Étiquette : oiseaux

Au fil des pages avec L’invité de Noël

Nous lisons depuis plusieurs jours L’invité de Noël de France Quatromme et Mélanie Allag (éd. L’élan vert, coll. Les Petits m, 2011), un album jeunesse à partir de 3 ans. Dans ce joli album, un petit garçon est impatient de fêter Noël, accompagné de son chien et de son chat. Tout est prêt pour le grand jour, l’histoire reprenant les grandes étapes des préparatifs du réveillon de Noël en famille: la décoration du sapin de Noël et la préparation du repas par exemple. Puis le lendemain, nous menons, avec ce petit garçon, l’enquête pour savoir qui a bien pu venir la nuit de Noël. Le texte est court mais les illustrations aux couleurs chaleureuses de Noël (vert, rouge et blanc) sont remplies de détails tendres et drôles avec les attitudes des animaux de l’histoire (oiseaux en tête). Il est amusant de chercher les différences dans les pièces de la maison entre la veille de Noël et le lendemain, comme les traces de pas laissées par ce mystérieux invité. Si un doute persiste pour le jeune lecteur sur son identité, il est crayonné sur la troisième de couverture. Coup de cœur pour cet album à l’esprit de Noël!

Challenge Il était 7 fois Noël de Chicky Poo et Samarian

Participation #101 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #15 catégorie Prénom: « Noël »

Au fil des pages avec les oiseaux d’Antoon Krings

Voici deux nouveaux albums jeunesse dénichés dans un Range ta chambre ce week-end et qui vont rejoindre nos moments lecture. Ce sont deux histoires d’Antoon Krings qui mettent à l’honneur les oiseaux familiers de nos jardins, en particulier le rouge-gorge et la mésange bleue. Nous pourrions même dire que ces deux albums jeunesse permettent une initiation à l’ornithologie pour les tout-petits, avant le week-end de comptage national des oiseaux des jardins, les 25 et 26 mai 2019.

Nous commençons par Georges le Rouge-Gorge d’Antoon Krings (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Giboulées, 2003). Quelques jours avant Noël, Georges le Rouge-Gorge tente de se nourrir. Mais il est bien difficile de récupérer des miettes de pain, entre tous les autres oiseaux plus imposants que lui. Heureusement, il pourra compter sur une petite souris. Il est certain que ce nouvel album sera relu lors de la prochaine période de Noël! En effet, cette histoire aborde joliment les thèmes de l’entraide et du partage.

Puis nous lisons Solange la Mésange d’Antoon Krings (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Giboulées, 2002). Nous sommes désormais au printemps et nous suivons Solange, une mésange qui désespère de ne pas pondre et envie les autres oiseaux qui couvent ou qui s’occupent déjà de leurs oisillons. Un jeune coucou chute de son nid devant elle. Elle part à la recherche de sa mère. Mais à qui peut-il bien être? A la fin de l’histoire, nous sommes étonnés que la mésange puisse pondre autant d’œufs. Après vérification, une portée peut bien être aussi importante. Une mésange peut même avoir deux portées la même année.

Ces deux albums nous font connaître l’univers créé par Antoon Krings puisque nous pouvons retrouver certains des protagonistes dans les deux histoires, à l’instar de Benjamin le Lutin. D’ailleurs, l’œuvre de cet auteur fait actuellement l’objet d’une exposition « Drôles de Petites Bêtes » au Musée des Arts Décoratifs de Paris. Nous avions déjà lu, il y a quelques jours, Lou P’tit Loup et les abeilles. Ayant vraiment bien apprécié les illustrations, nous allons continuer de découvrir cet univers littéraire par des emprunts à la bibliothèque, même s’il est vrai que la seconde histoire m’a moins plu que la première en raison du sort réservé à l’oisillon (un vrai coucou ou un objet venant d’une pendule à coucou?).

Pour prolonger la lecture, nous colorons des dessins de mésange et de rouge-gorge. Puis nous jouons avec un imagier composé de cartes plastifiées des oiseaux mentionnés dans les deux albums à partir de photos que j’avais pu prendre il y a quelques temps et des protagonistes des deux histoires. Nous faisons également des puzzles de couverture des albums. Nous revoyons aussi les émotions avec la souris qui pleure, le rouge-gorge heureux de manger un peu de nourriture, la mésange un brin courroucée et le coucou perdu.

Challenge Petit Bac d’Enna – #5 catégories Prénom: « Georges » et Animal: « Mésange »

Participation #9 Devine qui vient Bloguer?

Des oiseaux en pompon de toutes les couleurs

Après un tel succès pour notre activité d’oiseaux en pompon, nous en faisons à nouveau le lendemain. Pour les réaliser, rien de plus simple: prendre des pompons et des morceaux de feutrine de toutes les couleurs ainsi que des yeux mobiles et se munir de ciseaux et de colle. Nous nous amusons à coller les yeux sur les pompons.

Puis je découpe selon nos envies de couleur les pattes et les becs que nous collons sur les pompons. Et voilà nos petits oiseaux prêts à s’envoler ou s’installer un peu partout dans la chambre!

Pour leur permettre de se reposer un peu, nous leur créons des balançoires et un nid fabriqué avec un reste de boîte que nous avions utilisé il y a quelques jours pour faire des poussins de Pâques et des petits bouts de fil de laine bleue. Nous les installons autour de celles que nous avions déjà faites avec la roue de la semaine.

L’île d’Oléron, son phare et ses oiseaux

Île d’Oléron – Phare de Chassiron

Île d’Oléron – Phare de Chassiron

Ce 30 décembre 2007, nous quittons Marennes pour emprunter en voiture le pont-viaduc menant à l’île d’Oléron. Nous commençons par le Phare de Chassiron et ses 224 marches. Au sommet, nous avons une vue magnifique à 360 degrés sur Oléron, les rochers d’Antioche, les îles d’Aix et de Ré mais aussi les écluses à poissons et leurs murs de pierre. Nous pourrions rester des heures à contempler ce panorama.

Nous redescendons et allons marcher sur les rochers où l’océan s’est, pour quelques heures encore, retiré.

Île d’Oléron – bernache cravant

Île d’Oléron – aigrette garzette

Île d’Oléron – grand cormoran

Nous avons de la chance d’être à marée basse ; ce qui nous permet d’observer de nombreux oiseaux comme des bernaches cravants qui viennent hiverner sur l’île et qui en profitent pour se nourrir de zostères. Nous verrons également des aigrettes garzette, des mouettes rieuses, des grands cormorans…

Île d’Oléron – citadelle

Île d’Oléron à marée basse

Île d’Oléron – pont-viaduc

Nous finissons enfin notre sortie par Château-d’Oléron, ancienne place forte au XVIIe siècle et plus spécifiquement par la citadelle  qui avait été voulue en son temps par le Cardinal de Richelieu en lieu et place des vestiges du château médiéval détruit par les guerres de religion.

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑