Catégorie : Mini joueur (page 1 of 9)

Une abeille en rouleaux de papier toilette

En ce 20 mai 2019, journée mondiale des abeilles et pour prolonger la lecture des albums jeunesse de ces dernières semaines, nous faisons une abeille à partir de rouleaux de papier toilette. Nous avions peint il y a quelques jours un rouleau avec des bandes jaunes et un autre tout en jaune. Pour délimiter les parties jaune et noire, j’avais préalablement enroulé le rouleau avec du scotch de peintre. Il ne restait donc plus qu’à peindre les parties restantes en noir de celui zébré.

Nous avons laissé sécher le tout pendant quelques heures. Puis j’ai coupé en deux avec un cutter le rouleau jaune uni, cette moitié servant pour faire la tête de l’abeille. Nous y avons collé des yeux amovibles et dessiné une bouche. Puis j’ai emboîté les deux morceaux de papier toilette pour former l’abeille. J’ai ensuite scotché les antennes de l’abeille en curepipe noir et collé les ailes préalablement découpé sur une feuille blanche que nous avions également saupoudré de paillettes argentées.

Des cartes plastifiées avec Rouge et Vert

Depuis plusieurs mois déjà, nous prolongeons la lecture de certains albums jeunesse par des petites activités de jeux: puzzle de couverture ou d’autres illustrations, coloriage et aussi des imagiers avec des cartes plastifiées développant ainsi le vocabulaire en s’amusant. C’est aussi une façon de reconnaître une carte avec la bonne illustration de l’album. C’est le cas ce matin avec un imagier fabriqué à partir des illustrations avec Rouge et Vert de Gabriel Gay (éd. L’école des Loisirs, coll. Les lutins, 2016).

Pour fabriquer ces cartes plastifiées, rien de plus simple: je prends en photo des illustrations de l’album: pour Rouge et Vert, ce sera les éléments-clés de l’histoire à savoir notamment les protagonistes, les véhicules et le feu tricolore. Après les avoir recadrées, je les intègre dans un fichier texte dans lequel j’ai préalablement créé un tableau avec les mots associés. Reste la partie délicate, plastifier les cartes. Il est possible d’utiliser une plastifieuse. Mais si vous n’en avez pas comme nous, il existe une autre technique qui demande un peu plus d’huile de coude: un fer à repasser! Sur un morceau de tissu ou couverture assez épais (mais pas la planche à repasser trop molle), je pose une pochette de plastification avec ma feuille imprimée de cartes. Je la recouvre avec un morceau de papier sulfurisé. Il ne reste plus qu’à passer dessus le fer à repasser assez longtemps pour coller l’ensemble puis à découper les cartes. A noter que le papier sulfurisé se garde longtemps puisqu’il ne brûle pas au passage du fer à repasser.

Et enfin place au jeu! Nous pouvons utiliser les cartes pour plusieurs jeux: comme un simple imagier pour reconnaître, nommer (ou lire) les cartes mais aussi pour rechercher dans l’album jeunesse la bonne illustration utilisée. Nous jouons aussi en faisant des mises en scène avec des jouets: faire passer la voiture au rouge en associant les deux cartes correspondantes ou faire passer le piéton, etc.

Du collage avec Loup

Pour changer du coloriage de carrés de toutes les couleurs, nous faisons un dessin en collage de carrés. Pour ce faire, je découpe un carré de 20 centimètres sur 20 centimètres sur une feuille blanche A4. Puis je coupe des carrés de 5 centimètres sur 5 centimètres dans des feuilles cartonnées jaune, bleu, rouge, vert, orange, jaune, violet et marron. J’imprime ensuite une des illustrations de Loup de l’album jeunesse Le loup qui apprivoisait ses émotions d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier (éd. Auzou, 2017) ainsi que le mot « loup » en lettres capitales, les deux suffisamment grands pour être collés sur la feuille carrée. C’est l’occasion de s’amuser à nommer la couleur des carrés avant de les coller un à un.

Une fois tous les carrés collés, nous collons l’ensemble sur un carton légèrement plus grand que la feuille afin de pouvoir l’accrocher au mur de la chambre.

Des oiseaux en pompon de toutes les couleurs

Après un tel succès pour notre activité d’oiseaux en pompon, nous en faisons à nouveau le lendemain. Pour les réaliser, rien de plus simple: prendre des pompons et des morceaux de feutrine de toutes les couleurs ainsi que des yeux mobiles et se munir de ciseaux et de colle. Nous nous amusons à coller les yeux sur les pompons.

Puis je découpe selon nos envies de couleur les pattes et les becs que nous collons sur les pompons. Et voilà nos petits oiseaux prêts à s’envoler ou s’installer un peu partout dans la chambre!

Pour leur permettre de se reposer un peu, nous leur créons des balançoires et un nid fabriqué avec un reste de boîte que nous avions utilisé il y a quelques jours pour faire des poussins de Pâques et des petits bouts de fil de laine bleue. Nous les installons autour de celles que nous avions déjà faites avec la roue de la semaine.

Une roue de la semaine printanière

Avec un peu de retard, je fais une nouvelle roue de la semaine qui va remplacer celle faite cet hiver. Le printemps est, en effet, bien avancé, malgré la pluie de ces derniers jours (ah avril et ses giboulées!). L’idée m’est venue après que nous ayons passé la matinée à fabriquer des oiseaux en pompon. Pour faire ces oiseaux, nous reprenons le même principe que pour nos poussins de Pâques: nous collons sur des pompons des yeux mobiles et morceaux de feutrine pour les pattes et les becs. Puis nous installons ces oiseaux sur des balançoires fabriquées avec de petits morceaux de bois ramassés lors de balades et de la laine marron.

Pour terminer la roue, j’imprime des images de P’tit Loup (le personnage  créé par Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier, éd. Auzou) récupérées sur internet: ceux des mois de l’année sur le blog de La maternelle de Moustache et ceux des saisons sur le blog de Maîtresse Myriam. Je les colle sur la feuille blanche préalablement collée sur une feuille cartonnée verte. Il ne reste plus qu’à tourner la roue sur le bon jour de la semaine!

« Older posts

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑