Étiquette : point lecture hebdo (Page 1 of 17)

Point lecture hebdomadaire 2024 #19

En ce début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière qui ont été moins nombreuses que prévues puisque nous avons profité du retour du beau temps et fait le pont.

Nos lectures du 6 au 12 mai 2024:

Des lectures jeunesse:

Avec mon mini lutin, il n’y a eu que des relectures soit prises dans nos bibliothèques soit empruntées à la médiathèque. Il a également relu des tomes de Mortelle Adèle.

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Désignées débutantes, Un duc pour Diana de Sabrina Jeffries (T1)

J’ai lu le tome 1 de la trilogie Désignées débutantes, Un duc pour Diana de Sabrina Jeffries (éd. J’ai lu pour elle, coll. Aventures & Passions, mai 2024, 384 pages), une romance historique se déroulant à Londres, au printemps 1811. Geoffrey Brookhouse, ingénieur roturier désormais Lord en ayant hérité, à 30 ans, le titre du duché, entend bien offrir à sa sœur cadette, Rosabel « Rosy », sa première saison. N’y connaissant rien au milieu aristocratique et encore moins aux usages d’une saison londonienne, il engage Elegants Occasions, une agence de bonnes manières créée 4 ans auparavant par les sœurs Harper, après le scandale de leurs parents (bien que leur père soit comte) qui a mis fin à toute velléité de mariage pour les deux plus jeunes, Diana et Verity et qui a poussé le mari de l’aînée, Eliza à s’engager dans l’armée. Lady Diana entend bien également apprendre les bonnes manières à Geoffrey. J’ai apprécié le duo formé entre Diana et Geoffrey, les deux ayant un fort tempérament et ne souhaitant, chacun pour des raisons propres (lui en raison des circonstances entourant de le décès de son père et elle préférant rester « vieille fille », à 24 ans, afin de garder son indépendance, ne croyant pas au mariage en raison de celui désastreux de ses parents), ne pas se marier malgré leur attirance. Un bon moment de lecture léger et non dénué d’humour!

  • (Romance historique) Les sœurs Chance, Abigail d’Anne Gracie (T1)

J’ai lu le tome 1 des Sœurs Chance, Abigail d’Anne Gracie (éd. J’ai lu pour elle, coll. Aventures & Passions, mai 2024, 384 pages), une romance historique se déroulant à Londres en 1816. Abigail Chantry âgée de 24 ans démissionne de son poste de gouvernante lorsqu’elle doit sauver sa sœur cadette, à peine âgée de 18 ans, Jane qui a été enlevée dans une maison close alors qu’elle quittait l’Institution Pillbury pour filles de ladys en détresse, non loin de Cheltenham, pour être conduite à son poste de dame de compagnie de l’épouse d’un pasteur. Elle est sauvée in extremis avant sa vente aux enchères grâce à l’aide de deux autres jeunes femmes, Damaris également enlevée, pauvre et éduquée orpheline de parents missionnaires et Daisy, servante dans les cuisines de la maison close.

Après un cambriolage raté en désespoir de cause pour soigner sa sœur malade, Abby fait la connaissance de Lady Beatrice Davenham, isolée et maltraitée par ses domestiques, son unique neveu ne semblant faire peu de cas d’elle, plus préoccupé par sa compagnie maritime en Extrême-Orient, après avoir hérité 10 ans auparavant, à à peine 18 ans, du titre de son oncle et de ses dettes, ce qu’il a caché à sa tante. Lady Beatrice décide de faire passer les 4 jeunes femmes pour ses nièces, les sœurs Chance. J’ai apprécié le caractère d’Abby ainsi que celle de Lady Beatrice tout comme sa relation avec son neveu. On retrouve comme dans la romance précédente la condition de la femme, en particulier du sort réservé à la femme mariée et aux veuves. Un bon moment de lecture léger même si parfois certaines situations étaient un peu trop modernes pour l’époque et si Max aurait pu être un peu plus charismatique, avec plus de répondants face aux si forts tempéraments que sont Abby et sa tante!

  • (Romance Steampunk) Aquilon: Rébellion de Nanie Bai (T2)

J’ai lu, en e-book, le second tome du diptyque Aquilon: Rébellion de Nanie Bai (éd. Caméléon, février 2023, 188 pages), une romance steampunk qui reprend là où le premier tome s’était arrêté. Revenue sur Aquilon avec Thomas, Penelope s’investie auprès de la rébellion, la Black Milice, menée par Stuart Perwick et entre, pour espionner une des familles des Quinze, comme domestique au sein de la famille Farewell comme Patty. Une lecture qui clôt avec son lot d’actions, de rebondissements et de révélations une intrigue originale! J’ai apprécié le personnage de Penelope Edenbrooke « Penie Hide » et sa jolie relation avec Thomas, leur vie étant aussi chamboulée que celle de la société aquilonienne et le sort des Primis. Pourra-t-elle compter sur les membres et même son ancien promis, Richard, le fils bégayant de Georges Tennings, sénateur d’Aquilon? Il y est ainsi question de libertés, de quête de soi et de mise en place de la démocratie. Elle veut sa vengeance sur le naufrage du Gloria et l’assassinat de ses parents. Une courte conclusion tout en rebondissements et enjeux politiques dans ce second tome, même si j’ai préféré le premier tome!

Ma lecture en cours:

(Roman choral) Mississippi d’Hillary Jordan

J’avais prévu de lire cette semaine le premier tome de la dernière pentalogie parue d’Aki Shimazaki, Suzuran, la troisième enquête de Perveen Mistry, Le Prince de Bombay de Sujata Massey et le second tome du diptyque YA De Lune et de sang avant de m’apercevoir que je devais rendre mardi prochain à la médiathèque Mississippi d’Hillary Jordan (éd. 10/18, juin 2011, 365 pages), un roman choral – le premier de l’autrice paru pour la première fois aux États-Unis en 2008 – repéré chez Nathalie, en février dernier, pendant l’AAHM Challenge et qui se déroule dans l’après-guerre, dans les années 40, dans une Mississippi ségrégationniste, autour de 2 familles, l’une blanche, Henry McCallan, le frère aîné ayant acheté une ferme pour cultiver du coton, y vivant avec sa femme, Laura, leurs deux petites filles, son père Pappy et son frère cadet, Jamie, aviateur pendant la Seconde Guerre Mondiale et l’autre noire, des métayers sur sa ferme, Florence et Hap Jackson ainsi que leur fils aîné, Ronsel. J’ai commencé à le lire jusqu’à la page 112, le récit étant bien sombre, la tension narrative et le drame couvant. Pour le moment, j’apprécie ce roman, chaque chapitre étant sous le point de point de l’un des 6 personnages principaux. J’ai d’ailleurs vu qu’il avait été adapté en film, Mudbound que je regarderai par la suite.

Cette semaine c’était une Semaine à mille pages organisée par Le pingouin vert sur IG chaque mois tout au long de l’année 2024. Alors combien ai-je lu de pages cette semaine?  1.067 pages lues sans compter les livres jeunesse lus ou non avec mon mini lutin.

Point lecture hebdomadaire 2024 #12

En ce début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière qui s’est terminée sur un week-end de lectures.

Nos lectures du 18 au 24 mars 2024:

Des lectures jeunesse/ados:

Il n’y a aucune nouveauté lue cette semaine avec mon mini lutin qui a surtout relu des Mortelle Adèle et Hulotte et Léon de Juliette Lagrange. De mon côté, j’ai lu dimanche des BD/manga pendant le week-end à mille pages.

  • (BD jeunesse) Yin et le dragon de Richard Marazano et Xu Yao (T1 à T3)

Dimanche après-midi, j’ai la trilogie Yin et le dragon de Richard Marazano et Xu Yao, une BD jeunesse à partir de 10/12 ans et que j’avais emprunté à l’occasion du Nouvel An Chinois mais que je n’avais pas eu le temps de lire depuis: le tome 1, Créatures célestes (éd. Rue de Sèvres, janvier 2016, 64 pages), le tome 2, Les écailles d’or (éd. avril 2017, rééd. mai 2019, 64 pages) et le tome 3, Nos dragons éphémères (éd. février 2019, 64 pages).

Lors de l’invasion japonaise d’un quartier de pêcheurs de Shanghai en 1937, Yin, une jeune fille d’une dizaine d’années espiègle, têtue et courageuse réussit à convaincre son grand-père de soigner un dragon d’or blessé qu’il a pris dans ses filets. Est-il une menace pour Yin au même titre que les gamins des rues lui volant les poissons qu’elle vend et que les soldats japonais, comme le capitaine Utamaro à l’étrange comportement idéaliste?

J’ai bien apprécié les illustrations et le mélange de folklore chinois et de petite histoire dans l’Histoire, même si l’horreur de celle-ci a été atténuée pour un lectorat jeunesse. Cette fiction historique avec une touche fantastique est pleine de bons sentiments et d’espoir en l’Humanité face au grand dragon noir de la fin des temps.

  • (Manga Seinen ado) Les Carnets de l’Apothicaire de Natsu Hyuuga et Itsuki Nanao (T2)

J’ai pioché dans ma PAL du mois prochain pour Un Mois au Japon 2024 en lisant le tome 2 des Carnets de l’Apothicaire de Natsu Hyuuga et Itsuki Nanao (éd. Ki-oon, mars 2021, 159 pages), un manga Seinen à partir de 15 ans, me laissant en plein suspense, la nouvelle tentative d’empoisonnement n’étant pas résolue et n’ayant pas pu emprunter le tome 3, peut-être la semaine prochaine et me donnant une idée sur la véritable identité de Jinshi. Dans ce deuxième tome, on en apprend un peu plus sur Mao Mao, désormais dame de compagnie et goûteuse de Gyokuyo qui, à la demande de l’Empereur, vient à soigner l’une de ses autres concubines, Lifa puis qui, 2 mois plus tard, participe au grand banquet du Printemps en l’honneur des 4 premières concubines. L’adolescente de 17 ans s’affirme de plus en plus et est toujours aussi perspicace pour soigner et reconnaître les poisons. Encore un bon moment de lecture même si j’aurai apprécié, au vu des thèmes abordés, que l’histoire soit plus approfondie et plus mature (certains propos étant, si je puis dire, autocensurés au vu du lectorat ado)!

Des lectures adulte:

Parmi les romans adultes que j’ai lus cette semaine, je ne parlerai dans ce billet que de certains.

  • (Romance d’urban fantasy) Les Ailes de cendres, La dernière élite de Galli May (T2)

J’ai lu, en e-book, le tome 2 qui vient de paraître des Ailes de cendres, La dernière élite de Galli May (éd. Autoédition, mars 2024, 755 pages), une romance d’urban fantasy/paranormale se déroulant à New York, où cohabitent les créatures surnaturelles, que ce soient les « démons » et les « anges » ou bien encore les vampires, les métamorphes et les magikas. J’ai pris plaisir à replonger dans les aventures de Lyrine et Azariel. Les pages s’enchaînent entre rebondissements, solidarité entre Nettoyeurs, complots politiques et trahisons. Lyrine parviendra-t-elle à se protéger et à s’affirmer face aux menaces qui l’assaillent de toutes parts? A qui pourra-t-elle faire confiance? Un très bon moment de lecture, la romance et la part d’action étant bien dosée! J’ai hâte de découvrir la suite mais il faudra attendre, le tome 3 ne paraîtra qu’en novembre prochain.

  • (BD adulte) Le dernier quai de Nicolas Delestret

J’ai ensuite lu Le dernier quai de Nicolas Delestret (éd. Bambou coll. Grand Angle, avril 2023, 160 pages),  une BD fantastique que j’avais depuis un moment en version consultable en ligne sur Izneo mais que j’ai récemment pu aussi emprunter en version papier à ma médiathèque. A l’hôtel du dernier quai, Émile accueille, en hôte bienveillant et dans une routine bien établie, les clients qui viennent de mourir. Mais un matin, tout se dérègle, semant le trouble dans l’esprit d’Émile, lors de l’arrivée de 3 nouveaux clients qui ne se souviennent pas de leur passé. Comment pourra-t-il les aider? L’histoire m’a fait penser à celle de 669 Peony Street de Mélanie Launay (éd. Michel Lafon, janvier 2022, 238 pages), un roman fantastique se déroulant en Angleterre, à l’époque victorienne. Il y est ainsi question de mort, de résilience et de pardon.

  • (BD adulte) Radium girls de Cy

J’ai lu Radium girls de Cy (éd. Glénat, coll. Karma, août 2020, 136 pages), une BD adulte à la couverture phosphorescente et que j’avais repérée depuis très longtemps mais que je n’avais pas pu encore emprunter à la médiathèque, trouvant très intéressant le sujet abordé mais pas le graphisme. Ma lecture a confirmé ma première impression. En 1918, New Jersey, des femmes travaillent comme ouvrières à l’United State Radium Corporation, une usine fabriquant des montres à cadran en utilisant de la peinture au radium. Insouciantes et non averties du danger mortel du radium, elles travaillent sans protection et s’amusent de son effet phosphorescent, surnommées alors les « Ghost Girls ». Mais bientôt la réalité les rattrape, lorsque certaines d’entre elles tombent malades et décèdent. Le radium était-il si inoffensif pour leur santé? J’ai apprécié l’histoire tirée de faits réels, moins les illustrations aux crayons de couleur, qui m’a fait penser plus récemment au scandale de l’amiante.

Ma lecture en cours:

(Roman policier contemporain) La jurée de Claire Jéhanno

J’ai commencé à lire, en e-book, jusqu’au chapitre 24, La jurée de Claire Jéhanno (éd. HarperCollins, avril 2023, 291 pages), un roman contemporain aux chapitres courts et dans lequel on suit Anna Zeller, jurée le temps d’un procès d’assises d’un couple accusé d’empoisonnement et de meurtre et qui la renvoie à son propre passé, vingt ans auparavant lorsqu’elle était encore Anna Boulanger.

Point lecture hebdomadaire 2024 #11

Même si la semaine est déjà bien avancée, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière qui s’est terminée sur une note gourmande et une escale en Inde avec un RAT des 15 au 17 mars 2024 coorganisé par Hilde, Bidib et Fondant dans le cadre de leurs challenges respectifs Les Étapes Indiennes, Des livres (et des écrans en cuisine) et Le tour du monde en 80 livres.

Nos lectures du 11 au 17 mars 2024:

Des lectures jeunesse:

  • (Album jeunesse) Hulotte et Léon de Juliette Lagrange

Nous avons lu Hulotte et Léon de Juliette Lagrange (éd. L’école des Loisirs, coll. Kilimax, rééd. 2023), un album jeunesse joliment illustré et à partir de 4/5 ans. Hulotte part en sortie scolaire avec sa classe à Paris. Parmi ses copains de classe, il y a Léon, son ami d’enfance qui est aussi tête en l’air qu’elle est timide. Et s’ils étaient plus qu’amis? Parviendront-ils à ne pas prêter attention aux taquineries et moqueries des autres élèves qui les traitent d’amoureux? Un très bon moment de lecture pour mon mini lutin avec cette histoire toute mignonne!

  • (Album jeunesse) Siddhima, L’enfant-déesse d’Amélie Sarn et Carole Gourrat

J’ai également lu un conte indien: Siddhima, L’enfant-déesse d’Amélie Sarn et Carole Gourrat (éd. Milan Jeunesse, octobre 2007, 43 pages), un album jeunesse à partir de 7/8 ans. Alors qu’il est sur le point de mourir, le père de Siddhima, une princesse indienne âgée de 13 ans lui révèle que son dieu protecteur est Shiva, dieu de la guerre et de la destruction. Mais est-ce une malédiction comme le pense Sidhhima? Son ami lui permettra-t-il de faire ouvrir les yeux à la jeune adolescente qui a laissé le royaume aux mains de son cupide oncle? Il y est ainsi question d’amitié, de confiance en soi, de deuil… Un conte initiatique dont j’ai bien apprécié les illustrations, l’histoire étant assez classique et un peu trop courte à mon goût!

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Les Vauriens de St-James, Duchesse à conquérir de Lorraine Heath (T5)

J’ai lu, en e-book, le dernier tome de la série des Vauriens de St-James, Duchesse à conquérir de Lorraine Heath (éd. HarperCollins, coll. Victoria, février 2023, 192 pages), une romance historique parue pour la première fois en 2014 et se déroulant à Londres en 1854 dans laquelle on suit le dernier des amis et ancien pilleur de tombes devenu médecin, William Graves qui refuse, malgré ses sentiments, à les avouer à Winifred Buckland, duchesse d’Avendale, qu’il a soignée 3 ans auparavant en la protégeant, avec son jeune fils, de son mari violent et qui se pense veuve, le Dr. Graves l’ayant dans le plus grand secret fait déporter en Australie, en tant que bagnard, avec l’aide de ses amis dans les tomes précédents. Mais la jeune femme semble perdre la tête et pense que son mari est venu la hanter. Une fin heureuse leur est-il possible à tous les deux? Ce tome est bien plus court que les précédents, avançant un peu trop vite malgré le mystère entourant la duchesse pour savourer pleinement leur histoire, d’autant que j’avais apprécié les rares apparitions du Dr. Graves dans les tomes précédents. Un moment de lecture plaisant pour clore cette série!

  • (Romantasy) Reine de l’Ombre: Cour de monstres et de malice et Cour des serpents et des secrets d’Eliza Raine (T3 et T4)

J’ai fini de lire la série en 4 tomes de Reine de l’Ombre en reprenant au tome 3, Cour de monstres et de malice d’Eliza Raine (éd. Autoédition, août 2023, 265 pages) puis en enchaînant avec le dernier tome, Cour des serpents et des secrets (éd. Autoédition, novembre 2023, 295 pages). Reyna et Mazrith continuent de s’entraider afin de faire face aux manigances de la cruelle Reine des Ombres et aux périls des Affamés qui se répandent sur Yggdrasil. Même si lors de mon point lecture hebdo mentionnant le tome 2, je n’étais pas sûre de continuer cette série, je l’ai quand même fini pour savoir si j’avais vu juste sur la nature de Reyna (ce qui a été le cas), n’ayant pas vu venir celle de Mazrith.

Mais je dois finalement avouer que les dernières révélations m’ont laissées sans grande conviction. Je n’ai pas été emballée plus que cela par cette série, le duo Reyna/Mazrith manquant à mon goût d’alchimie et de tension romantique, leurs réactions étant trop enfantines malgré leur âge. Cette série était mentionnée comme une romance fantastique pour adultes inspirée de la mythologie nordique, mais à l’exception des rares passages spicy du dernier tome, il aurait pu convenir pour des adolescents. Ce sera vite oublié.

  • (Recueil de nouvelles) Balades indiennes de Chitra Benerjee Divakaruni, Anita Nair et Bulbul Sharma

Pendant le RAT indien et gourmand, j’ai lu Balades indiennes (éd. France Loisirs, août 2004, 173 pages), un recueil de 4 nouvelles L’échographie et Une liaison de Chitra Benerjee Divakaruni, À flot d’Anita Nair et En sandwich! de Bulbul Sharma. Dans chacune de ces nouvelles, nous suivons des femmes à un tournant de leur vie. Il y est ainsi question de grossesse, de mariage arrangé,  de la condition de la femme mariée, du droit au bonheur ou bien encore d’émancipation féminine… Un bon voire très bon moment de lecture! J’en reparle très vite.

  • (Recueil de nouvelles) La colère des aubergines de Bulbul Sharma

J’ai également lu La colère des aubergines de Bulbul Sharma (éd. Philippe Picquier, avril 2000, 190 pages), un recueil de nouvelles qui contient de nombreuses recettes indiennes, entre les nouvelles (dont une déjà lue dans le recueil précédent, En sandwich).  Il y est question de tranches de vie, de condition de la femme, de gourmandises et de questionnement sur le mariage (arrangé ou non), sur la maternité ou bien encore sur la société indienne… Un bon moment de lecture!

  • (Roman policier historique) L’attaque du Calcutta-Darjeeling d’Abir Mukherjee (T1)

J’ai fini le week-end en lisant L’attaque du Calcutta-Darjeeling d’Abir Mukherjee (éd. Liana Levi, 2019, 464 pages), un roman policier historique se déroulant à Calcutta, en avril 1919, au temps du Raj britannique. Il s’agit de la première enquête du capitaine Sam Wyndham, ancien inspecteur de Scotland Yard fraîchement débarqué de Londres à Calcutta, après avoir perdu sa femme de la grippe espagnole et restant traumatisé par la Grande Guerre. Désormais capitaine dans la police impériale et assisté par le sergent indien Banerjee, il est chargé de découvrir le coupable d’un haut responsable britannique. Ce meurtre serait-il lié à l’attaque d’un train postal, le Calcutta-Darjeeling?

J’ai apprécié cette enquête historique qui se déroule sur une semaine, même si parfois j’aurai apprécié un peu plus de détails historiques. Il y est ainsi d’inégalités sociales (avec le plafond de verre des Indiens comme le sergent Banerjee pour toute ascension sociale ou du statut indéterminé de ceux issus d’une relation mixte (indienne et anglaise) comme Annie Grant, de racisme « ordinaire » (le capitaine Wyndham se reprochant très vite d’être arrogant et méprisant à l’égard des Indiens sans pour autant y mettre un terme et alors même qu’il reconnaît la compétence du sergent Banerjee), des lois Rowlatt, des prémices de la lutte pour l’indépendance de l’Inde… Un bon moment de lecture qui ne manque pas d’humour british! J’ai vu qu’il existait deux autres tomes que je lirai volontiers.

Cette semaine c’était une Semaine à mille pages organisée par Le pingouin vert sur IG chaque mois tout au long de l’année 2024. Alors combien ai-je lu de pages cette semaine? 1.579 pages lues sans compter les livres jeunesse lus ou non avec mon mini lutin.

Point lecture hebdomadaire 2024 #10

En ce début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures). J’ai moins lu cette semaine ayant profité d’être en famille.

Nos lectures du 4 au 10 mars 2024:

Des lectures jeunesse:

  • (Album jeunesse) Mon voyage à moi d’Akiko Miyakoshi

Nous avons lu, comme histoire du soir, Mon voyage à moi d’Akiko Miyakoshi (éd. Syros,  septembre 2022, 40 pages) un album jeunesse à partir de 5/6 ans et que j’avais repéré dans les nouveautés d’une des annexes de notre médiathèque, appréciant cette autrice. Un hôtelier accueille chaque jour des voyageurs dans son hôtel et rêve qu’un jour, lui aussi, partira explorer le monde. Il y est ainsi question de solitude, de désir d’évasion, d’exploration du monde et d’aventures… Encore un très bon moment de lecture avec cette histoire joliment illustrée! J’en reparle très vite lors du Mois au Japon 2024 puisque ce livre faisait partie de ma future PAL japonaise.

  • (BD jeunesse) Mortelle Adèle, J’aime pas l’amour! et Karmastrophique de Mr Tan et Miss Prickly ou Diane Le Freyer (T4 et T17)

Mon mini lutin a encore relu cette semaine plusieurs tomes de Mortelle Adèle et d’Ajax. Ses cousines lui ont aussi prêté deux tomes de Mortelle Adèle qu’il n’avait pas encore lus: le tome 4, J’aime pas l’amour! de Mr Tan et Miss Prickly (éd. Bayard Jeunesse, septembre 2012, 96 pages) et le tome 17, Karmastrophique de Mr Tan et Diane Le Freyer (éd. Bayard Jeunesse, juin 2020, 80 pages).

Il a également écouté les 4 nouvelles chansons Mortelle Adèle avec sa préférée, « Very Important Bizarres », chanson qui fait la part belle à la confiance en soi. Pour les écouter: ici

  • (BD jeunesse/Roman graphique) Tidesong de Wendy Xu

J’ai lu Tidesong de Wendy Xu (éd. Bliss éditions, octobre 2022, 240 pages), un roman graphique ou BD jeunesse à partir de 10 ans. Sophie est une jeune sorcière âgée de 12 ans qui est envoyée chez sa grande-tante Lan et sa grande-cousine Sage afin de s’entraîner pour le concours d’entrée à l’école de magie la plus réputée du royaume. Mais sa grande-tante ne cesse de lui donner des corvées, sans l’entraîner. Lorsqu’un de ses sortilèges tourne mal, Sophie, trop impatiente d’apprendre la magie, emmêle sa magie à Lir, un jeune dragon d’eau qui a perdu la mémoire et qui n’arrive plus à se métamorphoser en dragon. Sophie réussira-t-elle son examen d’entrée tout en permettant à Lir de retourner auprès des siens? Il y est ainsi question de magie, d’amitié, d’estime de soi ou plus exactement de manque de confiance en soi, que ce soit Sophie ou Lir, d’apprentissage, de rancunes familiales entre la grand-mère de Sophie et sa grande-tante… Un lecture plaisante avec cette famille de sorcières qui depuis des générations sont liées aux dragons d’eau et même si parfois les illustrations manquent un peu de finesse!

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Les Erainn: Rory, Attractif Enchantment de Thalie Perrot (T1)

J’ai lu, en e-book, le tome 1 de la trilogie, Les Erainn: Rory, Attractif Enchantment de Thalie Perrot (éd. Autoédition, 2e édition, juillet 2023, 290 pages), une romance historique se déroulant près de Saint-Malo, en 1848. Cordélia de Montrésor, âgée de 25 ans se persuade qu’il est trop tard pour elle de trouver l’amour et de faire un mariage heureux, se pensant trop laide et préférant être le chaperon de sa sœur cadette, Juliette, âgée de 17 ans. Mais le retour de Rory Erainn, un capitaine irlandais pour qui elle voue des sentiments depuis leur toute première rencontre 10 ans auparavant, serait-il le déclic pour une métamorphose de la jeune femme?

Il y est ainsi question de romance mais aussi d’enquêtes et de secrets de famille, le frère aîné de Cordélia étant partie à la recherche de leur mère. Une lecture que j’avais choisie pour le thème « French Touch » du mois de mars du Défi Romance Historique 2024 et qui est de l’autrice à la tête de La Guilde des Histos! Mais je n’ai pas été emballée plus que cela, l’autrice ayant écrit la première version de cette romance lorsqu’elle avait 15 ans. J’ai trouvé, en effet, l’histoire trop enfantine, notamment dans les rapports amoureux et avec des rebondissements bien trop à-propos, comme le retour de personnages portés disparus ou des méchants trop caricaturaux comme le marquis Le Dantec. Dommage car le couple Cordélia/Rory est plutôt mignon, aucun des deux ne s’apercevant de leurs sentiments réciproques!

  • (Romantasy) Nedala, Le sang du guerrier de Lira Vedia (T2)

J’ai lu, en e-book, le tome 2 de Nedala, Le sang du guerrier de Lira Vedia (éd. Autoédition, mars 2024, 425 pages), une romantasy dont j’attendais la fin, ayant lu le premier en février 2023 et ce second venant de paraître le 7 mars 2024. J’ai apprécié le « résumé » du tome précédent qui se fait sous le point de vue de Mathioé, laissé pour mort sur le champ de bataille, Lewana, également blessée ayant été emmenée pour être protégée et soignée par le grand maître, Elion. Une vie sans les graveurs de sang est-elle possible? Lewana parviendra-t-elle à être la sauveuse dont on attend d’elle tout en prétendant au bonheur auprès de Mathioé? Malheureusement, j’ai trouvé que ce second tome n’était pas à la hauteur du précédent, même s’il répond à toutes les questions du précédent. Une lecture plaisante mais dont j’aurai apprécié plus d’actions et de rebondissements comme dans le tome 1 et qui s’est révélée trop déjà vue, certaines idées étant intéressantes mais pas assez approfondies à mon goût comme le personnage du sang du guerrier!

Ma prochaine lecture:

(Court roman) La fin de Chéri de Colette

J’avais prévu de lire cette semaine La fin de Chéri de Colette (éd. France Loisirs, février 1996, 271 pages, à partir de la page 145), un court roman se déroulant quelques années après Chéri, le jeune homme, désormais âgé de 30 ans, ayant été marqué par la Grande Guerre. Ce sera donc ma prochaine lecture en lecture commune avec Isabelle et Nathalie (qui l’ont déjà fini).

Point lecture hebdomadaire 2024 #9

En ce début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures).

Nos lectures du 26 février au 3 mars 2024:

Des lectures jeunesse:

Mon mini lecteur a encore relu cette semaine plusieurs tomes de Mortelle Adèle et d’Ajax.

  • (Album jeunesse) Promesses de Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon

Nous avons lu Promesses de Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, septembre 2018), un album jeunesse à partir de 3/4 ans. Dans la forêt, plus personne n’ose aller dans le restaurant dont un loup féroce a fait sa cantine. Et si Bouldini, un petit lapin magicien faisait changer les choses? Le duo autrice/illustratrice a concocté une histoire drôle et gourmande, sous fond de magie et de promesses tenues ou non. Un bon moment de lecture joliment illustré!

  • (Album jeunesse) La fête des crêpes d’Eva Lindell et Cecilia Heikkilä

Nous avons lu La fête des crêpes d’Eva Lindell et Cecilia Heikkilä (éd. Cambourakis, janvier 2021, 32 pages), un album jeunesse à partir de 3 ans. Se sentant seul, Momba décide d’organiser une fête de l’amitié. Mais il est vite dépassé par les préparatifs, ayant envoyé pas moins de 134 invitations. Aura-t-il prévu assez de nourriture pour les recevoir? Un bon moment de lecture tendre et gourmand! J’en reparle très vite.

  • (Album jeunesse) L’épouvantail au cœur de paille de Beth Ferry et The Fan Brothers

Nous avons lu L’épouvantail au cœur de paille de Beth Ferry et The Fan Brothers (éd. Little Urban, avril 2020, 40 pages), un album jeunesse au format à l’italienne et à partir de 3/4 ans, joliment illustré, avec un texte en rimes et dont l’histoire rappelle celle de L’émouvantail de Renaud Dillies, une BD jeunesse à partir de 5 ans puisqu’il s’agit, ici, d’un épouvantail solitaire qui se lit d’amitié avec un corbeau, au fil des saisons. Un bon moment de lecture bien que déjà vue!

  • (Album jeunesse) Chercher le bonheur de Peggy Nille

Nous avons également lu Chercher le bonheur de Peggy Nille (éd. Actes Sud Junior, septembre 2022, 32 pages), un album jeunesse au format à l’italienne à partir de 4/5 ans avec les questionnements poétiques et philosophiques d’un pingouin (en réalité un manchot empereur) sur le bonheur et qui peut être également au plus jeune, sous forme d’un cherche et trouve. Un bon voire très bon moment de lecture joliment illustrée!

Des lectures adulte:

Parmi les romans adultes que j’ai lus cette semaine, je ne parlerai dans ce billet que de certains.

  • (Romance d’urban fantasy) Faerendell, La reine captive de Jocabel C. Caballero (T2)

J’ai lu, en e-book, le tome 2 de la trilogie Faerendell, La reine captive de Jocabel C. Caballero (éd. Autoédition, octobre 2023, 446 pages), une romance paranormale/d’urban fantasy chez les Faës qui reprend là où le tome précédent s’était arrêté, Valérian Brywraek, roi de la Cour des Lumières ayant emprisonné sa nouvelle femme et Reine des Sombres, Meredith Olafir qui, en rompant le traité de paix pour sauver son peuple a permis aux Ténèbres d’attaquer. Le royaume de Faerendell peut-il encore être sauvé et la paix restauré? Le pouvoir de Meredith n’est-il pas plus puissant que sa condition de Faë mi-humaine ne le laisse supposer? Ce tome permet d’en savoir plus sur les alliances et trahisons du passé qui ont permis aux Ténèbres d’exister.

  • (Romance d’urban fantasy) Faerendell, La dernière couronne de Jocabel C. Caballero (T3)

J’ai enchaîné, le lendemain, avec le 3e et dernier tome, en e-book, de Faerendell, La dernière couronne de Jocabel C. Caballero (éd. Autoédition, décembre 2023, 516 pages), une romance paranormale/d’urban fantasy chez les Faës, Meredith ayant été enlevé par les Ténèbres obligeant Valerian à s’allier au Roi de la Cour des Mers. Mais cela permettra-t-il de mettre fin à la noirceur? L’Amour entre Faës est-il vraiment une malédiction? Encore un bon moment de lecture!

  • (Romance historique gaslamp fantasy) Les Cousins Garland, Insaisissable Violet d’Emily Larkin (T2)

J’ai lu le tome 2 des Cousins Garland, Insaisissable Violet d’Emily Larkin (éd. J’ai lu pour elle, coll. Aventures & Passions, n°13974, décembre 2023, 448 pages), une romance historique se déroulant à Londres, en 1802, sous fond d’enquête et avec un soupçon de gaslamp fantasy. Lady Violet Garland, fille de duc âgée de 25 ans a le pouvoir de voler et apporte son aide, bien malgré lui, à Perry Wintersmith, un officier de Bow Street, âgé de 26 ans et qui enquête discrètement parmi l’aristocratie sur des vols de pendules. Une lecture plaisante, que j’ai d’ailleurs préféré au tome 1, ayant apprécié la relation qui se noue entre Lady Violet et Perry, les deux apprenant à se connaître et se faire mutuellement confiance et à s’apprécier, et même plus que cela, le temps d’une enquête. J’ai trouvé que le dosage entre romance et enquête était bien dosée, même si ça reste léger et la résolution de l’enquête assez simple, l’enquête étant plus un prétexte à faire avancer la romance.

Ma lecture en cours:

(Roman policier historique) Un deuil dangereux d’Anne Perry (T2)

Pendant le RAT British Mysteries 2024, j’ai lu jusqu’au chapitre IX (333 pages lues) le tome 2 de Monk, Un deuil dangereux d’Anne Perry (éd. 10/18, coll. Grands Détectives, 1999, 476 pages), un roman policier se déroulant à Londres, dans les années 1850. Ce deuxième tome (sur 24) reprend quelques semaines après l’enquête du premier tome, les premiers chapitres faisant mention du procès du coupable (me permettant de faire la connaissance avec un nouveau personnage récurrent, l’avocat Oliver Rathbone). Cette fois, l’inspecteur Monk, toujours assisté du sergent Evan, est chargé d’enquêter sur le meurtre de la fille de Lord Moidore, qui a été poignardée, en pleine nuit, dans sa chambre, le coupable ne pouvant être qu’un des résidents dans la demeure de Queen Anne Street (membres de la famille ou domestiques) et non le fait d’un cambrioleur. Pour le moment, j’apprécie ma lecture et en reparlerai très vite, une fois ce tome fini.

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑