Étiquette : romans adulte (Page 1 of 18)

Point lecture hebdomadaire #60

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures) et notre lecture en cours, avec une prédominante pour les lectures automnales et halloweenesques, l’automne étant arrivé et le challenge Halloween de Hilde et Lou ayant débuté le 23 septembre 2022.

Nos lectures du 19 au 25 septembre 2022:

Des lectures jeunesse:

Il y a eu beaucoup de relectures d’albums jeunesse sur le thème de l’automne et d’Halloween et bien sûr encore cette semaine de Satanés lapins! de Ciara Flood (éd. Circonflexe, 2016).

  • (Album jeunesse) La tarte aux cornichons sauvages d’Antonin Louchard

Nous avons lu La tarte aux cornichons sauvages d’Antonin Louchard (éd. Seuil Jeunesse, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans, l’auteur s’amusant à reprendre la blague de la tarte au concombre (que j’avoue je ne connaissais pas). Un petit lapin vient chaque jour demander à la boulangère une tarte aux cornichons. La boulangère lui répond sans cesse qu’elle n’en a pas. Et pourtant, un jour, elle en a? Quelle sera la réaction du petit lapin? Un bon moment de lecture rigolo même si j’ai trouvé que parfois le vocabulaire était un peu trop familier pour des jeunes lecteurs! De cet auteur, nous avions eu un coup de cœur pour Je suis un lion que nous avons lu et relu pendant des années.

  • (Album jeunesse) Même pas peur! de Quentin Gréban

Nous lisons et relisons Même pas peur! de Quentin Gréban (éd. Mijade, 2014), un album jeunesse à partir de 3/4 ans avec des calques rouges, deux enfants pénétrant dans une maison hantée pou récupérer leur cerf-volant. Tandis que le frère conserve son sourire, sa petite sœur est effrayée par ce qu’elle découvre de pièce en pièce. Un bon moment de lecture avec cette histoire pour se faire gentiment peur et dont le narrateur n’est autre que la maison hantée elle-même!

Des lectures ado/adulte:

Parmi les romans adultes que j’ai lus cette semaine, je ne parlerai dans ce billet que de certains.

  • (Roman policier) Cinq petits cochons d’Agatha Christie

J’ai fini de lire Cinq petits cochons d’Agatha Christie (éd. du Masque, n°7, rééd. 2015, 284 pages), un roman policier paru pour la première fois en 1943, Hercule Poirot étant engagée par la fille de Caroline Crale, depuis lors décédée et qui avait été condamnée pour le meurtre par empoisonnement de son époux, Amyas Crale 16 ans plus tôt. Caroline Crale était-elle innocente comme le pense sa fille? Hercule Poirot pourra-t-il faire éclater la vérité en se rapprochant des témoins et intervenants de l’affaire encore en vie? Il y est ainsi question de relation de couple, d’adultère, de jalousie, de création artistique ou bien encore de pardon et de choix de vie. Un bon moment de lecture (qui aurait été très bon si le livre 1 et le livre 2 n’avaient pas été un peu trop redondants malgré les nuances et divergences permettant d’écarter certains témoins)!

  • (Roman ado fantasy) La fille qui avait bu la lune de Kelly Barnhill

J’ai lu La fille qui avait bu la lune de Kelly Barnhill (éd. S.N. Editions Anne Carrière, 2017, 366 pages), un roman jeunesse fantasy pour les adolescents à la magnifique illustration de couverture. Chaque année, les habitants du Protectorat sacrifient un bébé à la terrifiante Sorcière des bois afin d’échapper son courroux. Or il existe bien une sorcière – la gentille sorcière Xan âgée de plus de 500 ans – qui récupère les bébés pour les confier à des familles aimantes des Cités Franches et qui ne comprend pas pourquoi ces abandons et n’ose jamais s’attarder près du Protectorat sur lequel pèse un gigantesque nuage de chagrin.  Une année, elle recueille un bébé qu’elle décide d’élever comme sa petite fille avec l’aide de Glerk, le Monstre des Marais et de Fyrian, un dragonus minusculus, après lui avoir fait boire par erreur le clair de lune et qu’elle nomme Luna. Il y est ainsi question de quête initiatique, d’oubli, de famille, de magie, d’asservissement et de faux semblants pour maintenir dans la peur tout un peuple… Un très bon moment de lecture avec ce roman jeunesse à l’écriture fluide et addictive!

Notre lecture en cours:

(Roman jeunesse) Marilou et le grand incendie de Valérie Zenatti et Colette Natrella

Avec la reprise ce mercredi du cours de tennis, nous reprenons notre habitude de lire le temps du trajet en tram. Nous relisons Satanés lapins! de Ciara Flood puis nous lisons le premier chapitre de Marilou et le grand incendie de Valérie Zenatti et Colette Natrella (éd. L’école des loisirs, coll. Mouche, 2020, 91 pages), un roman jeunesse pour les 6/8 ans. Dans ce premier chapitre, nous découvrons Marilou, une petite écureuil vivant dans la forêt avec sa mère et ses frères et sœurs et nous la laissons au moment où sa mère lui annonce qu’il est temps pour elle d’aller explorer la forêt seule.

 

Au fil des pages avec Une insolente curiosité

En juin 2022, pendant le Mois Anglais, j’ai lu, en e-book, le tome 1 d’Une enquête de Beatrice Hyde-Clare, Une insolente curiosité de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 347 pages), un cosy mystery se déroulant sous la Régence anglaise sous fond de romance historique. Les époux Skeffington ont organisé une partie de campagne sur leur propriété de Lakeview Hall, malgré le temps pluvieux de septembre. Au cours de cette partie de campagne, en pleine nuit, Beatrice Hyde-Clare découvre dans la bibliothèque le corps ensanglanté de Monsieur Otley, un des invités tué d’un coup de chandelier, en même temps que Damien Matloc, le duc de Kesgrave. Qui a bien commettre un tel acte?

Cette rencontre hautement improbable, vu leur rang social respectif (elle une terne et timide orpheline non-mariée de 26 ans, vivant grâce à la charité de sa tante et de son oncle et lui un riche duc de 32 ans, bel homme blond aux yeux bleus), les oblige à se côtoyer et à enquêter de concert pour trouver le coupable de ce meurtre.

En effet, la jeune femme timide et discrète se révèle audacieuse et déterminée en présence du duc qui derrière un ego démesuré dû à son rang et à son pédantisme n’en est pas moins charmant et bien moins guindé qu’il ne le prétend, plein d’humour et d’autodérision. Leurs joutes verbales sont à la hauteur de leur véritable personnalité, piquantes et pleines de sarcasme, prémisses d’une romance qui – j’imagine – se développera plus dans les tomes suivants.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, en particulier la tante de Beatrice, Vera Hyde-Clare qui ne cesse de lui rappeler sa position sociale et les bonnes manières attendues de toute jeune lady.

D’autre part, derrière une écriture fluide, sarcastique et légère, l’autrice dépeint bien l’organisation très hiérarchisée de la société anglaise en pointant du doigt les privilèges de la haute aristocratie, que ce soit à l’égard de riches marchands sans titre comme Monsieur Otley qui a fait fortune dans le commerce des épices aux Indes ou pour orienter l’enquête de police, comme le fait le duc en faisant croire à un suicide ou bien encore des inégalités Femme/Homme. Il y est ainsi question de la condition de la femme et du poids des conditions sociales au temps de la régence anglaise.

Un très bon moment de lecture en compagnie du duo Béatrice/Damien, un duo attachant et complice! J’ai d’ores et déjà enchaîné avec le tome 2, Une scandaleuse supercherie de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 329 pages) qui se déroule 4 mois après les évènements de la partie de campagne.

J’ai, enfin, noté des passages gourmands avec de nombreux plats et gourmandises servis pendant la partie de campagne et que Beatrice énumère à plusieurs reprises et qu’elle aurait bien lancés sur la tête du duc.

Participation #14 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy mystery

Participation #42 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Participation #89 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Participation #12 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Au fil des pages avec Cinq petits cochons

J’ai lu Cinq petits cochons d’Agatha Christie (éd. du Masque, n°7, rééd. 2015, 284 pages), un roman policier paru pour la première fois en 1942 aux États-Unis, Hercule Poirot étant engagée par Carla Lemarchant, la fille de Caroline Crale, depuis lors décédée en prison et qui avait été condamnée pour le meurtre par empoisonnement de son époux, Amyas Crale 16 ans plus tôt. Caroline Crale était-elle innocente comme le pense sa fille qui à l’époque des faits avait 5 ans? Hercule Poirot pourra-t-il faire éclater la vérité en se rapprochant des témoins et intervenants de l’affaire encore en vie?

Le roman se compose de trois parties, les entretiens entre Hercule Poirot et les cinq témoins directs qui donnent le titre au roman policier, titre issu d’une célèbre comptine anglaise puis les témoignages écrits et enfin la résolution du meurtre par Hercule Poirot. Outre Caroline Crale, Hercule Poirot retient comme suspects cinq personnes ayant été présents au moment des faits dans la demeure d’Amyas Crale, un peintre reconnu, quadragénaire et infidèle et qui auraient eu des raisons de passer à l’acte criminel: deux frères, Meredith et Philip Blake, voisins et amis de longue date d’Amyas, Angela Warren, la demi-sœur de Caroline âgée de 15 ans, la gouvernante, Cecilia Williams et la dernière maîtresse en date d’Amyas, Elsa Greer, une belle jeune femme de 20 ans.

Comme dans Le meurtre de Roger Ackroyd, Agatha Christie entretient les fausses pistes et joue avec les secrets et non-dits des témoins. Certes, les personnages sont quelque peu caricaturaux, que ce soit la victime ou son entourage. Mais j’ai apprécié chercher comme Hercule Poirot l’identité du meurtrier, ce dernier ayant été dans les trois « cochons » que j’avais très rapidement suspectés. Il y est ainsi question de relation de couple, d’adultère, de jalousie, de création artistique ou bien encore de pardon et de choix de vie. Un bon moment de lecture (qui aurait été très bon si le livre 1 et le livre 2 n’avaient pas été un peu trop redondants malgré les nuances et divergences permettant d’écarter certains témoins)!

Pour un autre avis: Enna (en version audio).

Participation #13 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Roman policier

Participation #12 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique anglais

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Chiffre: « Cinq »

Participation #88 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Royaume-Uni

Point lecture hebdomadaire #59

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures) ainsi que ma lecture en cours.

Nos lectures du 12 au 18 septembre 2022:

Des lectures jeunesse:

  • (Roman jeunesse) Oscar et Carrosse, La fête foraine de Ludovic Lecomte et Irène Bonacina (T2)

Après avoir début septembre le tome 1 d’Oscar et Carrosse, La soupe de pâtes, nous lisons le tome 2, La fête foraine de Ludovic Lecomte et Irène Bonacina (éd. L’école des loisirs, coll. Moucheron, 2021, 48 pages), un roman jeunesse à partir de 6 ans. Carrosse voudrait bien aller avec Oscar à la fête foraine. Mais il n’ose pas le lui demander. Un soir, il se décide enfin et accompagne Oscar à son travail. Mais tout ne se déroule pas comme prévu, entre quiproquos et incompréhensions de la part de Carrosse qui pense Oscar en danger. Les illustrations sont toujours tendres et rigolotes. Encore un très bon moment de lecture avec ce deuxième tome du duo très attachant Oscar/Carrosse!

  • (Album jeunesse) Regarde par la fenêtre de Katerina Gorelik

Nous lisons Regarde par la fenêtre de Katerina Gorelik (éd. Saltimbanque, 2021, 60 pages), un album jeunesse avec des découpes et à partir de 3/4 ans. Il est amusant de découvrir ce qui se cache derrière la fenêtre des maisons, leurs habitants étant souvent ceux des contes traditionnels comme le loup, la sorcière, le Petit Chaperon rouge mais aussi d’autres appréciés des enfants comme des souris ou un pingouin. Un très bon moment de lecture pour se faire gentiment peur avec ce livre participatif qui rappelle que les apparences peuvent être trompeuses!

  • (Roman jeunesse) Touchez pas au roquefort! de Bernard Stone et Ralph Steadman

Nous lisons Touchez pas au roquefort! de Bernard Stone et Ralph Steadman (éd. Gallimard Jeunesse, 1980, rééd. 2017, 29 pages), un roman policier jeunesse à partir de 9 ans paru pour la première fois en 1978 et qui est recommandé par le Ministère de l’Éducation Nationale pour le cycle 3 de l’école primaire. Grasboule découvre paniqué la disparition de tous les fromages de l’entrepôt. Accompagné de son adjoint, Sam Ledentu, l’inspecteur Souris enquête sur ce vol. Qui peuvent bien être les coupables? Un bon moment de lecture avec ce roman jeunesse qui reprend tous les caractéristiques du roman policier, plongeant les jeunes lecteurs dans une ambiance mystérieuse et jazzy, digne des vieux polars et films noirs et avec de l’humour tant dans les illustrations « vintage » que dans les noms des personnages jouant sur les noms de fromages!

  • (Roman illustré ado) La ferme des animaux de George Orwell et Quentin Gréban

J’ai lu La ferme des animaux illustré par Quentin Gréban (éd. Mijade, coll. Albums, 2021, 153 pages) et reprenant le texte intégral de George Orwell. Les animaux de la Ferme du Manoir se révoltent et prennent le pouvoir, forçant le fermier et sa femme à fuir leurs terres. Les humains n’ont plus leur place dans la ferme rebaptisée « Ferme des Animaux » et désormais dirigée par les cochons, en particulier Boule de Neige et Napoléon. Mais bien vite, l’euphorie de la révolution laisse place à une peur savamment entretenue par les cochons, les autres animaux de la ferme redevenant une masse exploitée. Marqué par son engagement dans la guerre civile espagnole (et le rôle de l’URSS), George Orwell a écrit une fable animalière politique bien pessimiste, les deux cochons Boule de Neige et Napoléon renvoyant à Trotski et Staline, l’auteur étant partisan du socialisme mais hostile au stalinisme.  Les illustrations à l’aquarelle de Quentin Gréban sont magnifiques et mettent en images les points clés du roman. Un classique de la littérature anglaise à (re)lire et à faire découvrir aux plus jeunes lecteurs! Il est d’ailleurs recommandé pour les lycéens.

Ma lecture en cours:

(Roman policier) Cinq petits cochons d’Agatha Christie

J’ai lu jusqu’à 208 la page Cinq petits cochons d’Agatha Christie (éd. du Masque, n°7, rééd. 2015, 284 pages), un roman policier paru pour la première fois en 1942 aux États-Unis, Hercule Poirot étant engagée par la fille de Caroline Crale, depuis lors décédée et qui avait été condamnée pour le meurtre par empoisonnement de son époux, Amyas Crale 16 ans plus tôt. Caroline Crale était-elle innocente comme le pense sa fille? Hercule Poirot pourra-t-il faire éclater la vérité en se rapprochant des témoins et intervenants de l’affaire encore en vie?

Au fil des pages avec Blood & Sugar

J’ai lu Blood & Sugar de Laura Shepherd-Robinson (éd. 10/18, 2022, 546 pages), un roman policier historique se déroulant en juin 1781 en Angleterre. Le capitaine Harry Corsham enquête entre Londres et Deptford sur le meurtre de son ami, Tad Archer, avocat et militant abolitionniste qui était sur le point de dévoiler un secret pouvant mettre un terme à la Traite négrière. Qui a tué son ami? Et quel était ce secret?

Entre fausses pistes, mises en garde, silences et difficultés à pouvoir accorder sa confiance, Harry tente de démêler le vrai du faux, en cachant ses propres opinions et faisant fi de mettre en péril sa famille, sa future carrière politique et même sa vie. Mais son enquête dérange jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir soumises au lobby des Caraïbes et bien hypocrites quant au sort réservé aux esclaves noirs considérés comme de simples marchandises dont il ne faut en tirer que du profit, morts ou vivants. En effet, c’est tout le système économique de la ville portuaire de Deptford basé sur le commerce triangulaire et ses nombreux bateaux négriers faisant commerce d’esclaves et de sucre (Afrique, Angleterre et Caraïbes) qui est mis à mal par l’enquête d’Harry. Ce dernier ne peut compter ni sur le juge local, Peregrine Child ni sur le maire, Lucius Stokes, lui-même marchand d’esclaves.

L’écriture est fluide et addictive, les personnages nuancés. L’autrice s’est largement documentée pour écrire ce roman et dépeindre le calvaire des esclaves noirs, s’inspirant de terrifiants faits divers malheureusement bien réels, comme le massacre d’esclaves à bord du Zong en 1781. Elle décrit ainsi une société anglaise corrompue et hypocrite, permettant aux marchands d’esclaves de prospérer et de posséder des esclaves même sur le sol britannique, malgré l’affaire « James Somersett » de 1772.  En effet, il faudra attendre une loi de 1833 pour qu’enfin soit votée en Angleterre l’abolition de l’esclavage. Un très bon moment de lecture qui nous plonge dans un contexte social anglais du XVIIIe siècle dur et éprouvant!

Et je coche au passage la case « La victime en savait trop » du Cherche et Trouve proposé cette année par Hilde et Lou dans le cadre de leur challenge British Mysteries.

Participation #12 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Roman policier historique

Participation #84 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Royaume-Uni

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑