Billet de suivi: Challenge Halloween 2021

Je participe à nouveau cette année au Challenge Halloween organisé par Hilde et Lou et qui se déroule du 15 septembre au 15 novembre 2021. Dès le 15 septembre, elles ouvrent les portes de leur manoir pour deux mois halloweenesques. Le challenge commence en douceur par un dépoussiérage de PAL et premières suggestions et ambiances automnales. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur leurs blogs, le thème de cette année étant « Cocooning, bien-être, nature, DIY, pour un Halloween bon pour soi et respectueux de la nature ».

Les Gourmandises de Syl

Mardi bricolage et couture chez Syl

Il y aura aussi un RAT, des lectures communes et des rendez-vous inter-challenges avec Syl (du bricolage et des décorations tous les mardi et des gourmandises halloweenesques tous les dimanches), avec Bidib et son challenge Contes et légendes, le mois d’octobre étant dédié à « Halloween! Sorcières, fantômes et monstres en tout genre» mais aussi d’autres challenges que je suis déjà: le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et FondantGrignote, Lire au féminin de Tiphanya et le challenge Cottagecore de MissyCornish.

De mon côté, j’ai déjà commencé à piocher dans ma PAL tant automnale qu’halloweenesque que j’ai préparée depuis mi-août. Ce billet sera ainsi actualisé au fil du challenge tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Voici déjà un avant-goût de mes prochaines lectures avec des albums jeunesse, des BD jeunesse ou adulte, des romans jeunesse ou adulte (j’en ai déjà lues certaines) et à fort dominante « Sorcières »: Sorcières! Une histoire des sorcières à travers l’art de Pauline Duclos-Grenet (éd. Seuil Jeunesse, 2020), Pome de Marie Desplechin et Magali le Huche (éd. Rue de Sèvres, 2018), Le talisman du loup de Myriam Dahman, Nicolas Digard et Júlia Sardà (éd. Gallimard Jeunesse, 2020), Les filles de Salem de Thomas Gilbert (éd. 2018, éd. Dargaud, 198 pages), Coraline de Neil Gaiman et illustré par Aurélie Neyret (éd. Albin Michel, 2020, 175 pages), le tome 3 de Sorceline, Au cœur de mes zoorigines de Sylvia Douyé, Paola Antista et Lowenael (éd. Glénat, coll. Vents d’Ouest, 2020), le tome 1 de Royal Special School, Frissons et plum-pudding d’Yaël Hassan, Nancy Guilbert et Coralie Muce (éd. Gulf Stream, 2021, 219 pages), le tome 1 de 109 rue des soupirs, Fantômes à domicile de Mr. Tan et Yomgui Dumont (éd. Casterman, 2019, 125 pages) et le tome 2 de 109 rue des soupirs, Fantômes sur le grill de Mr. Tan et Yomgui Dumont (éd. Casterman, 2020, 127 pages), le tome 2 de Magic Charly, Bienvenue à Saint-Fouettard d’Audrey Alwett (éd. Gallimard Jeunesse, 2021, 523 pages) ou bien encore La pathétique histoire de Birdie Bloom de Temre Beltz (éd. Seuil Jeunesse, 2019, 351 pages). Et bien sûr, il y aura également beaucoup de lectures jeunesse avec mon mini lutin.

Semaine 1 du Challenge Halloween:

Cette semaine, je ressors des placards nos décorations automnales et halloweenesques, même si une de nos petites sorcières fabriquées l’année dernière n’a jamais quitté nos bibliothèques.

Pour les histoires d’hier soir, nous relisons deux albums jeunesse que nous apprécions beaucoup: un automnal avec Le grand ménage d’Emily Gravett (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, 2016, rééd. 2020), Benoît, un Blaireau tellement obnubilé par la propreté met à mal la forêt lorsque l’automne arrive et un halloweenesque avec Cher dragon d’Emma Yarlett (éd. Albin Michel Jeunesse, 2018), Alex un petit garçon se demandant comment apprivoiser un dragon. 

Le 15 septembre 2021, je fais un petit tour chez les participantes qui ont pris, comme moi, une chambre au Manoir. Ambiance cosy et cocooning garantie avant de se plonger dans les ambiances plus angoissantes et halloweenesques d’octobre: Hilde et son journal de bord (au programme notamment des lectures jeunesse avec la BD Pome et les albums jeunesse Mortina et des loisirs créatifs avec une guirlande automnale), Syl et un programme également très tentant avec des lectures, gourmandises et loisirs créatifs, Samlor qui est aussi ravie que moi de se poser au Manoir pour les semaines à venir et Chicky Poo avec un joli programme jeunesse comme Le Grimoire d’Elfie, Le garçon sorcière, L’épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur ou encore Coraline

Nous relisons dans la journée et pour les histoires du soir Les Fantômes ne frappent pas à la porte d’Eulalia Canal et Rocio Bonilla (éd. Père Fouettard, 2020), Marmotte se faisant passer pour un fantôme auprès de Canard pour rester seul avec son ami Ours, Splat à la chasse aux citrouilles de Rob Scotton (éd. Nathan, 2019), Splat partant chercher une citrouille avec Harry Souris et nous découvrons aussi une des 4 histoires de Sorcidonie et les magipotirons de Nora Thullin et Ana Duna (éd. Fleurus, 2021), Le gros chagrin de Potironflette, Potironflette, la citrouille de compagnie de Sorcidonie ayant un gros chagrin lorsqu’une autre petite sorcière se moque d’elle car elle a un doudou.

Challenge Contes et Légendes de Bidib #Rendez-vous avec les fantômes

Le 16 septembre 2021, Bibid et Carfax nous ont rejointes, mélangeant leur PAL du Pumpking Autumn Challenge avec celle du Challenge Halloween, Bidib précisant que pour le rendez-vous interchallenge avec le Challenge Contes et Légendes, ce seront les Fantômes à l’honneur cette année et en créant de nouveaux logos monstrueux pour l’occasion.

De mon côté, je suis passée à la médiathèque emprunter de nouveaux livres qui vont s’ajouter à ma PAL automnale et halloweenesque déjà conséquentes. Il y a des albums jeunesse automnaux déjà lus l’année dernière: Au revoir l’automne, bonjour l’hiver… de Kenard Pak (éd. Mijade, 2018), L’énorme potiron de Françoise Bobe et Yann Lovato (éd. du Bastberg, 1999) et aussi des romans jeunesse halloweenesques: le tome 1 d’Esther et Mandragore, Une sorcière et son chat de Sophie Dieuaide et Marie-Pierre Oddoux (éd. Talents Hauts, 2016, 125 pages), le tome 5 d’Amélia Fang et le trésor des yétis (éd. Casterman Jeunesse, 2021, 237 pages) et Sacrées Sorcières de Roald Dahl (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Folio Junior n°613, 1990, rééd. 2001, 238 pages). Et j’attends encore des réservations à ma librairie. et d’autres emprunts à récupérer dans une autre annexe de la médiathèque. Aurons-nous assez de temps pour tout lire? Réponse à la mi-novembre…

Pour les histoires du soir, nous lisons Dans la forêt de Rob Hodgson (éd. Clorophyl, 1,2,3,Soleil!, 2020), un album jeunesse rigolo à partir de 3 ans et qui est plein de clins d’oeil au livre précédent de l’auteur, Gros Loup et la petite bête (les donuts et le ver de terre), trois renards vivant dans la forêt en tentant de chasser des lapins. Puis nous enchaînons avec Nina et le petit chat perdu de Nicola Killen (éd. Quatre Fleuves, 2020), Nina partant se promener avec son chat Citrouille dans une forêt aux teintes hivernales et qui découvrent un chat noir perdu. Une histoire toute mignonne et poétique comme déjà dans Nina et le doudou magique!

Le 17 septembre 2021, je fais un passage rapide à une autre annexe de la médiathèque pour récupérer de nouvelles réservations: des albums jeunesse: Frimousse et ses amis d’Églantine Thorne et John Butler (éd. Quatre Fleuves, 2005), Grommelle et Bretelle de Christine Naumann-Villemin et Pascal Vilcollet (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, 2008) et Les cauchemars sont dans de beaux draps! de Sandra Nelson et Nicolas Francescon (éd. Gautier-Languereau, 2014), Un pique-nique très réussi de Kimiko (éd. L’école des loisirs, 2017), une BD jeunesse: le tome 8 de Petit Poilu, La forêt des Ombres de Pierre Bailly et Céline Fraipont (éd. Dupuis, 2010) ainsi que deux romans: Les sept sorciers de Caro King (éd. Prisma, 2012, 376 pages) et Le réveil des sorcières de Stéphanie Janicot (éd. Albin Michel, 2020, 330 pages).

Ce week-end, nous lisons la plupart des derniers emprunts jeunesse comme par exemple Grommelle et Bretelle, une histoire qui se lit dans les deux sens, d’un côté une petite sorcière qui voudrait faire peur et de l’autre un petit clown qui voudrait faire rire.

Dimanche soir, le 19 septembre 2021, je commence à lire Les sept sorciers de Caro King (éd. Prisma, 2012, 376 pages) jusqu’au chapitre 6 (62 pages lues), une jeune fille Nin découvrant qu’elle est la seule à se souvenir de son jeune frère, Toby qui a disparu, ayant été enlevé par un croquemitaine, Skerridge et qui a son tour arrive à échapper à ce dernier. Nin parviendra-t-elle à retrouver son frère? Pour le moment, l’univers fantastique se met doucement en place.

Semaine 2 du Challenge Halloween:

Le 20 septembre 2021, je fais un saut à la librairie pour récupérer des réservations: le dernier tome d’Ana Ana paru vendredi dernier, L’histoire incroyable (T18) d’Alexis Dormal et Dominique Roques (éd. Dargaud, 2021), une BD jeunesse pour les 3/6 ans et qui – pur hasard – parle d’un monstre buveur de thé (déjà lu et relu), l’intégrale de Capucine, la petite sorcière de Tanguy et Quentin Gréban (éd. Mijade, coll. Passerelle, rééd. 2020) et le tome 3 de Spooky, Les contes de travers, Malice de princesse de Carine-M et Élian Black’mor (éd. Glénat Jeunesse, 2017), une BD jeunesse pour la LC avec Hilde à la mi-octobre.

Du côté des participantes, Tiphanya et sa fille Nine nous ont rejointes, Tiphanya proposant un swap et Nine ayant déjà attaqué sa jolie PAL de romans jeunesse: Le grand livre de l’horreur, Le fantôme de Canterville, Comment se débarrasser d’un vampire, Wicca, le manoir de Sorcelage… ainsi que Purple Velvet qui va se plonger dans l’univers de La Dame de Pique.

En fin d’après-midi, avec la Team Loisirs créatifs de Syl, je fais avec mon mini lutin de la feutrine. Pour les histoires du soir, c’est relecture du dernier Ana Ana et Des cauchemars sont dans de beaux draps!, des albums jeunesse. Et en soirée, je continue Les sept sorciers.

Le 22 septembre 2021, nous finissons dans l’après-midi une guirlande d’automne que nous avions commencé il y a quelques jours en faisant d’autres renards et hiboux en feutrine. En soirée, je finis de coudre de nouvelles feuilles en feutrine. Le lendemain, je l’installe sur une de nos bibliothèques, ce qui me permet de rajouter des photos dans mon billet. 

Côté lecture, cela fait plusieurs jours que nous lisons et relisons Le grand ménage et le dernier tome d’Ana Ana, L’histoire incroyable. Le 23 septembre 2021, je finis dans la soirée Les sept sorciers.

Logo Plumes féminines d'automneDu côté des participantes, Tiphanya a publié une longue liste de suggestions de romans d’autrices pour Halloween. Je me renote au passage un de ses coups de cœur, Les tribulations d’Esther Parmentier. Blandine nous a également rejointes avec une PAL tout aussi intéressante et constituée de livres « exhumés ou fraîchement inhumés » comme Les Croques ou Kiki la petite sorcière.

Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou

Billet de suivi: Challenge Cottagecore 2021

Du 1er mai au 30 septembre 2021, Missycornish propose un nouveau challenge sur une tendance actuelle depuis la pandémie de Covid-19, le « cottagecore », à savoir un mode de vie slowlife dans une campagne idéalisée et s’inspirant de la campagne anglaise du XIXe siècle. Pour ce challenge Cottagecore, Missycornish a prévu un programme facultatif que je vais essayer de suivre le plus possible, cinq catégories et des défis autour d’histoires bucoliques et champêtres. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog.

A la découverte de ce challenge, plusieurs auteurs et titres me sont venus en tête et qui iront de pair avec mes futures (re)lectures anglo-saxonnes avec des romans de mœurs champêtres comme les romans de Jane Austen ou des sœurs Brontë ou bien encore américaines avec Calpurnia de Jacqueline Kelly (éd. L’école des loisirs, 2013), Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2020)… Je n’ai pas encore établi de PAL précise. J’y glisserai également des cosy mystery. Ce sera aussi l’occasion de chroniquer des lectures passées comme le tome 1 de Miss Charity, L’enfance de l’art de Loïc Clément et Anne Montel (éd. Rue de Sèvres, 2020), l’adaptation en BD du roman éponyme de de Marie-Aude Murail.

Ce billet sera actualisé au fil des mois en tenant compte uniquement de nos lectures champêtres tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Catégorie « Retour aux sources » (des histoires qui se déroulent en pleine campagne, dans la forêt, peut-être loin de la civilisation)

  • Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell (éd. Fayard, 2005, 512 pages) qui est certes un roman industriel de l’époque victorienne mais dont quelques chapitres se passent dans le sud rural de l’Angleterre, dans le village de Helstone, avant que la jeune héroïne, Margaret Hale s’installe avec ses parents dans la ville industrielle de Milton et ses manufactures de coton.
  • Le restaurant de l’amour retrouvé d’Ito Ogawa (éd. Picquier, 2015, 254 pages), un roman japonais avec le changement de vie d’une jeune femme qui après une rupture amoureuse quitte la ville pour un retour dans les montagnes de son enfance
  • Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko (éd. Flammarion Jeunesse, 2020), un roman jeunesse à partir de 13 ans qui se déroule dans un monde futuriste, les arbres étant devenus de rares objets de luxe et les humains ayant oublié leur rôle essentiel dans notre écosystème. Nous suivons Saama, une jeune nomade de 12 ans vivant dans le désert. Et si les arbres étaient bien plus que des objets de décoration?
  • Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2020). Au cours de ma lecture, des passages du premier des trois téléfilms canadiens de Kevin Sullivan, Le bonheur au bout du chemin (1985), avec Megan Follows dans le rôle d’Anne Shirley et que j’ai vus il y a longtemps à la télévision quand j’étais adolescente, sans savoir, à l’époque qu’il s’agissait d’une adaptation d’un roman paru pour la première fois en 1908.
  • Sur l’origine des espèces de Charles Darwin de Sabina Radeva (éd. Hélium, 2019), un album jeunesse à partir de 7 ans, une Une très belle première approche de la théorie de l’évolution avec cet album jeunesse documentaire pour tous les mini curieux et scientifiques en herbe.
  • Camping sauvage de Julia Woignier (éd. Seuil Jeunesse, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans. Les animaux de la forêt partent randonner, sacs-à-dos et tentes avec eux et ainsi découvrir la montagne. Mais surpris par la tempête, ils font une rencontre qui va donner un tournant à leurs vacances.
  • Sauvage d’Emily Hugues (éd. Autrement, 2014), un album jeunesse à partir de 5 ans.Une petite fille ayant grandi dans la forêt parmi les animaux doit apprendre à vivre en société. Mais n’était-elle pas plus heureuse dans la Nature?
  • Le parfum des grandes vacances de Thibault Prugne (éd. Margot, 2019), un album jeunesse grand format à partir de 6 ans. Une petite fille, Louise passe l’été chez Pépé Léon son grand-père maternel, solitaire et excentrique, loin de la guerre.
  • Le grand papa et sa toute petite fille de Cathy Hors et Samuel Ribeyron (éd. Milan, 2011), un album jeunesse grand format à partir de 5 ans et qui a fait partie de la sélection Maternelle du 24e Prix des Incos en 2013. Une jolie histoire d’un père avec sa fille et plus largement sur le fait de devenir parent!

Catégorie « Les propriétés et jardins dissimulés » (secrets de familles, sagas familiales à la campagne dans un cottage ou manoir)

  • Après avoir vu la mini-série fin avril/début mai à la télévision, j’ai lu fin mai le roman éponyme Belgravia de Julian Fellowes (éd. JC Lattès, 2016), dont l’intrigue se déroule certes dans un quartier huppé de Londres, Belgravia mais dont l’un des personnages principaux, Anne Trenchard a un attachement tout particulier aux jardins de son manoir qu’elle a restauré dans la campagne anglaise.
  • Une maison dans les buissons d’Akiko Miyakoshi (éd. Syros, 2017), un album jeunesse à partir de 4 ans aux magnifiques illustrations. Il s’agit de l’histoire d’une amitié naissante entre deux fillettes, Sakko venant de s’installer dans la maison voisine et dans laquelle la Nature est omniprésente avec le champ de pissenlits et le jeu de dînette dans une petite « cabane » secrète dans les buissons.
  • Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë et illustré par Charlotte Gastaut (éd. L’école des loisirs, coll. Illustrés classiques, 2019), un roman jeunesse à partir de 13 ans et qui est une version abrégée du texte originel. Une histoire avec son lots de secrets de famille, de vengeance dans les landes anglaises!
  • Rebecca de Daphné du Maurier (éd. Albin Michel, 1938, rééd. 2015, 438 pages), un roman mêlant romance, gothique et policier dans une ambiance troublante et pesante du manoir de Manderley, véritable prison dorée pour la narratrice qui doit vivre avec le souvenir oppressant et idéalisé de la première épouse de son mari.
  • le tome 1 de Miss Charity, L’enfance de l’art de Loïc Clément et Anne Montel (éd. Rue de Sèvres, 2020), l’adaptation en BD du roman éponyme de Marie-Aude Murail, un roman d’apprentissage s’inspirant de Beatrix Potter et se consacrant à l’enfance de Charity, de ses 5 ans à 15 ans, à l’époque victorienne.
  • Betty de Tiffany McDaniel (éd. Gallmeister, 2020, 720 pages), l’histoire de Betty Carpenter, « Petite Indienne » métisse et de sa famille dans l’Ohio avec son difficile passage de l’enfance à l’âge adulte et aussi sa belle et lumineuse relation avec son père, un Cherokee proche de la Nature, à la fois poète et guérisseur, débordant d’imagination.
  • Hamnet de Maggie O’Farrel (éd. Belfond, 2021, 368 pages), un roman sur les dernières heures de vie d’Hamnet, un jeune garçon de 11, un jour d’été, en 1596. C’est aussi l’histoire de sa mère, Agnès, proche de la Nature et de la forêt, lieu de refuge.
  •  

Catégorie « Rêveries au bord de l’eau » (des histoires qui se déroulent au bord de la mer, d’un étang, marais tout en conservant une ambiance champêtre et romantique)

  • La Petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan (éd. Prisma, 2016, 506 pages), un roman anglo-saxon avec le changement de vie d’une jeune femme qui après une rupture amoureuse quitte la ville pour s’installer dans un petit port de pêche perdu en Cornouailles et retrouver un sens à sa vie.
  • Norig et l’or de l’île de Ghislaine Roman et Sophie Lebot (éd. Saltimbanque, 2018), un album jeunesse grand format à partir de 6/7 ans et aux magnifiques illustrations. Il s’agit d’un bien joli conte malgré son propos. Norig, une jeune fille s’épanouit dans les landes bretonnes mais une vieille femme mystérieuse lui prédit la destruction de son île et de toute sa faune et flore. Pourra-t-elle empêcher ce funeste présage? Comme dans Et le désert disparaîtra, il s’agit de savoir si l’exploitation des richesses naturelles est plus importante que la qualité de la vie et la protection de l’environnement pour les générations présentes et futures.
  • Le don de Lorenzo, enfant de Camargue de Michael Morpurgo et illustré par François Place (éd. Gallimard Jeunesse, 2019, 320 pages), un roman junior à partir de 10 ans et se passant en Camargue pendant la Seconde Guerre Mondiale.
  • Pluie d’été de Benoît Viérin (éd. du Pépin, 2003), un album jeunesse à partir de 3 ans aux douces illustrations avec deux amis, Nelle une oie et Rosario un cochon qui partent en vacances d’été sur leur île.
  •  

Catégorie « Contes et légendes campagnards » (des éditions illustrées telles que les mythes des Léprechauns ou les histoires pour enfants de Beatrix Potter)

  • Le grand livre de Beatrix Potter (éd. Gallimard Jeunesse, rééd. 2013), l’intégrale des 23 contes classiques de Beatrix Potter parus à partir de 1902 et prenant pour décor la campagne anglaise. Nous y retrouvons Pierre Lapin et son cousin Jeannot Lapin, les souris Tom Pouce et Hunca Munca, Sophie Canétang…
  • en lecture commune avec Blandine, nous lisons Alice au pays des merveilles de Sophie de Mullenheim et Paku (éd. Auzou, coll. Les p’tits classiques, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans, d’après le roman éponyme de Lewis Carroll paru en 1865. Une jolie version illustrée pour les jeunes lecteurs!
  • Alice au pays des merveilles avec cette fois la version magnifiquement illustrée par Benjamin Lacombe et traduite dans sa version intégrale par Henri Parisot (éd. Soleil, 2016), un roman jeunesse pour les adolescents, à partir de 13 ans
  • L’anniversaire de Pierre Mornet (éd. Autrement, 2013), un album jeunesse à partir de 8 ans avec une jeune femme se souvenant d’elle enfant, le jour de son anniversaire, lors de sa rencontre dans une forêt avec celle qui deviendra sa meilleure amie.
  • Nina et le doudou magique de Nicola Killen (éd. Quatre Fleuves, coll. Livres poétiques, 2019), un album jeunesse avec des découpes et à partir de 3 ans, un joli conte printanier tout doux.
  •  

Il y a également une cinquième catégorie: « The cottagecorelifestyle » (magazines, documentaires autour du jardinage, couture, cuisine, ambiances cocooning). Outre la lecture, Missycornish a élargi son challenge aux films et dessins animés.

Pour valider complètement ce challenge, il ne faudra pas que j’oublie de lire au moins un livre qui contient le mot “cottage”, qui a une couverture qui évoque la nature, qui raconte une histoire d’amour dans les landes ou dans les bruyères et/ou qui est un classique champêtre.

Enfin, chaque fin de mois, une journée thématique est prévue:

  • 30 mai 2021/une lecture qui met à l’honneur les animaux, insectes et fleurs (un roman ou même un documentaire, pourquoi pas)
  • 30 juin 2021/une lecture qui évoque les pique-niques et balades dans les champs
  • 30 juillet 2021/une lecture mettant en avant les baignades
  • 31 août 2021/un livre sur les jardins cachés
  • 30 septembre 2021/un roman qui se déroule dans la forêt ou qui introduit l’automne

Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish

Au fil des pages avec Jojo L’Ombrelle

Nous lisons et relisons Jojo L’Ombrelle de Didier Lévy et Nathalie Dieterlé (éd. Belin Jeunesse, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui a fait partie de la sélection CP du 28ème Prix des Incos en 2017. C’est la guerre dans la savane depuis plusieurs jours. En pleine bataille, un éléphant avec son ombrelle Jojo provoque un cessez-le-feu provisoire: il a perdu la mémoire. Les autres animaux viennent l’aider. Mais Jojo ne ferait-il pas semblant pour faire revenir la paix? Par ce stratagème, réussira-t-il à réunir ensemble les animaux bagarreurs qui étaient pourtant amis autrefois?

L’histoire aborde avec humour l’absurdité de la guerre, le vivre ensemble et la fraternité. Jojo est un éléphant attachant et malicieux mais aussi gourmand. On irait bien avec eux se régaler de fruits exotiques (mangues, caramboles, papayes…). Les illustrations sont colorées et dynamiques. Coup de cœur pour cet album jeunesse!

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Objet: « Ombrelle »

Participation #59 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Fruits exotiques

 

Une guirlande d’automne

Pour ce premier Atelier créatif de Syl dans le cadre du Challenge Halloween 2021, je retrouve avec plaisir Syl, Isabelle et Hilde. Nous avons commencé en douceur, avec l’arrivée de l’automne, en confectionnant une guirlande d’automne.

J’ai repris la plupart des feuilles d’automne que j’avais cousues l’année dernière avec de la feutrine. J’en ai fait d’autres pour varier les couleurs et les attacher avec de petites pinces à linge sur une guirlande électrique. J’avais prévu de prendre notre guirlande avec des fantômes mais mon mini lutin l’a réquisitionnée pour la mettre dans sa chambre. Heureusement j’en avais une autre mais plus simple.

Pour compléter les feuilles d’automne, nous avons réalisé avec mon mini lutin des renards et des hiboux avec de la feutrine. En me servant d’un patron trouvé sur Internet pour le renard et en en dessinant un pour le hibou, j’ai découpé dans des bouts de feutrine les différentes parties à assembler. Puis nous avons collé le tout, plutôt que de coudre (tout dépendra de l’âge de l’enfant). J’ai fini en faisant des points au feutre Posca noir pour les yeux. Nous les avons ensuite attachés avec des pinces à linge en alternant feuille et animal.

Pour d’autres jolies guirlandes automnales: Syl, Hilde et Isabelle.

Atelier créatif de Syl

Participation #1 au Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou #Loisirs créatifs

Nos lectures automnales 2021

En ce premier jour d’automne 2021, je fais comme l’année dernière un billet thématique sur nos lectures automnales passées, présentes et à venir. Voici donc notre sélection qui évoluera au-fur-et-à-mesure de nos lectures, sans mentionner lorsqu’il s’agit de relectures des années précédentes sauf lorsque je ne l’avais pas encore chroniquées sur le blog. Certaines ont déjà fait l’objet d’un billet séparé ou le feront dans les semaines à venir.

Des albums jeunesse:

  • Tu rentres quand? de Nagako Suzuki

Tu rentres quand? de Nagako Suzuki(éd. Nobi Nobi!, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Après avoir préparé un gâteau d’anniversaire pour son père, Noémie, une petite fille attend avec impatience son retour. Mais l’attente est longue pour la petite fille en cette journée de fin d’automne. Un album tout mignon et gourmand où il est question de patience et d’amour filial!

  • Deux drôles de bêtes dans la forêt de Fiona Roberton

Deux drôles de bêtes dans la forêt, Mais qui dit vrai dans cette histoire? de Fiona Roberton (éd. Circonflexe, 2015), un album jeunesse à partir de 4 ans et qui a été lauréat du 28ème Prix des Incos en 2017 dans la sélection CE1. Une petite fille recueille chez elle une petite bête trouvée dans la forêt pensant lui offrir une meilleure vie. Mais est-ce vraiment ce qu’en pense la petite bête? Un très bon moment de lecture qui aborde de façon rigolote la subjectivité et le vivre ensemble!

  • Dans la forêt de Rob Hodgson

Dans la forêt de Rob Hodgson (éd. Clorophyl, 1,2,3,Soleil!, 2020), un album jeunesse rigolo à partir de 3 ans et qui est plein de clins d’œil au livre précédent de l’auteur, Gros Loup et la petite bête (les donuts et le ver de terre). Trois renards vivent dans la forêt en tentant de chasser des lapins. Mais ils sont bien incapables de les trouver, même avec des pancartes leur indiquant où les trouver. Les illustrations sont tout aussi réussies que dans l’album précédent, avec des renards expressifs et pas aussi rusés que leur prête leur réputation. Un très bon moment de lecture!

  • Sophie et la courge de Pat Zietlow Miller et Anne Wilsdorf

Sophie et la courge de Pat Zietlow Miller et Anne Wilsdorf (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, 2015), un album jeunesse à partir de 3 ans. Sophie est une petite fille qui a décidé de garder comme doudou une courge achetée avec ses parents au marché. Mais Bernice, la courge commence à pourrir. Une histoire toute mignonne qui permet d’aborder le cycle de la plante, du deuil et de la renaissance de la Nature! Sans oublier les facéties du chat. Un très bon moment de lecture avec aussi sa suite, Les courges de Sophie vont à l’école!

  • Dix feuilles volantes d’Anne Möller

Dix feuilles volantes d’Anne Möller (éd. L’école des loisirs, 2009), un album jeunesse à partir de 3 ans que nous avions déjà lus il y a deux ans mais que je n’ai pas encore chroniqué sur le blog. De cette autrice, nous avions également lu Petit Oiseau dans la neige. L’histoire rappelle le procédé narratif de Dix petites graines de Ruth Brown ou de Une si petite graine d’Eric Carle. Il ne s’agit pas de graines ici mais de feuilles jaunies d’une branche de saule, en automne. Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse aux jolies illustrations et qui aborde le cycle de l’arbre!

  • Le petit garçon de la forêt de Nathalie Minne

Le petit garçon de la forêt de Nathalie Minne (éd. Casterman Jeunesse, 2012), un album jeunesse grand format à partir de 5 ans et que j’ai emprunté à la médiathèque après avoir été attirée par la magnifique illustration de couverture automnale. Un petit garçon grandit au sein d’une forêt protectrice et se lie d’amitié avec un autre garçon qui vient du village voisin. Au fil des pages et des saisons, défile leur amitié grandissante jusqu’à ce que le petit garçon de la forêt soit prêt à rejoindre son ami au village. Une bien jolie histoire d’amitié!

  • La maison dans les bois d’Inga Moore

La maison dans les bois d’Inga Moore (éd. L’école des loisirs, coll. Pastel, 2012 , rééd. 2016), un album jeunesse à partir de 6 ans. Deux cochons, un élan et un ours demandent de l’aide aux castors pour construire une maison commune au fond des bois. Commencent alors les travaux de construction. Les illustrations aux couleurs automnales ont un charme vintage et british. Un bon moment avec cet album jeunesse dont il se dégage une ambiance douce et cosy! Sans oublier une note gourmande, les castors se faisant payer en sandwichs au beurre de cacahuètes.

  • Tous les câlins du monde de Manuela Monari et Evelyn Daviddi

Tous les câlins du monde de Manuela Monari et Evelyn Daviddi (éd. Rue du Monde, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans. Dans la forêt, Papa Ours et Petit Ours se promènent dans une douce et paisible ambiance automnale. Un très bon moment de lecture avec cet album aux jolies illustrations chaleureuses et au texte très poétique et qui se finit bien évidemment en câlins!

  • L’énorme potiron de Françoise Bobe et Yann Lovato

L’énorme potiron de Françoise Bobe et Yann Lovato (éd. du Bastberg, 1999), un album jeunesse à partir de 3 ans. Mamouna a besoin d’un potiron pour préparer une soupe. Mais le jardin est loin et le potiron bien trop lourd. Construit en randonnée avec le refrain « roule, roule potiron, roule jusqu’à la maison », l’histoire est rigolote. Un bon moment de lecture avec ce duo que nous avions découvert avec Panique au potager.

  • La fête d’automne de la famille Souris de Kazuo Iwamura

La fête d’automne de la famille Souris de Kazuo Iwamura (éd. L’école des loisirs, 1993), un album jeunesse à partir de 3 ans

  • Du balai! de Louise Greig et Júlia Sardà

Du balai! de Louise Greig et Júlia Sardà (éd. Little Urban, 2018), un album jeunesse à partir de 5 ans. Un petit garçon Oscar est dépassé par sa mauvaise humeur. Une histoire au décor automnal pour apprendre à gérer ses émotions!

  • Un thé à l’eau de parapluie de Karen Hottois et Chloé Malard

Un thé à l’eau de parapluie de Karen Hottois et Chloé Malard (éd. Seuil Jeunesse, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans.

  • Un pique-nique très réussi de Kimiko

Un pique-nique très réussi de Kimiko (éd. L’école des loisirs, 2007), un super-kamishibai à partir de 2 ans. Par une belle journée automnale, Lola part se promener en forêt. Elle aurait souhaité pique-niquer avec son amie Noémie mais celle-ci est déjà bien occupée à veiller sur ses frères et sœurs. Une histoire toute mignonne et qui prend à contre-pied la comptine « Promenons-nous dans les bois ».

Des BD jeunesse:

  • Petit Poilu, La forêt des Ombres de Pierre Bailly et Céline Fraipont (T8)

Petit Poilu, La forêt des Ombres (T8) de Pierre Bailly et Céline Fraipont (éd. Dupuis, 2010), une BD jeunesse sans texte à partir de 3 ans. Alors qu’il se promène dans une forêt aux teintes automnales, Petit Poilu est recruté par la patrouille des glands pour chasser le loup. Comme dans Le loup en slip, il est question de la peur de l’inconnu et des préjugés.

  • Sous les arbres, L’automne de Monsieur Grumpf de Dav (T1)

Le tome 1 de Sous les arbres, L’automne de Monsieur Grumpf de Dav (éd. de la Gouttière, 2019), un album jeunesse à partir de 5 ans et au format à l’italienne.

Des romans jeunesse:

  • Taupe & Mulot, La tarte aux lombrics

Taupe & Mulot, La tarte aux lombrics d’Henri Meunier et Benjamin Chaud (éd. Hélium, 2019), un roman jeunesse à partir de 5 ans et regroupant trois histoires de deux amis, Taupe et Mulot.

  • Hôtel Heartwood, Une maison pour Mona de Kallie George et Stéphanie Graegin (T1)

Le tome 1 d’Hôtel Heartwood, Une maison pour Mona de Kallie George et Stéphanie Graegin (éd. Casterman, 2018, 190 pages), un roman jeunesse à partir de 8 ans, une histoire douce et mignonne avec Mona, une petite souris qui se réfugie à l’automne dans le luxueux hôtel Heartwood et qui s’y très vite va y travailler. Une histoire douce et mignonne!

Point lecture hebdomadaire #7

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière, celle en cours et sans doute nos prochaines, ponctuées de passages à la médiathèque.

Nos lectures du 13 au 19 septembre 2021:

Des albums jeunesse:

Nous continuons nos relectures et découvertes d’histoires d’automne et d’Halloween mais pas que.

  • (Album jeunesse) Dans la forêt de Rob Hodgson

Nous lisons et relisons Dans la forêt de Rob Hodgson (éd. Clorophyl, 1,2,3,Soleil!, 2020), un album jeunesse rigolo à partir de 3 ans et qui est plein de clins d’œil au livre précédent de l’auteur, Gros Loup et la petite bête (les donuts et le ver de terre). Trois renards vivent dans la forêt en tentant de chasser des lapins. Mais ils sont bien incapables de les trouver, même avec des pancartes leur indiquant où les trouver. Les illustrations sont tout aussi réussies que dans l’album précédent, avec des renards expressifs et pas aussi rusés que leur prête leur réputation. Un très bon moment de lecture!

  • (Album jeunesse) Nina et le petit chat perdu de Nicola Killen

Nous lisons et relisons également Nina et le petit chat perdu de Nicola Killen  (éd. Quatre Fleuves, 2020), Nina partant se promener avec son chat Citrouille dans une forêt aux teintes hivernales et qui découvrent un chat noir perdu. A qui peut-il bien être? Un chat noir, Halloween, une maison dans les bois… Que d’indices distillés pour le jeune lecteur! Une histoire toute mignonne et poétique comme déjà dans Nina et le doudou magique! Coup de cœur!

  • (Album jeunesse) Grommelle et Bretelle de Christine Naumann-Villemin et Pascal Vilcollet

Nous lisons Grommelle et Bretelle de Christine Naumann-Villemin et Pascal Vilcollet (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, 2008), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui se lit dans les deux sens. Nous commençons par Grommelle une petite sorcière qui voudrait faire peur puis par Bretelle, un petit clown qui voudrait faire rire. Et si leur rencontre leur permettait de retrouver le sourire? Réponse au milieu du livre. Un bon moment de lecture!

  • (Album jeunesse) Sorcidonie et les magipotirons de Nora Thullin et Ana Duna

Nous lisons la première des 4 histoires de Sorcidonie et les magipotirons de Nora Thullin et Ana Duna (éd. Fleurus, 2021), un album jeunesse à partir de 4 ans: Le gros chagrin de Potironflette. Potironflette, la citrouille de compagnie de Sorcidonie a un gros chagrin lorsqu’une autre petite sorcière se moque d’elle car elle a un doudou. En cas de chagrin, nous saurons aussi faire une boulachagrin comme Sorcidonie. Les autres histoires abordent la colère, la peur et la timidité. Un bon moment de lecture avec des histoires sous fond de sorcellerie pour mettre des mots sur les émotions et des astuces pour apprendre à les gérer!

  • (Album jeunesse) Les cauchemars sont dans de beaux draps! de Sandra Nelson et Nicolas Francescon

Nous lisons une autre histoire sur le thème halloweenesque, Les cauchemars sont dans de beaux draps! de Sandra Nelson et Nicolas Francescon (éd. Gautier-Languereau, 2014), un album jeunesse à partir de 3 ans. La petite sorcière Gisèle s’occupe chaque soir d’attraper et croquer les vilains cauchemars. Mais que faire des gentils cauchemars? Les illustrations pourraient très bien prendre vie en dessin animé. Une chouette histoire pour dédramatiser la peur des cauchemars!

  • (Album jeunesse) Un goûter sur la Lune de Dorothée de Monfreid

Nous lisons et relisons aussi Un goûter sur la Lune de Dorothée de Monfreid (éd. L’école des loisirs, 2017), un album jeunesse cartonné à partir de 2/3 ans. Nous retrouvons avec plaisir la bande de toutous qui cette fois ont décidé d’aller sur la Lune prendre leur goûter. Mais Popov est trop grand pour rentrer dans sa combinaison et reste sur Terre. Le goûter est-il compromis? Encore une histoire rigolote et gourmande avec les toutous.

Une BD jeunesse:

(BD jeunesse) Petit Poilu, La forêt des Ombres de Pierre Bailly et Céline Fraipont (T8)

Nous continuons de découvrir Petit Poilu avec cette fois-ci le tome 8, La forêt des Ombres de Pierre Bailly et Céline Fraipont (éd. Dupuis, 2010), une BD jeunesse sans texte à partir de 3 ans. Après avoir pénétré dans un champignon géant, Petit Poilu accède à une forêt aux teintes automnales. Mais alors que tout se passe bien, Petit Poilu a soudain peur d’une inquiétante ombre qui rappelle le loup. Soudain, la patrouille des glands surgit derrière lui et le recrute pour chasser le loup. Mais faut-il vraiment avoir peur du loup? L’histoire nous rappelle le premier tome du Loup en slip que nous avons lu récemment.

Des romans:

  • (Cosy Mystery) Son espionne royale et les douze crimes de Noël de Rhys Bowen (T6)

J’ai fini de lire Son espionne royale et les douze crimes de Noël de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2020, 395 pages). En décembre 1933, pour échapper à un morne Noël familial au château de Rannoch, Lady Georginia répond à une petite annonce d’hôtesse mondaine pour les festivités traditionnelles organisées par Lady Camilla Hawse-Gorzley qui n’est autre que la tante maternelle de Darcy O’Mara. Tout semble sourire à Lady Georginia. Mais plusieurs décès viennent noircir son soudain bonheur ainsi que l’évasion de trois détenus de la prison voisine. Ces décès ne sont-ils qu’accidentels et sans rapports les uns les autres? Où sont-ils liés à la malédiction de la Lovey qui frappe le village, une sorcière revenant à chaque Noël se venger d’avoir été brûlée sur le bûcher dans les années 1700?

Encore une fois une lecture agréable et addictive en compagnie de Lady Georginia plus mûre mais toujours aussi indépendante et obstinée, avec cette fois une série de décès dans un petit village anglais pourtant d’ordinaire si paisible sous fond de Noël traditionnel mais aussi une dose halloweenesque avec une sorcière. Aucune mission royale cette fois mais une Lady Georginia qui devient de plus en plus aguerrie dans l’art d’être une enquêtrice amatrice. Il ne me reste plus qu’à attendre que le tome 7 soit disponible à ma médiathèque.

  • (Roman à suspense/Thriller) L’affaire Clara Miller d’Olivier Bal

J’ai également lu L’affaire Clara Miller d’Olivier Bal (éd. XO, Pocket n°18143, 201, 558 pages), un thriller choral se déroulant selon les chapitres en 1995 et en 2006 aux États-Unis. Paul Green, un journaliste travaillant pour un vulgaire tabloïd, le Globe en vient à enquêter sur une série de décès de jeunes filles paumées, droguées et qui se seraient suicidées dans un lac au milieu des forêts du New Hampshire, le lac aux Suicidées, tout proche de Lost Lakes, la propriété ultra-sécurisée et coupée du monde de Mike Stilth, une célèbre et riche rock star qui y vit cloîtré avec ses deux jeunes enfants, Noah et Eva, respectivement âgés de 10 et 8 ans. Une des prétendues suicidées était Clara Miller, un amour platonique d’étudiant de Paul Green. Pour elle, ce dernier est prêt à tout pour découvrir la vérité.

Roman choral, l’intrigue alterne entre les points de vue des différents personnages, entre passé et présent. Le temps de m’habituer au style rapide et un peu trop familier/vulgaire mais qui sied aux personnages des premiers chapitres, et me voilà à tourner les pages pour connaître à mon tour les tréfonds de cette histoire sombre et sordide où il est question d’alcool, sexe, drogues et rock’n’roll des années 90, avant l’avènement d’Internet et des réseaux sociaux mais où les paparazzis étaient déjà là pour nourrir les tabloïds et de l’après, des années 2000 avec en particulier le destin des deux enfants de Mike Stilth que ce dernier a tenté de protéger du monde extérieur et de la surexposition  médiatique et qui ont pourtant rejoint la jeunesse dorée, blasée et tout aussi droguée de la génération précédente, végétant dans une célébrité toute hollywoodienne, « les fils et filles de ». 

Même si les traits sont poussés à outrance, cela n’est pas caricatural, chaque personnage avec son vécu, ses parts d’ombre et d’humanité, pouvant expliquer ce qui lui arrive ou fait, sans pour autant tout justifier. Un bon moment de lecture qui égratigne l’image de la célébrité et cette solitude qui lui est souvent associée et qui peut conduire aux excès, même meurtriers, sans oublier tous ceux qui gravitent autour, en se servant de la « célébrité » ou vivant à travers elle!

Ma lecture en cours:

(Roman jeunesse) Les sept sorciers de Caro King (éd. Prisma, 2012, 376 pages)

Je commence à lire Les sept sorciers de Caro King jusqu’au chapitre 6 (62 pages lues), une jeune fille Nin découvrant qu’elle est la seule à se souvenir de son jeune frère, Toby qui a disparu, ayant été enlevé par un croquemitaine, Skerridge et qui a son tour arrive à échapper à ce dernier. Nin parviendra-t-elle à retrouver son frère? Pour le moment, l’univers fantastique se met doucement en place.

Mes prochaines lectures envisagées:

  • (Roman jeunesse illustré) Alice, De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll et illustré par Benjamin Lacombe et traduite dans sa version intégrale par Henri Parisot (éd. Soleil, coll. Métamorphose, 2016, 295 pages), un roman jeunesse pour les adolescents, à partir de 13 ans. Après nos billets communs avec Blandine autour d’Alice au pays des Merveilles, nous avons eu envie de prolonger nos lectures avec la suite. LC prévue pour le 25 septembre 2021.
  • (Roman) La maîtresse des épices de Chitra Banerjee Divakaruni (éd. Picquier, 1999, 331 pages), un roman choisi parmi la liste de suggestions de Hilde. LC autour des éditions Picquier prévue le 25 septembre 2021 dans le cadre des Étapes Indiennes de Hilde et Blandine.

Nos lectures » Alice au Pays des Merveilles »

Pendant le Mois Anglais 2021, j’ai voulu cette année me replonger dans l’univers carrollien avec Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll (paru pour la première fois en 1865) et sa suite, De l’autre côté du miroir (paru pour la première fois en 1930). Et pour cette immersion dans le terrier du lapin blanc, j’ai été en bonne compagnie avec Blandine, le mois de juin ayant été ponctué de lectures communes avec elle. Nous reprenons toutes les deux cette immersion en septembre, mois dédié par le challenge A Year in England 2021 aux romans jeunesses. Partant d’un même texte, les versions traduites et illustrées que j’ai pu lire m’ont entraînée dans des ambiances et époques bien différentes, avec des Alice aux multiples visages et une préférence pour la traduction d’Henri Parisot.

Des versions classiques (texte intégral)

  • Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll et illustré par John Tenniel (1865)

Quand j’avais la vingtaine, après une discussion avec un ami qui venait de le lire après un long trajet en train, j’ai eu envie de découvrir l’œuvre originelle que je ne connaissais que par le dessin animé Disney. J’avais donc acheté Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, illustré par John Tenniel (illustrations en noir et blanc) et traduite par Jacques Papy (éd. Folio classique, 1994, rééd. 2003). Après avoir suivi par curiosité un lapin blanc dans son terrier, Alice une petite fille se retrouve plongée dans des aventures extraordinaires au pays des merveilles, celui du rêve.

  • Alice au Pays des Merveilles illustré par Benjamin Lacombe

Cette fois, je replonge dans l’univers carrollien d’Alice au Pays des Merveilles avec la version magnifiquement illustrée par Benjamin Lacombe et traduite par Henri Parisot (éd. Soleil, coll. Métamorphose, 2016), un roman jeunesse au grand format pour les adolescents, à partir de 13 ans avec une Alice se mouvant dans une ambiance gothique et parfois troublante. Dans la préface puis à la fin de l’ouvrage, il est rappelé la genèse de cette histoire, le travail de traduction pour garder l’esprit des jeux de mots et de langage et aussi des photos et des lettres de la correspondance de Lewis Carroll.

  • Alice au Pays des Merveilles illustré par Guillaume Sorel

J’ai également emprunté une autre version illustrée à partir de la même traduction française, celle d’Henri Parisot: Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll et illustré par Guillaume Sorel (éd. Rue de Sèvres, 2014), un roman jeunesse (classé aussi en BD jeunesse) à partir de 13 ans. Guillaume Sorel présente une Alice sous les traits d’une adolescente plus qu’une enfant et avec une apparence plus british et l’ancrant dans une époque victorienne. Les personnages rencontrés et lieux visités par Alice sont plus angoissants bien qu’enfantins au point que je me demande si c’est un rêve ou un cauchemar que fait la jeune fille.

  • Alice au Pays des Merveilles illustré par Helen Oxenbury

Encore une version d’Alice au Pays des Merveilles traduite par Henri Parisot et cette fois illustrée par Helen Oxenbury (éd. Flammarion, 1999), un roman jeunesse à partir de 12/13 ans. Helen Oxenbury présente Alice sous des traits d’une petite fille pleine d’esprit et de vie, dans des vêtements modernes. L’illustratrice alterne des illustrations en couleurs pastel et en noir et blanc dont il se dégage une douceur et une ambiance enfantine, espiègle et joyeuse où les personnages secondaires sont bien mis en avant. Et cette fois, nous avons la réponse a posteriori apportée par Lewis Carroll à Noël 1896 sur la devinette du Chapelier (« Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau? »).

  • Alice au Pays des Merveilles illustré par Rébecca Dautremer

Je lis aussi Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, illustré par Rébecca Dautremer et traduit par Sophie Koechlin (éd. Gautier-Languereau, 2010), un roman jeunesse à partir de 13 ans. Rébecca Dautremer s’est éloignée de l’image que Lewis Carroll avait donnée d’Alice puisqu’ici, l’illustratrice en fait une petite fille brune très proche d’Alice Riddel, la petite fille pour qui Lewis Carroll avait écrit ce conte. Le décor fait plus penser aux années 50/60 et aux bayous de Louisiane (Alice évoluant dans les mangroves et la maison du lapin blanc étant sur pilotis par exemple).

Des versions abrégées

  • Alice au Pays des Merveilles de Sophie de Mullenheim et Paku

Nous lisons Alice au pays des merveilles de Sophie de Mullenheim et Paku, d’après le roman éponyme de Lewis Carroll (éd. Auzou, coll. Les p’tits classiques, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui est une version simplifiée joliment illustrée.

  • Alice au pays des merveilles, Dans le terrier du lapin blanc illustré par Éric Puybaret

Je lis aussi Alice au pays des merveilles, Dans le terrier du lapin blanc illustré par Éric Puybaret (éd. De la Martinière Jeunesse, 2015), un album jeunesse à partir de 6 ans et qui reprend les cinq premiers chapitres du roman originel, laissant pour la suite libre cours à l’imagination du lecteur. Un très bon moment de lecture! A noter qu’il existe une suite parue en 2017, A l’heure du thé avec le chapelier.

Des versions détournées/revisitées du conte

Des histoires reprenant le(s) personnage(s) du conte

  • Madame le Lapin Blanc de Gilles Bachelet

Je lis Madame le Lapin Blanc de Gilles Bachelet (éd. Seuil Jeunesse, 2012), un album jeunesse prenant le point de vue de la femme du célèbre lapin blanc toujours en retard d’Alice au Pays des Merveilles. Épouse et mère au foyer débordée, Madame le Lapin Blanc écrit à son journal son quotidien. Un très bon moment de lecture!

Des histoires qui m’ont fait penser à Alice au pays des merveilles

  • L’anniversaire de Pierre Mornet

En lecture commune avec Blandine, j’ai L’anniversaire de Pierre Mornet (éd. Autrement, 2013), un album jeunesse à partir de 8 ans et qui me replonge dans le monde de l’enfance avec une petite fille qui rencontre le jour de son anniversaire celle qui deviendra sa meilleure amie. Un bon moment de lecture plein de poésie, d’onirisme et d’imagination enfantine!

Pour d’autres idées de lectures autour d’Alice au Pays des Merveilles: Blandine.

Participation #36 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Billet thématique

Participation #58 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Tea-party

Participation #23 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie #Classique jeunesse

Participation #58 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Contes et légendes au jardin

Participation #20 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Jardin

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑