Étiquette : hiver (Page 1 of 16)

Au fil des pages avec Ce genre de petites choses

Repéré en décembre 2022 chez Bianca, j’ai emprunté début janvier 2023 à la médiathèque Ce genre de petites choses de Claire Keegan (éd. 2020, 117 pages), un court roman qui a été chroniqué entretemps aussi chez Fondant. En décembre 1985, à l’approche de la quarantaine, Bill Furlong, marchand de bois et de charbon a réussi sa vie tant personnelle (marié et père de cinq filles) et professionnelle (gérant une entreprise prospère), alors même qu’il est né sans père et d’une mère domestique enceinte à 15 ans qui a pu l’élever auprès d’elle grâce à la générosité et la bienveillance de sa patronne, la riche veuve Mrs Wilson. Le travail ne manque pas à l’approche de Noël.

Une livraison de  charbon au couvent de son village va bouleverser sa vie si bien rangée et l’amener à se questionner sur sa propre existence. En effet, dans la réserve de charbon, il découvre une jeune fille esseulée, pieds nus malgré le froid de l’hiver qui semble avoir passé la nuit là et inquiète du sort réservé à son bébé de 14 mois sur le point d’être vendu par les Sœurs du couvent. Ce n’est pas la première fois qu’il est témoin d’incidents dérangeants au couvent. De nombreuses rumeurs circulent d’ailleurs mais personne jusqu’alors ne s’y appesantit d’autant que le couvent est généreux et permet de faire tourner l’économie locale. Face à l’hypocrisie générale et à la très grande influence des religieuses catholiques, que pourrait bien faire Bill Furlong: : fermer les yeux, mettre un terme aux agissements du couvent ou à tout le moins aider cette pauvre jeune fille?

J’ai apprécié le personnage de Bill Furlong, un homme ordinaire, tranquille mais déterminé à ne plus resté indifférent aux agissements constatés au couvent qui le renvoient à sa propre trajectoire de vie, à celle de sa mère qui aurait pu finir dans ce couvent sans Mrs Wilson et à sa quête des origines paternelles. Son bonheur se heurte à la maltraitance du couvent.

L’histoire s’inspire des Magdalene laundry en Irlande, les derniers couvents ayant été fermés en 1996 et qui exploitaient pour des travaux de blanchisseries des femmes et jeunes filles dans des conditions quasi carcérales afin de les « laver de leurs pêchés », la plupart du temps placées par leur propre famille car enceintes hors mariage, considérées comme trop effrontées et impertinentes, voire même trop coquettes et « aguicheuses »…

Un roman certes court mais marquant, tout en pudeur et au style concis, à la fin ouverte qui laisse une petite part à l’espoir, dans l’esprit d’un conte de Noël, même si je serai plus pessimiste, les répercussions s’annonçant terribles pour Bill Furlong!

J’ai enfin noté quelques passages gourmands pour le challenge Des livres (et des écrans en cuisine) comme la préparation du gâteau de Noël par la famille de Bill (p.25/26) qui donne envie de lécher la cuillère avec le reste de pâte, les repas de Mrs Kehoe dans son pub (p.96) ou bien encore l’assiette d’œuf ou bien encore le cake aux fruits et le thé servi chez les religieuses (p.72).

Pour d’autres avis: Bianca et Fondant.

Participation #3 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Irlande

Participation #4 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2023 de Bidib et Fondant #Plats irlandais et de Noël

Au fil des pages avec le tome 2 de Sous les arbres

Nous relisons le tome 2 de Sous les arbres, Le Frisson de l’hiver de Dav (éd. de la Gouttière, 2020, 32 pages), une BD jeunesse à partir de 4/5 ans, au format à l’italienne et que j’avais glissée dans la case 21 de notre calendrier de Noël 2021. Au cœur de l’hiver, un renard frileux et maladroit avec sa longue écharpe rouge croise une jolie renarde mais n’ose l’approcher par peur du ridicule. Et pourtant, si sa maladresse le rendait charmant et irrésistible aux yeux de la renarde?

Il est question cette fois-ci de rencontre amoureuse, l’alchimie entre les deux protagonistes étant indéniable. Dans ses maladresses et sa timidité, le renard est très attachant. Les personnages sont toujours aussi expressifs et cartoonesques que dans le tome précédent. Nous recroisons d’ailleurs au détour de quelques cases Monsieur Grumpf, le blaireau toujours aussi grincheux. Les gags et onomatopées s’enchaînent pour notre plus grand plaisir, apportant une touche légère aux émois amoureux du renard. C’est encore un coup de cœur pour ce deuxième tome tout aussi mignon et drôle que le précédent!

Pour un autre avis sur ce tome 2: Nathalie.

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Végétal: « Arbres »

Au fil des pages avec La petite collectionneuse de lumières

Découvert à l’ouverture de la case 12 de notre calendrier de Noël 2021, nous relisons depuis régulièrement La petite collectionneuse de lumières de Lucy Fleming (éd. Kimane, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans. Chaque nuit, Stella, une petite fille-papillon de nuit récolte de la lumière sous toutes ses formes afin de réconforter ceux qui croisent son chemin et d’apaiser leurs peurs, que ce soit des enfants ou des animaux au cœur de l’hiver. Son rêve est de pouvoir voir un jour un lever de soleil mais la fragilité de ses ailes l’en empêche. Et si son amitié avec un renard et une chouette le lui permettait?

L’histoire est toute mignonne et aborde de façon poétique et magique la peur du noir et de la nuit chez les enfants grâce à Stella, une petite fée de la forêt bienveillante et généreuse. Les illustrations sont magnifiques avec un joli jeu de lumières qui apporte une douce chaleur magique et réconfortante au décor enneigé et nocturne. Coup de cœur pour cet album jeunesse aux jolies valeurs que sont l’entraide, le don de soi et l’amitié!

Je coche au passage la case « Fées et êtres féériques » de ma grille de bingo (jeunesse) du challenge Contes et Légendes 2023.

Participation #3 Challenge Contes et Légendes 2023 de Bidib #Conte moderne/Fée

Participation #2 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Royaume-Uni

Au fil des pages avec Le dernier des loups

Le week-end dernier, nous avons relu Le dernier des loups de Sébastien Perez et Justine Brax (éd. Albin Michel Jeunesse, 2020), un album jeunesse grand format à partir de 6 ans et que j’avais acheté à sa parution, en septembre 2020. Il est bien difficile de se remettre de la Grande Guerre des hommes contre les loups. Un jeune archer, Milo est bien décidé à tuer le dernier des loups. Et si sa longue traque changeait son regard sur les loups?

Les illustrations de Justine Brax sont magnifiques et poétiques, l’argenté se mêlant aux tons bleutés et hivernaux ou rouges et accompagnent à merveille le texte profondément humaniste de Sébastien Perez. Au fil de sa quête initiatique, la peur et la haine de Milo à l’égard des loups cèdent le pas à une introspection salvatrice et à l’espoir de cohabitation entre humains et loups. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui rappelle les thématiques déjà développés dans Fils de dragon du même duo!

Participation #2 Challenge Contes et Légendes 2023 de Bidib #Conte moderne

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Animal: « Loups »

Nos lectures « La moufle »

Bien que nous possédons déjà deux autres versions de La moufle, conte traditionnel que nous relisons régulièrement et pas seulement en hiver, j’en ai emprunté à nouveau une autre à la médiathèque et ai acheté d’autres versions qui reprennent plutôt la version ukrainienne que russe puisque l’objet qui deviendra un abri aux animaux est une moufle. La version russe « Teremok » (La Maisonnette) mettant en scène une mouche a été repris dans les Contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev, un recueil de contes paru en  1873.

  • (Album jeunesse) La moufle de Florence Desnouveaux et Cécile Hudrisier

La moufle de Florence Desnouveaux et Cécile Hudrisier (éd. Didier Jeunesse, coll. A petits petons, 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans. Une souris, un lièvre, un renard, un sanglier et un ours vont chercher à se réchauffer dans une moufle rouge déposée par le vent sur la neige du chemin. Mais y aura-t-il de la place pour tout ce petit monde? Fous-rires garantis! Les illustrations sont aussi attachantes que le texte est drôle.

  • (Album jeunesse) La moufle de Chloé Chauveau et Céline Bielak

La moufle de Chloé Chauveau et Céline Bielak (éd. Lito, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Une souris, un lapin, un renard, un sanglier, un ours et une fourmi vont chercher à se réchauffer dans une moufle perdue par un petit garçon. Cette version est tout aussi rigolote que la précédente. Les illustrations remplies de tendresse nous ont aussi beaucoup plu. La répétition du texte sert également à entretenir le rire à l’arrivée de chaque personnage.

  • (Album jeunesse) La moufle d’Elisa Paganelli

Nous découvrons également une nouvelle version de La moufle avec celle d’Elisa Paganelli (éd. Fleurus, 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans qui met en scène d’autres animaux. C’est un lapin qui découvre la moufle, la souris n’apparaissant qu’en toute fin de l’histoire dans le rôle dévolu d’habitude à la fourmi qui n’est pas présente ici. La moufle est présentée comme un véritable petit logis où il fait bon se réchauffer et partager un bon thé. Une bien jolie version colorée de ce conte-randonnée!

  • (Album jeunesse) La moufle de Robert Giraud et Olivier Latyk

Après l’avoir emprunté les années précédentes à la médiathèque, j’ai fini par acheter en format poche La moufle de Robert Giraud et Olivier Latyk (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 2000, rééd. 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans, d’après un conte traditionnel russe. De toutes les versions que nous avons pu lire, celle-ci est celle à l’ambiance russe puisqu’elle met en scène un paysan russe qui en allant couper du bois perd une de ses moufles qui va devenir un abri pour différents de la forêt. Une bien jolie version également avec les illustrations épurées d’Olivier Latyk que nous avons encore pris plaisir à relire!

  • (Album jeunesse) La moufle de Céline Alvarez, Karine Michel et Julie Machado

Nous lisons La moufle de Céline Alvarez, Karine Michel et Julie Machado (éd. Les Arènes, 2020, rééd. 2021), un album jeunesse « premières lectures » aux jolies illustrations et à partir de 4/5 ans pour apprendre à lire seul, le texte étant en lettres majuscules (diagrammes en vert et lettres muettes en gris). Il y a trois niveaux de lectures avec à chaque double page une courte phrase, des bulles et des onomatopées. Une jolie version également!

  • (Album jeunesse) La moufle de Bernard Villiot et Antoine Guilloppé

Nous lisons enfin La moufle de Bernard Villiot et Antoine Guilloppé (éd. L’élan vert, 2012), un album jeunesse à partir de 4/5 ans. La moufle égarée est découverte par un petit rat. Puis d’autres animaux viennent s’y blottir jusqu’à l’explosion de la moufle. Mais l’histoire ne s’arrête pas là dans cette version, une araignée tissant un petit nid douillet avec le reste de la moufle. Les illustrations d’Antoine Guilloppé contrastent avec les versions précédemment lues, l’illustrateur s’étant surtout servi de trois couleurs (le noir, le blanc et le rouge), dans un jeu d’ombre et de lumière, les animaux étant à la fois représentés en gros plan ou en silhouettes comme des ombres chinoises.

Participation #5 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Conte ukrainien/russe

Participation #1 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Conte traditionnel

« Older posts

© 2023 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑