Étiquette : écureuil (page 2 of 3)

Au fil des pages avec Un peu perdu

De Chris Haughton, nous avions lu, un nombre incalculable de fois, Oh non George!. J’avais repéré que dans notre bibliothèque municipale, nous pouvions emprunter Un peu perdu et Chut! On a un plan. Direction la bibliothèque et à force de rechercher ces deux albums, je ne fais pas attention que j’emprunte deux fois Un peu perdu mais dans deux formats différents. Encore une raison – si l’en fallait une – pour retourner à la bibliothèque pour Chut! On a un plan.

Nous lisons d’abord la version cartonnée, idéale pour les tout-petits: Un peu perdu de Chris Haughton (éd. Thierry Magnier, 2013). En plein sommeil, le Bébé Chouette (qui est en réalité un hibou) tombe du nid. Loin de sa mère, il n’a qu’une hâte, la retrouver au plus vite. Il sera aidé par un écureuil, pas très doué mais très enclin à l’aider du mieux possible. Heureusement, une grenouille saura reconnaître la Maman Chouette. Malgré le thème du sentiment d’abandon et la peur éprouvée par le Bébé Chouette d’être loin de sa mère, cette histoire est très drôle. Le texte répétitif y participe fortement tout comme les illustrations très colorées. La chute de l’histoire est aussi ouverte que celle de Oh non, George! et apporte avec elle de grands instants de rire.

Nous lisons également le format plus grand et plus souple: Un peu perdu de Chris Haughton (éd. Thierry Magnier, 2012), ce format permettant de mieux observer les détails des illustrations, en particulier les déplacements de la Maman Chouette qui recherche également son bébé.

Pour prolonger la lecture, nous faisons un hibou en rouleau de papier toilette à l’image du Bébé Chouette. Nous utilisons un rouleau que nous avions peint la semaine dernière en noir. Puis après avoir plié le haut du rouleau pour former les aigrettes du hibou, nous collons les yeux mobile et les différents morceaux de papier cartonné pour les autres parties du corps: des ailes grises, le contour des yeux violet, un bec orange et quatre bandes bleues sur le corps représentant des plumes.

Nous jouons également avec un imagier en cartes plastifiées et dans lequel nous retrouvons les différents animaux de l’histoire: chouette, écureuil, ours, lapin et grenouille. Nous faisons également des puzzles, un memory et des marottes de cet album jeunesse qui permet de dédramatiser cette peur de la séparation ou de l’abandon, comme par exemple un premier jour chez la nounou ou à la crèche ou le jour de rentrée à l’école maternelle.

Challenge Petit Bac d’Enna – #4 catégorie Adjectif: « Perdu »

Au fil des pages avec les abeilles

Nous lisons les deux albums jeunesse achetés lors de la 25ème Fête du Miel de Mouans-Sartoux. Nous commençons par Lou P’tit Loup et les abeilles d’Antoon Krings (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Giboulées, 2014). Lou P’tit Loup accompagne Nounours, un ourson déguisé en abeille, à chercher du miel. Mais au lieu d’une ruche, il tombe sur une cachette de noisettes d’un écureuil qui arrive très mécontent. Arriveront-ils à se régaler avec du miel? Cette histoire aux jolies illustrations permet une première approche des abeilles et du comportement à adopter si nous sommes prêts d’elle. Elle aborde aussi le thème de la peur puisque Lou P’tit Loup arrive à passer outre sa peur des abeilles depuis qu’il s’est fait piquer par l’une d’elles.

Puis nous lisons Mélie d’Isabelle Maquoi et Quentin Gréban (éd. Mijade, 2009). Cette fois-ci nous suivons Mélie, une abeille impatiente de découvrir le vaste monde. Après l’attaque d’un ours, elle va pouvoir sortir de la ruche et après avoir affronté de nombreux danger, découvrir un beau champ de tournesols. Là encore, cette histoire permet d’aborder la vie des abeilles à travers leurs différents métiers, leur rôle dans la pollinisation des fleurs mais aussi leurs prédateurs.

Pour prolonger la lecture, nous faisons des activités autour du dernier album: des collages d’abeilles sur une ruche, des puzzles de la couverture de Mélie (qui d’ailleurs veut dire abeille en grec ancien), un jeu des paires, des imagiers sur les abeilles, la ruche, le métier d’apiculteur, les fleurs, etc. Nous jouons aussi avec une marotte de Mélie, une abeille magnétique ainsi qu’une abeille et des fleurs que j’avais fabriquées en feutrine.

L’occasion également de relire un ancien album jeunesse pour les tout-petits: Petit Ours, une histoire adorable pour les tout-petits (éd. L’imprévu, coll. Drôles de p’tits yeux, 2015). Trop gourmand, Petit Ours vole du miel dans la ruche des abeilles. Très mécontentes, ces dernières le poursuivent. Petit Ours sera aidé dans sa fuite par des animaux de la forêt. Puis après son mea culpa, tout se finira par un goûter de miel bien sûr! Ce petit album jeunesse cartonné permet d’aborder avec les tout-petits la gourmandise, l’amitié et l’entraide mais aussi les émotions de joie et de colère.

Challenge Petit Bac d’Enna – #3 catégorie Lecture: « Histoire », #4 catégorie Prénom « Lou »

Participation #8 Devine qui vient Bloguer?

Au fil des pages avec La pomme rouge

Nous continuons notre exploration de l’univers littéraire de Kazuo Iwamura avec deux nouveaux emprunts à la bibliothèque cette semaine, après la famille Écureuil et la famille Souris.

Tout d’abord, un coup de cœur pour La pomme rouge (éd. L’école des Loisirs, 2010). Une petite fille perd son goûter, une pomme rouge qui roule le long d’une colline sur laquelle elle était montée. Elle croise alors un lapin, un écureuil et un ours. Elle finira par la partager avec eux. Quelle douceur et poésie dans cette histoire qui ravit les tout-petits! Le noir et blanc des illustrations met en lumière la pomme rouge (qui est la seule à être colorée) et les différents personnages mignons à croquer. C’est encore un beau moment de partage que décrit Kazuo Iwamura, avec un texte similaire à un conte-randonnée. Est également abordé, en fin d’album, le cycle de la vie d’un arbre. Car qui sait, ces quatre amis reviendront peut-être manger des pommes sous un beau pommier dans quelques années?

Puis nous lisons Fû, Hana et les pissenlits (éd. L’école des Loisirs, 2016). Nous suivons une balade printanière de Fû et Hana, deux petits lapins, dans un pré de pissenlits. Ils découvrent le cycle de la vie des fleurs à travers la rencontre d’une coccinelle, d’un papillon et d’une abeille. Une jolie approche pour les tout-petits de la pollinisation! Reste en tête la mélodie de cet album jeunesse, « Tampopo po po! ».

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 et #3 catégorie Végétal : « Pomme » et « Pissenlits »

Participation #3 Devine qui vient Bloguer?

Au fil des pages avec la lune

Dans la nuit du 20 au 21 mars 2019, a eu lieu une nouvelle pleine lune. Quel émerveillement de pouvoir l’observer! Nous apprécions également de lire des histoires avec pour toile de fond la lune et plus largement la nuit, comme par exemple Loup Gouloup et la lune ou La pêche à la lune.

Cette fois-ci, nous lisons La chasse au tuc-tuc-tuc d’Astrid Desbordes et de Marc Boutavant (éd. Nathan 2016). Nous retrouvons Edmond l’écureuil entouré de ses amis, Georges Hibou et Mitzi, la chauve-souris. Une nuit, n’arrivant pas à dormir, Edmond a peur des bruits et sons qu’il entend et va voir Georges Hibou. Ils partent alors chasser le terrible tuc-tuc-tuc. Ils sont aidés dans leur recherche par Mitzi qui voit là une occasion d’aller se promener la nuit sous une belle lune. Revenu bredouille, Edmond finit pourtant par apprécier la nuit avec son ciel étoilé et une lune bienveillante. Cet album jeunesse peut permettre de dédramatiser, chez certains enfants, les peurs nocturnes comme la peur du noir. Pour nous, c’est l’occasion de nous rappeler la dernière éclipse de lune.

Puis nous lisons La famille Souris dîne au clair de lune de Kazuo Iwamura (éd. L’école des loisirs, 2009). La famille Souris s’active pour  préparer, tout en haut d’un grand arbre, une belle soirée estivale sous le clair de lune. Nous suivons l’installation de la famille Souris avec la montée de Petite Sœur, la fabrication de la plateforme en bois puis l’arrivée des parents avec la nourriture. Pendant ce temps, le soleil se couche, laissant place à la lune qui illumine alors de sa douce lumière les petites Souris. Cet album jeunesse est tout en poésie et en tendresse, à l’instar des autres albums de cet auteur. Les illustrations sont très belles. Nous nous arrêtons sur les nombreux détails à chaque page, comme une grenouille posée sur une feuille ou ce gland qui tombe sur la tête d’un des souriceaux. Un beau moment de vie en famille avec la pleine lune et la nature à l’honneur! Et encore un coup de cœur!

Challenge Petit Bac d’Enna – #3 catégorie Animal « Souris »

Au fil des pages sur le thème du printemps

Nous avons découvert la famille écureuil de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016) en suivant les aventures automnales de Nic, Nac et Noc dans Tout est rouge puis hivernales avec Vive la neige. Nous les retrouvons, avec beaucoup de plaisir, dans deux histoires printanières. Les illustrations sont toujours aussi splendides, le texte dispersant ça et là de petites touches pédagogiques sur la nature pour les enfants.

Nous commençons par C’est déjà le printemps de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016). Un beau matin, le printemps semble être enfin arrivé. Nic, Nac et Noc en profitent pour partir se promener et en viennent à observer la fonte des neiges. Ils suivent alors le cours d’eau jusqu’à se retrouver au milieu d’un immense lac. Ils seront alors aidés par des canards Colvert qui les ramèneront sur les bords du lac. Sous un aspect très poétique, l’histoire aborde le cycle de l’eau et la migration des canards.

Puis nous lisons A table! de Kazuo Iwamura (éd. Mijade, 2016). Lors d’une balade printanière, Nic, Nac et Noc aperçoivent un oisillon qui pleure de faim. Ils décident de le nourrir. Mais que mange un oisillon? Des pommes de pain? Des fleurs de cerisier? Les trois petits écureuils sont bien embêtés jusqu’au retour de la mère de l’oisillon qui revient avec une chenille verte pour le nourrir. Pleine de tolérance, cette histoire permet d’aborder avec les enfants les différences de régime alimentaire entre les espèces.

Pour les tout-petits lecteurs, le printemps peut s’inviter à travers des imagiers sur les saisons comme par exemple Les 4 saisons (Collectif, éd. Hemma, coll. Les 100 premiers mots, 2018). Cet imagier aux jolies illustrations colorées permet d’enrichir le vocabulaire autour, par exemple, des animaux, des vêtements, des activités ludiques, des couleurs ou des sons changeant au fil des saisons. Lorsque l’enfant est plus grand, il peut servir dans l’apprentissage de l’écriture.

Dans notre bibliothèque, nous avons un autre album jeunesse pour les tout-petits (de plus de 18 mois selon l’éditeur) qui se déroule au printemps, dans un style bien différent de celui de Kazuo Iwamura. Cette fois-ci, nous nous retrouvons dans une ferme  avec des naissances d’animaux: Maman Poule et les trois petits œufs de Beck Ward et Sami Sweeten (éd. Lipokili, 2004). En réalité, il y a quatre histoires: la naissance des poussins dans le livre en forme de poule et trois autres histoires connexes dans les trois petits œufs. Pour les plus petits lecteurs, ce qui est le plus amusant ce n’est pas tant l’histoire que de faire pivoter la queue de la poule ou de faire pondre les œufs. Restera toutefois toujours la question de savoir qui est arrivé en premier: l’œuf ou la poule.

Participation #1 Mon Bazar coloré

Avec cet article, je participe, pour la première fois, au rendez-vous « Et dans leur bibliothèque il y a… » de Mon Bazar coloré qui propose de publier tous les 20 du mois des livres sur un thème précis: ce mois-ci le printemps. Bien évidemment, il s’agit d’une liste non-exhaustive et qui ne tient pas compte de nos emprunts à la bibliothèque. Le printemps ne faisant que commencer, nous continuerons à lire d’autres albums jeunesse sur ce thème. Nous nous attendons, peut-être voire même sûrement, à de jolis coups de cœur comme celui de Kazuo Iwamura, sans compter tous nos activités printanières à venir.

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 catégories Animal « Poule » et Objet « Table »

« Older posts Newer posts »

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑