Étiquette : Mario Ramos

Au fil des pages avec Histoires de loups

Nous empruntons à la bibliothèque Histoires de loups de Mario Ramos (éd. L’école des loisirs, coll. Pastel, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Ce recueil  regroupe quatre histoires de l’auteur mettant en scène le loup et d’autres personnages des contes traditionnels dans des situations loufoques, drôles et invraisemblables, comme c’était déjà le cas dans Le code de la route.

Dans la première, C’est moi le plus fort, un loup rassasié – le Grand Méchant Loup – se pavane dans la forêt. Il effraie à chacune de ses rencontres ses interlocuteurs comme les trois petits cochons ou le Petit Chaperon rouge qui, par crainte, le confortent dans sa vantardise. Mais est-il vraiment le plus fort? Une espèce de petit crapaud le remettra-t-il à sa place? Dans cette histoire, l’auteur tourne en dérision le loup et aborde le thème du regard de l’autre.

Dans la deuxième, Mon ballon, l’auteur s’amuse à recréer la rencontre entre le loup et le Petit Chaperon rouge. En chemin pour aller chez sa grand-mère, le Petit Chaperon rouge chantonne la comptine « Promenons-nous dans les bois », son ballon à la main. Mais elle est interrompue à plusieurs reprises par des animaux pour le moins incongrus. Le loup ne rôderait-il pas? En se focalisant sur le ballon rouge, Mario Ramos met à rude épreuve les nerfs du jeune lecteur. La chute de l’histoire est inattendue et hilarante. Une histoire réussie pour rire de peur!

Dans le troisième, Le plus malin, il s’agit une fois encore d’une version détourné du conte du Petit Chaperon rouge, avec un loup qui finit par se retrouver piégé dans les habits de Mère-Grand. L’auteur s’amuse à malmener le loup de notre enfance qu’on finirait bien par plaindre. Pris pour Mère-Grand, il n’arrive même plus à faire peur à ceux qu’il croise, comme les trois petits cochons ou les sept nains. Un comble pour un Grand Méchant Loup! L’histoire est aussi drôle que les précédentes.

Enfin, dans la dernière, Le loup qui voulait être un mouton, il n’est plus question du Grand Méchant ou du Petit Chaperon rouge. Nous suivons un loup qui se déguise en mouton pensant ainsi réaliser son rêve: voler. Quelle drôle d’idée a priori! Et pourtant… Cet album jeunesse aborde avec tendresse le thème du rêve, de la curiosité et de l’acceptation de soi. Encore un bon moment de lecture autour de contes détournés! Que d’imagination chez Mario Ramos!

Participation #99 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #14 catégorie Lecture: « Histoires »

Au fil des pages sur le thème de la sécurité routière

Les enfants adorent jouer avec les véhicules, que ce soit les petites voitures, les camions de pompier ou les trains. Et qui dit véhicule dit sécurité routière avec les feux tricolores ou les panneaux de signalisation! A force d’entendre « rouge, vert, rouge, vert » à chaque feu ou lorsque nous jouons avec les petites voitures, je me suis dit qu’il était peut-être temps de lire des albums jeunesse sur les règles du code de la route.

Nous commençons par un album jeunesse qui ne va pas faire cesser les « rouge, vert » puisqu’il s’agit de Rouge et Vert de Gabriel Gay (éd. L’école des Loisirs, coll. Les lutins, 2016). Les petits bonshommes du feu de signalisation se disputent lorsque Vert voudrait que Rouge laisse traverser un chien, en l’absence de voiture. Cela crée un accident et Vert est éjecté du feu de signalisation. Il part à la découverte de la ville avec un pigeon. Mais toutes les voitures lui font de plus en plus peur, d’autant que son absence a provoqué un énorme bouchon. Vert finit par être renversé par une voiture. Rouge vient à sa rescousse. Rouge et Vert comprennent alors qu’ils doivent travailler de concert pour rétablir la circulation. Quel travail d’équipe entre ces deux petits bonshommes pour nous permettre de circuler sans soucis dans notre vie quotidienne, que nous soyons piéton, conducteur ou cycliste!

Cet album  jeunesse aborde également le thème de la pollution des grandes villes avec les tas de poubelles ou le fait que le pigeon se nourrit de plastique, ce qui n’est pas forcément appréhendé par les tout-petits lecteurs, trop concentrés sur les petits bonhommes aux couleurs bien vives et qui contrastent avec le décor très sombre de la ville. Il est donc possible de prolonger cet album, avec les plus grands enfants, en parlant d’écologie et de respect de l’environnement.

Puis nous lisons Le code de la route de Mario Ramos (éd. L’école des Loisirs, coll. Les lutins, 2018), un album jeunesse sans texte et revisitant les contes traditionnels. Le Petit chaperon rouge se rend, en draisienne, chez sa grand-mère. Grâce à de nombreux panneaux de la circulation, elle est prévenue – à l’instar du lecteur – du passage d’autres personnages de conte: les trois ours (sans Boucle d’Or) qui traversent la route à vélos, les trois petits cochons sur des skateboards ou bien encore un loup sur des patins à roulettes… Trois petites souris se sont aussi glissées dans chaque page. Fous rires garantis surtout avec le loup!

Une bien jolie initiation ludique aux règles de la circulation routière pour les tout-petits lecteurs et une piqûre de rappel pour les plus grands, même si dans le second livre, aucun des personnages ne porte de casque.

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 catégorie Livre « Code » et #3 catégorie Couleur « Vert »

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑