Étiquette : BD adulte (Page 1 of 3)

Au fil des pages avec Béatrice

J’ai lu, fin avril 2022, Béatrice de Joris Mertens (éd. Rue de Sèvres, 2020, 112 pages), une BD adulte/roman graphique sans textes. Dans les années 70, Béatrice, une jeune femme célibataire et vendeuse dans un grand magasin se rend sur son lieu de travail en train et est intriguée par un sac à main rouge laissé par terre. Un jour, elle succombe à sa curiosité et emporte le sac chez elle. Elle y découvre un album photo rempli de photographies en noir et blanc d’un couple épanoui et amoureux ayant vécu dans les années 20. Cette découverte chamboule son existence bien terne et routinière, Béatrice partant à la recherche des lieux où le couple de l’album photo s’est rendu. Jusqu’à quel point la jeune femme solitaire et rêveuse va-t-elle s’identifier à celle des photos? Est-ce une vie par procuration poussée à l’extrême ou un pacte avec le diable?

Vivant avec ses chats et des lectures tournées vers le passé (Bonjour tristesse de Françoise Sagan, Arc de Triomphe d’Erich Maria Remarque ou Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald), la jeune femme se laisse facilement obnubilée par ce couple au point de sembler heureuse. L’histoire m’a fait penser bien sûr à Faust de Goethe, le café où se rend Béatrice s’appelant d’ailleurs Faust mais aussi à La peau de chagrin d’Honoré de Balzac.

Graphiquement, Joris Mertens utilise de nombreux procédés rendant la narration très visuelle et dynamique, jouant avec la couleur rouge puis passant du sépia au noir et blanc. Il a ainsi réussi à recréer l’ambiance des années 70 (avec une grande ville (mélange de Paris et de Bruxelles) dans laquelle se déverse chaque jour son flux de travailleurs et envahie par les publicités et même si le grand magasin dans lequel travaille Béatrice m’a fait plus penser à celui décrit par Émile Zola, en 1883, dans Au bonheur des dames) puis des années 20 (avec toute l’exubérance de ces Années Folles). Un très bon moment de lecture avec cette BD pleine de nostalgie!

Pour d’autres avis sur cette BD: Eimelle.

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Prénom: « Béatrice »

Participation #53 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Belgique

Au fil des pages avec Moon river

J’ai lu fin mai 2022 Moon river de Fabcaro (éd. 6 Pieds sous terre, 2021, 80 pages), une BD adulte à la couverture noire, chic et sobre qui contraste fortement avec son contenu totalement décalé, absurde, loufoque et plein d’autodérision. A Hollywood, dans les années 50, l’actrice Betty Pennyway est victime d’un « crime » atroce. L’inspecteur Hernie Baxter est alors chargé de l’enquête. Qui a bien pu commettre un tel acte sur cette actrice en vogue?

Mélangeant les genres, les graphismes et les époques, Fabcaro s’amuse avec les codes du polar tout en parodiant le film noir et les films à l’eau de rose. Pourtant, derrière ce grand n’importe quoi, une cohérence se dégage dans l’utilisation des graphismes : le tournage de films hollywoodiens avec beaucoup de couleurs ou des photo-montages, l’enquête à proprement dite dans des tons noir, gris et blanc ou bien encore une vraie/fausse autobiographie mettant en scène le dessinateur et ses filles dans les tons sepia. Le texte est bourré de jeux de mots et de références à la pop culture (pubs, Scooby-Doo ou encore un détournement non pour les enfants de Mireille l’abeille d’Anton Krings…). L’enquête policière n’est alors qu’un prétexte à ne pas se prendre en sérieux tout en pointant du doigt les travers hollywoodiens (vanité, gloire, célébrité…) et les difficultés de création d’une œuvre par exemple. Un moment de lecture très rigolo!

Et au détour d’une case, il y a même de façon totalement incongrue la recette des endives au jambon que je note pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine.

Pour d’autres avis sur cette BD: Aproposdelivres.

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Art: « Moon River » (chanson)

Participation #51 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Participation #25 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Endives au jambon

Au fil des pages avec Blanc autour

Le mois dernier, j’ai lu Blanc autour de Wilfried Lupano et Stéphane Fert (éd. Dargaud, 2020, 144 pages), une BD adulte s’inspirant de faits et personnages historiques ayant existé aux États-Unis, 30 ans avant la Guerre de Sécession. En 1832, la jeune institutrice Prudence Crandall décide d’accueillir dans son école pour filles qu’elle dirige à Canterbury, une petite ville du Connecticut, une jeune fille noire, Sarah. Mais encore marquée par une sanglante révolte d’esclaves menée un an plus tôt par Nat Turner, la communauté blanche et raciste va tout faire pour l’en empêcher, même par la violence si la voie légale n’est pas suffisante.

Comme pour Les filles de Salem de Thomas Gilbert, j’en attendais peut-être plus. Graphiquement alors que j’avais été attirée par l’illustration de couverture, j’ai trouvé que les personnages étaient un peu trop similaires et caricaturaux, même si la rondeur des illustrations permet d’atténuer un peu la dureté du propos. J’ai bien plus apprécié l’intrigue autour de cette jeune institutrice altruiste, engagée, courageuse et qui réussira à instiller malgré tout un souffle de liberté et apporter la petite étincelle/lueur d’espoir pour faire évoluer, petit à petit, les mentalités, même si j’ai trouvé que l’introduction de la « sorcière blanche » était peut-être de trop.

Il y est ainsi question du droit à l’instruction, de sororité, d’égalité ou bien encore des droits civiques des Afro-américains qui bien que libres n’étaient pourtant pas égaux… Un bon moment de lecture, l’ouvrage finissant par un postface très intéressant de la conservatrice du Musée Prudence Candall qui revient sur la vie de certains des personnages historiques croisés dans la BD!

Pour d’autres avis sur cette BD: Bidib (et Yomu-chan).

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Couleur: « Blanc »

Participation #45 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Au fil des pages avec le tome 1 de Ténébreuse

J’ai lu le tome 1 du diptyque Ténébreuse de Hubert et Vincent Maillé (éd. Dupuis, 2021, 80 pages), une BD fantasy à partir de 15 ans selon l’éditeur et qui a été classée en adulte par ma médiathèque. Arzhur, un chevalier déchu est engagé par trois mystérieuses vieilles femmes pour sauver une jeune princesse en détresse. Mais la réalité est tout autre, Islen s’étant retirée de son plein gré dans le château noir avec ses animaux monstrueux. Les deux jeunes gens partent alors pour le château du père d’Islen. Quelle destinée les attend?

Côté scénario, l’histoire est bien moins classique qu’il n’y paraît, même si certains personnages sont un peu stéréotypés comme la belle-mère marâtre jalouse ou les parents d’Islen… J’ai retrouvé des thèmes récurrents chez Hubert dont j’avais lu l’année dernière Peau d’Homme. Il y est question du poids du regard de l’autre, d’héritage familial, de déterminisme, de libre arbitre, de rédemption ou bien encore de seconde chance. Le scénariste s’est amusé à prendre le contrepied des codes traditionnels des contes et légendes: un chevalier ingénu et bien naïf, une princesse féministe… Les trois vieilles m’ont fait penser aux Moires (les trois divinités grecques du destins) et aux trois sorcières de Macbeth, la mère d’Islen à la fée Mélusine et Islen entourée de rats au Joueur de flûte de Hamelin.

J’ai beaucoup apprécié les illustrations de Vincent Maillé qui m’ont rappelé le coup de crayon de Régis Loisel avec une ambiance médiévale, sombre et fantastique ou bien encore le film Willow de Ron Howard sorti en 1988. J’ai d’ailleurs lu après ma lecture que Vincent Maillé a illustré deux tomes du deuxième cycle de La Quête de l’oiseau du temps, Avant la quête. Il se dégage une grande complexité et expressivité du duo Arzhur/Islen, chacun devant vivre avec le poids de son passé et ses démons intérieurs. Un très bon moment de lecture dont les péripéties et rebondissements s’enchaînent rapidement et qui se finit en plein suspense épique! Le passé va-t-il se reproduire? J’ai hâte de découvrir le second et dernier tome qui paraîtra en septembre 2022, Hubert ayant pu l’écrire avant son décès en 2020.

Pour un autre avis sur ce tome 1: Bidib.

Participation #18 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib

Participation #40 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Point lecture hebdomadaire #42

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures) et ma lecture en cours. Une semaine avec beaucoup de BD!

Nos lectures du  16 au 22 mai 2022:

Des lectures jeunesse:

  • (Album jeunesse) Sidonie Souris de Clothilde Delacroix

Nous lisons Sidonie Souris de Clothilde Delacroix (éd. L’école des loisirs, coll. Moucheron 2020, rééd. 2022), un album jeunesse pour les 6/8 ans et que nous avons reçu dans le cadre de notre abonnement Kilimax. Sidonie, une jeune souris adore écrire. Mais un jour, elle est en panne d’inspiration.  Comment se sortir de cette situation? Heureusement, elle pourra compter sur sa famille et surtout sa mère. Nous avons beaucoup apprécié les illustrations pleines de tendresse et d’espièglerie de Clothilde Delacroix. Il y est ainsi question de l’enfance et de l’apprentissage de l’autonomie. Un très bon moment de lecture en compagnie d’une souris toute mignonne!

  • (Album jeunesse) Les Monsieur Madame et la Petite Souris de Roger Hargreaves

Nous lisons Les Monsieur Madame et la Petite Souris de Roger Hargreaves (éd. Hachette Jeunesse, 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans avec l’histoire de Madame Pourquoi qui voudrait en savoir plus sur la petite souris. Parviendra-t-elle à satisfaire sa curiosité en découvrant à quoi ressemble la petite souris et où elle habite? Une histoire rigolote et parfaite pour accompagner un enfant qui vient de perdre sa première dent!

  • (Album jeunesse) Le merveilleux voyage de la petite abeille de Britta Teckentrup

Nous lisons Le merveilleux voyage de la petite abeille de Britta Teckentrup (éd. Hatier Jeunesse, 2016), un album jeunesse à découpes et à partir de  3/4 ans. Avec de très jolies illustrations, l’histoire aborde la pollinisation. Un bon moment de lecture en compagnie d’une petite abeille dans une journée de récolte!

  • (Album jeunesse) La chasse au Trésor de Monsieur Taupe de Katerina Gorelik 

Nous lisons également La chasse au Trésor de Monsieur Taupe de Katerina Gorelik (éd. Sarbacane, 2019), un album jeunesse à partir de 4 ans et lauréat du 33e Prix des Incos 2021/2022 dans la sélection CE1. Après que Maître Blaireau a lu un soir un nouveau livre, La chasse au trésor, aux habitants de la forêt, Monsieur Taupe se demande ce qu’est un trésor et part explorer le monde souterrain autour de sa galerie. Arrivera-t-il à découvrir un trésor? Il est question d’aventures, de partage, de solidarité et d’amitié. Un très bon moment de lecture avec cette histoire, Monsieur Taupe passant à côté de trésors ne sachant pas leur nature, contrairement à nous, lecteur! Et si pourtant celui qu’il arrive à trouver était le plus précieux de tous?

  • (BD jeunesse) La soupe aux Schtroumpfs de Peyo (T10)

Nous lisons le tome 10 des Schtroumpfs, La soupe aux Schtroumpfs de Peyo (éd. Dupuis, 1976, rééd. , 30 pages), une BD jeunesse à partir de 6 ans. Ce tome comprend surtout une histoire principale, un géant affamé, Grossbouf arrivant à pénétrer dans le village des Schtroumpfs après avoir rendu une visite à Gargamel. Le Grand Schtoumpf trouvera-t-il une solution pour assouvir la faim de Grossbouf? Une histoire rigolote même si les gags étaient un peu trop redondants à mon goût!

  • (BD jeunesse) La queue du Marsupilami de Batem, Greg et André Franquin (T1)

J’ai fait découvrir à mon mini lutin le premier tome du Marsupilami: La queue du Marsupilami de Batem, Greg et André Franquin (éd. Marsu productions, 1987, rééd. 2002, 48 pages), une BD jeunesse. Bring M. Backalive se rend en Palombie pour chasser le marsupilami. Aidé de Tapamilastiko, un Indien Chahutas, il est bien décidé à capturer cet animal insaisissable. Le marsupilami parviendra-t-il à lui échapper et à mettre à l’abri sa famille? Comme pour les Astérix ou les Schtroumpfs, je ne me souvenais pas qu’il y avait autant de bagarres dans les Marsupilami. Un moment de lecture nostalgique plein de « houba houba »!

  • (BD jeunesse) Eli & Gaston, La forêt des souvenirs de Céline Deregnaucourt et  Ludovic Villain (T2)

Je lis le tome 2 d’Eli & Gaston, La forêt des souvenirs de Céline Deregnaucourt et  Ludovic Villain (éd. Ankama, 2021, 104 pages), une BD jeunesse à partir de 7 ans. Alors qu’elle passe ses vacances d’automne chez sa grand-mère Jo avec son chat Gaston, Eli vient en aide à une jeune fille dont le grand-père également Gardien a perdu la mémoire. Arriveront-ils à temps sur l’île oubliée sur laquelle se trouve le remède? Comme je le supposais à la fin de la lecture du tome précédent, j’en apprends plus sur les gardiens de la forêt et le passé de la grand-mère d’Eli. Les illustrations de Céline Deregnaucourt sont tout aussi mignonnes que dans le premier tome. Un bon moment de lecture qui permet à la jeune fille de poursuivre sa quête initiatique en faisant preuve de courage et d’entraide!

Des lectures adulte:

  • (Roman fantasy) Emma Paddington, Le manoir de Dark Road End de Catherine Rolland (T1)

J’ai lu le tome 1 d’Emma Paddington, Le manoir de Dark Road End de Catherine Rolland (éd. Books on demand, 2021, 236 pages), un roman fantasy avec l’histoire d’Emma Paddington, une jeune femme de 22 ans qui vient d’hériter d’un manoir d’une tante. Psychologue de formation, Emma va devoir composer avec un univers magique, découvrant que sa tante était une sorcière qui protégeait la Terre de sombres créatures, aidée en cela par trois Djins avec lesquels Emma va devoir cohabiter. Un bon moment de lecture avec une jeune femme qui va de découverte en découverte surprenante tout comme nous, lecteur! Il existe un tome 2, Le fantôme hypocondriaque.

  • (BD fantasy) Ténébreuse de Hubert et Vincent Maillé (T1)

J’ai lu le tome 1 du diptyque Ténébreuse de Hubert et Vincent Maillé (éd. Dupuis, 2021, 80 pages), une BD fantasy à partir de 15 ans selon l’éditeur et qui a été classée en adulte par ma médiathèque. Arzhur, un chevalier déchu est engagé par trois mystérieuses vieilles femmes pour sauver une jeune princesse en détresse. Mais la réalité est tout autre, Islen s’étant retirée de son plein gré dans le château noir avec ses animaux monstrueux. Les deux jeunes gens partent alors pour le château du père d’Islen. Quelle destinée les attend?

Côté scénario, l’histoire est bien moins classique qu’il n’y paraît, Hubert s’étant amusé à prendre le contrepied des codes traditionnels des contes et légendes. Graphiquement, j’ai beaucoup apprécié cet ambiance médiévale, sombre et fantastique. Il se dégage une grande complexité et expressivité du duo Arzhur/Islen, chacun devant vivre avec le poids de son passé et ses démons intérieurs. Il y est question du poids du regard de l’autre, d’héritage familial, de déterminisme, de libre arbitre, de rédemption ou bien encore de seconde chance. Un très bon moment de lecture dont les péripéties et rebondissements s’enchaînent rapidement et qui se finit en plein suspense épique! Le passé va-t-il se reproduire? J’ai hâte de découvrir le second et dernier tome qui paraîtra en septembre 2022, Hubert ayant pu l’écrire avant son décès en 2020.

  • (BD adulte/Roman graphique) Edelweiss de Cédric Mayen et Lucy Mazel

Je lis ensuite Edelweiss de Cédric Mayen et Lucy Mazel (éd. Glénat, coll. Vents d’Ouest, 2017, 96 pages), un roman graphique où il est question d’amour, de passion pour l’alpinisme et d’handicap. Lors d’un bal d’après-guerre, à l’été 1947, Olympe et Edmond se rencontrent. Passionnée d’alpinisme, Olympe rêve d’escalader le Mont-Blanc comme son aïeule, Henriette d’Angeville. Au fil des ans, la détermination d’Olympe reste intacte, malgré la routine quotidienne et les aléas de la vie, Edmond lui apportant aide et soutien. Un très bon moment de lecture!

  • (BD adulte/Roman graphique) Malgré tout de Jordi Lafebre

J’ai également lu Malgré tout de Jordi Lafebre (éd. Dargaud, 2020, 152 pages), un roman graphique ado/adulte avec l’histoire d’un amour à rebours. Cela commence en effet par le chapitre 20. Un très bon moment de lecture avec cette histoire pétillante et légère, à la structure narrative étonnante sous forme de puzzle amoureux dans lequel chaque pièce du passé permet d’arriver au dénouement qui n’est pas une fin mais la concrétisation d’un amour!

Ma lecture en cours:

(Cosy Mystery) Son espionne royale et l’héritier australien de Rhys Bowen (T7)

J’ai commencé à lire jusqu’au chapitre 9 (p.100) le tome 7 de Son espionne royale, Son espionne royale et l’héritier australien de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, 2021, 363 pages), un cosy mystery se déroulant cette fois, en mars 1934, dans le Comté du Kent, en Angleterre. Lady Georginia vient en aide à Jack Altringham, héritier du duc d’Eynsford venu d’Australie et principal suspect dans le décès de ce dernier. Qu’il est agréable de poursuivre cette série livresque et de replonger dans les aventures de Lady Georginia and co! 

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑