Étiquette : chocolat (Page 1 of 2)

Au fil des pages avec Désir de chocolat

Lors du RAT gourmand du week-end dernier, j’avais emprunté à la médiathèque des romans dont Désir de chocolat de Care Santos (éd. Robert Laffont, 2015) et que j’ai lu en à peine de jours. Le roman se décompose en trois actes. Il s’agit en réalité plutôt de trois nouvelles autour de fragments de vie de trois femmes sur trois siècles différentes et dans une même ville: Barcelone. Un objet commun les unit pourtant, une chocolatière en porcelaine blanche et sur laquelle une inscription en lettres bleues et en français a été apposée: « J’appartiens à Madame Adélaïde de France ». En suivant la « vie » de la chocolatière, je remonte le temps et découvre également différentes façons de boire le chocolat.

  • Acte I: « Piment rouge, gingembre et lavande »: le trio amoureux entre Sara Rovira, Max Frey et Oriol Pairot à l’époque contemporaine, lors d’un dîner de retrouvailles en 2010. Sara, à la tête d’une chocolaterie artisanale est mariée à Max mais vit une passion adultérine avec le meilleur ami de ce dernier, Oriol Pairot, un chocolatier de renom. Les trois se sont rencontrés plusieurs années auparavant lors de cours de pâtisserie. C’est d’ailleurs, en ce temps-là que Sara avait acheté une chocolatière chez un brocanteur en pleine nuit et qui permet de servir trois tasses de chocolat chaud.
  • Acte II: « Cacao, sucre et cannelle »: le destin croisé, sous fond d’opéras, d’Aurora, sœur de lait et dame de compagnie de Cándida Turull, épouse d’un fabricant chocolatier, Antoni Sampons et qui s’est enfuie avec un chanteur napolitain, laissant derrière elle sa toute petite fille, Antònia Sampons alors qu’Aurora a été placée comme gouvernante auprès d’un médecin veuf. Je fais ainsi un bond dans le passé, en 1899, la chocolatière ayant appartenu à la famille Sampons puis conservée indûment par Aurora.
  • Acte III: « Poivre, clous de girofles et roucou »: la rencontre, sous fond de complots historiques entre Français et Anglais, du jeune Victor Philibert Guillot et de Marianne. Le premier fait partie d’une délégation française se rendant à Barcelone avec comme présent, une chocolatière. La seconde est la belle et jeune épouse du Maître Chocolatier Fernandes absent et inventeur d’une machine à fabriquer une délicieuse pâte au chocolat – mélange de fèves de cacao, de sucre et d’épices – dont raffole Madame Adélaïde de France et sa sœur, en 1777.

L’écriture de Care Santos se lit facilement et comme une enquête historique à travers la « vie » inversée de la chocolatière avec un mélange des styles et des genres (contemporain dans le titre I, style direct et apostrophant le lecteur par la voix d’Aurora dans le titre II et enfin et épistolaire sous la plume de Victor dans le titre III). La vie des protagonistes est faite de va-et-vient dans le passé à l’intérieur même de chaque acte. Un très bon moment de lecture en compagnie de cette chocolatière qui a vu et entendu tant d’histoires à raconter!

Participation #5 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Amour et relations amoureuses: « Désir »

Miam miam de la mousse au chocolat!

En cette période de confinement, nous prenons le temps de faire des desserts et des goûters maison, comme par exemple des gâteaux au yaourts, des cookies, des muffins ou bien encore des mousses au chocolat.

Pour la recette, voici les ingrédients que j’ai ajustés d’une recette de charlotte au chocolat de mon enfance: 4 œufs, 60 grammes de sucre en poudre, 50 grammes de beurre mou, 120 grammes de chocolat et une pincée de sel. Il est bien sûr possible de rajouter plus de chocolat!

Je commence par séparer les blancs des jaunes. Puis je mélange les jaunes d’œuf avec le sucre un petit moment. Puis à part, je mélange le beurre ramolli et le chocolat fondu. Pendant que ce dernier mélange refroidit, je monte les blancs en neige avec une pincée de sel. Je vérifie ensuite que le chocolat et le beurre soient froids, ou à peine tiède. Je les rajoute au mélange de jaunes d’œuf sucrés. Puis j’intègre délicatement et lentement, petit à petit, les blancs. Une fois le tout bien lisse, je le dispose dans plusieurs ramequins. Maintenant, il faut attendre plusieurs heures (de préférence toute une nuit) pour pouvoir déguster la mousse au chocolat! Miam Miam!

Gourmandises de Noël

En ce 9 décembre 2019, Chicky Poo et Samarian nous proposent dans le cadre du challenge « Il était 7 fois Noël » de publier une photo sur le thème de la « gourmandise ». Voici donc nos gourmandises de Noël: du nougat de figues, des chocolats à suspendre, des papillotes et des clémentines. En restera-t-il pour les 13 desserts de Noël? Ce n’est vraiment pas certain.

Challenge Il était 7 fois Noël de Chicky Poo et Samarian

Au fil des pages avec Le Dragon au Cœur de chocolat

J’emprunte à la bibliothèque Le Dragon au Cœur de chocolat de Stephanie Burgis (éd. Gallimard Jeunesse, 2018), un roman jeunesse fantasy à partir de 9 ans. Écrit à la première personnage du singulier, ce roman jeunesse plonge le jeune lecteur dans la peau d’Aventurine, une jeune dragonne vivant dans une caverne de la montagne avec sa famille, loin des humains. Encore trop jeune pour sortir explorer le monde, elle enrage et décide d’aller chasser un humain pour prouver à toute sa famille ce dont elle est capable. Mais la rencontre avec son premier humain – un mage alimentaire – ne se passe pas comme elle l’avait imaginée. Ce dernier lui prépare une boisson qui va bouleverser à jamais son existence: un chocolat chaud. Et voilà Aventurine transformée en une jeune fille de 12 ans! Livrée à elle-même dans ce nouveau corps, Aventurine a trouvé sa vocation: devenir apprentie chocolatière dans la ville la plus proche, Drachenburg. Y parviendra-t-elle? Courage, détermination et soif d’apprendre lui seront d’une grande aide. Sous des traits de jeune fille bien fragile, Aventurine n’en reste pas moins un dragon méfiant, prêt à sortir les griffes. L’histoire est pleine de rebondissements qui s’enchaînent vite, au gré des rencontres d’Aventurine: Greta qui en ferait bien sa bonne, les propriétaires d’une maison de chocolat, Marina et Horst, sans oublier Silke, une jeune fille de 13 ans, très débrouillarde, qui travaille sur les marchés avec son frère aîné et qui semble connaître la ville comme sa poche. Ce roman jeunesse aborde notamment les thèmes de la famille, de l’amitié, de l’aventure, de l’apprentissage de la vie, de la peur de l’échec et de reconnaissance. L’histoire se déroulant dans une société du passé, il y est également question de travail des enfants et de classes sociales. Un bon moment de lecture que ce roman jeunesse qui ravira les jeunes lecteurs amateurs de dragon et de chocolat!

Challenge Petit Bac d’Enna – #13 catégorie Partie du corps: « Cœur »

D’humeur gourmande et enfantine avec des chocolats de Pâques

Avec les traditionnelles chasses aux œufs de Pâques pour les enfants du week-end prolongé dernier, me voilà avec mon idée de photo pour le Projet 52-2019 de Du Côté de Chez Ma’. Le thème de cette semaine 17 est fort à propos puisqu’il s’agit du « chocolat« . Qu’il est amusant de partir dans le jardin à la recherche des chocolats dissimulés un peu partout par le Lapin de Pâques! Oh un œuf! Et puis des lapins! Encore un œuf! Et hop dans le panier! Après la chasse aux oeufs vient le temps de la dégustation et du partage de tout ce chocolat! Et croque le chocolat… Pas sûr que cela tiendra longtemps à ce rythme! Mais comme c’est bon! Il est si plaisant de rester encore un peu dans cette humeur gourmande et enfantine…

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑