Catégorie : Mini randonneur (page 2 of 7)

Balade sur le sentier planétaire de Valberg

Moineau cisalpin

Sculpture du Soleil

Ce 28 juillet 2018, nous montons à Valberg par les gorges du Cians. Dès le parking gratuit derrière la place centrale, nous sommes accueillis sous les chants des moineaux cisalpins. Les remontées mécaniques de l’hiver ont laissé la place aux activités estivales telles que la luge d’été et des structures gonflables pour les enfants et même les plus grands. Nous pique-niquons sur l’une des tables en bois au départ du sentier planétaire, des enfants montant des poneys passant régulièrement devant nous. Puis nous partons balader sur le sentier planétaire. Nous suivons d’abord un chemin en bois en s’arrêtant devant le Soleil. Les rayons sculptés du Soleil sont, à cette heure-ci, à l’ombre.

Criquet

Nous sommes, en revanche, sous le soleil, au niveau de Mercure et passons sous les bruits des criquets. Nous en profitons également pour regarder les nombreuses fleurs. Depuis nos visites précédentes, le sentier nous semble encore mieux balisé. Nous sommes le plus souvent à l’ombre des mélèzes, la température étant de 25 degrés à notre arrivée.

Sculpture de Vénus

Sculpture de la Terre et de la Lune

Sculpture de Mars

Nous arrivons en quelques pas au niveau de Vénus, de la Terre puis de Mars. En effet, un mètre pour nous représente un million de kilomètres dans le système solaire.

Télésiège de Clot de Maty – Valberg

Sous le soleil, nous coupons à travers le télésiège de Clot de Maty. Les pistes de ski sont verdoyantes et teintées d’une grande palette de couleurs issues des fleurs.

Rougequeue à front blanc

Nous pouvons voir aussi de nombreux insectes et papillons mais également des oiseaux comme des rougegueues à front blanc. Nous entendons surtout leurs chants.

A nouveau sous les mélèzes, nous nous arrêtons non devant une nouvelle planète mais une sculpture accompagnée d’explications sur la pollution lumineuse puis une autre. Nous avançons encore un peu jusqu’au panneau de bifurcation entre les planètes les plus éloignées et la balade sidérale sur les traces de « Nine », la neuvième planète, Pluton ayant perdu ce statut. 

Puis nous retournons à la voiture, après une petite pause sur un des bancs en pierre aménagés au niveau de la dernière sculpture que nous venons de dépasser. Nous n’irons pas cette fois-ci jusqu’au lac du Sénateur, ni même aux constellations représentées dans l’abri Sainte-Marie, et encore moins jusqu’à Neptune.

Balade sur le sentier de la presqu’île du Cap Ferrat

Premier jour de l’année, le soleil est déjà au beau fixe. Nous partons à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Nous nous garons au niveau de l’entrée du Phare et suivons le sentier littoral en direction du Port de la commune. Le sentier est bien aménagé, avec des escaliers par moment. Il est également possible de faire tout le tour du Cap Ferrat de la plage Passable au Port, voire jusqu’à la Pointe Saint-Hospice.

Nous nous posons au niveau de la Pointe Causinière. Les vagues frappent fort sur les récifs, l’eau allant même jusqu’à déposer un poulpe à quelques mètres de nous ! Nous avons vraiment une belle vue du Cap Ferrat. On n’en oublierait presque les hôtels et villas, la plupart volets fermés, qui ont été construites si près de l’eau.

Puis nous continuons le sentier, abîmé par endroits par de précédentes intempéries, pour rejoindre le Port de Saint-Jean-Cap-Ferrat et sa rue commerçante encore couverte des illuminations des fêtes de Noël. C’est l’occasion de pouvoir observer un grand cormoran.

Nous décidons ensuite d’emprunter la Promenade Rouvier qui permet de rejoindre Beaulieu-sur-Mer. Nous n’irons pas jusque-là et au niveau de la Pointe Rompa-Talon, faisons demi-tour par l’intérieur de la commune pour regagner notre voiture.

Rocca Sparvièra ou le village maudit

Ce 1er novembre 2015, nous partons dans la vallée du Paillon en direction de Coaraze. L’objectif du jour : Rocca Sparvièra. Le soleil est au rendez-vous et nous pouvons débuter la randonnée. Nous voyons enfin les ruines du village maudit par la Reine Jeanne. En effet, on raconte, depuis des siècles, qu’on lui aurait servi lors d’un dîner de Noël les corps découpés de ses deux enfants… 

Le sentier des Muletiers – lac de Sainte-Croix

Lac de Sainte-Croix

Ce 29 août 2015, nous sommes à Sainte-Croix-du-Verdon et passons une bonne partie de la journée au bord du lac de Sainte-Croix. Après avoir passé le camping et l’école de voile, nous marchons un peu avant de trouver un endroit ombragé pour étendre nos serviettes. Nous ne sommes pas les seuls à profiter du soleil. D’autres personnes sont également venues en famille ou entre amis. Des enfants se baignent. Des chiens pataugent dans l’eau. Des pédalos et des petits bateaux passent au loin. Un rapace passe au-dessus de nos têtes, mais trop haut pour l’identifier sans jumelles: un vautour fauve, un busard cendré? Nous n’en saurons rien.

Sentier des Muletiers

Puis vers 16h, le soleil tapant un peu moins, nous décidons de partir balader et optons pour le sentier des Muletiers. Ce circuit est indiqué comme facile et d’une durée de 2 heures. Nous prenons la route goudronnée sur notre droite. Peu après, sur notre gauche, débute la montée par un petit sentier caillouteux. Plus nous montons, plus la vue sur le lac s’élargit et se fait belle.

Nous arrivons, en à peine 1 heure de marche, au niveau d’un grand champ. Nous le longeons et continuons sur notre gauche pour amortir la descente jusqu’au lac.

Grèbe castagneux – Sainte-Croix-du-Verdon

Nous retrouvons ensuite la route goudronnée plate de l’aller. L’occasion de pouvoir observer un oiseau plonger et ressortir de la vase. Il s’agit d’un grèbe castagneux.

Nous prenons notre dîner sur une des tables de pique-nique aménagées sous les arbres, à quelques pas du bord de l’eau, avant de regarder le coucher de soleil. Il est alors temps de regagner le camping du village.

Randonnée dans le Boréon

Ce 9 août 2015, vers 9h00, nous nous garons sur le parking supérieur du Boréon, après avoir passé Saint-Martin-Vésubie et le Lac du Boréon. Nous partons de la balise n°420 (1.670 mètres d’altitude) et suivons le sentier le long d’une rive du cours d’eau. Puis à la balise n°421, nous continuons notre ascension en prenant, à droite, le sentier de la Maïris. Après avoir vu un troupeau de vaches, au détour d’un pont en bois, nous pouvons voir au loin un chamois.

Nous arrivons bientôt au chalet Vidron (balise n°422) situé à 1.770 mètres d’altitude. Nous continuons et passons le pont de Peïrastrèche (balise n°423). Nous montons encore par un sentier arboré.

Chamois – Boréon

A travers les arbres, nous avons alors la chance d’observer un petit groupe de chamois à quelques pas de nous. Après une bonne pause pour les regarder et les photographier, nous reprenons notre ascension jusqu’à apercevoir, cette fois, un peu plus loin, se fondant presque avec les gros blocs de rochers, des marmottes.

Marmotte – Boréon

Nous nous arrêtons une nouvelle fois pour déjeuner, avec une jolie vue, sur les va-et-vient des marmottes et des chamois. Mais bientôt une pluie fine commence à tomber. Même si l’envie de continuer jusqu’au lac de Trécolpas est grande, il est plus prudent de faire demi-tour pour regagner notre voiture, peu après 15h00.

« Older posts Newer posts »

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑