Étiquette : romans jeunesse (Page 1 of 5)

Petit récap’ du Mois Américain 2020

Je participe, pour la première fois cette année, au Mois Américain proposé par Titine du blog « Plaisir à cultiver » tout au long du mois de septembre 2020. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog, sur le groupe Facebook du Mois Américain ou sur le compte Instagram avec Mélanie alias le Shérif @lemoisamericain. Un programme facultatif est prévu:

Ce billet sera actualisé au fil du mois tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Mais avant de commencer mes lectures, j’ai sélection des romans dans ma bibliothèque, entre lectures et relectures pour un début de PAL: The Expanse 1, L’Éveil du Léviathan de James S.A. Corey (éd. Actes Sud, 2014), La servante écarlate de Margaret Atwood (éd. Robert Laffont, coll. Pavillons Poche, rééd.2019), Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick (éd. J’ai lu, 2013), La reine du bal de Mary Higgins Clark et Alafair Burke (éd. Le livre de poche, 2019) et Beloved de Toni Morrison (éd. 10/18, rééd. 2009).

Le 1er septembre 2020, je reprends ma lecture du tome 1 de The Expanse, L’éveil du Léviathan de James S.A. Corey commencé la veille. J’avais commencé à lire quelques années auparavant, juste après avoir vu la saison 1 de la série éponyme qui reprend vraiment la trame du roman. Cette fois-ci, la lecture est plus plaisante puisque je suis beaucoup moins imprégnée par la série. Je m’arrête pour ce soir au chapitre 7. Je laisse Jim Holden et l’inspecteur Miller après la destruction du Canterbury, un transporteur de glace.

Puis le 3 septembre 2020, je complète ma PAL par un passage en médiathèque. Je suis repartie avec de nombreux romans dont certains sur les conseils de la bibliothécaire: Mille femmes blanches de Jim Fergus (éd. Le cherche midi, rééd.2007), Conflits de famille d’Alison Lurie (éd. Rivages, 1990), La femme au miroir d’Éric-Emmanuel Schmitt (éd. Albin Michel, 2011), Le piège de la belle au bois dormant de Mary Higgins Clark et Alafair Burke (éd. Le livre de poche, 2018) et un roman jeunesse, L’arbre à souhaits de Katherine Applegate (éd. Bayard Jeunesse, 2018).

En soirée, je lis un peu plus de la moitié de L’arbre à souhaits de Katherine Applegate, un roman jeunesse à partir de 8 ans et qui raconte la vie de Rouge, un chêne rouge qui tente d’exaucer le vœu d’une petite fille, Samar qui voudrait avoir un ami. Je termine ce roman le lendemain.

Le 4 septembre 2020, je retourne à la médiathèque, mais dans une autre annexe, pour compléter une nouvelle fois ma PAL : deux albums jeunesse, Blues Bayou de Benjamin Lacombe et Daniela Cytryn (éd. Milan Jeunesse, 2009) et Petit Lièvre et l’Étranger de Vanessa Hié (éd. Nathan, 2011) ainsi que Là où chantent les écrevisses de Delia Owens (éd. du Seuil, 2020), un premier roman que je commence dans l’après-midi et poursuis en soirée jusqu’au chapitre 4. L’histoire débute par le décès mystérieux d’un jeune homme, Chase Andrews, en 1969 au pied d’une tour de guet dans les marais, à côté de la ville ségrégationniste de Barkley Cove. Puis retour dans le passé, en 1952 où je suis l’histoire d’une jeune enfant de 6 ans, Kya abandonnée par sa mère et laissée à son père Pa, un homme alcoolique et violent, dans une cabane insalubre au fonds des marais. Y a-t-il un lien entre cette toute jeune fille abandonnée dans les marais et ce décès survenu des années plus tard et qui a tout l’air d’être un meurtre?

Le 6 septembre 2020, je continue un peu dans la journée Là où chantent les écrevisses que je termine tard dans la soirée, un peu après 1h du matin, tant la lecture de ce premier roman est prenante, oscillant entre la vie de Kya, « la fille des marais » et l’enquête sur le décès de Chase. Coup de cœur pour ce roman mélangeant roman policier, roman initiatique et roman naturaliste! Je comprends les critiques élogieuses que j’ai pu voir, notamment le lendemain en lisant les billets d’autres participantes.

Le 7 septembre 2020, je commence la lecture, en fin d’après-midi, d’un roman à suspense, Le piège de la belle au bois dormant de Mary Higgins Clark et Alafair Burke, retrouvant avec plaisir Laurie et son émission Suspicion pour quelques chapitres.

Je retourne l’après-midi à la médiathèque pour chercher deux albums jeunesse: Les Sœurs Ramdam de Françoise de Guibert et Ronan Badel (éd. Thierry Magnier, 2015), Rosa Parks de Lisbeth et Marta Antelo (éd. Kimane, 2018) ainsi qu’un roman jeunesse, Les aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain (éd. Flammarion, rééd. 1994).

Le 8 septembre 2020, après le petit déjeuner, nous lisons Les Sœurs Ramdam de Françoise de Guibert et Ronan Badel et Petit Lièvre et l’Étranger illustré par Vanessa Hié (éd. Nathan, 2011). En journée, je continue un peu Le piège de la belle au bois dormant. En fin d’après-midi, pour la journée « Cowboy », nous relisons Wanted, Un crime insoutenable d’Olivier Dupin et Séverine Duchesne et lors des histoires du soir, Les Sœurs Ramdam. Un autre album jeunesse me vient aussi en tête que nous avions lu cet été, Le bison de Catharina Valckx (une aventure de Billy le hamster et de son meilleur ami Jean-Claude le ver de terre).

  • 2 septembre / « Nature »: Le jardin voyageur de Peter Brown (éd. NordSud, 2010)
  • 4 septembre / « Ladies first (auteure/féminisme/héroïne): Beloved de Toni Morrison (éd. 10/18, 1986, rééd. 2009)
  • 6 septembre / « Album Jeunesse »: Blues Bayou de Benjamin Lacombe et Daniela Cytryn (éd. Milan Jeunesse, 2009)
  • 8 septembre / « la figure du Cowboy »: Les Sœurs Ramdam de Françoise de Guibert et Ronan Badel (éd. Thierry Magnier, 2015)
    Et hors thème: Le Magicien d’Oz de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, d’après Lyman Frank Baum (éd. Albin Michel Jeunesse, 2018)
  • 10 septembre / « Série TV »:
  • Là où chantent les écrevisses de Delia Owens (éd. du Seuil, 2020)
  • 12 septembre / Roman XIXe siècle:
  • Petit Lièvre et l’Étranger de Jacqueline Guillemin et Vanessa Hié (éd. Nathan, coll. Musicontes, 2011)

Au fil des pages avec le tome 3 d’Enola Holmes

Début août, j’ai lu le tome 3 des Enquêtes d’Enola Holmes, Le mystère des pavots blancs de Nancy Springer (éd. Nathan, 2008), un roman jeunesse policier à partir de 9 ans. N’ayant pas encore eu le temps de le chroniquer, je le fais pour le billet commun du 30 août 2020 du Challenge British Mysteries.

Londres, mars 1889, Enola Holmes est en quête d’une nouvelle identité, celle d’Ivy Meschle lui apparaissant compromise par les récentes découvertes de son frère Sherlock Holmes. Alors qu’elle invente plusieurs nouveaux noms, son intention est soudainement captée par un titre du Daily Telegraph, à savoir « La mystérieuse disparition du Dr. Watson ». Elle décide d’enquêter pour le retrouver sous l’identité de Miss Viola Everseau, une « femme superbe » et patiente du Dr. Watson. Lorsqu’elle rend visite à l’épouse du Dr. Watson, Mary Watson, elle est intriguée par un étrange bouquet de fleurs composé de pavots blancs (symbole de sommeil), aubépine rouge (associée aux sorcières) entremêlée de liseron des haies alias grand liseron (signifiant « espoirs perdus ») et de verdure d’asperge. La personne ayant offert ce bouquet serait-elle liée à la disparition du Dr. Watson? Et voilà Enola Holmes partie mener l’enquête.

L’histoire est toujours facile et plaisante à lire même si tout s’enchaîne avec beaucoup de chance pour Enola Holmes, entre déguisements et filatures. Est de nouveau mise en avant sa connaissance des fleurs et de leur signification apprise auprès de sa mère, ce qui lui donne une longueur d’avance sur son frère Sherlock. D’autre part, elle se méfie d’un nouveau message codé dans le journal préféré de sa mère, le Pall Mall Gazette. Serait-ce encore l’œuvre de son frère Sherlock? Parviendra-t-il à revoir sa mère? Enola Holmes continue ainsi d’évoluer seule dans les rues de Londres, que ce soit dans les bas-fonds de Londres, dans une boutique de Holyweel Street vendant notamment des accessoires de maquillage de scène ou bien encore dans une nouvelle location en face de la maison des époux Watson.

L’intrigue de ce tome aborde une nouvelle fois la condition de la femme au XIXème, cette dernière étant tributaire de son mari et d’un frère mais aussi cette fois-ci sous l’angle des internements abusifs dans des asiles psychiatriques. Qu’il est bien difficile d’être une femme libre et indépendante à l’époque victorienne! Il ne me restera plus qu’à emprunter les deux derniers tomes pour clore les enquêtes d’Enola Holmes.

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Challenge Petit Bac d’Enna #9 Catégorie Couleur: « Blancs »

Au fil des pages avec Le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes

Lors des derniers jours du Mois Anglais 2020, j’ai lu le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes, L’affaire Lady Alistair de Nancy Springers (éd. France Loisirs, coll. Guanaco, 2010). Je retrouve Enola Holmes sous sa fausse identité d’Ivy Meshle, quelques mois plus tard, en janvier 1889 à Londres. Quelle n’est pas sa surprise de voir son premier client: le Dr. Watson qui voudrait aider son ami à retrouver sa jeune sœur. Tout en tentant de décliner cette affaire, Enola Holmes va trouver sa toute première enquête ou plutôt celle du cabinet du Dr. Leslie T. Ragostin, le plus grand spécialiste en recherches, toutes disparitions de Londres. Il s’agit une nouvelle fois d’une disparition d’une jeune fille de son âge, Lady Cecily Alistair. Mais elle devra veiller à ne pas se laisser elle-même retrouver par ses frères, Sherlock Holmes se rapprochant dangereusement d’elle. Ou est-ce le contraire, les deux étant autant admiratifs envers l’un que l’autre? Comme dans le tome précédent, il y a une sorte de jeu du chat et de la souris qui sous-tend cette histoire entre Enola et son frère.

Gare aux dangers et aux fausses pistes, Enola Holmes ayant bien grandi en quelques mois bien qu’elle n’ait que 14 ans et demi! Issue d’une petite aristocratie de la campagne, elle arrive à évoluer, grâce à de nombreux déguisements et stratagèmes, tant dans les beaux quartiers de Londres que dans les bas-fonds, de nuit comme de jour. Il y est à nouveau question de la condition de la femme mais aussi de pauvreté, des rapports entre riches et pauvres avec la découverte pour notre héroïne du marxisme et des grands magasins. Il ne me reste plus qu’à emprunter les tomes suivants.

Pour un autre avis sur ce tome 2: Hilde.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Crimes et Justice: « Affaire »

Un RAT pour les Étapes Indiennes

Ce jour jusqu’au 5 juillet 2020 a lieu un RAT des Étapes Indiennes – marathon de lectures mais pas que – organisé par Hilde du blog Le livroblog en duo tout ce mois-ci avec le Challenge Contes et Légendes de Bidib du blog Ma petite médiathèque.

Des principes sont rappelées par Hilde comme lire le plus de titres possibles en rapport avec l’Inde (auteurs indiens, histoire se déroulant intégralement ou en partie en Inde, contes et légendes indiennes), se régaler de petits plats indiens mais aussi films, séries ou jeux de société, etc.

Première étape pour moi aujourd’hui: passage en début d’après-midi à la médiathèque. J’ai ainsi repéré trois lectures jeunesse pour constituer ma PAL pour ce week-end:

  • La princesse à la plume blanche de Ghislaine Roman et Sophie Lebot (LU)
  • Le chacal bleu de Shobha Viswanath et Dileep Joshi (LU)
  • Mowgli d’après Rudyard Kipling et illustré par Justine Brax (LU)

J’ai pris également d’autres albums jeunesse hors thème mais dont certains ont été lus en fin d’après-midi : Grand loup & petit loup de Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec, La chaise bleue de Claude Boujon, Plouf, Splat! de Rob Scotton, Pomelo s’en va de l’autre côté du jardin de Ramona Bádescu et Benjamin Chaud et enfin, pour l’histoire du soir, Le Machin de Stéphane Servant et Cécile Bonbon.

Avant ma soirée lecture, un petit tour par le groupe Facebook des Étapes Indiennes puis chez les autres participants (surtout sur Instagram) : Hilde, Bidib, Blandine, Kittyfurious, Lou, Nathalie et L’Orouge.

Bientôt 21h30, il est temps pour moi de lire La princesse à la plume blanche. La princesse Chedana,  fille unique d’un maharadja doit faire face à la jalousie de sa belle-mère. Heureusement, Ganesh, le Dieu éléphant la protège. De jolies illustrations pour ce conte indien au très grand format! Puis je lis également un autre conte traditionnel indien extrait du Panchatantra datant du IIIe siècle : Le chacal bleu de Shobha Viswanath et Dileep Joshi. Nous suivons les (més)aventures de Chandarava le chacal dans des illustrations inspirées du style Warli.

Ce samedi 4 juillet 2020, un réveil très matinal, à 5h30. Je peux ainsi lire ce matin Mowgli d’après Rudyard Kipling, adapté par Maxime Rovere et illustré par Justine Brax. Nous suivons sous forme de roman jeunesse les deux livres de la jungle qui étaient sous forme de nouvelles. Comme le titre de ce roman initiatique l’indique, le personnage principal de cette adaptation est Mowgli, de son enfance parmi les loups jusqu’à son retour parmi les hommes. Les illustrations de Justine Brax sont magnifiques. J’avais d’ailleurs beaucoup apprécié Fils de Dragons et Bulle de cette illustratrice.

Il y a également eu d’autres lectures hors thème ce matin: une relecture de Pomelo s’en va de l’autre côté du jardin et la lecture du Loup à la bonne odeur de chocolat de Paule Battault et Maud Legrand (une seconde lecture que j’aurai voulu emprunter pour Pâques).

En début d’après-midi, passage chez les autres participantes qui arrivent ou non à poursuivre leurs lectures. J’ai déjà noté quelques livres très tentants comme Bam l’éléphant et le jardin de safran chez Bidib ou encore Un, deux, trois… dans l’arbre! chez Hilde – et qui sont empruntables à la médiathèque (youpi!).

Puis forcément un nouveau passage à la médiathèque mais dans une autre annexe pour compléter ma PAL indienne de ce week-end:

  • Un roman jeunesse qui sera une relecture : La petite princesse de Frances H. Burnett (RELU)
  • Une adaptation jeunesse du roman éponyme que je n’ai pas lu: La tresse ou le voyage de Lalita de Laetitia Colombani & Clémence Pollet (LU)
  • Un, deux, trois… dans l’arbre! d’Anushka Ravishankar, Sirish Rao et Durga Bai (LU)

Sitôt rentrée et après une bonne glace rafraîchissante, des albums jeunesse ont été lus hors thème: On joue? d’Hervé Tullet, Viens, rejoins-nous! de Chiaki Okada et Kimiko Aman et encore une fois Pomelo s’en va de l’autre côté du jardin. Et puis nous avons lu aussi un dans le thème avec Un, deux, trois… dans l’arbre!, une histoire à compter.

C’est ainsi que l’après-midi s’est achevé par de la lecture et des jeux de société pour laisser place au repas et aux histoires du soir. Nous venons de terminer de relire deux albums jeunesse: Le loup à la bonne odeur de chocolat et La chaise bleue. Je finis d’actualiser ce billet pour ensuite me consacrer à ma soirée lecture. Mais par quel livre vais-je commencer cette soirée? Probablement La tresse. Et vous, quel est le programme de votre soirée?

Finalement voici ma soirée lecture de samedi soir: je n’ai pas commencé par La tresse mais par une version revisitée des contes des Frères Grimm: Dans la grande forêt de Jeanne Boyer et Caroline Hüe. Ce n’est certainement pas Rosalie qui va avoir peur du loup!

Puis je lis La tresse ou le voyage de Lalita de Laetitia Colombani & Clémence Pollet. J’avais entendu et lu des avis sur le roman, notamment celui de Hilde et de Blandine mais pas encore lu cette histoire mêlant à la façon d’une tresse les destins de trois femmes en Inde, en Italie et au Canada. Ici, la version jeunesse se focalise sur le destin de Smita et de sa fille, des Intouchables. Quelle dignité et d’espoir malgré des conditions de vie qui ne devraient pas exister!

Puis place à de la légèreté avec le tome 3 des aventures de Pepper et Carrot, L’Effet papillon de David Revoy. Je reprends la suite de l’histoire inachevée du tome précédent en plein concours de magie. Il lui est toujours aussi compliquée de vivre auprès de ses tantes. J’en reparlerai pour le Halloween Challenge (je sais, je suis en avance pour une fois). 

J’enchaîne ensuite avec les deux premiers tomes de L’émouvantail de Renaud Dillies que j’ai pu emprunter ensemble vendredi. Il était une fois un épouvantail prenant vie et qui n’arrivait pas à effrayer les oiseaux. Quel joli conte poétique et philosophique! Hâte de pouvoir lire le tome 3 qui a été publié récemment.

Il commence déjà à être tard mais je souhaite quand même commencer ma relecture de La petite princesse.

Dimanche 5 juillet 2020, réveil moins matinal que la veille, 8h30. Je ne sais pas encore quelles lectures me réserve cette journée estivale. Bien sûr, nous avons déjà relu des albums jeunesse comme Pomelo grandit et L’émouvantail.

Dans la journée, je lis un roman court (124 pages) que j’aurai aimé pouvoir lire pour le Mois au Japon mais la médiathèque était fermée en raison du confinement: Konbini de Sayaka Murata également publié sous le titre La fille de la supérette.

Peu de lecture aujourd’hui par rapport à la veille. Vient alors les histoires du soir avec Splat le Chat de Rob Scotton (son premier jour à l’École des Chats) et Pendant que le loup n’y est pas… d’Éric Battut, une version revisitée du Petit Chaperon rouge.

Les Gourmandises cuisinent indien… chez Syl

Et voilà déjà la soirée qui débute avec un passage chez les autres participantes et l’actualisation de mon billet de suivi. Que de plats indiens appétissants regroupés chez Syl avec ses gourmandises. Et oui le Read-a-thon indien ce n’est pas que de la lecture mais aussi de la cuisine, des jeux de société ou encore des films/séries… Et me voilà également à rajouter des livres dans ma LAL comme La Souris de Vishnou vu chez Bidib.

Pour cette dernière soirée, je finis ma relecture de La petite princesse, une lecture entre les Étapes Indiennes et Le Mois Anglais. Au départ, je voulais prendre les tomes 3 et suivants de son adaptation en BD jeunesse mais ils n’étaient pas empruntables samedi. Je retenterai une prochaine fois, lors d’une prochaine étape indienne. D’ailleurs, ce RAT m’aura permis de plonger dans une culture que je ne lis pas souvent. Alors un grand merci à Hilde et aux autres participantes!

week-end de lecture, read-a-thon, les étapes indiennes, lectures

Les Étapes Indiennes de Hilde #RAT

Challenge Contes et Légendes de Bidib #Inde

P’tit récap du Mois Anglais 2020

Ce mois de juin 2020 a été synonyme de Mois Anglais, challenge organisé par Lou, Titine et Lamousmé et auquel j’ai participé pour la première fois. Que de lectures, échanges et découvertes anglaises! J’ai pris plaisir à relire des auteurs et à en découvrir d’autres grâce aux posts et billets d’autres participants.

Il y avait un programme facultatif en duo certains jours avec d’autres challenges comme le Challenge British Mysteries de Lou et Hilde et Les Gourmandises de Syl. J’en ai lu certains mais je n’ai pas eu le temps de tout chroniquer. Comme pour chaque challenge, il y a surtout de la littérature jeunesse.

  • 3 juin: Un roman policier d’Agatha… Christie ou Raisin (avec le Challenge British Mysteries): Le tome 1 d’Agatha Raisin, La quiche fatale de M.C. Beaton (LU)
  • 6 juin: Londres en littérature mais pas que!: Miss Dalloway de Virginia Woolf (RELU)
  • 9 juin 2020: Romancière anglaise au choix: Jane Austen avec Orgueil et préjugés (RELU) et Emma (LU)
  • 13 juin: Lecture jeunesse: La potion magique de Georges Bouillon de Roald Dahl (RELU)
  • 26 juin: Une bande-dessinée: Dans la tête de Sherlock Holmes, T1, L’Affaire du Ticket Scandaleux de Cyril Lieron & Benoît Dahan, d’après Arthur Conan Doyle (LU)
  • 29 juin: Barbara Pym: Des femmes remarquables (EN COURS).

Sans oublier le marathon de lectures du 12 au 14 juin 2020: le RAT du Mois Anglais au cours duquel nous avons dégusté des scones fait maison et aussi tous les posts relayés sur Instagram sous @lemoisanglais ou sur le groupe facebook.

Il y a eu également d’autres lectures jeunesse:

Je continue aussi sur juillet pour lire les autres emprunts de la médiathèque comme Des femmes remarquables de Barbara Pym que je viens de commencer ou Rebecca de Daphné du Maurier. De cette autrice, j’avais lu il y a de ça bien 15 ans la nouvelle Les oiseaux. Et aussi pour rédiger mes billets en retard…

Et peut-être que je ferai d’autres emprunts sans attendre le Mois Anglais 2021 n’ayant pu emprunter par exemple Les aventures de Cluny Brown de Margery Sharp, Le passé de Tessa Hadley, Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman, La prisonnière du temps de Kate Morton, les tomes 2 et suivants d’Agatha Raisin de M.C. Beaton, Paddington de Michael Bond, les tomes 3 et suivants d’Enola Holmes de Nancy Springer… Et bien d’autres encore repérés ou non chez d’autres participants.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑