Étiquette : mère (Page 1 of 2)

Nos lectures pour la Fête des Mères 2021

En ce dimanche de la Fête des Mères, nous (re)lisons des albums jeunesse qui mettent à l’honneur les mamans et/ou les relations mère/enfant(s).

  • Suzette, Un cadeau pour Maman

Nous avions déjà lu l’année dernière, Suzette, Un cadeau pour Maman de Quentin Gréban (éd. Mijade, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans. Suzette, une petite coccinelle rentre de l’école avec un joli cadeau pour la fête des mères. Mais en chemin, le temps se gâte et la petite coccinelle casse son cadeau. Elle demande de l’aide à ses amis pour en fabriquer un nouveau. Une belle histoire pleine de poésie et de tendresse et aux magnifiques illustrations!

  • Maman

Nous lisons également Maman d’Hélène Delforge et Quentin Gréban (éd. Mijade, 2018), un album jeunesse grand format à partir de 6 ans voire plutôt pour les plus grands. Il s’agit de magnifiques portraits de mère. Les illustrations de Quentin Gréban sont magnifiques, tout en tendresse et poésie et accompagnent à merveille des textes provoquant émotions et souvenirs. Une véritable ode à l’amour filial et maternel, un amour inconditionnel! Un livre à feuilleter sans modération!

  • Mon amour

Nous lisons aussi Mon amour d’Astrid Desbordes et Pauline Martin (éd. Albin Michel Jeunesse, 2015), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui décrit l’amour inconditionnel d’une mère pour son enfant, quoi qu’il fasse. En effet, sur chaque double page, les illustrations montrent deux situations contraires de moment de vie entre la mère et son enfant et qui se rejoignent dans un même sentiment immuable, l’amour maternel. Comme dans Maman, une délicate et tendre déclaration d’amour maternel mais plus accessible aux jeunes lecteurs qui pourront se reconnaître dans les situations décrites!

  • Pirates!

Nous relisons Pirates! de John Condon et Matt Hunt (éd. Gautier-Languereau, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans et dont j’ai déjà parlé il y a quelques jours. Tom, un petit garçon guette tous les jours le retour des pirates. Une histoire rigolote pour toutes les mamans pirates!

Au fil des pages avec le tome 1 des Sœurs Grémillet

Je lis le premier tome des Sœurs Grémillet, Le rêve de Sarah de Giovanni Di Gregorio et Alessandro Barbucci (éd.  Dupuis, 2020), une BD jeunesse à partir de 9/10 ans. Sarah est l’aînée d’un trio de sœurs qui vivent avec leur mère. Chaque nuit, elle fait le même rêve étrange peuplé de méduses. Son rêve aurait-il un lien avec une mystérieuse photo de leur mère enceinte que les trois sœurs ont trouvé dans le grenier de la maison? Profitant que ce soit bientôt la fête des mères, Sarah, Cassiopée et Lucille mènent leur enquête.

Dès les premières planches, je m’attendais à un univers magique et fantastique en ayant en tête les sorcières de la série américaine Charmed, encore plus lorsque les trois sœurs découvrent la photo dans le grenier. Mais les auteurs italiens ont pris une autre voie, plus réaliste, avec un sujet délicat et avec lequel la mère des trois filles doit vivre. Certes le trio féminin est classique, chaque sœur ayant un caractère bien différent (comme leur look) propice aux chamailleries: Sarah l’aînée autoritaire, Cassiopée à l’âme d’artiste et amoureuse et Lucille, la benjamine passionnée des chats. Mais le dénouement est un thème peu abordé en littérature jeunesse.

Les illustrations sont très jolies même si comme pour d’autres BD jeunesse actuelles, comme La boîte à musique, j’ai regretté que certains arrière-plans soient non travaillés alors même que les personnages principaux sont expressifs et très soignés. Un bon moment de lecture en compagnie de ces trois sœurs dans ce premier tome pas vraiment introductif puisqu’il comprend une vraie fin! Il est déjà prévu un tome 2 autour de la sœur cadette, Cassiopée.

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Prénom: « Sarah »

Participation #36 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Crêpes

Au fil des pages avec Le train des souris

Après l’avoir découvert en lecture contée gratuite sur le compte Instagram de L’École des Loisirs pendant le confinement, nous empruntons à la médiathèque Le train des souris d’Haruo Yamashita et Kazuo Iwamura (éd. L’école des loisirs, 1999), un album jeunesse à partir de 3 ans. La veille du premier jour de l’école de ses enfants, Maman Souris est bien en peine pour leur donner l’envie d’y aller. Elle imagine alors de les emmener en train. Mais un train bien particulier et plein d’imagination! Toutefois, gare au serpent!

Coup de cœur  pour cet album jeunesse qui permet d’aborder la rentrée des classes et des inquiétudes et interrogations qui peuvent entourer une première rentrée en maternelle! Nous apprécions toujours autant les illustrations au ton pastels, toutes douces et rigolotes de Kazuo Iwamura. Qu’il est amusant de chercher les petits détails dans les illustrations, notamment dans les attitudes espiègles des petites souris et l’inventivité de leur mère! Encore une jolie histoire de ce duo auteur/illustrateur après notre relecture estivale, Les souris à la plage!

Au fil des pages avec De quelle couleur sont les bisous?

Après la Fête des mères et la Fête des pères, nous lisons avec grand plaisir De quelle couleur sont les bisous? de Rocio Bonilla (éd. Père Fouettard, 2018). Nous adorons la frimousse de cette petite fille, Monica surnommée Minimoni, aussi brune qu’Ana Ana est blonde. Lorsqu’elle veut peindre des bisous, elle se trouve bloquée ne sachant de quelle couleur ils sont. L’autrice répond à cette question somme toute existentielle avec de jolies illustrations très rigolotes, dans l’esprit de Tim Burton. La petite fille essaye les différentes couleurs qui renvoient à telle ou telle émotion, sensation plus ou moins agréable. Arrivera-t-elle à trouver la bonne couleur? Un joli coup de cœur pour cet album jeunesse tout en tendresse et en douceur, qui peut faire l’objet d’un cadeau d’anniversaire! La lecture se termine forcément par des bisous et des câlins. Et pour vous, de quelle couleur sont les bisous?

Pour prolonger la lecture, je reprends d’anciens dessins à la peinture et découpe tous les cœurs. Nous nous amusons avec en superposant les cœurs des plus grands aux plus petits ou de les trier par couleur. Nous créons également de nouvelles formes: des fleurs, des papillons, etc. Avec toutes ces créations éphémères qui s’apparentent à du Land Art, nous laissons fourmiller notre imagination. C’est aussi l’occasion de jouer et de nommer les couleurs. Allez, on reprend un peu/beaucoup de bisous colorés!

Participation #12 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #6 catégorie Couleur: « Couleur »

Au fil des pages avec Olala

Nous empruntons cette semaine à la bibliothèque un album jeunesse dont l’illustration de la couverture m’a immédiatement attirée. Il s’agit de Olala! de Lisa Charrier et Agnès Domergue (éd. Limonade, 2011). Cet album jeunesse parachève à merveille un week-end de Fête des Mères. Rempli de tendresse et d’humour, il met en scène la relation entre une petite fille et sa mère dans des situations de la vie quotidienne. En tant qu’adulte, on sent le vécu des autrices, que ce soit l’épisode de la tasse de café, le gribouillage des murs ou la lecture d’un livre. Quel décalage entre la vision de l’adulte et celle de l’enfant face à toutes ces « bêtises » ou « surprises »! En effet, au moment de la phase d’opposition, le tout-petit se questionne beaucoup, recherche son autonomie tout en étant dans l’imitation, au risque de faire des bêtises. D’ailleurs, quel parent n’a jamais dû se retenir de rire devant tant de bonne volonté de son enfant? Un vrai coup de cœur pour ce petit moment de lecture toute en mignonnerie! Les illustrations d’Agnès Domergue sont d’une douceur aussi inégalée que peut l’être l’amour maternel (ou paternel).

Participation #3 Je lis aussi des albums

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑