Étiquette : éléphant (Page 1 of 2)

Un RAT gourmand 2020

De ce jour, 21 août au 23 août 2020 minuit, Bidib du blog « La Petite Médiathèque » et FondantGrignote du blog « Croquer des livres » organisent un RAT gourmand dans le cadre de leur challenge Des livres (et des écrans) en cuisine. Ce billet de suivi évoluera donc dans les jours à venir puisque je n’ai toujours pas préparé de PAL pour ce marathon de lectures (mais pas que). Pour y participer, rien de plus simple: il suffit d’une référence gourmande. Alors pour illustrer mes lectures (qui seront surtout des albums jeunesse), je publierai la couverture et une illustration ou une citation gourmande.

Nous commençons la journée par une mise en bouche sucrée avec Pomelo, le petit éléphant rose amateur de fraises (gourmand ou fin gourmet?!). Nous en avions pris plusieurs lors de notre dernier passage à la médiathèque. Nous lisons Pomelo se souvient de Ramona Bàdescu et Benjamin Chaud (éd. Albin Michel Jeunesse, 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans.

Un petit tour chez les autres participants: Bidib, Fondant, Hilde, Myrtille, Sookee et Rachel. Fondant m’a déjà tenté pour faire à mon tour des crêpes. Un petit tour pour acheter des œufs s’impose (d’autant qu’il nous en faut aussi pour des mousses au chocolat). 

Nous lisons également Le dîner de Michel Van Zeveren (éd. L’école des loisirs, coll. Pastel, 2012), un album jeunesse à partir de 2/3 ans. C’est bientôt l’heure du dîner. En attendant, Petit Lapin va jouer dans les bois et se fait capturer par le loup. Il devient alors le dîner. Mais Petit Loup a faim. Résistera-t-il à la tentation d’aller manger le lapin mis dans le frigo? Coup de cœur pour cet album hilarant multipliant les rebondissements et les parallèles entre le comportement de Petit Lapin et du Petit Loup qui n’écoutent pas leur parent! L’auteur s’amuse autour de la thématique de la faim et de la petite enfance.

Et au passage, cela nous a donné envie de relire un autre album de notre bibliothèque, 1,2,3 petits chats qui savaient compter jusqu’à 3 du même auteur, Michel Van Zeveren (éd. L’école des loisirs, 2019). Et comme ils boivent du lait, ça rentre dans le thème aussi!

16h00, petite pause goûter à l’instar du moussaillon Guili et de sa sœur. Nous faisons un cake nature à quatre mains. Pendant que la pâte repose puis que le gâteau cuit, nous relisons Guili, pirate des mers de Fabien Robert et Léa Weber (éd. Milan Jeunesse, 2013).

Petit tour à nouveau chez les autres participantes en rajoutant Sookee et Rachel. Je voyage à travers les différentes étapes culinaires de chacune et me note des idées lecture et/ou recette… En attendant, notre cake est en train de refroidir. Une bonne odeur s’est répandue dans le salon.

Avant d’en manger une part, nous finissons de relire Snoopy, Le garçon à la tête ronde et moi de Charles M. Schulz (éd. Flammarion Jeunesse, 2000), un album BD jeunesse. Charly Brown décide de quitter l’école et de consacrer le reste de sa vie à rendre heureux son chien Snoopy, soit en lui donnant des tas de gâteaux. Serait-ce la recette du bonheur? Une chouette petite histoire gourmande!

Pour les histoires du soir, elles sont placées sous la thématique de la circulation routière avec quand même dans une des deux une référence gourmande mais peu ragoûtante: Rouge et Vert de Gabriel Gay (éd. L’école des Loisirs, coll. Les lutins, 2013, rééd. 2016) – Vert et le pigeon se nourrissant de déchets dont du plastique – et La moto de Marco d’Émilie Beaumont et Alexis Nesme (éd. Fleurus, 2007, rééd.2019).

Après un petit passage sur les blogs des autres participantes, il est déjà 21h30. Finalement, soirée télé avec quand même un petite lecture hors thème: le tome 1 de la BD jeunesse, Les Quatre de Baker Street, L’affaire du rideau bleu de J.B. Djian, Olivier Legrand et David Etien, d’après Arthur Conan Doyle (éd. Vents d’Ouest, 2009). Cela démarre fort avec l’enlèvement d’une jeune fleuriste des rues. Je me laisse plonger dans le Londres de Sherlock Holmes à l’époque victorienne. Hors thème? C’est vite dit vu qu’à la fin, les Quatre prennent le thé chez Sherlock Holmes.

Samedi 22 août 2020, petit déjeuner avec un café et du cake. Miam miam! Pas encore de lecture puisque les blogs des autres participantes ne comptent pas… Et L’Orouge nous rejoint ce samedi pour le marathon gourmand.

Nous relisons Wanted, Un crime insoutenable d’Olivier Dupin et Séverine Duchesne (éd. Frimousse, 2019), un album jeunesse à partir de 6 ans et qui rentre dans le thème gourmand mais chut, je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la la chute hilarante.

Il est bientôt 20h30 et me voici de retour après un après-midi passé dehors. Petit retour en arrière de quelques heures pour vous en parler. Vers 14h00, nous sommes partis à la médiathèque. Et quelle fut ma surprise lorsque j’ai vu tout une vitrine sur le thème gourmand de notre marathon! Toujours avec mon sac de livres à rendre, j’ai feuilleté et pris quelques livres exposés et pouvant être empruntés:

  • Mes desserts de sorcière, Le grimoire enchanté de Brigitte Bulard-Cordeau (éd. du Chène, coll. Le grimoire enchanté, 2009)
  • Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand (éd. Michel Lafon, 2013, rééd. 2016)
  • Désir de chocolat de Care Santos (éd. Michel Lafon, 2015)
  • La cuisine d’Alice au Pays des Merveilles de Christine Ferber, Philippe Model et Bernhard Winkelmann (éd. du Chêne, 2010).

J’ai également emprunté deux autres lectures gourmandes: Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan (éd. Prisma, 2018) et un album jeunesse, Un gâteau au goûter de Christian Voltz (éd. L’école des loisirs, 2019).

Nous avons ensuite fini l’après-midi au parc ombragé. De retour chez nous et comme à chaque fois que nous revenons de la médiathèque, nous allons lu quelques-uns de nos nouveaux emprunts: Protégeons la planète! de Jean-Michel Billioud et Didier Balicevic (éd. Nathan, coll. Kididoc, n°37, 2009), Pop et les méchants de Pierrick Bisinski et Alex Sanders (éd. L’école des loisirs, coll. Loulou & Cie, 2013).

Nous lisons également Un gâteau au goûter de Christian Voltz, un album jeunesse à partir de 3 ans. Monsieur Anatole a invité Mademoiselle Blanche pour le goûter. Mais catastrophe! L’heure approche et il n’a toujours pas réussi à préparer le moindre goûter. Aidé par des animaux marmitons aussi peu doués que lui, il avance dans sa recette. Le goûter plaira-t-il à son invitée? Un album très rigolo!

Puis après le repas, c’était l’heure des deux histoires du soir: Caroline à la mer de Pierre Probst (éd. Hachette Jeunesse, 1989, rééd. 2011) et Parce que de Mac Barnett et Isabelle Arsenault (éd. Little Urban, 2019). C’était rigolo de relire une histoire de Caroline que je n’avais pas relu depuis mon enfance et de la faire découvrir à mon fils. Pas dans le thème mais une histoire de vacances d’été!

Je peux désormais aller faire un petit tour chez les autres participantes dont le billet de suivi de L’Orouge. Entre les plats et les lectures des unes et des autres, c’est un vrai régal! Il est 22h00 passées et je vais commencer à lire Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand (187 pages). Je m’endors peu après 1h30 en ayant terminé ce roman court. L’héroïne possédant un café littéraire parisien appelé « Les gens heureux lisent et boivent du café », je m’attendais à avoir de nombreuses références culinaires et littéraires. Mais non! Son départ dans une toute petite ville irlandaise, Mulranny pour faire le deuil de son mari et de sa petite fille ne nous montrera pas non plus de bons petits plats irlandais. Ce sera un enchaînement de cigarettes, de cafés et de Guiness!

p.72: « – Café? me demanda-t-il brutalement. – Oui, répondis-je en avançant vers lui. – Tu as faim? – Je mangerai plus tard, un café me suffit. Il remplit une assiette et la posa sur le bar. L’odeur des œufs brouillés me donna l’au à la bouche. (…) Je portai la fourchette à la bouche, j’ouvris les yeux en grand. À défaut d’être aimable, c’était un cordon-bleu des œufs brouillés ».

Un an après le terrible accident de la circulation qui a emporté son mari et sa fille, Diane part seule s’enterrer – se reconstruire – en Irlande. Elle loue un cottage à un couple âgé, Abby et Jack dont le neveu, Andrew vit dans la maison voisine. Rien ne semble pouvoir les rapprocher. Et pourtant? Une petite romance qui se laisse lire facilement et qui me permet de repenser à mon voyage en Irlande avec ses habitants accueillants et parlant bien plus le gaélique que l’anglais, surtout plus on descendait vers Cork.

Dimanche 23 août, après le petit déjeuner, je commence à lire Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan. A 9h30, une petite trentaine de pages lues entrecoupées de construction de maisons en légos. Je vais ensuite faire un petit passage chez les autres participantes où je me régale en voyant toutes les préparations réalisées hier.

Après le déjeuner, je prépare des mousses au chocolat noir. Et dans quelques instants, 13h30, je vais retourner dans ma lecture pendant que le père et le fils préparent des pana cotta à la vanille. Avec le confinement, nous avons pris l’habitude à faire nos propres desserts.

Bientôt 16h00. Et qui dit 16h00 dit pause goûter! Je m’arrête dans ma lecture d’Une saison au bord de l’eau pour aller faire un petit tour chez les autres participantes. Encore des lectures pleines de douceur aussi chez elles! Sans oublier le dépaysement pour mes papilles pour le choix de leur déjeuner… Il est vraiment temps d’aller goûter. De mon côté, j’ai également continué à feuilleter Mes desserts de sorcière, Le grimoire enchanté de Brigitte Bulard-Cordeau et La cuisine d’Alice au Pays des Merveilles de Christine Ferber, Philippe Model et Bernhard Winkelmann. Qui sait, je me laisserai peut-être tentée par réaliser certaines des recettes…

Comme Bidib n’a pas hésité à associer démons et cuisine, je vais lire Le loup-garou de Michel Ocelot (éd. Nathan, coll. « Dragons et Princesses », 2010), un album jeunesse à partir de 6 ans et emprunté hier à la médiathèque pour le thème de ce mois-ci du Challenge Contes et Légendes.

« À l’aide! Un malheur épouvantable est arrivé. Yann a été attaqué et dévoré par un loup! (…) Un chasseur s’étonne: – C’est étrange, car ce loup n’est pas un mangeur d’hommes ».

Comme dans Les Contes de la nuit, son film d’animation sorti en 2011, l’auteur raconte l’histoire de deux sœurs – l’Aînée et la Cadette – et d’un jeune homme loup-garou, Yann qui après avoir été longtemps emprisonné épouse l’aînée qu’il pense être à l’origine de sa libération. Mais est-ce vraiment la sœur qui l’a aidé et qui est éprise de lui? Les illustrations en papiers découpés et ombres chinoises apportent une touche féérique à l’histoire, alternant entre des fonds dorés et bleutés. À noter que le texte utilise la nouvelle orthographe et même si la réforme date de 1990, elle m’est toujours difficile à accepter notamment dans l’absence d’accent circonflexe et la présence d’une virgule avant une conjonction de coordination… Mais revenons à l’album qui débute par une scène de fiançailles, illustration qui me permet de rentrer dans le thème gourmand de ce week-end.

21h30, il est temps pour moi de terminer ce RAT gourmand en reprenant ma lecture d’Une saison au bord de l’eau. Mais avant cela et après le repas, il y a eu, comme chaque soir, nos deux histoires du soir: Rocky de La Pat’Patrouille (éd. Hachette Jeunesse, 2015), album jeunesse cartonné au petit format et reprenant un des épisodes du dessin animé et Faites la queue! de Tomoko Ohmura (éd. L’école des loisirs, 2011).

Bien qu’il ne soit pas encore minuit, j’ai d’ores et déjà passé un très bon RAT gourmand en compagnie de toutes les participantes. Un grand merci aux organisatrices, Bidib et Fondant pour ce chouette mélange de lectures et de gourmandises! Je ne pensais pas avoir autant de livres avec des références gourmandes et ne manquerai pas, dans mes prochains billets, de renvoyer au challenge « Des livres (et des écrans) en cuisine » lorsque nos lectures s’y prêteront. Bonne fin de soirée!

24 août 2020, petit retour sur ma soirée: j’ai passé la soirée à lire Une saison au bord de l’eau jusqu’au chapitre 19 (156 pages lues). Et ce matin, un dernier petit tour chez les autres participantes pour découvrir leur fin de RAT et voir la participation de PatiVore.

p.120: « Flora (…) se cala donc dans le fauteuil pour examiner le carnet, ce petit bout de sa mère, des années plus tard. // Il exhalait une légère odeur, un condensé de l’essence de la cuisine; un peu de graisse, de la farine, l’odeur de leur foyer, tout simplement, qui s’était formée comme une patine au fil des ans (…) ».

N’hésitez pas à aller vous régaler chez les autres participantes: Bidib, Fondant, Hilde, Myrtille, Sookee, Rachel, L’Orouge et PatiVore.

RAT

RAT gourmand de Fondant et de Bidib

Au fil des pages avec Elmer et les baleines

Nous empruntons à la médiathèque Elmer et les baleines de David McKee (éd. Kaléidoscope, 2014), un album jeunesse à partir de 3 ans. Suite à une visite chez leur papi Eldo, Elmer et son cousin Walter décide d’aller voir les baleines. Pour aller plus vite, ils sont aidés par les animaux de la jungle pour construire un radeau et se laissent glisser sur les flots. Arriveront-ils à rencontrer les baleines sans encombre?

Que d’aventures pour les deux éléphants, à l’instar de leur papi avant eux! Nous retrouvons avec plaisir Elmer, l’éléphant bariolé. L’histoire est plaisante et finit en amitié et émerveillement devant les baleines. Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse aux illustrations colorées et à la très jolie page de garde!

Challenge Petit Bac d’Enna #9 Catégorie Animal: « Baleines »

Au fil des pages avec Pomelo grandit

Nous empruntons à la médiathèque Pomelo grandit de Ramona Bàdescu et Benjamin Chaud (éd. Albin Michel Jeunesse, 2010), un album jeunesse à partir de 4 ans. Cet album précède Pomelo et la Grande Aventure que nous avions lu il y  a quelques semaines. Un matin, Pomelo, un petit éléphant rose avec une très longue trompe, découvre qu’il a grandi. Et c’est une explosion de joie qui l’envahit! Mais en même temps, Pomelo s’interroge sur le fait même de grandir. Par exemple, ne faut-il pas être moyen avant d’être grand? Arrêtera-t-il un jour de grandir? Tout lui sera-t-il permis? Il n’est pas si simple de grandir…

Que d’interrogations qui défilent dans la tête de Pomelo face à ce corps qui grandit! A l’instar de Pomelo, le jeune lecteur vit la même aventure dans le fait même de grandir: les changements corporels, les doutes qui les accompagnent comme par exemple de ne pas grandir uniformément, les peurs et les goûts qui changent aussi, les nouvelles responsabilités et expériences, etc. Coup de cœur pour cet album jeunesse rempli d’humour, que ce soit le texte de Ramona Bàdescu à la fois drôle et philosophique ou les magnifiques illustrations de Benjamin Chaud qui joue avec la mise en page du livre!

Au fil des pages avec Pomelo et la grande aventure

Nous empruntons à la médiathèque Pomelo et la grande aventure de Ramona Bàdescu et Benjamin Chaud (éd. Albin Michel Jeunesse, 2012), un album jeunesse au grand format à l’italienne et à partir de 5 ans. Pomelo, un petit éléphant rose à la longue trompe, prépare son lourd sac-à-dos pour partir à l’aventure. Jetant au hasard un caillou qui lui ouvre la route à suivre, il avance optimiste, avec une certaine naïveté et plein d’interrogations. En chemin, il doit surmonter de nombreux obstacles tels que la pluie, la solitude ou sa rencontre avec un rat arnaqueur. Puis il y aura également de belles rencontres avec un Papamelo accueillant et paternel. Et qui sait même l’amour avec une intrigante étoile de mer?

Ce n’est pas la première histoire de Pomelo mais c’est la première que nous lisons et nous avons hâte de lire les autres, notamment pour savoir qui est Gigi. Nous nous laissons emporter dans cette aventure drôle, tendre et rocambolesque avec de magnifiques illustrations de Benjamin Chaud (dont nous reconnaissons immédiatement le coup de crayon) et un texte de Ramona Bàdescu parfois enfantin et parfois plus grave (« Pomelo voit bien qu’il traverse des paysages mythiques, mais ce qu’il voit surtout, c’est qu’il a brûle-brûle aux papattes »). Les plus jeunes lecteurs y verront surtout l’aventure avec la découverte du monde tandis que les plus âgés seront plus marqués par cette mélancolie qui accompagne Pomelo jusqu’à la chute heureuse vers d’autres aventures. Coup de cœur pour cet album jeunesse singulier, drôle et poétique! Quelle belle leçon de vie que nous offre Pomelo!

Au fil des pages avec Elmer

Nous empruntons à la médiathèque Elmer de David McKee (éd. Kaléidoscope, 1989, rééd. 2003), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui est devenu un classique de la littérature jeunesse. Elmer est un petit éléphant farceur qui aimerait être gris comme les autres éléphants. Mais il est tout bariolé et est facilement reconnu par les autres animaux de la jungle. Cela le rend triste. Un matin, il quitte le groupe d’éléphants à la recherche d’un arbrisseau de baies grises. Mais Elmer sera-t-il plus heureux en gris? Comment réagiront les autres éléphants? L’auteur aborde avec humour et tendresse les thèmes de la différence et de la tolérance. Un très bon moment de lecture avec Elmer, un éléphant tout bariolé, farceur et attachant! Cette histoire me rappelle celle de Chacun sa couleur d’Isabelle Carrier (un hippopotame qui est triste d’être gris) ou encore Le loup qui voulait changer de couleurs d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier.

Pour prolonger la lecture, nous faisons des activités autour de l’histoire: un coloriage magique trouvé sur le blog (en anglais) de Lines Across et aussi d’autres sur le blog de la Maternelle de Moustache autour des couleurs, des chiffres, etc. Pour des idées d’exploitation pédagogique, n’hésitez pas à aller, comme moi, sur ces blogs. Je rajoute par exemple sur le tableau à double entrée une information supplémentaire en coloriant les éléphants. D’autre part, la journée du 23 mai étant celle d’Elmer, l’École des Loisirs a également mis sur son site des activités pour les enfants.

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Prénom: « Elmer »

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑