Étiquette : 18 ans et plus (Page 1 of 13)

Au fil des pages avec Frankenstein

Pour une lecture commune avec Hilde et Nathalie, j’ai relu Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley (éd. GF Flammarion, coll. Étonnants Classiques, n°2128, rééd. 2001, 192 pages), un roman fantastique gothique paru pour la première fois en 1818, précurseur de la science-fiction et que j’avais déjà lu il y a bien 25 ans, après avoir vu des adaptations en film, que ce soit celui des années 30 ou celui de Kenneth Branagh dans les années 90.

Au XIXe siècle, lors d’une expédition au pôle Nord, l’explorateur Robert Watson sauve le Dr. Victor Frankenstein, un homme affaibli, délirant, tourmenté et poursuivant un monstre que l’équipage a aperçu quelques jours auparavant sur la banquise. Afin de mettre en garde l’explorateur chez qui il voit la même inclinaison, le docteur recueilli et mourant lui raconte alors le début de sa vie, de sa jeunesse à ses années d’études scientifiques qui l’ont amené à créer un monstre vivant. Le scientifique l’ayant rejetée immédiatement après lui avoir donné vie, la créature le pourchasse, en tuant un à un son entourage familial et amical jusqu’à lui enjoindre de lui créer une femme à son image pour rompre sa solitude et afin d’éviter sa vengeance. Malgré sa lâcheté et ses états d’âme, le Dr. Frankenstein le fera-t-il?

Dans ce récit à la fois épistolaire et à la première personne, la structure en abîme permet de passer d’un point de vue à un autre, celui de l’explorateur puis du scientifique puis du monstre pour revenir à celui du scientifique puis de l’explorateur. Elle reflète ainsi cette spirale de haine meurtrière et de solitude infinie qui consume à la fois le scientifique et sa créature.

Il y est question de la nature humaine, de libre-arbitre, de monstruosité, des apparences trompeuses… La folie créatrice du scientifique apparaît bien plus monstrueuse que la créature à l’apparence hideuse tout comme sa lâcheté, le Dr. Frankenstein rejetant sa création à l’instant même où il la voit prendre vie. De son côté, la créature qui n’aura jamais aucun nom tente de faire voir aux autres au-delà de l’apparence, apprenant à parler, lire et à survivre dans un monde humain qui le rejette. On ressent alors bien plus de compassion à l’égard de la créature que du scientifique.

J’ai apprécié tout autant cette relecture même si différemment  car il y a des thèmes qui prennent une autre importance comme l’éducation et in fine la parentalité ou la Justice, au vu des notions philosophiques étudiées à la fac ou de mon expérience professionnelle. Âgée d’à peine 19 ans lorsqu’elle a écrit ce court roman, Mary Shelley n’en était pas moins cultivée, son récit renvoyant par exemple à des oppositions philosophiques traditionnelles Nature/Culture, Rousseau/Locke ou bien encore à l’essor du tourisme en montagne et des grandes explorations…

D’ailleurs, il y a deux ans, lors du challenge Halloween 2020, j’avais lu L’ombre du Golem d’Éliette Abécassis et Benjamin Lacombe (éd. Flammarion Jeunesse, 2017), un roman illustré à partir de 13 ans. J’avais alors noté les ressemblances entre le Golem et le monstre de Frankestein, tous deux animés par l’argile. De même, m’est venue en tête la citation célèbre de Rabelais, dans Pantagruel: « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Enfin, avec cette relecture, j’ai eu envie de lire des adaptations en BD jeunesse de cette histoire, plus ou moins fidèles: Duckenstein de Bruno Enna et Fabio Celoni (éd. Glénat, 2020, 76 pages) et le premier tome du triptyque Frankenstein de Marion Mousse et Marie Galopin (éd. Delcourt, coll. Ex-Libris, 2007, 48 pages).

Pour d’autres avis sur ce classique: MissyCornish, Hilde et Nathalie.

Participation #21 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #Monstre

Participation #15 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique anglais

Participation #106 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

Orange et Jaune Vilain Mignon Halloween Affiche

Participation #14 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Rêveries au bord de l’eau/Méfiez-vous de de l’eau qui dort

Au fil des pages avec Une infâme trahison

J’ai lu, en e-book, le tome 3 d’Une enquête de Beatrice Hyde-Clare, Une infâme trahison de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 361 pages), un cosy mystery se déroulant sous la Régence anglaise sous fond de romance historique et qui se déroule trois semaines après les faits du tome 2, Une scandaleuse supercherie. Ayant fait passer son comportement comme résultant de la perte de son soupirant inventé de toute pièce, Theodore Davies, Beatrice Hyde-Clare est tenue à l’écart de tous chez elle, malgré les visites de Damien Matloc, le duc de Kesgrave et de la comtesse d’Abercrombrie qui se voient tous deux empêcher par sa tante Vera de la voir. Mais la venue de Monsieur Skellington vient lui offrir une porte de sortie pour oublier son amour naissant pour le duc qu’elle pense à sens unique: il lui demande d’enquêter sur le décès de l’amant de sa future belle-mère. Beatrice arrivera-t-elle à mener son enquête sans interférence de la part du duc?

J’avais hâte de découvrir ce nouveau tome au vu de la fin du précédent et surtout de voir comment la romance de Beatrice et Damien allait évoluer. Comme dans les précédents tomes, l’autrice prend son temps (en nous rappelant longuement ce qui s’est passé dans les tomes précédents) et il faut attendre plus d’un tiers du roman pour que Beatrice et Damien se revoient lors d’un bal et que leur retrouvailles fassent des étincelles. Entretemps, Beatrice a pu une fois encore démontrer ses talents d’enquêtrice amatrice, après avoir inspecté le lieu du crime et la victime.

Encore une très bonne lecture légère et addictive, même si la fin de ce tome est un peu trop rocambolesque et moderne quant à la déclaration réciproque des sentiments de ce duo toujours aussi attachant, bien qu’elle colle bien au tempérament de la jeune femme! L’enquête passe alors au second plan, Beatrice luttant en vain contre ses sentiments à l’égard du duc, pensant que ce dernier ne pourrait pas s’intéresser à elle (de façon peut-être un peu trop répétitive puisque nous lecteur savons bien que c’est le contraire, heureusement que la comtesse d’Abercrombrie est là avec sa liste de prétendants). Il y est toujours question de la condition de la femme et des avantages à faire partie en tant qu’homme de la haute aristocratie anglaise. Il me reste désormais à attendre la parution française du tome 4.

Participation #16 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy mystery

Participation #101 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Au fil des pages avec Une scandaleuse supercherie

En juin 2022, pendant le Mois Anglais, j’ai lu, en e-book, le tome 2 d’Une enquête de Beatrice Hyde-Clare, Une scandaleuse supercherie de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 329 pages) qui se déroule 4 mois après les évènements de la partie de campagne du tome 1, Une insolente curiosité (éd. Les Escales, 2022, 347 pages), un cosy mystery se déroulant sous la Régence anglaise sous fond de romance historique.

Depuis que Beatrice Hyde-Clare a dû inventer un amour tragique avec un clerc de notaire, Monsieur Davies pour résoudre le meurtre de Monsieur Otley, la famille de la jeune femme ne cesse de l’interroger au sujet de ce soupirant, surtout sa tante Vera qui voudrait la voir marier. Beatrice décide donc de publier une annonce de son décès dans un journal pour mettre un terme à cette histoire. Mais alors qu’elle quitte le journal, un dandy s’écroule raide mort à ses pieds. Beatrice décide donc d’enquêter sur ce meurtre, ce qui l’a conduit au British Museum et à s’associer de nouveau avec Damien Matloc, le duc de Kesgrave pour mener à bien son enquête.

Même si le rythme au début est un peu lent, ce nouveau tome m’a autant plu que le premier, que ce soit du côté de l’enquête policière que de la romance. Beatrice se révèle de plus en plus douée en tant que détective amatrice et s’imposant toujours face au duc. Leur duo est toujours aussi attachant et explosif, les deux prenant un malin plaisir à se chamailler et à débattre des différents suspects, avec une bonne dose de sarcasme et d’autodérision.

Derrière son ton léger, il est une nouvelle fois question en ce début de saison londonienne, de condition de la femme, d’inégalités entre les hommes et les femmes et des classes sociales (Beatrice se déguisant en homme pour être plus libre de ses mouvements par exemple)… D’autres personnages excentriques font leur apparition comme la comtesse d’Abercrombrie et son lionceau de compagnie, excentricité qu’elle peut se permettre en raison de son rang social.

Encore un très bon moment de lecture même si j’aurai préféré que l’enquête se mette un peu plus vite en place, l’autrice revenant un peu trop longuement à mon goût sur le déroulé du tome 1! Le troisième tome, Une infâme trahison paraîtra le 13 octobre 2022 que je vais m’empresser de lire à sa parution.

Participation #15 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy mystery

Participation #96 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Au fil des pages avec Une insolente curiosité

En juin 2022, pendant le Mois Anglais, j’ai lu, en e-book, le tome 1 d’Une enquête de Beatrice Hyde-Clare, Une insolente curiosité de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 347 pages), un cosy mystery se déroulant sous la Régence anglaise sous fond de romance historique. Les époux Skeffington ont organisé une partie de campagne sur leur propriété de Lakeview Hall, malgré le temps pluvieux de septembre. Au cours de cette partie de campagne, en pleine nuit, Beatrice Hyde-Clare découvre dans la bibliothèque le corps ensanglanté de Monsieur Otley, un des invités tué d’un coup de chandelier, en même temps que Damien Matloc, le duc de Kesgrave. Qui a bien commettre un tel acte?

Cette rencontre hautement improbable, vu leur rang social respectif (elle une terne et timide orpheline non-mariée de 26 ans, vivant grâce à la charité de sa tante et de son oncle et lui un riche duc de 32 ans, bel homme blond aux yeux bleus), les oblige à se côtoyer et à enquêter de concert pour trouver le coupable de ce meurtre.

En effet, la jeune femme timide et discrète se révèle audacieuse et déterminée en présence du duc qui derrière un ego démesuré dû à son rang et à son pédantisme n’en est pas moins charmant et bien moins guindé qu’il ne le prétend, plein d’humour et d’autodérision. Leurs joutes verbales sont à la hauteur de leur véritable personnalité, piquantes et pleines de sarcasme, prémisses d’une romance qui – j’imagine – se développera plus dans les tomes suivants.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, en particulier la tante de Beatrice, Vera Hyde-Clare qui ne cesse de lui rappeler sa position sociale et les bonnes manières attendues de toute jeune lady.

D’autre part, derrière une écriture fluide, sarcastique et légère, l’autrice dépeint bien l’organisation très hiérarchisée de la société anglaise en pointant du doigt les privilèges de la haute aristocratie, que ce soit à l’égard de riches marchands sans titre comme Monsieur Otley qui a fait fortune dans le commerce des épices aux Indes ou pour orienter l’enquête de police, comme le fait le duc en faisant croire à un suicide ou bien encore des inégalités Femme/Homme. Il y est ainsi question de la condition de la femme et du poids des conditions sociales au temps de la régence anglaise.

Un très bon moment de lecture en compagnie du duo Béatrice/Damien, un duo attachant et complice! J’ai d’ores et déjà enchaîné avec le tome 2, Une scandaleuse supercherie de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 329 pages) qui se déroule 4 mois après les évènements de la partie de campagne.

J’ai, enfin, noté des passages gourmands avec de nombreux plats et gourmandises servis pendant la partie de campagne et que Beatrice énumère à plusieurs reprises et qu’elle aurait bien lancés sur la tête du duc.

Participation #14 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy mystery

Participation #42 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Participation #90 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Participation #12 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Au fil des pages avec Cinq petits cochons

J’ai lu Cinq petits cochons d’Agatha Christie (éd. du Masque, n°7, rééd. 2015, 284 pages), un roman policier paru pour la première fois en 1942 aux États-Unis, Hercule Poirot étant engagée par Carla Lemarchant, la fille de Caroline Crale, depuis lors décédée en prison et qui avait été condamnée pour le meurtre par empoisonnement de son époux, Amyas Crale 16 ans plus tôt. Caroline Crale était-elle innocente comme le pense sa fille qui à l’époque des faits avait 5 ans? Hercule Poirot pourra-t-il faire éclater la vérité en se rapprochant des témoins et intervenants de l’affaire encore en vie?

Le roman se compose de trois parties, les entretiens entre Hercule Poirot et les cinq témoins directs qui donnent le titre au roman policier, titre issu d’une célèbre comptine anglaise puis les témoignages écrits et enfin la résolution du meurtre par Hercule Poirot. Outre Caroline Crale, Hercule Poirot retient comme suspects cinq personnes ayant été présents au moment des faits dans la demeure d’Amyas Crale, un peintre reconnu, quadragénaire et infidèle et qui auraient eu des raisons de passer à l’acte criminel: deux frères, Meredith et Philip Blake, voisins et amis de longue date d’Amyas, Angela Warren, la demi-sœur de Caroline âgée de 15 ans, la gouvernante, Cecilia Williams et la dernière maîtresse en date d’Amyas, Elsa Greer, une belle jeune femme de 20 ans.

Comme dans Le meurtre de Roger Ackroyd, Agatha Christie entretient les fausses pistes et joue avec les secrets et non-dits des témoins. Certes, les personnages sont quelque peu caricaturaux, que ce soit la victime ou son entourage. Mais j’ai apprécié chercher comme Hercule Poirot l’identité du meurtrier, ce dernier ayant été dans les trois « cochons » que j’avais très rapidement suspectés. Il y est ainsi question de relation de couple, d’adultère, de jalousie, de création artistique ou bien encore de pardon et de choix de vie. Un bon moment de lecture (qui aurait été très bon si le livre 1 et le livre 2 n’avaient pas été un peu trop redondants malgré les nuances et divergences permettant d’écarter certains témoins)!

Pour un autre avis: Enna (en version audio).

Participation #13 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Roman policier

Participation #12 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique anglais

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Chiffre: « Cinq »

Participation #88 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Royaume-Uni

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑