Étiquette : Des livres (et des écrans) en cuisine 2020 (Page 2 of 4)

Au fil des pages avec Comment être aimé quand on est un Grand Méchant Loup?

Emprunté à la médiathèque le mois dernier, nous lisons et relisons Comment être aimé quand on est un Grand Méchant Loup? de Christine Naumann-Villemin et Annick Masson (éd. Mijade, 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui a fait partie de la sélection CE1 du 31ème Prix des Incos en 2020. Le loup en a assez d’être le grand méchant de l’histoire. Et il n’est pas le seul. Les grands méchants des histoires (loup, sorcière, ogre ou encore fantôme) se sont, en effet, réunis en syndicat car ils ne veulent plus être choisis par les écrivains comme archétypes de méchant. C’est ainsi que le loup se retrouve devant l’autrice de son histoire pour se plaindre et lui demander de remédier à la situation en lui permettant d’être aussi aimé. Mais comment l’autrice pourra-t-elle rendre un loup mignon et gentil? Le loup pourra-t-il dépasser sa condition notamment en présence de lapins? Et quel méchant choisir pour de futures histoires?

Les illustrations d’Annick Masson sont très drôles et très expressives. Les situations hilarantes s’enchaînent jusqu’à la chute inattendue et surprenante de l’histoire. Le loup est mis à rude épreuve par l’autrice qui tente de le réhabiliter en gentil. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui détourne avec humour le statut de méchant du loup dans les contes traditionnels!

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #48 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Au pays des Ogres

Challenge Petit Bac d’Enna #10 Catégorie Amour et relations amoureuses: « Aimé »

Participation #11 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Un RAT gourmand d’Halloween 2020

Du 9 au 11 octobre 2020 a lieu un RAT gourmand d’Halloween organisé par Hilde, Lou, Bidib et FondantGrignote. Il s’agit d’un inter-challenges entre le Challenge d’Halloween et celui Des livres (et des écrans) en cuisine. Au menu de ce week-end, des défis facultatifs sont prévus:

  • les défis classiques proposés par Valériane: le classique 666 pages, la lecture à la bougie pendant 1 heure et le défi Mr. Jack (lire un titre avec une citrouille en couverture)
  • le défi Ratatinons notre PAL : terminer au moins deux vestiges de PAL ratatinés et acquis en 2019 ou avant
  • le défi Trio maléfique: croiser 3 sortes de créatures de la nuit différentes au cours de nos lectures
  • et des défis gourmands: partager une photo d’un plat à base de courge, d’un plat inspiré d’une lecture pendant le week-end et d’un plat qui rappelle l’univers des sorcières.

Pour d’autres idées de lectures, les autres participants du RAT: Hilde, Lou, Bidib, FondantGrignote, Blandine, Syl, Marielle, Nine et Typhanya, Clarabel, l’Orouge, NathChoco, Myrtille et Touloulou.

Et c’est parti ce vendredi 9 octobre 2020 pour le début du RAT par un petit tour chez les autres participants via leurs blogs et/ou réseaux sociaux. Je rejoins celles qui ont déjà commencé, comme Blandine et Bidib. Sans oublier Nine qui a déjà commencé à lire Lili Goth et la souris fantôme de Chris Riddell.

Ce matin, je vais pouvoir lire un peu et je commence par des emprunts d’hier à la médiathèque sur la thématique des sorcières en littérature jeunesse:

  • Ma mère est une sorcière d’Agnès Bertron et Myriam Mollier (éd. Flammarion, coll. Castor Poche, 1997), un roman jeunesse à partir de 5 ans (LU)
  • Ma mère est encore une sorcière d’Agnès Bertron et Myriam Mollier (éd. Flammarion, coll. Castor Poche, 2004), un roman jeunesse à partir de 5 ans et troisième aventure de Pirella qui fête son anniversaire (LU)
  • Verte de Marie Desplechin (éd. L’école des loisirs, 1996, rééd. 2003), un roman jeunesse à partir de 8 ans (LU)
  • et son adaptation en BD jeunesse, Verte de Marie Desplechin et Magali Le Huche (éd. Rue du Hèvre, 2018) (LU)
  • Pome de Marie Desplechin (éd. L’école des loisirs, 2008), un roman jeunesse à partir de 8 ans (LU)
  • Mauve de Marie Desplechin (éd. L’école des loisirs, 2016), un roman jeunesse à partir de 8 ans (EN COURS DE LECTURE)

Pour cette première matinée de marathon, j’ai pensé un bon moment rigolo en compagnie de Verte, jeune fille de 11 ans qui n’a pas encore ses pouvoirs de sorcière au grand désespoir de sa mère (180 pages + 83 pages). Mais je m’arrête là dans mon avis et en reparlerai pour la lecture commune du 21 octobre, ayant lu ce matin le roman jeunesse et aussi son adaptation en BD jeunesse. Vais-je enchaîner cet après-midi sur la suite Pome? Oui oui, je tease comme FondantGringote. Entretemps, Clarabel nous a rejoint. Bon appétit à toutes les participantes!

Après notre déjeuner, vers 12h30, petite actualisation de mon billet de suivi et passage chez les autres participantes qui ont eu aussi une matinée bien remplie. Et déjà de nouvelles lectures intéressantes chez elles que je note comme Monstreville, Le livre hanté chez Syl ou Warren 13 chez Bidib. Sans oublier un magnifique grimoire de sorcière chez Hilde.

logo, cuisine littéraire16h, retour de l’école après avoir participé au dépouillement du scrutin pour les élections de parents d’élève (dommage que je ne connaissais pas de sortilège pour rendre instantané le dépouillement). J’ai donc pu juste un petit peu lire, à peine 30 minutes avant l’ouverture des portes de l’école. J’ai ainsi fait la rencontre avec Pome, la meilleure amie sorcière de Verte (74 pages). Une petite actualisation de mon billet en prenant connaissance aussi des commentaires. Le temps d’y répondre et il sera bientôt l’heure de retourner à l’école avant une pause goûter bien méritée, surtout qu’Anastabotte, la grand-mère de Verte m’a donné faim avec ses crêpes et ses gaufres… Une fois le petit marmiton récupéré, un petit tour en cuisine s’impose. Alors ce sera gaufres au goûter, ce qui fait que nous validons le défi gourmand d’un plat inspiré d’une lecture.

En fin d’après-midi puis pour les histoires du soir, ce sont des albums jeunesse à partir de 3 ans et mettant en avant l’amitié:

  • Tout seul? de Rosemary Shojaie (éd. Didier Jeunesse, 2020) (RELU)
  • Super Potes de Smriti Halls et Steve Small (éd. Sarbacane, 2020) (RELU)
  • Gare au monstre! de Sunghee Shin (éd. Circonflexe, 2017) (RELU)
  • Jules et le renard de Joe Todd-Stanton (éd. L’école des loisirs, 2019) (RELU).

Peu après 21h et avant de poursuivre ma soirée en lectures, je passe faire un petit tour chez les autres participantes sur les blogs et réseaux sociaux, l’Orouge nous ayant rejointes. Il est déjà plus de 22 heures lorsque je me replonge dans la lecture de Pome. Bonne soirée à tout le monde et à demain!

Samedi 10 octobre 2020, je finis de lire le dernier chapitre de Pome et commence Mauve. Puis, vers 9h30, un petit tour sur les blogs, certaines s’étant levées très tôt. Je poursuis ma lecture et vers 11h00, il est temps de passer aux fourneaux pour un nouveau défi gourmand, cette fois-ci un plat à base de courge mais pas n’importe laquelle, une courge-spaghetti.

logo, cuisine de courges, 17h30, nous revoilà chez nous pour un petit goûter tardif, le temps de sortir du frigo le reste de pâte à gaufres d’hier. Ce fut un après-midi passé loin de la lecture puisque notre passage en librairie ne se comptabilise pas. Et me voilà de retour sur mon blog pour prendre connaissance des nouveaux commentaires et de voir aussi que Myrtille et Touloulou participent également aujourd’hui. Alors qu’ai-je concocté avec cette courge-sphagetti? Tadam! C’était bon, même si la photo ne donne pas vraiment cette impression. Cela faisait très très longtemps (ce qui se compte en décennies) que je n’en avais pas mangé. En goût, cela me rappelait mon enfance, lorsque ma tante m’avait fait découvrir ce fruit-légume, même si là j’ai fait une sauce bolognaise pour l’accompagner, avec quelques pommes de terre au four.

Vu comme c’est parti, je crois que la suite de mes lectures sera pour ce soir. Mais avant, nouveau petit long passage chez les autres participantes (ce qui prend longtemps mais c’est toujours très sympa de voir les activités des uns et des autres, que ce soit de la lecture ou non).

En fin d’après-midi, nous relisons Comment être aimé quand on est un Grand Méchant Loup? de Christine Naumann-Villemin et Annick Masson (éd. Mijade, 2017), un album jeunesse très rigolo à partir de 3 ans. Comme les autres membres de son son syndicat  (ogre, sorcière, cauchemar ou encore fantôme), le loup en a assez d’être choisi par les écrivains comme archétype de méchant. Il entend que l’autrice de son histoire y remédier pour être à son tour aimé.

Pour les histoires du soir, deux histoires complètement hors thème halloweenesque ont été choisies: l’une avec Cars et l’autre avec la Pat-Patrouille. De mon côté, en fin de soirée, j’ai lu deux très courts romans jeunesse « Première lecture » avec Ma mère est une sorcière et Ma mère est encore une sorcière. Bonne soirée et à demain pour la troisième et dernière journée de ce marathon!

Dimanche 11 octobre 2020, nous sommes réveillés vers 7h par un orage très bruyant. Après le petit déjeuner, assis sur le canapé, nous nous glissons sous une couverture pour relire des albums jeunesse: Tout seul?, Super Potes et Il n’y a pas de dragon dans cette histoire de Lou Carter et Deborah Allwright (éd. Circonflexe, 2018), un album jeunesse à partir de 4 ans. Dans cette dernière histoire, nous croisons le Géant de Jacques et le haricot magique. Vers 10h, c’est un nouveau passage sur les blogs et réseaux sociaux des autres participantes.

Entre l’orage de ce matin et toutes les créatures halloweenesques de nos histoires, il est temps de valider le défi Trio maléfique. Après avoir vu les exploits du petit sorcier photographe de FondantGrignote, je ne peux que partager une photo que le mien a prise ce matin (après avoir sorti son cahier et chipé mon bloc de post-it et mon stylo). En tant que sorcier en herbe, il a déjà codé son message (est-ce celui où il écrit qu’il pleut?! Un sortilège peut-être pour faire cesser la pluie…). Puis comme il fait encore bien gris et nuageux, nous regardons des épisodes de Didou pour apprendre à dessiner. Peut-être que cette luciole nous éclairera un peu plus pour sortir cet après-midi? En attendant, bon appétit!

20h30, après un après-midi de goûter d’anniversaire, me voici de retour pour actualiser mon billet et faire un tour chez les autres participantes (jusqu’à 22h). Vous l’aurez compris, pas vraiment de lecture cet après-midi même si les cadeaux que nous avons offerts étaient des albums jeunesse. Pour l’histoire du soir, c’était encore Tout seul? de Rosemary Shojaie, une lecture hivernale qui est un coup de cœur chez nous, un renard se retrouve seul lorsque ses amis hibernent. Je ferai rapidement un billet sur cet album jeunesse. Et pour la soirée à venir, je ne sais pas encore ce que je lirai. Bonne soirée à tous!

Ce 12 octobre 2020, 10h, je prends le temps de faire un dernier petit retour sur ma fin de soirée d’hier soir. J’ai continué Mauve de Marie Desplechin. Alors quel bilan livresque de ce marathon? Ce sera 813 pages lues (sans avoir pris en compte les albums jeunesse relus plusieurs fois le long du RAT). Défi validé des 666 pages démoniaques! Encore un grand merci aux co-organisatrices, Hilde, Lou, Bidib et FondantGrignote! Et j’ai cru qu’un second RAT serait peut-être prévu… De quoi saliver d’avance!

Challenge Halloween 2020 de Hilde, Lou, Bidib et Fondant #RAT gourmand d’Halloween

read-a-thon,rat halloween,rat gourmand

Au fil des pages avec La rivière aux crocodiles Baama-Ba

Pour la piste n°6 du Mois des Contes et Légendes 2020 de Bidib, « Escale en Afrique », j’emprunte à la médiathèque La rivière aux crocodiles Baama-Ba de Françoise Guillaumond et Arno, d’après un conte traditionnel africain (éd. Magnard, coll. « Que d’histoires! », 2005), un album jeunesse à partir de 5/6 ans. Fatou, une petite orpheline vit auprès d’une méchante femme du village qui la maltraite. Un jour, cette dernière envoie la fillette laver un pilon noirci dans la dangereuse rivière aux crocodiles. Sa peur à l’égard de sa belle-mère étant plus grande que celle qu’elle ressent à l’évocation de la rivière, Fatou obéit. Qu’adviendra-t-il de Fatou après sa rencontre avec le roi des crocodiles?

L’histoire me rappelle celle de Dame Hiver illustré par Annette Marnat, d’après le conte des Frères Grimm. Elle est construite autour des épreuves subies d’abord par Fatou puis par sa belle-mère. Par son comportement, Fatou est récompensée par le roi des crocodiles en obtenant un pilon magique, contrairement à sa méchante belle-mère. Un bon moment de lecture qui est aussi l’occasion de découvrir le plat national du Burkina Faso, le tô!

Participation #47 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Escale en Afrique

Participation #10 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Au fil des pages avec Gâteau aux pommes

Nous empruntons à la médiathèque Gâteau aux pommes de Dawn Casey et Geneviève Godbout (éd. La Pastèque, 2019), un album jeunesse à partir de 4 ans et que j’avais repéré chez Bidib l’année dernière. Nous suivons une petite fille lors d’une promenade avec son chien pour réunir les ingrédients nécessaires à la confection d’un gâteau aux pommes: miel, lait, pommes, etc. Que les illustrations de Geneviève Godbout sont douces, apaisantes et accompagnées d’un texte court et poétique! Coup de cœur pour cet ode à la nature et aux merveilles qu’elle nous offre en toute saison et l’en remercier, et plus particulièrement en automne! Il y a même la recette à la fin pour prolonger la lecture.

Participation #9 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Au fil des pages avec Une saison au bord de l’eau

J’emprunte à la médiathèque, lors du RAT gourmand des 21 au 23 août 2020, Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan (éd. Prisma, 2018), le premier tome de sa dernière série de romans. A la fin du RAT, dimanche soir, je m’arrête au chapitre 19. Puis le lendemain, accompagnant L’Orouge qui poursuit le marathon le lundi, je termine par intermittence en journée et surtout en soirée, de 21h45 jusqu’à 1h20 le roman.

Flora MacKenzie, Assistante juridique dans un important cabinet d’Avocats londonien est contrainte, pour des raisons professionnelles, de retourner sur Mure, l’île écossaise de son enfance. En effet, Colton Rogers, un client important du cabinet exige sa présence en tant qu’originaire de cette île pour influencer la décision du conseil municipal afin qu’aucune éolienne ne soit installée sur sa propriété. Au décès de sa mère, elle avait pourtant décidé de ne plus jamais y mettre un pied. Les retrouvailles avec son père et ses trois frères ne sont pas des plus chaleureuses. Pourtant, après avoir découvert le carnet de recettes de sa mère, Flora va peu à peu retrouver sa place au sein de la communauté de Mure, lui permettant d’accomplir sa mission professionnelle. Cela lui permet également de se rapprocher de Joël, l’Avocat en charge du dossier et pour lequel elle a un grand faible. Entre romance et recettes de cuisine, les jours passent sur l’île, Flora se sentant de plus en plus épanouie. Et si ce retour à Mure était l’occasion de changer de vie pour Flora?

L’intrigue de ce feel good est classique et déjà vue mais l’histoire reste plaisante pour une lecture estivale, sous fond de légende écossaise/celte des selkies ou femmes-phoques! L’aspect juridique de l’histoire est vraiment accessoire puisque, comme d’autres livres de Jenny Colgan, c’est la « reconversion professionnelle » dans la cuisine – pâtisseries et petits plats traditionnels – qui importe. Dans cette histoire, bien qu’employée comme Assistante juridique, Flora se retrouve à la tête d’un petit commerce de plats à emporter concoctés à partir du livre de recettes de sa mère pour peser sur la décision du conseil municipal dans le vote du lieu d’implantation des éoliennes sur l’île. C’est bien loin de la  gestion d’un dossier dans un cabinet d’avocats! J’espère pouvoir lire la suite rapidement, Une rencontre au bord de l’eau, lorsque celle-ci sera disponible à la médiathèque. Cela m’a également donné envie d’en savoir plus sur les selkies.

Participation #44 Contes & Légendes 2020 de Bidib #légende écossaise/celte

Participation #8 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

« Older posts Newer posts »

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑