Étiquette : Alpes-de-Haute-Provence (Page 1 of 2)

Balade jusqu’à la cascade de la Lance – Colmars-les-Alpes

Ce 15 septembre 2018, après une pause à la Colle-Saint-Michel, nous arrivons, une petite heure plus tard, à Colmars-les-Alpes. Nous nous garons sur le grand parking à l’entrée du village, accessible aux camping-cars et qui est aussi le point de départ du sentier pour voir la cascade de la Lance. Nous commençons d’abord par une pause pique-nique sur l’aire aménagée à cet effet.

Puis nous prenons le sentier de la Lance qui longe la rivière. Une pancarte nous prévient que certains passages peuvent être délicats pour les personnes sensibles au vertige ou les jeunes enfants. La cascade se situe à 1,5 km du parking, soit environ 40 minutes aller-retour. Le début du sentier monte un peu et est, pour le moment, suffisamment large. Nous continuons jusqu’à atteindre une forêt.

En sortant de cette partie boisée, le sentier reste arboré et longe, à nouveau, la Lance qui est un affluent du Verdon. Cette portion est plus délicate, surtout les derniers mètres avant la cascade. Un petit escalier permet d’accéder aux rives de la rivière, ce qui nous permet d’observer, furtivement, un oiseau plonger dans l’eau. D’autres promeneurs sont venus avec leurs chiens. En sens inverse, nous croisons un groupe revenant d’une sortie canyoning et qui a sûrement descendu en rappel la cascade.

Nous arrivons à une passerelle en bois donnant accès au cirque rocheux et au bout, par-dessus la rambarde, la cascade. Mais pas plus de 8 personnes à la fois. En quelques minutes, plusieurs petits groupes, la plupart avec des enfants dont quelques-uns en bas âge, viennent également observer la cascade.

Fort de Savoie

Puis nous repartons par le même sentier jusqu’à la voiture. Nous voyons au loin le fort de Savoie, datant du XVIIe siècle et  les anciens bâtiments de la draperie Roux qui fut en activité au XIXe siècle puis transformée, en 1926, en usine électrique et menuiserie.

Petite pause à la Colle-Saint-Michel

Ce 15 septembre 2018, nous faisons une pause à la Colle-Saint-Michel, à 1.430 mètres d’altitude, avant d’arriver à Colmars-les-Alpes. Qu’il est agréable de marcher dans le champ de fleurs! Le parking est un point de départ de nombreuses randonnées VTT ou pédestres et à skis de fond ou à raquettes l’hiver. Il y a également une aire de luge pour les plus petits. Plusieurs hirondelles volent au-dessus de nous.

Au sol, il y a de nombreuses sauterelles dont une grande femelle avec non un dard mais un ovipositeur – son organe de ponte. Nous voyons aussi des coccinelles et des papillons dans ce joli mélange fleuri. Mais il est bien vite l’heure de reprendre la route pour voir la cascade de la Lance à Colmars-les-Alpes.

Balade à Annot

Ce 31 mars 2018, nous partons à Annot. En raison de travaux de voirie, nous n’empruntons par l’itinéraire habituel, une déviation étant mise en place au niveau de la gare de Tinée. La route est à double sens jusqu’au viaduc de la Mescla. Puis nous récupérons la route 202 en passant Touët-sur-Var, Puget-Théniers, Entrevaux jusqu’à Annot.

Une fois garés, nous pique-niquons sur la place du village à côté du pont sur la Vaïre, avec les bruits et mélodies du cours d’eau et des nombreux oiseaux dans les platanes. Des oisillons sont dans les nids en attente d’être nourris.

Sur la Vaïre, des bergeronnettes grises, des mésanges, des moineaux et des hirondelles volent en rase-mottes et se posent de temps en temps sur un des rochers. D’autres se faufilent sous les voitures garées sur la place d’Annot.

Promenade de la Beïte – Annot

La place est le point de départ de plusieurs randonnées. Nous quittons le Vaïre pour nous rendre à l’opposé et suivre le sentier des Grès d’Annot. Nous faisons un détour par la Promenade de la Beïte, l’occasion de pouvoir observer un pic épeiche et des accenteurs mouchet. Les bas-côtés du cours d’eau sont parsemés de primevères. 

hellébore fétide – Annot

hellébore fétide – Annot

gare d’Annot

Nous revenons sur nos pas et prenons l’escalier qui permet la poursuite du parcours balisé en jaune. Le chemin monte un peu jusqu’à la gare d’Annot. Nous laissons derrière nous les dernières maisons du village pour entamer véritablement le sentier en sous-bois. Les primevères ont laissé la place aux hellébores fétides qui ont fleuri. Nous ne toucherons pas ce plantes qui dégagent une mauvaise odeur quand on froisse leurs feuilles et qui sont toxiques alors même qu’elles ont été utilisées autrefois pour soigner la folie. D’ailleurs en témoigne Le lièvre et la tortue de Jean de la Fontaine. Considérant fou le pari de la tortue d’arriver avant lui à la course, le lièvre lui répondit: « Ma Commère, il vous faut purger / Avec quatre grains d’ellébore ». Au loin, nous voyons les panneaux indicatifs et prenons le sentier de gauche.

Deux sentiers de découverte ont, en effet, été aménagés, le plus court menant à la Chambre du Roi, à travers grès et châtaigniers. Il est également possible d’y faire de l’escalade. Les grès se sont désagrégés il y a environ 45 millions d’années lors de la formation des Alpes et se sont façonnés à travers des siècles d’érosion. Ils ont servi de garde-manger pour les récoltes de fruits et de légumes. Ils ont été utilisés comme abris semi-troglodytiques. Ils ont aussi alimenté histoires et légendes ancestrales.

Sortie au lac du Brec – Entrevaux

Aujourd’hui direction la moyenne vallée du Var pour gagner le lac du Brec situé dans un camping privé aux abords des rives du fleuve du Var. Nous y accédons en prenant une route étroite au Nord d’Entrevaux, tout de suite à droite après les ponts des Éléphants.

 

 

 

Nous étions déjà venus il y a des années l’été nous baigner dans ce lac très prisé des Entrevalais et Pugétois, surtout aux fortes chaleurs, qui peuvent s’y baigner, bronzer ou faire du canoë-kayak… Le contraste est saisissant. Nous sommes les seuls présents, à l’exception du gérant du camping. Seules traces de l’été passé : un canoë et un bac à sable rempli de jouets de plage.

 

 

 

Nous déambulons sur la plage de galets et le petit sentier faisant le lien entre le lac et le fleuve. L’occasion de voir un grand cormoran plongé dans le lac et repartir aussi vite qu’il était venu. Heureusement pour un serpent d’eau qu’il n’était pas sa proie ! Le temps devient de plus en plus brumeux et des gouttes d’eau font leur apparition. Il est temps de partir, non sans avoir observé sur la route de retour notamment des bergeronnettes grises et des buses variables guettant leur proie sur les branches des platanes…

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑