Étiquette : Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec le tome 9 de Son espionne royale

J’ai lu, en février dernier, le tome 9 de Son espionne royale et les conspirations du palais de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, avril 2022, 378 pages), un cosy mystery qui reprend quelques semaines après le retour de Lady Georgiana des États-Unis, en novembre 1934, la jeune femme étant toujours sans le sou et sans toit fixe tandis que sa mère, fraîchement divorcée de son époux américain est repartie en Allemagne et que Belinda est restée à Hollywood tenter sa chance de percer en tant que couturière. La jeune femme se voit confier une nouvelle mission par la Reine, prendre en charge la princesse Marina de Grèce, la fiancée du prince George, duc de Kent et lui faire découvrir la vie mondaine des jeunes aristocrates de leur âge.

Mais à peine a-t-elle commencé sa mission informelle qu’elle découvre le corps sans vie de Coco Barrington, l’une des anciennes maîtresses du prince George dans la cour de Kensington Palace. Parviendra-t-elle à sauver le mariage princier sans que la princesse n’apprenne le passé dissolu du prince George et malgré ses inquiétudes à l’égard de Belinda qui semble avoir disparu?

Dans ce nouvel opus, désormais bien rodée à enquêter sur les meurtres, lady Georgiana en vient à aider Sir Jeremy, haut responsable des services secrets britanniques afin d’enquêter sur le meurtre de Coco Barrington, afin de disculper son cousin, le prince George, aux yeux de la police et d’éviter Britun énième scandale. Cette fois, la jeune femme est mieux lotie puisque le temps des préparatifs du mariage, elle loge au palais de Kensington Palace, bien que ce palais dans lequel sont logées des membres âgées de la Couronne, ses grandes-tantes célibataires soit vétuste et rempli de fantômes.

Rhys Bowen a apporté un peu de nouveautés dans ce tome. Je trouvais, en effet que la série commençait à s’essouffler car de tome en tome, contrairement aux Détectives du Yorkshire par exemple, l’autrice ne se renouvelait guère, que ce soit la relation Georgiana/Darcy qui en devient presque ennuyeuse, les arrivées inopinées de son entourage ou l’attitude de sa femme de chambre. Cette fois, Queenie est moins présente mais avec son lots de gaffes et sa peur des fantômes, son personnage faisant place à la cousine de Marina, la comtesse Irmtraut qui, du fait de la barrière de la langue, ne comprend pas les expressions anglaises ni l’humour british (ressort comique auquel je n’ai pas du tout accroché). De même pour le prince héritier David et sa relation avec Mme Simpsons que l’on croise un court instant, ce tome étant centré sur son frère cadet, le prince George.

Pour autant, je vais continuer cette série livresque, appréciant les talents de plus en plus aboutis de détective amatrice de la jeune femme, bien plus perspicace que son fiancé pourtant espion auprès de la Couronne et le fait de mélanger la petite histoire fictive avec la grande Histoire de la famille royale britannique, cette fois le mariage du prince George qui a collectionné les conquêtes, tant des hommes que des femmes. Le personnage de Coco est d’ailleurs inspirée, comme l’écrit l’autrice à la fin, du personnage Kiki Preston.

Un moment de lecture plaisant, bien mieux en tout cas que le tome précédent qui m’avait déçue et que j’aurai pu garder pour Halloween au vu de la fin un peu trop précipitée! Sans oublier de nombreux passages gourmands, lady Georginia partageant de nombreux repas bien plus copieux et appétissants pour une fois, que ce soit avec sa famille royale ou en compagnie des soirées auprès de la princesse Marina ou aux casinos.

Pour d’autres avis sur ce tome 9: Pedro Pan Rabbit.

Participation #5 Challenge British Mysteries 2024 de Lou et Hilde #Cosy mystery historique

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Participation # Le Mois Anglais 2024 de Lou et Titine #Cosy mystery historique

Participation # (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib#Royaume-Uni (Angleterre)  

RAT gourmand des Contes et légendes d’Inde 2024

Comme les années précédentes avec l’arrivée de l’été, Hilde, Bidib et Fondant coorganisent à partir de ce vendredi 28 juin matin jusqu’à dimanche 30 juin minuit, un read-a-thon gourmand avec une escale gourmande de contes et légendes en Inde en lien avec leurs challenges respectifs Les Étapes Indiennes, Des livres (et des écrans en cuisine) et Contes et Légendes.

L’objectif de ce RAT? Lire au moins une lecture en rapport avec des contes et légendes d’Inde. Ce sera l’occasion de relever des passages gourmands dans nos lectures, de s’évader livresquement en Inde et de cuisiner avec la Brigade des Marmitonnes d’Isabelle. Encore de chouettes moments de lecture et d’échange au fil du week-end à venir avec les autres participantes!

Alors que vais-je lire pendant ce RAT? J’avais prévu pour ce week-end de relire La panthère de minuit de de Poonam Mistry que j’avais repéré chez Hilde mais ce n’était plus possible de l’emprunter à ma médiathèque malheureusement.  En revanche, j’ai pu réserver la deuxième enquête de du capitaine Samuel « Sam » Wyndham, Les Princes de Sambalpur d’Abir Mukherjee. J’avais d’ailleurs lu le premier tome lors du RAT indien précédent: L’attaque du Calcutta-Darjeeling d’Abir Mukherjee (éd. Liana Levi, octobre 2019, 464 pages), un roman policier historique se déroulant à Calcutta, en avril 1919, au temps du Raj britannique.

Si cela vous intéresse, l’ayant déjà lu il y a peu, il est encore temps de se plonger dans la lecture commune du mois de juin des Étapes Indiennes: La photographe du maharadjah de Dinah Jefferies (éd. Hauteville, avril 2023, 424 pages), une romance historique se déroulant en 1930, dans le Raj britannique.

Pour d’autres idées gourmandes et indiennes, les autres participantes: Hilde, Bidib, Fondant, Katell, Isabelle, L’Orouge (IG), Claude, Lou (IG)…

Vendredi 28 juin 2024

Me revoilà en début de soirée, la journée ne s’étant pas déroulée comme je l’avais prévu. Je passe d’abord chez les autres participantes, L’Orouge s’étant installée au soleil pour lire, Isabelle en pleine lecture de Mère Teresa, L’assoiffée de Dieu de Charlotte Grossetête, Hilde plongée dans ses révisions mais avec quelques échappées indiennes, Bidib ayant pioché dans ses bibliothèques avec un premier conte, Le prince et le tapis volant.

J’ai prévu de commencer ce soir Les Princes de Sambalpur d’Abir Mukherjee (éd. Liana Levi, octobre 2020, 362 pages), un roman policier historique se déroulant en juin 1920, le quatrième de couverture mentionnant une enquête au cœur du royaume de l’Orissa, avec des omelettes trop pimentées pour les papilles anglaises et le culte de l’étrange dieu Jagannath.

Mais avant, notre repas a également été indien puisque nous avons mangé du poulet tandoori (déjà tout préparé) accompagné de riz basmati.

Samedi 29 juin 2024

Je continue de lire, ce matin, dès 7h, Les Princes de Sambalpur. Pour le moment, je trouve ce deuxième tome meilleur que le premier, appréciant de retrouver l’humour anglo-indien déjà présent dans la première enquête et le duo Sam/Sat qui après avoir échoué à sauver la vie du prince héritier de Sambalpur, se rend dans le royaume de l’Orissa. Complot politique ou geste désespéré d’un fanatique religieux?

A midi, le déjeuner n’était pas indien puisque nous avons mangé des crêpes salées avec des frites, un plat qui nous accompagne très souvent lors des marathons de lecture. 

Cet après-midi, j’ai finalement préféré continuer de lire plutôt que de sortir chercher des livres à la médiathèque. Je ferai avec ceux que j’ai déjà. Et du côté des participantes? Petit tour sur les réseaux sociaux et les blogs: L’Orouge a commencé Le livre de la jungle de Rudyard Kipling, Isabelle a continué Mère Teresa, L’assoiffée de Dieu tandis que Hilde avait ce matin une formation Premier Secours, Bidib a lu un autre conte: L’élève qui en remontra à son maître… Fondant nous a également rejointes.

En soirée, j’ai fini de lire Les Princes de Sambalpur, ayant passé un bon moment de lecture avec cette deuxième enquête menée difficilement par un capitaine en manque d’opium où il est question du culte dieu Jagannath, une des représentations de Vishnou, de purdah, de complots politiques avec un maharajah âgé et souffrant dont le fils aîné vient d’être assassiné, de convoitise britannique sur les mines de diamants, de la disparition d’un comptable anglais qui pourrait être lié au décès du prince héritier, d’inégalités sociales et de racisme à l’égard des Indiens, des relations mixtes, du mouvement indépendantiste… J’ai étonné des différences quant à la pratique du purdah qui était bien plus restrictive dans la deuxième enquête de Perveen Mistry, La malédiction de Satapur de Sujata Massey (éd. Charleston, juin 2021, 485 pages). J’en reparle très vite dans un billet dédié.

Dimanche 30 juin 2024

Ce matin, j’ai pioché des contes et légendes dans des recueils en e-book:

  • Le tigre, le brahmane et le chacal, le seul conte indien dans Jolis contes du monde entier de Raffaela, Eric Puybaret et Caroline Attia-Larivière (éd. Fleurus, octobre 2017, 74 pages), un album jeunesse. Il était une fois un brahmane qui fit sortir d’une cage un tigre qui est prêt à le dévorer alors qu’il l’a délivré. Est-ce bien juste? Ils demandent l’avis aux quatre premières personnes rencontrées: un vieux buffle, un aigle, un crocodile et un petit chacal. Les trois premiers sont d’avis que le tigre mange le brahmane, au vu de la cruauté humaine. Et si le petit chacal en décidait autrement?
  • Contes et légendes des pays de l’Inde de Maurice Coyaud et Alice Lefort (éd. Flies France, avril 2015, 208 pages), un recueil à partir de 12 ans et qui parle de cosmogonie hindoue où il est question de l’apparition de la Terre, des hommes, de certains animaux… Certains passages sont quand même assez ardus avec une multitude de divinités
  • et Contes de Sagesse de l’Inde de Ruchika Belwal (éd. juin 2022, 31 pages), le recueil dont j’ai le moins apprécié les illustrations avec des histoires d’Akbar, empereur monghol du XVIe siècle et son conseiller et commandant principal de l’armée, Birbal.

A l’heure du déjeuner et avant d’aller voter, j’ai préparé un curry indien comme Syl qui en a fait un végétarien tandis que Claude a concocté un upma (semoule à l’indienne). Pour me mettre en appétit, j’ai feuilleté également un livre de recettes indiennes.

Pour le goûter, Isabelle a bu un lassi. Côté lecture, elle a lu Châli, une nouvelle de Guy de Maupassant de 1884 qui l’a choquée, ce que je peux comprendre puisqu’il est question d’une relation pédophile entre un jeune lieutenant de vaisseau avec une petite fille indienne de 8 ans offerte en cadeau par le rajah. Je ne vois pas trop la finalité de cette nouvelle, bien trop complaisante à l’égard d’un acte criminel et qui ne peut se lire comme une dénonciation de la politique coloniale française. On est bien loin de Bel-Ami ou du Horla. Bidib non plus n’a pas apprécié le conte choisi ce dimanche, Le berger, l’archer, le cavalier et le brahmane qui ne s’entendaient pas dans Contes d’une grand-mère d’Asie tout en propos sexistes. L’Orouge a laissé de côté sa lecture du Livre de la jungle, même si elle a bien avancé pour une autre lecture.

Participation # Les Étapes Indiennes 2024 de Hilde #RAT

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 de Bidib et Fondant #Cuisine indienne

Au fil des pages avec L’attaque du Calcutta-Darjeeling (T1)

J’ai lu L’attaque du Calcutta-Darjeeling d’Abir Mukherjee (éd. Liana Levi, octobre 2019, 464 pages), un roman policier historique se déroulant à Calcutta, en avril 1919, au temps du Raj britannique. Il s’agit de la première enquête du capitaine Samuel « Sam » Wyndham, ancien inspecteur de Scotland Yard fraîchement débarqué de Londres à Calcutta, après avoir perdu sa femme de la grippe espagnole et été traumatisé par la Grande Guerre. Désormais capitaine dans la police impériale et dépendant des drogues (morphine et opium) et assisté par le sergent indien Satyendra « Sat » Banerjee et l’inspecteur adjoint Digby, il se voit confier une enquête politiquement sensible  puisque cela concerne le meurtre d’un haut-fonctionnaire proche du vice-gouverneur, Alexander MacAuley dont le corps a été retrouvé dans une sombre ruelle près d’un bordel et qui semblait corrompu par un magnat irlandais. Ce meurtre serait-il lié à l’attaque d’un train postal, le Calcutta-Darjeeling?

J’ai apprécié cette enquête historique qui se déroule sur une semaine, même si parfois j’aurai apprécié un peu plus de détails historiques. Les courts chapitres s’enchaînent, le lecteur découvrant en même temps que le capitaine Calcutta à l’époque du Raj britannique, dans une ambiance plus sombre que celle par exemple des enquêtes de Perveen Mistry de Sujata Massey, en particulier la troisième, Le Prince de Bombay (éd. Charleston, avril 2023, 489 pages) et avec un personnage principal plus tourmenté, même si j’ai trouvé son attirance pour Annie Grant bien rapide pour quelqu’un qui est dépeint comme ne s’étant pas remis de son deuil.

Il y est ainsi question d’inégalités sociales (avec le plafond de verre des Indiens comme le sergent Banerjee pour toute ascension sociale ou du statut indéterminé de ceux issus d’une relation mixte (indienne et anglaise) comme Annie Grant une Anglo-indienne et secrétaire de la victime, de racisme « ordinaire » (le capitaine Wyndham se reprochant très vite d’être arrogant et méprisant à l’égard des Indiens sans pour autant y mettre un terme et alors même qu’il reconnaît la compétence et l’intelligence du sergent Banerjee), des lois Rowlatt de mars 1919, des prémices du mouvement indépendantiste de l’Inde mené par Gandhi… Un bon moment de lecture qui ne manque pas d’humour indo-british, surtout de la part de Sat Banerjee et malgré quelques longueurs, l’enquête avançant lentement malgré le laps de temps écoulé! J’ai vu qu’il existait d’autres tomes que je lirai volontiers.

J’ai enfin relevé quelques passages gourmands avec des plats anglo-indiens (riz pilaf aux poissons, tourte à la viande et du whisky) même si ce sont ceux ratés de la logeuse du capitaine.

Pour d’autres avis sur ce roman policier historique qui avait fait l’objet d’une lecture commune en février 2022 pour les Étapes Indiennes à laquelle je n’avais pas pu participer, n’ayant pas réussi à l’emprunter à temps: Hilde, Rachel et Pativore.

Participation #4 Les Étapes Indiennes 2024 de Hilde #Roman policier historique

Participation #11 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 de Bidib et Fondant #Cuisine anglo-indienne

Participation #15 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #Royaume-Uni (Angleterre)

Participation #2 Challenge Pages de la Grande Guerre de Nathalie #La fin et les suites de la guerre

Participation #1 Le Mois Anglais 2024 de Lou et Titine #Roman policier historique

Au fil des pages avec Les délices de Tokyo

J’avais lu, en 2021, Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa (éd. Albin Michel, février 2016, 239 pages), un roman que je n’avais pas pris le temps de chroniquer mais que je fais désormais pour une lecture commune avec Isabelle.

Afin de rembourser une dette et malgré l’ennui qu’il chasse par la boisson, Sentarô gère, en face d’un cerisier, une échoppe de dorayaki, des pâtisseries japonaises à base de pancakes et fourrées de purée de haricots rouges confits, sa clientèle étant surtout des collégiennes dont une qui va attirer son attention, plus réservée que les autres et qui envisage d’arrêter ses études, Wakana. Il passe une petite annonce pour embaucher quelqu’un pour l’aider. Une vieille dame aux doigts déformés, Tokue, se présente et insiste pour être embauchée. Bientôt, les talents de pâtissière de Tokue font la renommée de l’échoppe de Sentarô. Mais le secret qu’elle cache ne va-t-il pas tout venir arrêter?

J’ai beaucoup apprécié cette lecture où il est question de cuisine bien sûr avec la préparation des dorayaki, Tokue ayant l’art de si bien les préparer depuis plus de 50 ans. J’ai ainsi noté quelques passages gourmands comme lorsque Tokue apprend à Sentarô à préparer les dorayaki avec les bons ustensiles (p.34/35, p.42/43).

Mais derrière cette passion pour la pâtisserie, il est question d’un passé plus sombre du Japon, la société japonaise étant bien peu tolérante à l’égard des personnes malades ou handicapées. Il y est en effet question de préjugés, de discrimination mais également d’amitié intergénérationnelle, de transmission, de résilience et in fine d’espoir, malgré une fin plus dramatique.

Par cette lecture, j’ai, en effet, découvert le traitement des lépreux au Japon qui, jusqu’encore récemment, était isolés du reste de la population, retirés de leur famille et internés dans des sanatoriums en raison d’une politique de ségrégation encore en vigueur jusqu’en 1996. 

A côté des 3 personnages principaux qui sont, chacun, à une étape particulière de leur vie et portant comme ils le peuvent leurs blessures et leur mal-être, l’auteur fait du cerisier un « personnage à part entière », témoin du temps qui passe et des liens qui se nouent entre eux. Un très bon moment de lecture!

Pour prolonger cette lecture, j’ai repéré que le film éponyme adapté du roman et sorti en 2015 était disponible à ma médiathèque. Je suis bien tentée également de préparer des dorayaki comme Hilde l’avait déjà fait et Isabelle qui va réessayer dimanche.

Pour un autre avis sur ce roman: Isabelle.

Participation # Un Mois au Japon 2024 de Hilde et Lou #Roman

Participation #10 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #Japon

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Lieu: « Tokyo »

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 de Bidib et Fondant#Cuisine japonaise/Dorayaki

Au fil des pages avec le tome 4 des Quatre de Baker Street

J’ai lu le tome 4  des Quatre de Baker Street, Les orphelins de Londres de Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand d’après l’œuvre d’Arthur Conan Doyle (éd. Glénat, septembre 2012, 56 pages), une BD jeunesse pour adolescents se déroulant à Londres, en 1891.

Les journaux londoniens venant d’annoncer la mort de Sherlock Holmes, les trois jeunes francs-tireurs se disputent, chacun allant de son côté en colère et triste: Billy dans leur repère, Black Tom dans sa famille irlandaise, retrouvant avec plaisir sa cousine Kitty et Charlie, dans la rue avec son fidèle chat Watson. Mais l’évasion de Bloody Percy met leur vie en danger, ce dernier voulant se venger des trois adolescents qui avait permis son arrestation. Prévenu par l’inspecteur Lestrade, le Dr. Watson parviendra-t-il à les retrouver à temps?

J’ai beaucoup apprécié ce tome nous plongeant dans les bas-fonds londoniens de l’East End. Le trio de francs-tireurs (ou plus exactement le quatuor avec le chat) est toujours aussi attachant, les trois orphelins étant toujours aussi débrouillards, que ce soit Charlie qui, après un vol à l’étalage, est envoyé dans une workhouse tenue par des religieux qui exploitent d’autres jeunes filles comme elles dans des travaux épuisants de blanchisserie, laissant seul derrière lui son chat ou Black Tom qui est entraîné par son oncle dans une série de cambriolages qui alertent les policiers. Vite retrouvé par Bloody Percy, Billy demande l’aide du Dr. Watson afin de retrouver les autres francs-tireurs, se laissant bien volontiers nourrir par Miss Watson.  J’ai d’ailleurs relevé quelques passages gourmands lorsque Billy Fletcher se rend chez le Dr. Watson.

Il y est ainsi question de difficiles conditions de vie des orphelins à l’époque victorienne, de pauvreté, d’amitié, de courage. Un très bon moment de lecture bien rythmé, tout en émotions et qui finit sur une note d’espoir pour le quatuor, présageant le retour de Sherlock Holmes! J’ai d’ores et déjà emprunté le tome 5, La Succession Moriarty que je n’ai pas encore eu le temps de lire mais ça ne serait tarder.

Pour d’autres avis sur ce tome 4: Katell et Enna.

Participation #5 Challenge British Mysteries 2024 de Lou et Hilde #BD

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Chiffre/Nombre: « Quatre »

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑