Étiquette : 18 ans et plus (Page 1 of 10)

Au fil des pages avec Le ciel de Darjeeling

J’ai lu, en début de semaine dernière, Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler (éd. Archipoche, 2020, 519 pages), une romance historique se déroulant entre la Grèce, l’Angleterre et les Indes britanniques et qui avait été choisie comme lecture commune dans le cadres des Étapes Indiennes 2022 et que j’ai choisi pour la journée du 21 juin « Meeting India » du Mois Anglais 2022.

En 1876, orpheline ruinée de 16 ans et cavalière émérite, Helena accepte, à contrecœur et  pour rester avec son jeune frère de 11 ans, la proposition de mariage de Monsieur Ian Neville, âgé de 32 ans, un homme riche, beau, au passé mystérieux et qui a fait fortune dans le commerce du thé dans les Indes britanniques. L’adolescente a-t-elle fait le bon choix en s’en remettant à lui et en laissant derrière elle les Cornouailles pour une vaste plantation de thé à Darjeeling, dans l’Himalaya?

S’ensuit alors dans une longue première partie classique et convenue l’acceptation par l’adolescente de son sort puis de son départ pour une aventure vers l’inconnu. Mais se fera-t-elle à sa vie de jeune épouse avec un mari taiseux et un brin colérique qui semble (trop) enfermé dans un sombre passé? Helena est d’ailleurs sur le point de s’enfuir avec un autre homme rencontré avant son départ, lors d’un bal à Londres. C’est alors que Mohan, serviteur fidèle de son époux, décide de la retenir pour lui révéler le passé d’Ian. Quelle vie la jeune adolescente finira-t-elle par choisir?

Il y est ainsi question de secrets de famille, d’amour contrarié, de double culture anglaise/indienne, du système de caste, de l’hindouisme à l’époque de la colonisation de l’Inde par les Britanniques et à l’ère des Maharadjas (choc des cultures, guerre de territoire, révoltes lourdement réprimées…) ou bien encore la condition de la femme (peu enviable) que ce soit en Angleterre ou en Inde…

Je n’ai pas été emballée par cette lecture faite en trois parties très inégales (le voyage d’Helena, l’histoire des parents d’Ian et le dénouement rapide plus centré sur Ian) que j’ai trouvée fade et sans souffle romanesque ni sensuel (un peu plus dans la deuxième partie avec l’histoire des parents d’Ian) et ne me suis pas du tout attachée à la (trop) jeune héroïne qui arrive à faire chavirer le cœur de deux hommes mûrs… J’ai un peu plus apprécié le personnage d’Ian (surtout sa relation avec Mohan, un peu moins son besoin insensé de soif de vengeance mais pas du tout son improbable attirance pour Helena qui ne tient qu’au fait qu’elle sait bien monter à cheval et qui est loin de la femme forte qui aurait pu lui tenir tête pour l’apaiser et faire le deuil de son passé).

Même le style d’écriture de Nicole Vosseler ne m’a pas emporté, trop classique et pas très fluide lorsque l’autrice insère des explications historiques certes intéressantes mais qui sont plus là pour nous lecteurs que pour l’adolescente dans sa découverte d’un nouveau pays et de la culture indienne, n’exploitant pas non plus la rivalité des deux hommes épris d’Helena.

Je pensais avoir, enfin, plein de passages gourmands à relever avec du thé pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine mais finalement il y en a eu peu comme lors de la cérémonie indienne de mariage ou bien encore les passages expliquant la récolte du thé dans la plantation d’Ian qui se révèle fin connaisseur et très investi dans sa plantation.

Pour d’autres avis (un peu plus enthousiastes que moi) sur ce roman: Hilde, Blandine (IG) et Lily (IG).

Participation #3 Les Étapes Indiennes 2022 de Hilde et Blandine #LC

Participation # au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Meeting India

Participation # Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Participation # Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Allemagne

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Thé

Au fil des pages avec le tome 7 des Détectives du Yorkshire

Pendant le RAT de Noël, j’avais lu en quelques heures le tome 7 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec la menace de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, coll. La Bête Noire, 2021, 354 pages), un cosy mystery se déroulant à l’époque contemporaine dans la campagne anglaise du Yorkshire. L’histoire reprend au moment où le tome 6 s’arrêtait, au mois de mai et alors que la vie de Samson est une nouvelle fois, et peut-être la dernière fois, menacée. Mais Delilah va tout faire, avec l’aide des villageois de Bruncliffe en qui elle a confiance, pour empêcher un tueur à gages de parvenir à ses fins.

Au vu du suspense de fin du tome 6, j’étais impatiente de lire ce nouveau tome à la hauteur des précédents. J’ai beaucoup apprécié retrouvé ce duo d’enquêteurs attachant mais aussi les résidents de la maison de retraite ou autres villageois gravitant autour de Samson et Delilah comme notamment le père de Samson, Ida Capstick et Troy qui tient le pub en face de l’agence du détective…

Que de rebondissements et d’entraide sur cette journée pleine d’action où chacun révélera sa personnalité et grâce à laquelle nous en apprenons plus sur les charges de corruption pesant sur Samson! L’autrice même habilement humour et action avec Delilah et ses plans pour sauver Samson qui ignore qu’un tueur à gages a été envoyé pour le tuer dans la journée. Un très bon moment de lecture addictif avec ce tome qui se déroule sur une journée bien mouvementée, chaque minute étant comptée (un 24h chrono en mode « campagne anglaise »)! Vivement le tome 8!

Pour d’autres avis sur ce tome 7: Chicky Poo.

 

Participation # au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Cosy Mystery

Participation #8 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation # Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Participation # Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Lieu: « Yorkshire »

 

 

Au fil des pages avec Blanc autour

Le mois dernier, j’ai lu Blanc autour de Wilfried Lupano et Stéphane Fert (éd. Dargaud, 2020, 144 pages), une BD adulte s’inspirant de faits et personnages historiques ayant existé aux États-Unis, 30 ans avant la Guerre de Sécession. En 1832, la jeune institutrice Prudence Crandall décide d’accueillir dans son école pour filles qu’elle dirige à Canterbury, une petite ville du Connecticut, une jeune fille noire, Sarah. Mais encore marquée par une sanglante révolte d’esclaves menée un an plus tôt par Nat Turner, la communauté blanche et raciste va tout faire pour l’en empêcher, même par la violence si la voie légale n’est pas suffisante.

Comme pour Les filles de Salem de Thomas Gilbert, j’en attendais peut-être plus. Graphiquement alors que j’avais été attirée par l’illustration de couverture, j’ai trouvé que les personnages étaient un peu trop similaires et caricaturaux, même si la rondeur des illustrations permet d’atténuer un peu la dureté du propos. J’ai bien plus apprécié l’intrigue autour de cette jeune institutrice altruiste, engagée, courageuse et qui réussira à instiller malgré tout un souffle de liberté et apporter la petite étincelle/lueur d’espoir pour faire évoluer, petit à petit, les mentalités, même si j’ai trouvé que l’introduction de la « sorcière blanche » était peut-être de trop.

Il y est ainsi question du droit à l’instruction, de sororité, d’égalité ou bien encore des droits civiques des Afro-américains qui bien que libres n’étaient pourtant pas égaux… Un bon moment de lecture, l’ouvrage finissant par un postface très intéressant de la conservatrice du Musée Prudence Candall qui revient sur la vie de certains des personnages historiques croisés dans la BD!

Pour d’autres avis sur cette BD: Bidib (et Yomu-chan).

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Couleur: « Blanc »

Participation # Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Au fil des pages avec La passe dangereuse

Pour la journée du 11 juin 2022 du Mois Anglais dédiée à Somerset Maugham, j’ai lu La passe dangereuse de Somerset Maugham (éd. 10/18, rééd. 2019, 183 pages), court roman psychologique paru pour la première fois en 1925. Dans les années 20, après avoir accepté sous la pression familiale et sociétale un mariage sans amour avec Walter Lane, un terne et froid médecin-bactériologue maladroitement amoureux d’elle, Kitty, une jeune femme naïve et frivole de 25 ans part vivre à Hong-Kong et prend un amant séducteur et arrogant, Charles Townsend dont elle tombe très vite éperdument amoureuse. Son mari le découvre et lui pose un ultimatum: le divorce, ce qui provoquerait un scandale dans la haute société anglaise ou un départ immédiat pour un petit village chinois touché par une épidémie de choléra. Repoussé par son amant déjà marié, Kitty suit donc à contrecœur son mari en Chine. Leur couple survivra-t-il?

En enchaînant de courts chapitres au style épuré mais non dénué de sensibilité, Somerset Maugham décortique la personnalité et les états d’âme de chacun des personnages, en particulier de Kitty qui face aux épreuves qu’elle traverse va se découvrir. Il y est ainsi question de mariage arrangé, de condition de la femme dans les années 20, de relation de couple, du sens du devoir et du sacrifice, du poids des erreurs, des commérages et du pardon, que ce soit à travers Kitty ou des autres personnages gravitant autour d’elle (Walter se dévouant à corps perdu dans son travail, Charlie séducteur et arriviste qui tiendra à son mariage malgré ses infidélités, Waddington vivant avec une Mandchoue ou bien encore les religieuses catholiques s’occupant de l’orphelinat et des jeunes filles chinoises orphelines ou abandonnées à la naissance…).

J’ai apprécié la façon dont l’auteur dissèque psychologiquement ce couple si mal assorti tout en questionnant le sentiment amoureux et en posant un regard acerbe et cynique sur le mariage, institution qui oppresse les époux, la liberté n’étant alors recouvrée que par le veuvage, même si je ne me suis pas attachée à l’héroïne en quête de soi et de paix intérieure, prisonnière de son époque, pleine d’états d’âme et bercée d’illusions. Un bon moment de lecture à remettre toutefois dans le contexte de l’époque, notamment vis-à-vis du racisme et de cette supposée supériorité anglaise à l’égard des Chinois colonisés!

Pour d’autres avis autour d’un livre de Somerset Maugham: Lou et Hélène avec Il suffit d’une nuit, Nathalie avec Le sortilège Malais et qui avait déjà lu et chroniqué La passe dangereuse.

Participation # au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Somerset Maugham

Participation #5 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique anglais

Participation # Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

Au fil des pages avec le tome 1 des Sœurs Mitford enquêtent

Pour la journée « Mitford sisters » du 7 juin 2022 du Mois Anglais, j’ai choisi une de mes lectures de mars 2021: le premier tome des Sœurs Mitford enquêtent, L’assassin du train de Jessica Fellowes (éd. du Masque, coll. Le livre de Poche, 2019, 496 pages), un roman policier à la jolie illustration de couverture qui se passe dans les années 20 en Angleterre et qui s’inspire de faits réels et de personnages ayant existé comme le meurtre non élucidé de Florence Nithinghale Shore et la famille Mitford.

En 1919, pour échapper à son oncle dangereux, Louisa Cannon se fait engager comme bonne d’enfants au sein de la maisonnée de la famille aristocratique Mitford, dans le manoir d’Asthall Manor. Elle se lie très vite d’amitié, malgré son statut de domestique, avec Nancy, la jeune fille aînée âgée de 18 ans, espiègle et à l’esprit romanesque. Après le crime mystérieux d’une infirmière âgée de la cinquantaine, Florence Nightingale Shore, à bord d’un train en plein jour, Louisa et Nancy décident de se lancer sur la piste du tueur. Qui aurait bien pu en vouloir à cette dame respectable et célèbre au point de la tuer?

J’ai vite démasqué le coupable par la tournure de phrase utilisée pour décrire une scène du train mais me restais à connaître son mobile. L’enquête est surtout celle de Louisa (et pas vraiment des Sœurs Mitford bien trop jeunes) qui n’est pas insensible au charme du jeune et attachant policier des chemins de fer en charge de l’enquête, Guy Sullivan qui rêve de travailler à Scotland Yard, est ainsi prétexte à décrire la société anglaise post-Première Guerre mondiale en pleine mutation: la vieille aristocratie essayant de maintenir les vieilles traditions, les rapports entre classes sociales, la condition de la femme, le sort des vétérans de guerre… Un moment de lecture agréable avant tout pour son ambiance d’après-guerre et qui se lit rapidement malgré certaines longueurs et une enquête sans réels rebondissements! Je lirai à l’occasion les tomes suivants s’ils sont disponibles à la médiathèque.

Participation # au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Mitford Sisters

Participation #7 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Roman policier

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Famille: « Sœurs »

Participation # Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑