Étiquette : romans adulte (Page 1 of 7)

Notre PAL pour Un Mois au Japon 2021

Pour ce premier jour d’Un Mois au Japon 2021, Hilde et Lou nous proposent de présenter notre PAL (pile à lire) pour le mois d’avril.  C’est le moment idéal de pouvoir lire quelques mangas que je n’ai pas encore pu aller emprunter à la médiathèque. Heureusement, contrairement à l’année dernière, les médiathèques restent ouvertes. J’ai prévu essentiellement des albums jeunesse, que ce soit d’auteurs japonais ou des histoires se déroulant au Japon et aussi un roman policier japonais.

Des albums jeunesse:

  • Mercredi, c’est raviolis! de Makato Tachibana et Setsuko Hasegawa (éd. L’école des loisirs, 2008), un album jeunesse à partir de 3 ans et se finissant sur une recette de raviolis japonais, des gyôzas qui peuvent être bouillis ou frits (LU ET RELU)
  • Les amants papillons de Benjamin Lacombe (éd. Seuil Jeunesse, 2007), un album jeunesse grand format pour les 6/9 ans selon l’éditeur mais voire plutôt pour les adolescents, une histoire d’amour tragique magnifiquement illustrée et inspirée d’une ancienne légende (LU)
  • Le cerf-volant de Toshiro de Ghislaine Roman et Stéphane Nicolet (éd. Nathan Jeunesse, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans selon l’éditeur (DÉJÀ LU)
  • Le maître des estampes de Thierry Dedieu (éd. Seuil Jeunesse), un album jeunesse pour les 6/9 ans selon l’éditeur
  • La balade de Koïshi d’Agnès Domergue et Cécile Hudrisier (éd. Grasset Jeunesse, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans en forme de livre-accordéon
  • Le Neige Express de Naokata Mase (éd. Seuil Jeunesse, 2013), un album jeunesse à partir de 3 ans (LU ET RELU)
  • Pique-nique sous la pluie de Naokata Mase (éd. Seuil Jeunesse, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans et avec des découpes (LU ET RELU)
  • Tu rentres quand? de Nagako Suzuki (éd. Nobi Nobi!, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Après avoir préparé un gâteau d’anniversaire pour son père, une petite fille attend avec impatience son retour. Coup de cœur pour cet histoire toute mignonne et gourmande avec des illustrations douces et aux couleurs automnales! (LU ET RELU)
  • Le voyage de Pippo de Satoe Tone (éd. Nobi Nobi!, 2014), un album jeunesse à partir de 3 ans (DÉJÀ LU)
  • Où est mon étoile? de Satoe Tone (éd. Nobi Nobi!, 2015), un album jeunesse grand format partir de 3 ans (LU)
  • Le portrait de Nounours de Mari Kasai et Chiaki Okada (éd. Nobi Nobi!, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans (LU)
  • La fête de la tomate de Satomi Ichikawa (éd. L’école des loisirs, 2012), un album jeunesse grand format à partir de 3 ans (DÉJÀ LU)
  • Le poisson rouge de Nanami de Yuichi Kasano (éd. L’école des loisirs, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans
  • Quand il fait nuit d’Akiko Miyakoshi (éd. Syros, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans

De la poésie avec les haïkus:

  • J’écris des haïkus de Véronique Brindeau et Sandrine Thommen (éd. Picquier Jeunesse, 2016), un livre à partir de 9 ans pour apprendre à écrire des haïkus
  • Mon livre de haïkus, à dire, à lire et à inventer de Janik Coat et Jean-Hugues Malineau (éd. Albin Michel Jeunesse, 2012), un recueil de 100 haïkus à partir de 6 ans

Des légendes et des contes japonais:

  • Issunbôshi, le petit samouraï d’Alice Brière-Haquet et Sanoe (éd. Nobi Nobi!, 2016), un album jeunesse à partir de 6 ans, une version japonaise de Tom Pouce
  • Urashima de Margaret Mayo et Jane Ray (éd. Hatier Jeunesse, coll. Ribambelle, 1993, rééd. 2005), un conte traditionnel japonais à partir de 4 ans
  • le recueil 1 de Mukashi Mukashi, Contes du Japon d’Alexandre Bonnefoy (éd. Issekinicho, 2019), un recueil de contes à partir de 5 ans
  • le recueil 2 de Mukashi Mukashi, Contes du Japon de Delphine Vaufrey (éd. Issekinicho, 2019), un recueil de contes à partir de 5 ans
  • Yōkai! Le monde étrange des monstres japonais de Fleur Daugey et Sandrine Thommen (éd. Actes Sud Junior, 2017), un album jeunesse regroupant de nombreuses légendes japonaises à partir de 6 ans

Des mangas:

  • le tome 1 des Pounipounis de Mashiro Minamino (éd. Nobi Nobi!, 2019), un manga kawaï à partir de 8 ans selon l’éditeur mais classé à partir de 3 ans à notre médiathèque
  • le tome 2 des Pounipounis de Mashiro Minamino (éd. Nobi Nobi!, 2019), un manga kawaï à partir de 8 ans selon l’éditeur mais classé à partir de 3 ans à notre médiathèque

Des romans jeunesse:

  • le tome 1 des Chroniques de l’érable et du cerisier, Le masque de Nô de Camille Monceaux (éd. Gallimard Jeunesse, 2020), un roman jeunesse à partir de 12 ans selon l’éditeur

Des romans adulte:

  • Un café maison de Keigo Higashino (éd. Actes Sud, coll. Actes noirs, 2012), un roman policier
  • Nagori, La nostalgie de la saison qui vient de nous quitter de Ryoko Sekiguchi (éd. P.O.L., 2018), un essai sur le mot japonais « Nagori » et plus largement les saisons et leur temporalité cyclique, à travers les fruits et les légumes notamment (LU)

Participation #1 Un mois au Japon 2021 de Hilde et Lou #PAL

Au fil des pages avec le tome 3 de Son espionne royale

Lors du RAT British Mysteries du week-end dernier, j’ai lu le tome 3 de la série livresque, Son espionne royale qui se déroule en Grande-Bretagne dans les années 30: Son espionne royale et la partie de chasse de Rhys Bowen (Robert Laffont, coll. La bête noire, 2020). J’avais beaucoup apprécié les deux tomes précédents et retrouve avec grand plaisir Lady Georgiana.

Nous sommes en août 1932 et la jeune femme doit faire face à la chaleur estivale toujours aussi désargentée dans un Londres déserté par ceux qui auraient pu faire appel à son entreprise de ménage. Elle imagine alors un autre emploi prometteur, du moins sur le papier: tenir compagnie en soirée à des hommes de passage à Londres. Lady Georgiana est encore bien naïve et est sauvée in extremis par Darcy O’Mara qui arrive toujours à propos. Elle est alors convoquée par Scotland Yard qui lui ordonne de rentrer chez elle, en Écosse pour éviter tout scandale.

Lady Georginia retourne donc au château familial, le château de Rannoch où son demi-frère, Binky a été blessé par un piège à animaux et où sa belle-sœur Fig doit se démener avec des invités américains insupportables dont Wallis Simpsons – son cousin David étant toujours très amoureux d’elle au grand dam du couple royal ayant élu domicile pour l’été sur le Domaine de Balmoral. Dans le train qui la ramène, elle est missionnée par le Ministère de l’Intérieur pour enquêter sur des incidents inquiétants touchant les héritiers de la Couronne comme son cousin David. Ces incidents seraient-ils en rapport avec un lourd secret qui pourrait une nouvelle fois embarrasser la Couronne?

Lady Georgiana est toujours aussi intrépide et attache. Elle arrive, avec ses maladresses et sa candeur mais aussi son audace, à être mêlée à des situations encore une fois dangereuses dans les Highlands: essais de hors-bord sur un loch voisin, partie de chasse sur le domaine royal… Heureusement, elle pourra compter sur son grand-père paternel toujours aussi « papy poule » et Darcy O’Mara toujours aussi séduisant et mystérieux. Son ami Belinda est aussi de la partie, s’étant entichée d’un bellâtre italien fan de vitesse et ami d’une célèbre aviatrice, Veronica Padgett.

Derrière l’enquête et la romance, il y est aussi question des us et coutumes de la vieille aristocratie qu’applique très fermement Fig ou encore des coutumes écossaises avec les deux cousins de Lady Georgiana avec leurs kilts, la cornemuse qui serait jouée par le fantôme d’un ancêtre du château ou bien encore le monstre aperçu dans le loch voisin. Ce tome est tout aussi plaisant, léger et pétillant que les tomes précédents avec cette fois un dépaysement garanti sur les terres écossaises. Un très bon moment de lecture pour ce roman qui participe, avec retard, au thème « Rendez-vous en Écosse » du British Mysteries Month mais qui aurait aussi pu être dans le thème « Fantômes », le château écossais étant, selon la rumeur, hanté!

Ah et j’avais oublié, et côté cuisine me direz-vous? Une nette préférence pour les teatimes, laissant à Lady Georgiana et les autres convives du château de Rannoch le haggis (panse de brebis farci) au petit déjeuner.

D’autres avis sur ce tome 3: Pativore, Martine et PedroPanRabbit.

Participation #11 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Écosse

Participation #11 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy Mystery

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Adjectif: « Royale »

challenge 2021 lire au féminin

Participation #14 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Participation #35 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine écossaise

Au fil des pages avec le tome 3 des Détectives du Yorkshire

Après avoir lu le deuxième tome en ce deuxième week-end du British Mysteries Month, j’ai immédiatement lu le troisième tome des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le mystère de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018).

Samson et Delilah sont engagés par un notaire pour retrouver l’avis de décès d’une jeune fille décédée vingt ans plus tôt après avoir été renversée par un chauffard dans la ville voisine de Leeds. Mais aucune trace de ce décès nulle part. L’enquête qui semblait de prime abord facile se révèle bien mystérieuse pour le duo d’enquêteurs et les met même en danger. En effet, ils fourrent leur nez dans d’anciens et lourds secrets que certains voudraient garder cacher. En même temps, en matière de succession, il fallait bien s’y attendre. Parallèlement, Delilah est préoccupée par la demande inattendue de son ex-mari de récupérer leur chien, Calimero et est amenée à aider le père de Samson de son addiction à l’alcool, à l’insu de ce dernier.

Contrairement au tome précédent rempli d’histoires secondaires, ce troisième tome se concentre sur une seule affaire plus complexe qu’il n’y paraît bien que je me suis doutée très vite du dénouement. Même si l’histoire se passe aussi à Leeds, la « grande » ville voisine, la petite communauté des habitants de Bruntcliffe reste bien présente avec leurs commérages et secrets de famille. Les relations entre Samson et Delilah ne sont pas toujours aussi faciles qu’ils le voudraient, chacun conservant ses parts d’ombre. Heureusement Samson sait qu’avec des scones au citron-gingembre (les préférés de Delilah) et un « bon » thé à la Yorkshire, les choses peuvent s’apaiser (ou pas). Et puis il y a toujours les passages savoureux avec Ida, la femme de ménage et amie de la famille de Samson avec son franc parler particulier mais au grand cœur, sa gentillesse égalant celle de son frère, George, passionné de tracteurs.

Finissant sur des faits compromettant Samson, j’ai hâte de pouvoir lire le tome 4 même si je vais devoir attendre qu’il soit empruntable à la médiathèque (pas avant mi-avril…). D’autre part, en serai-je plus Rick Procter – un promoteur prospère (véreux?), très apprécié de la petite communauté de Bruntcliffe et qui a un faible pour Delilah – et ses manigances? Un bon moment de lecture même si j’ai préféré le tome précédent!

Pour d’autres avis sur ce tome 3: Belette et Hilde.

Participation #8 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #8 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy Mystery

Participation #32 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Scones

challenge 2021 lire au féminin

Participation #11 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Au fil des pages avec le tome 2 des Détectives du Yorkshire

En ce deuxième week-end du British Mysteries Month, je continue la série des Détectives du Yorkshire avec le tome 2, Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018). L’histoire reprend quelques semaines après les événements du premier tome qui ont secoué le village tranquille de Bruntcliffe, les fêtes de fin d’année approchant. Samson est engagé pour retrouver un bélier reproducteur tout en s’intéressant à une série d’incidents troublants à la maison de retraite où vit son père, après n’avoir pas pris au sérieux l’une des pensionnaires qui pensait que quelqu’un voulait la tuer et qui était venue le voir quelques jours avant de décéder. Un décès de vieillesse ou un assassin rôde-t-il dans la maison de retraite?

Samson est aidé une nouvelle fois par Delilah mais aussi par toute une bande d’amis pensionnaires de la maison de retraite (dont le père de Samson) fort sympathiques et dynamiques malgré leur âge, heureux de pouvoir jouer aux détectives amateurs et qui m’ont fait penser aux Craquantes, une série américaine des années 80. Ils se réunissent d’ailleurs autour d’un thé à la mode Yorkshire (thé bien corsé avec du lait) accompagné de mince pies, Noël oblige.

Le duo Samson/Delilah fonctionne toujours aussi bien que dans le premier tome, leurs relations s’apaisant plus ou moins, selon les jours, Calimero, le chien de Delilah y contribuant. Ce tome est d’ailleurs plus rythmé avec différentes histoires secondaires et la fine équipe de pensionnaires de la maison de retraite. Bien sûr, comme il s’agit d’un cosy mystery, la résolution des enquêtes est simple et il est même surprenant que Samson, agent infiltré sous le coup d’une suspension, ne les démêle pas plus vite. Mais là n’est pas le charme de cette série, mais son ambiance so british. Le passé londonien de Samson reste toujours énigmatique comme les agissements suspects de Rick Procter, un promoteur immobilier qui fait vivre Bruntcliffe et qui a racheté la ferme familiale de Samson.

Un très bon moment de lecture en leur compagnie! J’enchaîne d’ailleurs immédiatement avec le tome 3. Avec un peu de retard, cela aurait dû être ma participation à la Journée « Meurtre à la campagne » du British Mysteries Month.

Pour d’autres avis sur ce tome 2: Belette et Hilde.

Participation #7 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #7 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy Mystery

Participation #31 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Mince pie

challenge 2021 lire au féminin

Participation #9 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Au fil des pages avec Son espionne royale

Vendredi, j’ai commencé une nouvelle série de cosy mystery, Son espionne royale de Rhys Bowen que j’avais repérée depuis un moment et qui me plonge dans la vie londonienne des années 30, à l’époque de la Grande Dépression. Et samedi soir, j’avais déjà fini les deux premiers tomes empruntés et qui se sont rajoutés à ma PAL pour le British Mysteries Month.

  • Son espionne royale mène l’enquête

Je commence, vendredi matin, par le tome 1, Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), paru la première fois en Angleterre en 2008. En avril 1932, surprenant une conversation entre son demi-frère Binky et sa femme, Fig au sujet de l’intention de Sa Majesté la Reine d’Angleterre de la voir épouser à un prince roumain, Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugénie, surnommée Georgie décide de quitter le château de Rannoch, en Ecosse, pour s’installer seule dans la maison familiale de Londres, Rannoch House, dans le quartier huppé de Belgravia Square.

Mais il n’est pas si simple pour Lady Georginia, jeune femme de 21 ans, de gagner son indépendance, seule et sans ressources, son demi-frère lui ayant coupé sa rente quelques mois plus tôt – sans chaperon ni même une femme de chambre. Elle est, en effet, du côté de son père, de rang royal et à ce titre est la 34ème héritière du trône britannique dans l’ordre de succession. Mais pas du côté de sa mère, une ancienne actrice qui passe de mari en mari à travers l’Europe et les États-Unis, plus préoccupée par ses charmes que par sa fille. Il n’est ainsi pas permis à Lady Georginia de travailler comme tout un chacun et elle décide d’ouvrir une agence de domestiques de luxe dont elle est la seule bonne employée incognito.

La jeune femme fait donc partie de cette aristocratie désargentée qui a subi le crack boursier de 1929. Ruiné, son père le Duc s’est suicidé en laissant de nombreuses dettes derrière lui. Son demi-frère Binkie est d’ailleurs sur le point de céder le château de Rannoch que leur père a perdu aux jeux au profit d’un sombre personnage français, Monsieur Gaston de Mauxville. Mais ce dernier est retrouvé mort dans la baignoire de Rannoch House, Binky étant le principal suspect. Lady Georginia mène alors sa propre enquête pour l’innocenter.

Se rajoute à cela une convocation à Buckingham Palace, la Reine lui confiant une mission mondaine que Lady Georginia ne peut décliner: se rendre à une partie de campagne pour espionner son cousin, le Prince de Galles, David qui semble s’être entiché d’une riche américaine encore mariée, Madame Wallis Simpson, ce qui déplaît fortement à la Reine.

Mais comment mener à bien sa mission? Heureusement, Lady Georginia peut compter sur l’une de ses anciennes amies du pensionnat en Suisse, Belinda qui aime les mondanités et les hommes, son grand-père paternel, un policier en uniforme à la retraite qui vit dans l’East End et aussi un lord irlandais désargenté comme elle, Darcy O’Mara.

Lady Georginia est une jeune héroïne fort attachante, faisant preuve tour à tour de candeur et d’impulsivité juvénile mais aussi de beaucoup de détermination, d’audace et d’ingéniosité. Même si les cadavres s’amoncellent étrangement sur son chemin, elle reste elle-même en toutes circonstances, gardant à l’esprit les leçons apprises plus jeunes, « une Lady ne montre jamais ses émotions en public » et la devise familiale, « la mort plutôt que le déshonneur ». Elle m’a ainsi fait penser à Cluny Brown, même si dans Les aventures de Cluny Brown de Margery Sharp (éd. Belfond, coll. Vintage, (1944) 2015), la jeune femme du même âge est une femme de chambre qui ne sait pas rester à sa place selon ses proches.

Je suis Lady Georginia avec beaucoup de plaisir entre son travail incognito au sein de son agence domestique de luxe, son enquête pour innocenter son demi-frère et sa mission d’espionnage pour la Reine Mary.  Bien sûr, dans ce genre de roman, le meurtrier est facilement identifiable. Il y est aussi question de la condition de la femme dans les années 30 même si elle est abordée de façon plus superficielle que dans d’autres romans que j’ai lus récemment mais qui se passaient à une autre époque, à l’ère victorienne par exemple dans la série Lizzie et Ben Ross d’Ann Granger. Un très bon moment de lecture avec ce cosy mystery certes classique mais léger, pétillant et à l’humour so british!

  • Son espionne royale et le mystère bavarois

Puis j’enchaîne immédiatement, vendredi soir, avec les premiers chapitres du deuxième tome, Son espionne royale et le mystère bavarois de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), également paru pour la première fois en Angleterre en 2008. Quelques semaines se sont passées depuis les événements du premier tome. Début juin 1932, Lady Georginia est à nouveau convoquée chez la Reine qui lui confie une nouvelle mission mondaine: accueillir chez elle une princesse bavaroise, la princesse Hanneflore de Bavière et jouer les entremetteuses lors d’une rencontre à la campagne avec le Prince de Galles qui continue de s’afficher avec Madame Simpsons. La Reine Mary espère ainsi une union entre Hannie et son fils aîné.

Toujours aussi pauvre, Lady Georginia se démène pour accueillir comme il se doit la princesse à Rannoch House qui arrive accompagnée d’une dame de compagnie, une baronne bavaroise et de sa femme de chambre. Elle se fait aider par son grand-père et sa voisine, Madame Huggins qui se font passer respectivement pour son majordome et sa cuisinière. Elle arrive même à engager une femme de chambre le temps de cette visite officielle.

Mais la jeune princesse Hannie, âgée de 18 ans et sortant du couvent, est bien ingérable et suit encore moins les convenances dues à son rang, parlant un anglais vulgaire appris dans les films américains de gangsters et s’amarouchant de tous les hommes qu’elle rencontre comme Darcy O’Mara (ce qui rend jalouse Lady Georginia) ou encore Sidney Roberts, sympathisant communiste. Bientôt, la princesse est mêlée au meurtre de ce dernier. Pour empêcher tout incident diplomatique, Lady Georginia est missionnée par la Reine pour trouver le véritable assassin. Sera-t-elle une nouvelle fois à la hauteur de sa mission de détective amatrice?

Comme dans le premier tome, le ton est toujours aussi léger et agréable, les événements s’enchaînant les uns les autres, sous fond historique (tensions sociales entre les partisans socialistes et les Chemises noires en Angleterre mais aussi la montée du nazisme en Allemagne et le stalinisme en Union Soviétique), jusqu’au dénouement qui en dévoile un peu plus sur Darcy O’Mara. Lady Georginia est, en effet, toujours bien secondée par son amie Belinda et son grand-père, sans oublier les arrivées toujours à propos de Darcy et les séries de décès auxquels elle assiste une nouvelle fois. Encore un très bon moment de lecture! J’espère pouvoir emprunter les tomes suivants à la médiathèque lorsqu’ils seront disponibles pour continuer à suivre les enquêtes de cette attachante détective amatrice.

C’était ma participation avec un peu de retard à la journée « Cosy Mystery » du 5 mars du British Mysteries Month de Hilde et Lou. Et comme nous sommes le premier dimanche du mois de mars, c’est aussi British Mysteries en cuisine avec le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant Grignote. Même si Lady Georginia mange beaucoup de haricots blancs à la sauce tomate, j’ai noté quelques passages gourmands comme le thé de la Reine, un thé de Chine avec des rondelles de citron et accompagné de nombreux plats: « Un à un, les plats furent disposés sur la table. De minuscules sandwichs coupés en triangle d’où pointaient des brins de cresson, des présentoirs à gâteaux constellés d’éclairs miniatures et de tartes aux fraises tout aussi menues ». (tome 1, p.36/37) et aussi un déjeuner entre Lady Georginia et Belinda au Savoy, un restaurant huppé: « Belinda commanda toutes sortes de plats délicieux – une salade d’endives au saumon fumé et des côtes d’agneau grillées accompagnées d’un bordeaux moelleux à souhait, le tout suivi d’un succulent pudding au pain beurré » (tome 2, p.36). Gare aux thés empoisonnés quand même!

Pour d’autres avis sur le tome 1: Katell , Belette, FondantGrignote et sur le tome 2: Katell, FondantGrignote, Pativore.

Participation #5 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #5 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy mystery

challenge 2021 lire au féminin

Participation #8 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Challenge Petit Bac d’Enna #5 et #6 Catégorie Adjectif: « Royale » et  « Bavarois »

Participation #27 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑