Catégorie : Mini crapahuteur (page 1 of 30)

Un lendemain de pluie au Boréon

Ce 7 septembre 2019, nous partons balader dans la Vallée de la Vésubie, après avoir garé la voiture sur le parking supérieur du Boréon. La température a bien chuté et nous rappelle, après la pluie de la veille, que l’automne approche  à grands pas. Il fait à peine 14 degrés et nous avons bien fait d’avoir emporté un thermos de café. Nous prenons le sentier en direction de la cascade de Peïrastrèche, après être passés à côté de trois poneys.

Tout au long de notre marche, nous voyons de nombreux champignons arrachés, des promeneurs précédents étant passés avant nous dans l’espoir sans doute de dénicher des champignons comestibles comme des pieds-bleus, des sparassis crépus ou des russules.

Il y a également de nombreuses fraises des bois et framboises. Nous traversons un premier pont après la balise n°421a. Aux teintes prises par la végétation, nous voyons bien ce changement de saison tout proche. Nous avons déjà hâte de revenir nous y balader cet automne!

Russule

Nous n’irons guère plus loin, le ciel commençant à se charger de plus en plus de nuages bien sombres. Nous faisons demi-tour et retournons à notre voiture.

Cascade du Boréon

Avant de repartir, nous nous arrêtons rapidement pour prendre une photo de la cascade du Boréon. Il est alors temps de rentrer chez nous, sous des températures plus clémentes.

Balade à Isola 2000

Ce 11 août 2019, nous montons à Isola 2000 pour une balade estivale au départ de la station de ski, à la  balise n°90a qui permet d’accéder par exemple à la Baisse du Druos ou une fois la frontière italienne passée, aux lacs de Valscura. Mais cette fois-ci, nous n’irons pas aussi loin.

Chrysomèles de la menthe

Œillets

Dès les premiers pas de la montée assez raide, nous laissons derrière nous les chalets de la station de ski pour s’imprégner de la nature de la Haute Tinée: des plantes envahies de chrysomèles de la menthe puis des framboisiers bordent le sentier rocailleux.

Criquet bariolé

Nous verrons même plus loin des framboises bien mûres et des myrtilles sauvages. Les chrysomèles ont laissé place à de nombreux criquets bariolés dont les stridulations rythment nos pas.

Orchidée

C’est encore bien fleuri tout autour de nous, ce qui fait la joie des insectes: orchidées,  œillets sauvages, joubarbes à toile d’araignée, chardons, etc.

Petite tortue

Nous voyons également de nombreux papillons voleter autour de nous, comme cette petite tortue posée sur le sentier et qui se laisse facilement photographier.

Arrivés au niveau des pistes de ski, du côté de Combe Grosse, nous voyons une sculpture d’un pointu niçois. Après recherches au retour de la balade, nous apprenons que cette sculpture a été  réalisée par Cédric Pignataro, un carnavalier niçois et qu’il existe d’autres sculptures de cet artiste comme un bouquetin toujours à Isola 2000 et un aigle de Nice à Auron depuis novembre 2017.

Nous faisons à côté une petite pause café sur une table de pique-nique. En effet, la pause est de courte durée car nous entendons le cri de marmottes, des randonneurs marchant un peu plus haut sur le sentier que nous avons délaissé pour nous approcher de la sculpture.

Grive musicienne

Traquet motteux

Nous repérons, au-dessus des tourbières remplies de linaigrettes, des amoncellements de cailloux qui pourraient être propices à l’observation de marmottes. Nous voyons des terriers. Nous entendons les cris de marmottes. Mais nous ne les verrons pas. A la place, nous verrons des traquets motteux et des grives musiciennes. Une bien jolie et agréable balade pour terminer ce week-end, entre soleil et bienfaits de la nature!

Dans la campagne siennoise

Pour cette semaine 32 du Projet 52-2019 de Du côté de chez Ma’, le thème est « Campagne« . Les Alpes-Maritimes étant plus entre mer et montagne, je pioche une nouvelle fois dans mes archives en choisissant une photo prise le 9 août 2008 dans la campagne siennoise en Italie: un champ de tournesols au coucher de soleil, sur la colline de Montesiepi. J’aurai également pu utiliser cette photo pour illustrer le thème de la semaine dernière mais j’avais préféré le lever de soleil dans la Vallée des Merveilles. Que de bons souvenirs de ce voyage! Ce fut une journée encore bien remplie à découvrir la Toscane, au Sud-Est de Sienne. Nous étions arrivés, vers 19h30 sur ce site pour visiter les ruines de l’Abbaye de San Galgano ainsi que la Chapelle de San Galgano jusqu’au coucher du soleil avant de regagner Sienne. Nous avions ainsi remonté le temps sur les pas de Galgano Guidotti.

Dans les Gorges du Cians

Ce 21 juillet 2019, nous allons chercher de la fraîcheur dans les Gorges du Cians, après une courte averse à Roubion. Nous marchons le long des quatre sentiers aménagés en redescendant en voiture sur Touët-sur-Var. Le premier sentier permet de découvrir une jolie cascade.

Apollon

Apollon

Puis nous reprenons la voiture pour nous garer à la sortie d’un autre tunnel traversant les Gorges du Cians. Nous voyons de nombreux papillons voleter de fleurs en fleurs, notamment des Apollons et des Tabacs d’Espagne.

Lézard des murailles

Tabac d’Espagne

Bercés par le clapotis de l’eau, nous prenons notre temps, tout en observant fleurs, papillons, oiseaux et même des lézards. Nous sommes, en effet, les seuls dans ces lieux à profiter de la Nature.

Grande Clue

Grande Clue

Puis nous repartons cette fois pour la Grande Clue des Gorges du Cians. Un autre tag avec la phrase « Souriez à la vie » a remplacé celui du lapin et des tortues. Le bruit des gorges se fait de plus en plus puissant à mesure que les parois se rapprochent. La température est autour des 20 degrés.

Petite Clue

Petite Clue

Nous finissons enfin cette sortie dans les Gorges du Cians par la Petite Clue. A notre approche, plusieurs oiseaux décollent du fond des gorges. Une bergeronnette des ruisseaux se pose même sur le sentier à quelques mètres de nous. Il nous semble également voir un cingle plongeur. Puis, alors que je suis en train de photographier des papillons, une hirondelle rustique plonge sur moi tout en émettant des cris défensifs. Je devais être, sans le savoir, trop proche de son nid. Il n’y a pas que les sternes arctiques qui attaquent! Nous regagnons une dernière fois la voiture pour rentrer chez nous.

Balade vers la Madone de Fenestre

Ce 14 juillet 2019, les orages n’étant prévus qu’en début de soirée, voire en toute fin d’après-midi, nous montons dans la Vallée de la Vésubie et empruntons une grande partie de la D94 en direction du Sanctuaire de la Madone de Fenestre. Après un pont, nous nous garons pour pique-niquer. Par rapport au littoral niçois, la température a bien chuté malgré un ciel ensoleillé, à peine 21 degrés. En face de nous, nous apercevons un sentier et en contrebas la balise n°350 qui permet de monter à pied jusqu’au refuge de la Madone de Fenestre, ce que nous avions déjà fait en mars 2007 avec alors un sol encore très enneigé.

Orchidée

Centaurée jacée

Le sentier est fleuri de tous les côtés: chardons, joubarbes à toile d’araignées, fraises des bois,  orchidées et autres fleurs habituelles à cette altitude… C’est un festival de couleurs sous nos yeux, malgré de nombreux troncs d’arbres qui jonchent ici et là les abords du sentier ou sur les bords de la rivière en contrebas.

Le sentier passe de temps en temps sous des parties plus arborées d’où se font entendre de nombreux chants d’oiseaux. Au loin, les rochers semblent être un endroit idéal pour les marmottes mais nous n’en verrons point. Nous ne sommes pas encore assez haut, sans doute.

Zygène de la filipendule

Zygène turquoise

Beaucoup de papillons volètent de fleur en fleur: des zygènes de la filipendule et une zygène turquoise également. Nous marchons un petit moment, nous arrêtant de temps en temps pour ramasser des fraises des bois, celles les plus en hauteur, les renards étant présents dans le Parc du Mercantour. Mais déjà les premières gouttes de pluie tombent et nous rebroussons chemin pour regagner notre voiture.

« Older posts

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑