Catégorie : Mini lecteur (page 2 of 53)

Au fil des pages avec Billy cherche un trésor

Nous lisons depuis plusieurs jours Billy cherche un trésor de Catharina Valckx (éd. L’école des Loisirs, 2020), un album jeunesse très rigolo à partir de 5 ans, et même bien avant. Billy le hamster a découvert un vieux dessin bizarre et va voir son père. C’est la carte au trésor de son grand-père. Mais comment la déchiffrer pour retrouver ce trésor, si trésor il y a? Billy va demander de l’aide à son ami, Jean-Claude le ver de terre. Cette histoire est un mélange réussi  d’humour, d’aventure, d’amitié et d’entraide, sans oublier du courage pour affronter sa peur des monstres. Coup de cœur pour cet album jeunesse avec un duo attachant que nous continuerons à suivre, en commençant à découvrir dès que possible leur première aventure, Haut les pattes.

Pour prolonger la lecture, nous jouons au mistigri version Billy mis en ligne sur le blog de L’école des Max. Nous nous amusons également à cacher un petit coffre au trésor qui renferme un sachet de sequins dans lequel ont été glissés les noms à reconstituer des personnages et objets principaux de l’histoire. Il convient alors de chercher dans les lettres pour les reconstituer. Cette activité permet d’apprendre tout en s’amusant les lettres de l’alphabet.

Participation #168 Je lis aussi des albums

Participation #40 Devine qui vient Bloguer?

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Prénom: « Billy »

Un second RAT du Challenge British Mysteries 2020

Depuis hier, 13 mars 2020 jusqu’à dimanche minuit se déroule le second RAT du Challenge British Mysteries organisé par Hilde et Lou. Pour ce marathon de lectures, j’ai repris dans ma PAL la plupart des livres que j’ai choisi pour le premier RAT.

Le 13 mars 2020, nous relisons des albums jeunesse (hors thème): Le grand ménage et Encore une fois d’Emily Gravett, Petite taupe, ouvre-moi ta porte! d’Orianne Lallemand et Claire Frossard et le tome 15 d’Ana Ana, Les doudous libraires d’Alexis Dormal et Dominique Roques.

En soirée, je continue la lecture du premier tome de la série Les enquêtes d’Enola Holmes de Nancy Springers, La double disparition, un roman policier jeunesse. Puis il est temps pour moi de dormir.

Ce samedi matin, 14 mars 2020, je reprends au chapitre IX Les enquêtes d’Enola Holmes, La double disparition. Puis je voulais passer reprendre de nouveaux livres pour compléter ma PAL. Mais patatras, pour cause de Covid-19, toutes les bibliothèques de la ville sont fermées jusqu’à nouvel ordre. Cela ne m’empêche pas d’apprécier la fin du roman. Après l’avoir fini, nous relisons comme hier et les jours précédents, Le grand ménage et Encore une fois d’Emily Gravett.

En début d’après-midi, après un petit tour chez les autres participantes, je commence la lecture de Seule contre la loi de Wilkie Collins  Je ne pourrai en lire qu’une quarantaine de pages avant de passer à d’autres activités comme par exemple un bac sensoriel d’hiver avec des perles « piégées » dans des glaçons à libérer avec un marteau et des perles d’eau blanches et bleues à transvaser.

Puis nous lisons en fin d’après-midi et pour les histoires du soir des albums jeunesse hors thème.  Comme lors du précédent RAT et comme chaque samedi depuis quelques mois, je regarde à la télé deux épisodes de la série Poldark, adaptation des romans de Winston Graham.

Dimanche 15 mars 2020,  je reprends ma lecture de Seule contre la loi de Wilkie Collins au chapitre V pour quelques chapitres. Puis en fin de matinée, nous lisons un album jeunesse hors thème: Billy cherche un trésor de Catharina Valckx.

Pour d’autres idées de lecture, les autres participants du RAT: Hilde, Bidib (sur Instagram), Lou. Sans oublier les pompons de Chicky Poo.

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #RAT

Au fil des pages avec Princesse Sara

J’emprunte à la médiathèque les deux premiers tomes de Princesse Sara d’Audrey Alwett, Nora Moretti et Claudia Boccato (éd. Soleil, coll. Blackberry, 2011), une BD jeunesse d’après le roman, La petite princesse de Frances Hodgson Burnett publié en 1905. Cette série comprend actuellement 12 tomes, les quatre premiers reprenant le roman tout en y apportant quelques variantes notamment dans un style Steampunk avec l’introduction de live-dolls et automates.

Dans le tome 1, Pour une mine de diamants, je découvre la jeune Sara Crewe avec son père, Ralph Crewe à la recherche de sa nouvelle poupée, Emily dans les rues de Londres avant son arrivée au pensionnat de jeunes filles tenu par la redoutable Miss Minchin. Miss Amelia n’est plus la jeune sœur de Miss Minchin mais son assistante automate un brin usagée. Miss Minchin, ressentant immédiatement de l’amerture et du mépris à l’égard de la jeune Sara, n’en oublie pas de la mettre en valeur à la moindre occasion, ne pensant qu’à l’immense richesse de Ralph Crewe, propriétaire d’une fabrique familiale d’automates florissantes et qui a investi dans une mine de diamants aux Indes. Mais cette vie de princesse peut-elle toujours durer? Comme dans le roman, la douceur et la générosité de Sara l’amènent à se lier d’amitié avec la jeune domestique Becky, une autre pensionnaire, Ermengarde Saint-John et à devenir la mère « adoptive » de Lottie, une orpheline de mère tout comme elle de 4 ans. Je retrouve également Mariette, la femme de chambre automate de Sara et une autre pensionnaire, la mesquine Lavinia, jalouse de Sara. Les autrices ont réussi à retranscrire à merveille l’atmosphère du roman, le caractère à la fois adulte et rêveur de Sara, la « Petite Madame » comme l’appelait son père, tout en apportant leur touche personnelle.

Puis dans le tome 2, La Princesse déchue, je reprends l’histoire là où elle s’était arrêtée, le jour fatidique de son douzième anniversaire. Sara Crewe est désormais réduite à être une domestique du pensionnat au même titre que la jeune Becky, vivant dans une chambre mansardée et insalubre du grenier. Vêtue d’un simple ensemble noir bien trop petit pour elle, elle enchaîne les dures besognes et les privations. Son état de santé se détériore. Mais elle garde pourtant son tempérament, sa force de caractère et son imagination débordante pour survivre à la faim, au froid et aux mauvais traitements, ce qui a le don d’énerver encore plus Miss Minchin qui voudrait la voir briser. Elle continue de faire répéter aux plus jeunes filles le Français et s’avère utile dans la réparation d’Amélia. Comme dans le tome précédent, les autrices suivent l’histoire du roman avec la déchéance de Sara, sa rencontre avec la « Grande Famille » (même si un quatrième enfant, James est inventé à la famille Carmichael), l’arrivée de M. Carrisford et de son serviteur, Ram Dass, Melchisédec, le rat apprivoisé… Les mêmes émotions me submergent comme à la lecture du roman ou lorsque moi-même enfant, dans les années 80, je regardai le dessin animé Princesse Sarah.

Coup de cœur pour cette adaptation réussie du roman de Frances H. Burnett! Les illustrations, parfois mangaïsées, sont magnifiques. J’ai hâte de lire les autres tomes et surtout le nouveau cycle à partir du tome 5 dévoilant Sara Crewe adulte et retournant aux Indes.

année

Participation #4 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine #adaptation

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Prénom: « Sara » et #5 Catégorie Lieu: « Mine de diamants »

Au fil des pages avec Le grand ménage

Nous empruntons à la médiathèque Le grand ménage d’Emily Gravett (éd. Kaléidoscope, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans. Benoît, un blaireau, est tellement obnubilé par la propreté qu’il en arrive à détériorer toute la forêt dans laquelle il habite. Il passe son temps à tout nettoyer, y compris les autres animaux de la forêt. Quand les premières feuilles commencent à tomber à l’automne, branle bas de combat: il ramasse les feuilles et accumule les sacs poubelles. Mais cela ne suffit pas pour ce maniaque de l’ordre et de la propreté. Il décide d’arracher les arbres et pire encore, de tout bétonner jusqu’à ne plus retrouver l’entrée de son terrier. La forêt a disparu. Benoît arrivera-t-il à réparer son erreur et ne pas retomber dans son excès de propreté?

Avec le coup de crayon et l’humour qu’on lui connaît, Emily Gravett amène les jeunes lecteurs à se rappeler l’importance du rôle des saisons et de la Nature tout en les sensibilisant à l’écologie, au respect de l’environnement et à la préservation de la biodiversité comme celle existant dans la forêt. Cette histoire aborde également le fait qu’il faut savoir se mesurer dans toute chose et nous rappelle dans la série Edmond et ses amis, Le Grand chef d’Astrid Desbordes et Marc Boutavant et son excès d’ordre. Coup de cœur pour cet album jeunesse aux illustrations remplies de petits détails comme dans les pages de garde ou le message détourné de la poubelle!

Participation #167 Je lis aussi des albums

Participation #39 Devine qui vient Bloguer?

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Amour et relations amoureuses: « Ménage »

Au fil des pages avec Petite taupe, ouvre-moi ta porte!

Après avoir lu et relu à Noël Joyeux Noël, Petite taupe!, nous lisons une histoire qui précède cet album jeunesse: Petite taupe, ouvre-moi ta porte! d’Orianne Lallemand et Claire Frossard (éd. Auzou, 2009), un album jeunesse à partir de 3 ans. Par une nuit d’hiver, Petite taupe est bien au chaud dans son lit. Soudain, quelqu’un frappe à sa porte. Et s’enchaînent les toc toc toc, pour la plus grande joie des jeunes lecteurs. Petite taupe accueille chez elle de nombreux animaux de la forêt qui ont froid et faim. Mais au loin, un loup rôde. Construit comme un conte randonnée, cette histoire aborde l’entraide, la générosité et le vivre ensemble au cœur de l’hiver. Nous comprenons mieux la réaction des différents animaux à l’arrivée du loup dans Joyeux Noël, Petite taupe!. Un très bon moment de lecture plein d’humour et de bons sentiments autour d’une soupe à l’oignon!

Participation #166 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Couleur: « Taupe »

« Older posts Newer posts »

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑