Étiquette : tolérance (page 2 of 2)

Au fil des pages avec l’école

En attendant la rentrée des classes et pour continuer de se familiariser avec l’école maternelle, nous empruntons à la bibliothèque deux albums jeunesse sur ce thème et qui permettent aux tout-petits, dès 3 ans, de dédramatiser leur première rentrée.

Il s’agit tout d’abord d’Un ours à l’école de Jean-Luc Englebert (éd. L’école des loisirs, coll. Pastel, 2015). Dans la forêt, à quelques heures du début de son hibernation, un petit ours découvre un bonnet perdu dans la forêt et s’aventure plus loin que de coutume jusqu’à découvrir une école. Quelle n’est pas sa surprise en découvrant dans la cour de récréation des enfants jouant avec le même bonnet! Intrigué, il s’approche et est emporté dans une drôle de journée par les enfants l’acceptant comme un de leurs pairs et avec beaucoup de bienveillance. Que d’expériences pour ce petit ours qui assistera également à une leçon de calcul élémentaire, avant que la réalité sous les traits de la maîtresse ne le rattrape! Les tout-petits peuvent s’identifier facilement à ce petit ours, petit écolier d’un jour. Les illustrations à l’aquarelle sont aussi tendres que l’histoire de cet album jeunesse qui aborde joliment les thèmes de la découverte de l’école, de la tolérance et de l’autonomie.

Puis nous lisons Mon premier jour d’école de Debi Gliori et Alison Brown (éd. Gautier-Laugereau, 2018). C’est le premier jour d’école de Petit Hibou qui préférerait rester auprès de sa mère et de Bébé Hibou. Pourtant, au fur-et-à-mesure de la journée, il va prendre plaisir à être à l’école grâce aux activités organisées par la maîtresse, l’accueil chaleureux des autres élèves, etc. Une premier journée bien remplie qui en appellera bien vite d’autres! Comme dans le précédent album, le tout-petit peut s’identifier à Petit Hibou qui doit affronter ses craintes face à une situation inédite: être élève. Petit Hibou a une frimousse toute craquante, à l’instar des illustrations de cet album jeunesse toutes colorées.

Participation #29 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #7 catégories Lieu: « École » et Adjectif: « Premier »

Au fil des pages avec La Chose

Nous continuons à découvrir l’univers d’Edmond et ses amis. Cette fois-ci, nous lisons La Chose d’Astrid Desbordes et de Marc Boutavant (éd. Nathan, 2016). Georges Hibou et Edmond, un écureuil toujours aussi peureux, tombent nez à nez avec la Chose, une étrange créature qui ne ressemble pas du tout aux animaux qu’ils peuvent rencontrer dans la forêt. Leur premier réflexe est de s’enfuir en courant. Mais en apprenant à se connaître, finiront-ils à « scratch poutcher »? Cet album jeunesse aux illustrations toujours aussi chaleureuses et colorées aborde joliment le thème de la différence, de la peur de l’autre et de l’amitié. Il ne nous reste plus qu’à faire et déguster nos propres biscuits verts! Encore un joli coup de cœur!

D’autre part, en se concentrant sur le personnage de Georges Hibou, on peut initier les tout-petits à la philosophie et plus précisément au scepticisme. Comment ça, vous doutez? Sceptique comme Georges Hibou? Pourtant, « à chose effrayante, costume exceptionnel » nous fait penser à « à affirmation extraordinaire, preuve extraordinaire » – phrase vulgarisée de Marcello Truzzi, sociologue américain et fondateur d’un journal de zététique, The Zetetic en 1976. Cette idée peut ainsi se rapprocher des écrits de Pierre-Simon de Laplace et de David Hume, fondateur de l’empirisme moderne et auteur du Traité de la nature humaine.

Avec cet album jeunesse, je participe, pour la première fois, au Challenge Je lis aussi des albums 2019 organisé par Sophie Hérisson du blog « Délivrer des livres » qui se déroule cette année de mai 2019 à avril 2020. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog. Ci-joint le lien vers les règles de ce challenge.

Participation #12 Devine qui vient Bloguer?

Au fil des pages sur le thème du printemps

Nous avons découvert la famille écureuil de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016) en suivant les aventures automnales de Nic, Nac et Noc dans Tout est rouge puis hivernales avec Vive la neige. Nous les retrouvons, avec beaucoup de plaisir, dans deux histoires printanières. Les illustrations sont toujours aussi splendides, le texte dispersant ça et là de petites touches pédagogiques sur la nature pour les enfants.

Nous commençons par C’est déjà le printemps de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016). Un beau matin, le printemps semble être enfin arrivé. Nic, Nac et Noc en profitent pour partir se promener et en viennent à observer la fonte des neiges. Ils suivent alors le cours d’eau jusqu’à se retrouver au milieu d’un immense lac. Ils seront alors aidés par des canards Colvert qui les ramèneront sur les bords du lac. Sous un aspect très poétique, l’histoire aborde le cycle de l’eau et la migration des canards.

Puis nous lisons A table! de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016). Lors d’une balade printanière, Nic, Nac et Noc aperçoivent un oisillon qui pleure de faim. Ils décident de le nourrir. Mais que mange un oisillon? Des pommes de pain? Des fleurs de cerisier? Les trois petits écureuils sont bien embêtés jusqu’au retour de la mère de l’oisillon qui revient avec une chenille verte pour le nourrir. Pleine de tolérance, cette histoire permet d’aborder avec les enfants les différences de régime alimentaire entre les espèces.

Pour les tout-petits lecteurs, le printemps peut s’inviter à travers des imagiers sur les saisons comme par exemple Les 4 saisons (Collectif, éd. Hemma, coll. Les 100 premiers mots, 2018). Cet imagier aux jolies illustrations colorées permet d’enrichir le vocabulaire autour, par exemple, des animaux, des vêtements, des activités ludiques, des couleurs ou des sons changeant au fil des saisons. Lorsque l’enfant est plus grand, il peut servir dans l’apprentissage de l’écriture.

Dans notre bibliothèque, nous avons un autre album jeunesse pour les tout-petits (de plus de 18 mois selon l’éditeur) qui se déroule au printemps, dans un style bien différent de celui de Kazuo Iwamura. Cette fois-ci, nous nous retrouvons dans une ferme  avec des naissances d’animaux: Maman Poule et les trois petits œufs de Beck Ward et Sami Sweeten (éd. Lipokili, 2004). En réalité, il y a quatre histoires: la naissance des poussins dans le livre en forme de poule et trois autres histoires connexes dans les trois petits œufs. Pour les plus petits lecteurs, ce qui est le plus amusant ce n’est pas tant l’histoire que de faire pivoter la queue de la poule ou de faire pondre les œufs. Restera toutefois toujours la question de savoir qui est arrivé en premier: l’œuf ou la poule.

Participation #1 Mon Bazar coloré

Avec cet article, je participe, pour la première fois, au rendez-vous « Et dans leur bibliothèque il y a… » de Mon Bazar coloré qui propose de publier tous les 20 du mois des livres sur un thème précis: ce mois-ci le printemps. Bien évidemment, il s’agit d’une liste non-exhaustive et qui ne tient pas compte de nos emprunts à la bibliothèque. Le printemps ne faisant que commencer, nous continuerons à lire d’autres albums jeunesse sur ce thème. Nous nous attendons, peut-être voire même sûrement, à de jolis coups de cœur comme celui de Kazuo Iwamura, sans compter tous nos activités printanières à venir.

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 catégories Animal « Poule » et Objet « Table »

Au fil des pages avec Orlando

Nous lisons une nouvelle bande dessinée, le tome 1 d’Orlando, Le secret du Mont Soufflon de Teresa Radice et Stefano Turconi (éd. Dargaud, 2017). Nous partons à l’aventure avec un petit garçon, Orlando, qui vit, avec ses parents, sur une île – au charme très italien – sur laquelle il existe un volcan dont il ne doit pas s’approcher car « on ne sait jamais ». Malgré toute son énergie communicative et son imagination débordante, Orlando s’ennuie quand même jusqu’au jour où le volcan se réveille.

Trop curieux pour se rappeler la mise en garde de ses parents, Orlando prend son sac à dos et part gravir le volcan. Tout change alors lorsqu’il tombe nez à nez avec Dagobert, un dragon qui ne doit pas s’approcher du village des humains car « on ne sait jamais ». Ce dernier, s’ennuyant autant qu’Orlando dans sa grotte, passe ses journées à cracher du feu pour s’amuser. Une grande amitié va finalement les unir.

Cette bande dessinée est joliment illustrée. Le texte est très drôle, notamment le moment de la rencontre entre Orlando et Dagobert, l’un semblant être le reflet de l’autre.  Il existe un second tome d’Orlando, Le voleur de chaussettes (éd. Dargaud, 2018) que nous avons hâte de pouvoir lire.

A défaut du tome 2, nous nous amusons à souffler comme Dagobert! Nous faisons également une autre activité tout aussi ludique mais un brin plus scientifique: le jeu du volcan en éruption. Puis nous regardons des photos de l’Etna en éruption datant de décembre 2018.

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 catégorie Lieu « Mont Soufflon »

Newer posts »

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑