Étiquette : hiver (page 1 of 3)

Au fil des pages avec l’école

En attendant la rentrée des classes et pour continuer de se familiariser avec l’école maternelle, nous empruntons à la bibliothèque deux albums jeunesse sur ce thème et qui permettent aux tout-petits, dès 3 ans, de dédramatiser leur première rentrée.

Il s’agit tout d’abord d’Un ours à l’école de Jean-Luc Englebert (éd. L’école des loisirs, coll. Pastel, 2015). Dans la forêt, à quelques heures du début de son hibernation, un petit ours découvre un bonnet perdu dans la forêt et s’aventure plus loin que de coutume jusqu’à découvrir une école. Quelle n’est pas sa surprise en découvrant dans la cour de récréation des enfants jouant avec le même bonnet! Intrigué, il s’approche et est emporté dans une drôle de journée par les enfants l’acceptant comme un de leurs pairs et avec beaucoup de bienveillance. Que d’expériences pour ce petit ours qui assistera également à une leçon de calcul élémentaire, avant que la réalité sous les traits de la maîtresse ne le rattrape! Les tout-petits peuvent s’identifier facilement à ce petit ours, petit écolier d’un jour. Les illustrations à l’aquarelle sont aussi tendres que l’histoire de cet album jeunesse qui aborde joliment les thèmes de la découverte de l’école, de la tolérance et de l’autonomie.

Puis nous lisons Mon premier jour d’école de Debi Gliori et Alison Brown (éd. Gautier-Laugereau, 2018). C’est le premier jour d’école de Petit Hibou qui préférerait rester auprès de sa mère et de Bébé Hibou. Pourtant, au fur-et-à-mesure de la journée, il va prendre plaisir à être à l’école grâce aux activités organisées par la maîtresse, l’accueil chaleureux des autres élèves, etc. Une premier journée bien remplie qui en appellera bien vite d’autres! Comme dans le précédent album, le tout-petit peut s’identifier à Petit Hibou qui doit affronter ses craintes face à une situation inédite: être élève. Petit Hibou a une frimousse toute craquante, à l’instar des illustrations de cet album jeunesse toutes colorées.

Participation #29 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #7 catégories Lieu: « École » et Adjectif: « Premier »

Au fil des pages avec La pomme des neiges

Nous empruntons un album jeunesse nous faisant replonger dans la saison hivernale: La pomme des neiges de Feridun Oral (éd. Minedition, 2013). Dans cette histoire, ce n’est plus une moufle perdue dans la neige qui réunira les différents protagonistes mais une pomme rouge comme dans La pomme rouge de Kazuo Iwamura. En plein cœur de l’hiver, un petit lapin tente de trouver de quoi se nourrir dans la neige. Il aperçoit alors une belle pomme rouge tout en haut d’un arbre. Ne pouvant l’attraper seul, il ira demander son aide à une souris. Puis viendront d’autres animaux. De l’entraide naîtra une amitié entre eux. Les illustrations accompagnent joliment le texte qui rappelle celui d’un conte-randonnée.

Pour prolonger la lecture, nous jouons avec des cartes plastifiées avec la pomme et les animaux de l’histoire. Nous reprenons également celles que nous avions faites pour La Moufle et pour La pomme rouge. Par exemple, nous classons les animaux par ordre de grandeur puis les différentes phases de la pomme (entière, croquée, trognon). Nous les comptons également. Puis nous rejouons l’histoire avec des marottes.

Participation #5 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #4 catégorie Partie du corps: « Pomme »(d’Adam)

Au fil des pages avec les oiseaux d’Antoon Krings

Voici deux nouveaux albums jeunesse dénichés dans un Range ta chambre ce week-end et qui vont rejoindre nos moments lecture. Ce sont deux histoires d’Antoon Krings qui mettent à l’honneur les oiseaux familiers de nos jardins, en particulier le rouge-gorge et la mésange bleue. Nous pourrions même dire que ces deux albums jeunesse permettent une initiation à l’ornithologie pour les tout-petits, avant le week-end de comptage national des oiseaux des jardins, les 25 et 26 mai 2019.

Nous commençons par Georges le Rouge-Gorge d’Antoon Krings (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Giboulées, 2003). Quelques jours avant Noël, Georges le Rouge-Gorge tente de se nourrir. Mais il est bien difficile de récupérer des miettes de pain, entre tous les autres oiseaux plus imposants que lui. Heureusement, il pourra compter sur une petite souris. Il est certain que ce nouvel album sera relu lors de la prochaine période de Noël! En effet, cette histoire aborde joliment les thèmes de l’entraide et du partage.

Puis nous lisons Solange la Mésange d’Antoon Krings (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Giboulées, 2002). Nous sommes désormais au printemps et nous suivons Solange, une mésange qui désespère de ne pas pondre et envie les autres oiseaux qui couvent ou qui s’occupent déjà de leurs oisillons. Un jeune coucou chute de son nid devant elle. Elle part à la recherche de sa mère. Mais à qui peut-il bien être? A la fin de l’histoire, nous sommes étonnés que la mésange puisse pondre autant d’œufs. Après vérification, une portée peut bien être aussi importante. Une mésange peut même avoir deux portées la même année.

Ces deux albums nous font connaître l’univers créé par Antoon Krings puisque nous pouvons retrouver certains des protagonistes dans les deux histoires, à l’instar de Benjamin le Lutin. D’ailleurs, l’œuvre de cet auteur fait actuellement l’objet d’une exposition « Drôles de Petites Bêtes » au Musée des Arts Décoratifs de Paris. Nous avions déjà lu, il y a quelques jours, Lou P’tit Loup et les abeilles. Ayant vraiment bien apprécié les illustrations, nous allons continuer de découvrir cet univers littéraire par des emprunts à la bibliothèque, même s’il est vrai que la seconde histoire m’a moins plu que la première en raison du sort réservé à l’oisillon (un vrai coucou ou un objet venant d’une pendule à coucou?).

Pour prolonger la lecture, nous colorons des dessins de mésange et de rouge-gorge. Puis nous jouons avec un imagier composé de cartes plastifiées des oiseaux mentionnés dans les deux albums à partir de photos que j’avais pu prendre il y a quelques temps et des protagonistes des deux histoires. Nous faisons également des puzzles de couverture des albums. Nous revoyons aussi les émotions avec la souris qui pleure, le rouge-gorge heureux de manger un peu de nourriture, la mésange un brin courroucée et le coucou perdu.

Challenge Petit Bac d’Enna – #5 catégories Prénom: « Georges » et Animal: « Mésange »

Participation #9 Devine qui vient Bloguer?

Deux autres albums jeunesse sur l’hiver

Dans cette dernière semaine d’hiver, nous empruntons à la bibliothèque deux albums jeunesse sur cette saison. Cette année, l’hiver ayant été particulièrement doux dans le Sud de la France, nous n’avons pas vraiment pu profiter de la neige.

Nous avions adoré découvrir les aventures automnales de Nic, Nac, Noc, trois petits écureuils dans Tout est rouge de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016). Cette fois-ci, nous les retrouvons heureux de voir que la neige est tombée pendant la nuit dans Vive la neige! de Kazuo Iwamura (éd. Mijade). Rien ne peut attendre pour aller faire de la luge avec leurs parents! Surtout pas les excuses de leurs parents pour rester au chaud dans la maison: le froid pour le père ou les tâches ménagères pour la mère! Et finalement, qui des enfants ou des parents s’amuseront le plus dans la neige? Les illustrations et le texte sont toujours aussi chaleureux que l’ouvrage précédemment lu.

Puis après les parties de luge, vient le tour des bonshommes de neige avec le tome 4 de Monsieur Blaireau et Madame Renarde – Jamais tranquille! de Brigitte Luciani et Eve Tharlet (éd. Dargaud, 2013). Nous avions déjà lu les tomes précédents de cette bande dessinée qui décrit le quotidien d’une famille recomposée avec d’un côté, une maman renarde, Marguerite et de sa fille Roussette et de l’autre, un papa blaireau, Edmond et de ses trois enfants, Glouton, Carcajou et Cassis. Cette fois-ci, nous les suivons pendant leur premier hiver ensemble. La cohabitation semble bien difficile de prime abord, les renards et les blaireaux n’adaptant pas leur rythme de vie de la même façon pour faire face à l’hiver, le froid, la neige et la raréfaction de la nourriture. Malgré les chamailleries entre les enfants, de beaux moments de partage et de complicité vont pouvoir encore avoir lieu. A la différence de Cassis, bande dessinée abordable dès 2 ans, ce tome est destiné à des enfants un peu plus grands (dès 4 ans selon l’éditeur), l’histoire étant plus longue à suivre même si les personnages sont toujours aussi attachants.

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 catégorie Adjectif « Tranquille »

Au fil des pages avec C’est toi le printemps?

Nous empruntons à la bibliothèque C’est toi le printemps? de Chiaki et Ko Okada (éd. Seuil Jeunesse, 2014), un album jeunesse à partir de 3 ans. Nous suivons Petit Lapin, un lapereau qui découvre son premier printemps à la sortie de l’hiver. Aussi impatient que curieux, il se désespère de savoir à quoi ressemble le printemps jusqu’à sa rencontre avec un ours blanc. Vient-il de tomber nez à nez sur le printemps? Les illustrations aux crayons de couleur dans les tons pastels de cet album jeunesse sont douces et tendres comme le texte de l’histoire qui décrit à merveille les émotions de ce petit lapin, notamment sa hâte de grandir pour voir le printemps et l’émerveillement ressenti. Les tout-petits se retrouveront facilement dans ce personnage. En effet, cet album jeunesse aborde tout en poésie l’envie d’apprendre et de faire comme les grands, la curiosité insatiable sur le monde qui nous entoure, l’excitation ressentie lors de nouvelles acquisitions et découvertes, etc. Un joli coup de cœur!

« Older posts

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑