Étiquette : 9-12 ans (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec Mowgli

Pour le RAT des Étapes Indiennes, j’emprunte à la médiathèque Mowgli d’après Rudyard Kipling, adapté par Maxime Rovere et illustré par Justine Brax (éd. Milan, coll. Albums classiques, 2013), un roman jeunesse à partir de 9 ans et qui reprend dans un ordre chronologique les Deux livres de la jungle qui étaient à l’origine des nouvelles publiées entre 1894 et 1895. Comme le titre de ce roman initiatique l’indique, le personnage principal de cette adaptation est Mowgli, de son enfance parmi les loups jusqu’à son retour parmi les hommes.

Dans le premier livre, « La loi de la jungle », Mowgli est recueilli et élevé parmi les loups, avec l’aide de Baloo l’ours brun et de Bagheera, la panthère noire. Baloo lui enseigne, en effet, les lois de la jungle comme aux autres louveteaux. Bientôt, le petit d’homme devient un membre à part entière de la meute de loup, ce qui le protège du tigre Shere Khan. Mais l’est-il vraiment? Sa nature humaine ne représente-elle pas un danger pour les animaux de la jungle?

Puis dans le second livre, « Le destin de Mowgli », Mowgli, ayant enfreint l’une des lois de la jungle est rejeté par les loups. Désormais plus âgé et n’ayant connu que la jungle, il doit pourtant retourner parmi les hommes, des hommes dont il ignore tout et qui lui paraissent cruels et non respectueux de la Nature. Il lui est alors bien difficile de trouver sa place, d’autant que Shere Khan a toujours comme dessein de le tuer.

Que de dures épreuves à surmonter pour Mowgli l’enfant-loup! Il doit faire face notamment à la peur et le rejet, tant de la part des animaux de la jungle que des villageois mais également à sa propre dualité… Heureusement, Mowgli est un enfant courageux, au fort tempérament et qui a bien retenu les leçons de Baloo pour mieux s’en émanciper. Cette adaptatation reprend le côté moralisateur et dur, parfois sombre, du texte de Kipling. Au cours de sa quête initiatique, balloté entre deux mondes, Mowgli devra grandir en trouvant sa propre voie, voire même s’endurcir mais aussi faire preuve d’humilité. Les illustrations de Justine Brax sont magnifiques, s’étalant sur des doubles pages et parfois en ombres chinoises, comme dans Fils de Dragons par exemple. Elles suivent pas à pas l’évolution de Mowgli, du bébé humain bien fragile au jeune adolescent tueur de tigre. Coup de cœur pour ce roman jeunesse!

étapes indiennes, inde, lectures

Participation #2 aux Étapes Indiennes de Hilde #RAT

Participation #34 Contes & Légendes de Bidib #Inde

année

Participation #11 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Personne réelle: « Mowgli »

Au fil des pages avec Le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes

Lors des derniers jours du Mois Anglais 2020, j’ai lu le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes, L’affaire Lady Alistair de Nancy Springers (éd. France Loisirs, coll. Guanaco, 2010). Je retrouve Enola Holmes sous sa fausse identité d’Ivy Meshle, quelques mois plus tard, en janvier 1889 à Londres. Quelle n’est pas sa surprise de voir son premier client: le Dr. Watson qui voudrait aider son ami à retrouver sa jeune sœur. Tout en tentant de décliner cette affaire, Enola Holmes va trouver sa toute première enquête ou plutôt celle du cabinet du Dr. Leslie T. Ragostin, le plus grand spécialiste en recherches, toutes disparitions de Londres. Il s’agit une nouvelle fois d’une disparition d’une jeune fille de son âge, Lady Cecily Alistair. Mais elle devra veiller à ne pas se laisser elle-même retrouver par ses frères, Sherlock Holmes se rapprochant dangereusement d’elle. Ou est-ce le contraire, les deux étant autant admiratifs envers l’un que l’autre? Comme dans le tome précédent, il y a une sorte de jeu du chat et de la souris qui sous-tend cette histoire entre Enola et son frère.

Gare aux dangers et aux fausses pistes, Enola Holmes ayant bien grandi en quelques mois bien qu’elle n’ait que 14 ans et demi! Issue d’une petite aristocratie de la campagne, elle arrive à évoluer, grâce à de nombreux déguisements et stratagèmes, tant dans les beaux quartiers de Londres que dans les bas-fonds, de nuit comme de jour. Il y est à nouveau question de la condition de la femme mais aussi de pauvreté, des rapports entre riches et pauvres avec la découverte pour notre héroïne du marxisme et des grands magasins. Il ne me reste plus qu’à emprunter les tomes suivants.

Pour un autre avis sur ce tome 2: Hilde.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Crimes et Justice: « Affaire »

Au fil des pages avec le tome 3 d’Amélia Fang

Je lis le tome 3 d’Amélia Fang, L’anniversaire tout moisi de Laura Ellen Anderson (éd. Casterman, 2019), un roman jeunesse fantasy à partir de 8 ans. C’est avec un plaisir non dissimulé que je retrouve Amélia et ses amis à Nocturnia. Si vous ne connaissez pas Amélia Fang, je vous déconseille de lire la suite et d’aller voir si ça vous tente mon billet sur les deux premiers tomes.

Ses 11 ans approchant, Amélia a prévu une superbe fête d’anniversaire dans un champ de citrouilles. En plein préparatif avec Trouille, sa citrouille de compagnie, elle se dispute avec sa mère, la comtesse Frivoletta. Au point de voir sa fête d’anniversaire compromise? D’autant qu’à l’école, l’arrivée d’un nouveau professeur de pâtisserie, M. Merveilleux la détourne de l’organisation de son anniversaire pour participer au concours de biscuits merveilleux, le premier prix étant une excursion à Citrouille-Land. Même ses amis, Florence et Grimaldi agissent bizarrement. Et si Amélia devait une nouvelle fois mener son enquête, secondée par Tangine?

Dans ce troisième tome, l’histoire est certes plus simple mais tout aussi plaisante. L’enquête d’Amélia l’amène à réfléchir sur l’importance des souvenirs, l’estime de soi, l’amitié et/ou l’amour, malgré les petites disputes qu’elle a pu avoir par exemple avec sa mère. Les illustrations de Laura Ellen Anderson en noir et blanc sont toujours aussi mignonnes et rigolotes. Il existe un tome 4 actuellement traduit que je me réserve pour le Halloween Challenge en octobre 2020. 

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Au fil des pages avec La potion magique de Georges Bouillon

Sachant que le Mois Anglais 2020 allait commencer, je suis allée récupérer des livres laissés dans le grenier de mes parents pour constituer ma PAL de ce mois de juin. Alors pour la première soirée du RAT, j’ai relu plus de 25 ans après, un roman jeunesse étudié au collège: La potion magique de Georges Bouillon de Roald Dahl (éd. Gallimard, coll. Folio Junior, 1993), un album jeunesse à partir de 9 ans. Et comme nous sommes le 13 juin 2020, ce roman participe à la journée « Lecture jeunesse » du Mois Anglais.

Un samedi matin, Georges, un petit garçon de 8 ans, reste seul avec sa grand-mère à la maison, une ferme dans la campagne anglaise. Mais Georges n’apprécie guère Grandma, sa grand-mère vieille, aigrie, petite et grincheuse qu’il compare à une sorcière. Elle ne se cesse d’ailleurs toute la matinée de râler et de lui faire peur, tout en lui rappelant de ne pas oublier de lui donner son médicament à 11h00. C’est alors que Georges a l’idée de remplacer son médicament par une potion magique, pensant ainsi changer le caractère de sa grand-mère et même s’en débarrasser. Il va ainsi de pièce en pièce pour fabriquer la potion, mélangeant des produits plus dangereux et toxiques les uns que les autres: des lotions dans la salle de bain, des médicaments pour animaux de la ferme dans la grange et même des  pots de peinture, etc… Et à 11 heures, il fait boire un peu de potion à sa grand-mère qui va grandir, grandir… Sa grand-mère va-t-elle revenir comme avant? Comment vont réagir ses parents à leur retour?

De ma précédente lecture, je ne me souvenais que de peu de choses si ce n’est qu’il s’agissait d’une histoire magique, drôle et qu’elle m’avait plu. Avec cette relecture adulte et de parent, je pensais « Olala que de produits toxiques mis dans les mains d’un enfant! ». Et forcément, quand les effets magiques de la potion se réalisent, je suis aussi surprise que le jeune héros, m’attendant au pire pour cette grand-mère pourtant si antipathique. Pour les enfants, ce sont surtout le comique de répétition et les transformations de la grand-mère et des animaux qui font rire, grandissant ou rapetissant à la manière d’Alice au Pays des Merveilles. Mais l’histoire ne se résume point à cela puisque l’auteur aborde, avec humour, les relations familiales où des tensions peuvent exister entre les membres de la famille, le père de Georges n’appréciant pas non plus sa belle-mère mais aussi une critique de l’élevage intensif et de l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides.

Un bon moment de lecture qui me donne envie de relire Le Bon gros géant ou Matilda! Les illustrations expressives et en noir et blanc de Quentin Blake accompagnent à merveille le récit, donnant vie aux transformations loufoques de la potion magique sur la grand-mère qui a vraiment l’air d’une sorcière terrifiante et sur d’autres animaux de la ferme!

Le Mois Anglais de Lou et Titine  #Lecture jeunesse

Au fil des pages avec Ameline, Joueuse de flûte

Je lis Ameline, Joueuse de flûte de Clémentine Beauvais et Antoine Déprez (éd. Alice Jeunesse, 2018), un album jeunesse à partir de 8/9 ans. Orpheline, Ameline grandit auprès de son grand-père, Popi qui lui raconte très régulièrement une histoire sombre et terrifiante, celle du Joueur de flûte de Hamelin. Au décès de son grand-père, la jeune fille de 10 ans est adoptée par un couple qui vit dans un étrange village envahi par les chats et dans lequel il est interdit de siffler. Les enfants se font rares au dire de ses nouveaux parents. Et pourtant, Ameline croise la route de trois enfants aux habits vieillots et aux pieds trempés. Et si l’histoire de son grand-père était véridique?

Les illustrations d’Antoine Déprez sont magnifiques à l’image de la couverture de l’album représentant non Ameline mais Griselda, l’une des enfants du village. L’histoire se présente comme une suite de la légende allemande reprise par les Frères Grimm en 1816. Il y est question de peur, de mort mais aussi de transmission, de pardon et de résilience. Les personnages vivants sont plus modernes et colorés et tranchent avec le côté mortifère et fantomatique des enfants aux pieds trempés. Coup de cœur pour cet album jeunesse au charme mystérieux et inquiétant, à l’image du conte traditionnel! A noter que cet album jeunesse fait partie de la 31ème Sélection du Prix des Incos 2019/2020 pour le niveau CM2/6e.

Pour d’autres avis sur cet album jeunesse: Blandine et Bidib.

Participation #22 Contes & Légendes 2020 de Bidib

année

Participation #6 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Son: « Flûte »

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑