin 2019, nous allons au Fort de la Revère, point de départ de notre balade dans le parc de la Grande Corniche. Tout a encore bien fleuri depuis le mois de mars. Après une courte pause pique-nique, nous faisons le sentier botanique dont le départ se situe quelques mètres après la Maison de la Nature. Le soleil tape et la plupart des endroits à l’ombre a déjà été utilisée par le troupeau de vaches, les bouses témoignant de son passage.

Ciste cotonneux

Des panneaux indiquent certaines plantes et arbres présents le long du sentier: euphorbe épineuse, ciste blanc, calycotome épineux, pistachier lentisque… Nous avions reconnu avant le panneau les nombreux cistes cotonneux également appelés cistes blancs. L’odeur du thym sauvage se répand dans l’air.

Gazé

Piéride du chou

Parmi toute cette végétation aux couleurs variées volètent de nombreux papillons, des plus grands comme le flambé ou le vulcain aux plus petits. Nous voyons notamment des flambés, un gazé également appelé piéride de l’aubépine, des piérides du chou, des azurés communs, etc.

Azuré commun

Ascalaphe soufré

Mais il nous est bien difficile de les identifier pour la plupart. Il y a également toutes sortes d’autres pollinisateurs tels que des bourdons et des abeilles qui se régalent, passant de fleur en fleur. Nous voyons également un insecte qui semble être un papillon ou une petite libellule mais qui s’avère être en réalité un ascalaphe soufré.

Nous faisons une petite pause à un endroit où se situe une roche broyée entre les deux lèvres d’une faille. Au loin, les sommets du Mercantour, notamment le Mont Mounier, sont encore bien enneigés.

Puis nous reprenons le sentier sur notre gauche et arrivons bientôt à la cime de Simboula (675 mètres d’altitude) avec sa tour d’observation, permettant une jolie vue surplombant la rade de Villefranche-sur-Mer.

Le sentier se termine en descente jusqu’à la maison de la Nature (balise n°642). Nous en profitons pour aller voir l’exposition temporaire sur « Les Alpes de la Méditerranée ». Puis nous regagnons notre voiture pour une glace bien méritée à Villefranche-sur-Mer, commune accueillant pour quelques jours une manifestation de Street Art avec David Zinn.

Balade dans la forêt de Turini

Ce 19 octobre 2018, nous montons au Col de Turini en passant par Lantosque et la Bollène-Vésubie. Après avoir garé la voiture sur une des places de parking du col (stationnement interdit du 30 novembre au 30 avril de chaque année), nous nous dirigeons vers la balise n°184. Le sentier permet de gagner la Baisse de Patronel.

Après une petite montée le long d’un large sentier sous les chants des oiseaux, nous arrivons au niveau de la balise n°32 et tournons à gauche, ce qui permet de gagner les balises n° 33 puis plus tard n°181. En face de nous, cachés dans la végétation, se trouvent les murs d’une ancienne maison ou peut-être  d’un ancien hôtel-restaurant.

Au sol, de nombreux troncs d’arbres ont été coupés et rassemblés, la forêt de Turini étant exploitée pour son bois, notamment des épicéas et des sapins. Sur le sentier, nous passons également à côté de plusieurs tables de pique-nique. L’une d’elles fut bien agréable pour une petite pause goûter. Nous ne sommes pas les seuls, une mésange noire grignotant des baies d’un sorbier des oiseleurs au-dessus de nos têtes. Nous poursuivons notre balade en évitant d’écraser par endroits les nombreux champignons, de taille et de forme variées,  mais que nous ne cueillons pas, ignorant s’ils sont comestibles ou non. Puis nous retournons à notre voiture. Pour le trajet de retour, nous ne redescendons pas par la vallée de la Vésubie mais par la D21 en passant par Peïra Cava et Lucéram.

Balade dans le vallon de Fenestre

Ce 23 septembre 2018, nous montons à la Madone de Fenestre pour une première balade automnale de la saison. Nous nous garons sur le parking donnant accès à la vacherie de la Madone (balise n°359), à 1.870 mètres d’altitude.

Nous passons devant la vacherie et prenons le sentier du GR52, à droite, en direction des lacs de Prals qui passe par le vallon de Ponset. A chaque pas, des sauterelles et des criquets sautent tout autour de nous. Il y a également de nombreux framboisiers.

A la balise n°367, nous prenons le sentier de droite jusqu’à arriver à la hauteur d’un petit troupeau de vaches. Elles se laissent facilement approcher, malgré la présence d’un veau. Elles se dirigent vers un coin ombragé et nous faisons de même, tout près d’un petit ruisseau. Nous faisons une petite pause très agréable, à l’abri des nombreux randonneurs de tout âge. Puis nous redescendons jusqu’à la balise n°367 et prenons, cette fois, le sentier de gauche et longeons un autre cours d’eau. Puis nous faisons demi-tour pour retourner à notre voiture.

Balade sur le sentier de l’écluse – Pégomas

Auribeau-sur-Siagne

Ce 2 septembre 2018, nous allons nous promener à Pégomas le long de la Siagne en direction d’Auribeau-sur-Siagne. Après avoir passé le rond-point avec une sculpture d’éléphant, nous prenons à gauche jusqu’au parking d’un restaurant donnant accès au sentier de l’écluse. Nous commençons par un petit tour du parc avec des jeux pour les enfants et des tables de pique-nique. Puis nous nous dirigeons vers le restaurant derrière lequel se situe le début du sentier. Il y a beaucoup de promeneurs venus en famille et/ou avec leur chien (attention aux crottes). Nous croisons même deux cavalières à cheval.

Poules d’eau ou gallinules

Canards Colvert

Nous marchons jusqu’à une petite plage de gravier juste avant le pont traversant la Frayère et les escaliers permettant de grimper jusqu’à Auribeau-sur-Siagne. Les berges ombragées font la grande joie des enfants qui jettent des galets dans l’eau mais aussi des chiens qui s’y baignent. Une famille en canoé-kayak descend la rivière. Toutefois, comme cela est indiqué au début de la balade, il faut rester vigilant au risque de montée soudaine des eaux en raison du barrage en aval. Il est également possible d’y pêcher. Nous voyons, en effet, de nombreux poissons: brochets, carpes, perches…

Cannes Colvert

Poule d’eau ou gallinule

Nous retournons vers le parc et pouvons observer sur la Siagne des poules d’eau et des canards Colvert. Nous verrons même passer, à toute vitesse, un Martin pêcheur en plein vol.

Le ciel commence à se couvrir et nous décidons de rentrer en cette fin d’après-midi pré-automnal. Mais avant, nous avons le temps d’observer des libellules.

« Older posts

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑