Point lecture hebdomadaire #3

La semaine dernière, nous sommes passés à notre médiathèque estivale pour des emprunts de quelques jours. Alors voici, avec un peu de retard, notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière et celle en cours. Certains des livres ont déjà été rendus et ne sont donc pas présents sur la première photo d’illustration de ce billet.

Nos lectures du 16 au 22 août 2021:

Des albums jeunesse:

  • Comme un grand de Rachel Bright et Jim Field

Nous lisons Comme un grand de Rachel Bright et Jim Field (éd. Deux coqs d’or, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Petit Loup se sent fort et grand et veut être le chef de la meute. Il pense pouvoir tout faire tout seul. Mais lorsque la meute part chercher un nouvel abri, le louveteau se perd. Parviendra-t-il à se débrouiller comme un grand? Il est question d’autonomie, d’entraide, d’amitié et de famille. Grandir c’est aussi compter sur ses amis et sa famille. Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse aux jolies illustrations hivernales!

  • Gipsy Panda de Quentin Gréban

Puis nous lisons également Gipsy Panda de Quentin Gréban (éd. Mijade, 2011), un album jeunesse à partir de 3 ans. Le quotidien doux et tranquille de Gipsy Panda est mis à mal avec l’arrivée d’une poule dans sa roulotte. Un très bon moment de lecture avec cette histoire rigolote, le lecteur sachant avant le panda la présence de la poule, ce qui provoque forcément le rire! Nous apprécions toujours autant les illustrations de Quentin Gréban, ici avec un panda tracassé et une poule un brin farceuse malgré elle. A noter toutefois que les plus jeunes lecteurs ne comprendront pas les propos de la biquette à la première page, cette dernière traitant le panda de voleur de poule. L’auteur prend en effet à contrepied les préjugés à l’encontre des Tsiganes ou des Gitans, « Gipsy » en anglais. Dans cette histoire, tout se terminera en amitié entre le panda et la poule.

Des albums jeunesse rigolos de la série « Comment ratatiner », à partir de 3 ans:

Nous avions découvert cette série livresque l’année dernière, à Halloween avec Comment ratatiner les ogres?, une manière rigolote de dédramatiser les petites et grandes peurs des monstres chez les plus jeunes.

  • Comment ratatiner les araignées? de Catherine Leblanc et Roland Garrigue (éd. P’tit Glénat, 2012) pour ne plus en avoir peur, la fin de l’album rappelant leur rôle dans la Nature et en particulier dans la maison, en se nourrissant des bestioles.
  • Comment ratatiner les sorcières? de Catherine Leblanc et Roland Garrigue (éd. P’tit Glénat, 2009) pour apprendre à repérer les sorcières et les chasser, l’album ne mettant en scène que de méchantes et vilaines sorcières. Un petit avant-goût halloweenesque!
  • Comment ratatiner les pirates? de Catherine Leblanc et Roland Garrigue (éd. P’tit Glénat, 2010) pour apprendre à déjouer leurs pièges tout en conservant leurs trésors, à moins que le pirate ne soit selon les situations les parents ou les enfants.

Des BD adulte:

J’ai également lu les deux premiers tomes de la BD, M.O.R.I.A.R.T.Y de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau, Stevan Subic et Scarlett. Dans le premier tome, Empire mécanique 1/2 (éd. Delcourt, 2018), en 1899, Sherlock Holmes démasque un automate joueur de cartes dans un club londonien. Au même moment, le Dr. Jekyll tente de se remettre de blessures par balles infligées par la police à Mr. Hyde, n’ayant pas réussi à endormir son double à temps alors qu’il était en train de prendre de l’opium. Porté disparu, Sherlock Holmes est appelé pour le retrouver. Dans le deuxième tome, Empire mécanique 2/2 (éd. Delcourt, 2019), Sherlock Holmes tente de découvrir, avec l’aide de son frère Mycroft, qui se cache derrière les dangereux automates Hyde, la reine Victoria étant en danger.

Je n’ai pas du tout accroché aux illustrations qui dénotent par rapport à celles des couvertures. J’ai trouvé l’ambiance trop glauque et le graphisme trop sombre bien que steampunk, où il est bien difficile de discerner les traits des protagonistes. Je ne pense pas que je lirai la suite, restant sur l’intuition de Sherlock Holmes quant à l’identité de Moriarty qui n’a pas été révélée.

Des romans:

  • Betty de Tiffany McDaniel (éd. Gallmeister, 2020, 720 pages)

Betty Carpenter commence par raconter la rencontre de ses parents et leur errance à travers les États-Unis en fonction du travail trouvé par le père, un Cherokee et des grossesses de la mère, une femme blanche pauvre puis leur retour dans la vie natale de la mère, dans l’Ohio. Puis le roman se focalise sur la vie de la narratrice, Betty née en 1954, de son enfance auprès d’un père aimant et d’une mère meurtrie par la vie et fragile.

Au fil des années qui passent jusque dans les années 70, Betty doit vivre avec de nombreux secrets de famille, plus terribles les uns que les autres et les décès qui touchent sa fratrie. Son passage de l’enfance à l’âge adulte ne sera pas sans douleurs, Betty, « Petite Indienne » métisse, étant confrontée au racisme, à l’inceste et aux deuils. Rien ne semble l’épargner et pourtant je retiendrai surtout de ce roman la relation tellement belle et lumineuse entre Betty et son père, un homme proche de la Nature et ayant su conserver, malgré les violences subies, ses racines cherokee dont il est fier et les transmettre à ses enfants, comme par exemple le secret des plantes médicinales. A la fois poète et guérisseur, débordant d’imagination et d’optimisme, ce dernier essaie de préserver l’innocence enfantine de ses enfants en apportant une beauté magique à des événements qui sont en réalité douloureux. Par moment, ce roman me rappelle Là où chantent les écrevisses de Delia Owens.

  • Hamnet de Maggie O’Farrel (éd. Belfond, 2021, 368 pages)

Un jour d’été, en 1596, Hamnet, un jeune garçon de 11 ans cherche désespérément de l’aide auprès d’un adulte, sa sœur jumelle Judith étant gravement malade. Mais il ne trouve personne, pas même le médecin et rejoint sa sœur dans leur chambre avant de s’endormir à son tour. Au retour de la famille, personne ne voit qu’Hamnet est malade, tous étant concentrés pour sauver la jumelle plus fragile, Judith.

Dans ce roman historique quoique très romancé et bien écrit, je suis les dernières heures de vie de Hamnet, le fils de William Shakespeare, décédé selon l’autrice de la pestilentielle même si la cause de son décès ne sera jamais connue. Au-delà de ce jeune garçon, c’est surtout la vie de sa mère, Agnès qui est mise en avant (femme forte et déterminée ayant grandi avec une crécerelle apprivoisée, un brin sorcière) et dans une moindre mesure de son mari, William, ancien précepteur qui passe tout son temps à Londres, à écrire et gérer sa troupe de théâtre, prenant ainsi de la distance avec son père maltraitant. A travers ce couple en train de perdre leur fils, il est question de deuil. La perte de cet enfant fragilise le couple. Agnès sombre dans la dépression, se reprochant de n’avoir rien vu alors qu’elle a le don de lire la destinée des gens et de les soigner et William se réfugiant à Londres, écrivant alors sa tragédie Hamlet.

Après avoir lu Betty, les personnages du père et ici de la mère se rapprochent dans leur contact avec la Nature, leur connaissance des plantes et herbes médicinales, leur approche du monde ésotérique ainsi que l’amour qu’ils portent à leurs enfants.

Ma lecture en cours:

(Roman) Anne d’Avonlea de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2021, 344 pages)

Comme j’avais pris deux romans à la médiathèque pour une semaine, je n’ai avancé que de deux chapitres cette lecture, découvrant Anne en jeune institutrice enthousiaste, pleine de bonne volonté et se laissant encore emportée dans son imagination qu’elle a eu su conserver de son enfance.

Ce sera également ma lecture de la semaine prochaine.

Challenge Petit Bac d’Enna #11 et 12 Catégorie Prénom: « Betty » et « Hamnet »

Participation #19 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

challenge 2021 lire au féminin

Participation #53 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrices américaine et anglaise

 

3 Comments

  1. FondantGrignote

    Les 5 premiers ouvrages pour enfants sont très tentants!! bonne fin de week-end, Jojo et petit lutin ^_^

    • Jojo

      Bonne fin de week-end et bonne pré-rentrée!

  2. Hilde

    Un chouette point lecture ! Je n’ai pas encore lu le tome 2 de Moriarty. La série « Comment ratatiner » est assez amusante ! ^^ Bonne lecture.

Répondre à FondantGrignote Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :