Étiquette : romance (Page 1 of 24)

Au fil des pages avec le tome 9 de Son espionne royale

J’ai lu, en février dernier, le tome 9 de Son espionne royale et les conspirations du palais de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, avril 2022, 378 pages), un cosy mystery qui reprend quelques semaines après le retour de Lady Georgiana des États-Unis, en novembre 1934, la jeune femme étant toujours sans le sou et sans toit fixe tandis que sa mère, fraîchement divorcée de son époux américain est repartie en Allemagne et que Belinda est restée à Hollywood tenter sa chance de percer en tant que couturière. La jeune femme se voit confier une nouvelle mission par la Reine, prendre en charge la princesse Marina de Grèce, la fiancée du prince George, duc de Kent et lui faire découvrir la vie mondaine des jeunes aristocrates de leur âge.

Mais à peine a-t-elle commencé sa mission informelle qu’elle découvre le corps sans vie de Coco Barrington, l’une des anciennes maîtresses du prince George dans la cour de Kensington Palace. Parviendra-t-elle à sauver le mariage princier sans que la princesse n’apprenne le passé dissolu du prince George et malgré ses inquiétudes à l’égard de Belinda qui semble avoir disparu?

Dans ce nouvel opus, désormais bien rodée à enquêter sur les meurtres, lady Georgiana en vient à aider Sir Jeremy, haut responsable des services secrets britanniques afin d’enquêter sur le meurtre de Coco Barrington, afin de disculper son cousin, le prince George, aux yeux de la police et d’éviter Britun énième scandale. Cette fois, la jeune femme est mieux lotie puisque le temps des préparatifs du mariage, elle loge au palais de Kensington Palace, bien que ce palais dans lequel sont logées des membres âgées de la Couronne, ses grandes-tantes célibataires soit vétuste et rempli de fantômes.

Rhys Bowen a apporté un peu de nouveautés dans ce tome. Je trouvais, en effet que la série commençait à s’essouffler car de tome en tome, contrairement aux Détectives du Yorkshire par exemple, l’autrice ne se renouvelait guère, que ce soit la relation Georgiana/Darcy qui en devient presque ennuyeuse, les arrivées inopinées de son entourage ou l’attitude de sa femme de chambre. Cette fois, Queenie est moins présente mais avec son lots de gaffes et sa peur des fantômes, son personnage faisant place à la cousine de Marina, la comtesse Irmtraut qui, du fait de la barrière de la langue, ne comprend pas les expressions anglaises ni l’humour british (ressort comique auquel je n’ai pas du tout accroché). De même pour le prince héritier David et sa relation avec Mme Simpsons que l’on croise un court instant, ce tome étant centré sur son frère cadet, le prince George.

Pour autant, je vais continuer cette série livresque, appréciant les talents de plus en plus aboutis de détective amatrice de la jeune femme, bien plus perspicace que son fiancé pourtant espion auprès de la Couronne et le fait de mélanger la petite histoire fictive avec la grande Histoire de la famille royale britannique, cette fois le mariage du prince George qui a collectionné les conquêtes, tant des hommes que des femmes. Le personnage de Coco est d’ailleurs inspirée, comme l’écrit l’autrice à la fin, du personnage Kiki Preston.

Un moment de lecture plaisant, bien mieux en tout cas que le tome précédent qui m’avait déçue et que j’aurai pu garder pour Halloween au vu de la fin un peu trop précipitée! Sans oublier de nombreux passages gourmands, lady Georginia partageant de nombreux repas bien plus copieux et appétissants pour une fois, que ce soit avec sa famille royale ou en compagnie des soirées auprès de la princesse Marina ou aux casinos.

Pour d’autres avis sur ce tome 9: Pedro Pan Rabbit.

Participation #5 Challenge British Mysteries 2024 de Lou et Hilde #Cosy mystery historique

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Participation # Le Mois Anglais 2024 de Lou et Titine #Cosy mystery historique

Participation # (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib#Royaume-Uni (Angleterre)  

Au fil des pages avec La guerrière et le Highlander

J‘ai lu, en e-book, La guerrière et le Highlander de Déborah Guérand (éd. HarperCollins, coll. Victoria, n°195, octobre 2023, 304 pages), une romance historique médiévale se déroulant sur l’île de Skye, en Écosse, dans le clan MacKinnon entre 1375 et 1389, Urain ayant été levée par sa mère comme un garçon pour la rendre plus libre, indépendante et à l’abri des malversations des hommes, la jeune femme étant née d’un viol. Ce secret va perturber sa relation avec son meilleur ami, Alasdair MacKinnon, troisième fils du chef de clan. Leur amour pourra-t-il s’épanouir malgré ce secret vécu comme une trahison par Alasdair?

Le résumé m’attirait beaucoup en raison de la situation particulière d’Urain et je me demandais comment cela allait être traitée par l’autrice. Mais compte-tenu des nombreux retours dans le passé afin d’établir la relation entre Urain et Alasdair, j’ai trouvé que l’intrigue manquait de rythme et les sentiments des deux jeunes gens ne correspondaient pas vraiment à leur âge au fil du temps (10 ans, 16 ans puis à la fin 24 ans), leur relation étant entrecoupée de très longues années sans se voir. J’ai toutefois bien apprécié la description de la situation géopolitique de l’époque, la romance se fondant dans des complots et enjeux politiques intéressants et renvoyant à la grande Histoire de l’Écosse et des figures historiques de l’époque.

Une lecture plaisante, surtout dans la seconde partie lorsque l’histoire revient sur la vie des deux jeunes gens, en 1389! J’ai vu qu’un second tome est paru sur l’un des personnages secondaires qui m’a bien plu, Connor, l’un des cousins d’Alasdair: La rebelle et le Highlander (éd. HarperCollins, Coll. Victoria, n°210, février 2024, 320 pages) et se déroulant en 1393. J’ai bien envie de la lire aussi.

Je la rajoute d’ailleurs pour le thème de février dernier du challenge Romance Historique 2024, « Romance médiévale » et coche au passage la case « Une histoire qui se passe sur une île » du bingo de juin 2024 d’un Week-end à 1000.

Au fil des pages avec Scandale à Bath

J’ai lu Scandale à Bath de Sophie Irwin (éd. Calmann-Lévy, janvier 2024, 380 pages), ayant apprécié le premier tome, Recherche gentleman fortuné même si ce tome est totalement indépendant du précédent. Cette fois, la romance historique s’intéresse à une jeune veuve de 27 ans, Eliza Somerset, son vieil époux lui laissant un héritage conséquent à condition d’éviter tout scandale. Faisant fi de sa timidité et de sa propension à rester discrète et obéissante, elle se rend avec sa cousine Margaret à Bath. Face à la liberté qui s’offre à elle, elle ne sait que décider ni à qui offrir son cœur. Serait-ce pour le nouveau comte, Lord Oliver Somerset, désormais héritier du titre de son oncle qu’elle a toujours aimé et qui est revenu des Amériques après 10 ans d’absence ou un autre comte, Lord Max Melville, un lord poète à la réputation de libertin rencontré en chemin pour Bath et qu’elle recroise avec sa sœur Caroline?

Il y est question également de la condition de la femme, d’émancipation féminine, de relation lesbienne, de la place des Anglo-indiens dans la société anglaise comme le sont les frère et sœur Melville, de l’Art, que ce soit la peinture avec Eliza, son grand-père l’ayant initié à la peinture à l’huile ou l’écriture avec Lors Melville et sa sœur Caroline.

Même s’il s’agit d’un triangle amoureux, trope que j’apprécie moins d’habitude, j’ai passé un bon moment de lecture, ayant trouvé que l’autrice amenait bien les hésitations de l’héroïne. J’ai également apprécié le chemin parcouru par l’héroïne vers la liberté et l’indépendance et qui a passé sa vie à respecter l’étiquette, les choix de sa famille et l’honneur, même si les péripéties vers la fin à Londres m’ont semblé de trop et certains évènements trop modernes pour l’époque, l’histoire se déroulant en 1819.

Participation #2 Le Mois Anglais 2024 de Lou et Titine #Romance historique

Participation #16 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #Royaume-Uni (Angleterre)

 

Au fil des pages avec Frost et Nectar

J’ai lu, en e-book, en mars dernier, la duologie Frost et Nectar de C.N. Crawford (pseudonyme d’un duo: Christine et Nick), attirée par le résumé et les jolies illustrations de couverture. Il s’agit d’une romantasy young adult à partir de 15/16 ans et se déroulant en Faérie, les humains connaissant l’existence des faés.

  • Frost et Nectar: Frost de C.N. Crawford (T1)

J’ai commencé par le tome 1: Frost et Nectar: Frost de C.N. Crawford (éd. Korrigan, avril 2023, 306 pages), une . Ava, une faé déchue âgée de 26 ans qui a été abandonnée bébé dans le monde des humains et qui vient de surprendre, le jour de son anniversaire, son petit ami en train de la tromper. Noyant son chagrin dans l’alcool dans un bar avec sa meilleure amie humaine, Shalimi, elle tient tête à Torin, le roi des Seelie et complètement ivre, l’insulte même. Ce dernier, maudit par les démons comme sa sœur cadette, lui propose de l’argent en échange de sa participation truquée au tournoi qu’il organise pour se trouver une femme qui deviendra alors Reine des Seelie et qui fera revenir le printemps, en mettant fin au long hiver glacial qui s’est abattu en Seelie. Accompagnée de son amie Shalimi, Ava survivra-t-elle à ce tournoi?

J’ai trouvé ce premier tome très convenu, sans véritables enjeux dramatiques, les rebondissements s’enchaînant trop facilement et les personnages restant très superficiels et n’apportant pas grand chose à l’intrigue principale. Le tournoi se résume à deux pauvres épreuves. Même le meurtre d’une des participantes n’apporte rien, à l’instar de la révélation sur la véritable nature d’Ava dont trop d’indices sont donnés bien trop vite. Le seul point positif, c’est que la romance a eu un trope que j’apprécie, « enemies to lovers » mais même là, entre quelques joutes verbales, Ava et Torin sont vite attirés l’un par l’autre, malgré la malédiction pesant sur le roi selon laquelle toute femme dont il tomberait amoureux serait tuée de sa main glacée. 

  • Frost et Nectar: Ambrosia de C.N. Crawford (T2)

J’ai malgré tout enchaîné avec le tome 2: Frost et Nectar: Ambrosia de C.N. Crawford (éd. Korrigan, septembre 2023, 301 pages), un second tome là où s’était arrêté le précédent et avec un résumé nous rappelant ce qui s’est passé. Propulsée par un portail magique dans le monde hostile des Unseelie, Ava est vite rejointe par Torin qui l’a suivie et qui peut désormais la toucher, la malédiction dont il est victime ayant disparu. Mais les deux sont capturés par le fils de la reine Mab. L’un des deux doit-il mourir afin de sauver l’autre? Pourront-ils mettre fin à l’hiver glacial?

J’ai trouvé ce second tome encore moins intéressant que le premier, tout se jouant autour de la découverte d’Ava et de ses pouvoirs. Même la romance « amour interdit » entre Ava et Torin perd de son charme. Et encore une fois, la dernière révélation touchant Ava était tellement prévisible qu’elle ne m’a pas transportée ni même les passages sous le point de vue de Shalimi qui n’apportaient pas grand chose, si ce n’est de nous rappeler la menace pesant sur la Faérie. Une duologie que j’ai trouvée mal exploitée et qui sera vite oubliée!

Participation #11 Challenge Contes & Légendes 2024 de de Bidib #Féérie Seelie/Unseelie – Reine Mab

Participation #14 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #États-Unis

Point lecture hebdomadaire 2024 #23

En ce (presque) début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière, avec surtout des lectures anglaises puisqu’en juin, c’est le Mois Anglais 2024.

Nos lectures du 3 au 9 juin 2024:

Côté jeunesse, nous n’avons eu que des relectures avec mon mini lutin.

Des lectures adulte:

  • (Romance médiévale) La guerrière et le Highlander de Déborah Guérand 

J‘ai lu, en e-book, La guerrière et le Highlander de Déborah Guérand (éd. HarperCollins, coll. Victoria, n°195, octobre 2023, 304 pages), une romance historique se déroulant sur l’île de Skye, en Écosse, dans le clan MacKinnon entre 1375 et 1389, Urain ayant été levée par sa mère comme un garçon. Ce secret va perturber sa relation avec son meilleur ami, Alasdair MacKinnon, troisième fils du chef de clan. Leur amour pourra-t-il s’épanouir malgré ce secret vécu comme une trahison par Alasdair?

Le résumé m’attirait beaucoup en raison de la situation particulière d’Urain. Mais compte-tenu des nombreux retours dans le passé, j’ai trouvé que l’intrigue manquait de rythme. J’ai toutefois bien apprécié la description de la situation géopolitique de l’époque. Une lecture plaisante, surtout dans la seconde partie lorsque l’histoire revient sur la vie des deux jeunes gens, en 1389! J’ai vu qu’un second tome est paru sur l’un des personnages secondaires qui m’a bien plu, Connor, l’un des cousins d’Alasdair: La rebelle et le Highlander (éd. HarperCollins, Coll. Victoria, n°210, février 2024, 320 pages) et se déroulant en 1393. J’ai bien envie de la lire aussi.

  • (Romance historique) Scandale à Bath de Sophie Irwin (T2)

J’ai lu Scandale à Bath de Sophie Irwin (éd. Calmann-Lévy, janvier 2024, 380 pages), ayant apprécié le premier tome, Recherche gentleman fortuné même si ce tome est totalement indépendant du précédent. Cette fois, la romance historique s’intéresse à une jeune veuve de 27 ans, Eliza Somerset, son époux lui laissant un héritage conséquent à condition d’éviter tout scandale. Faisant fi de sa timidité et de sa propension à rester discrète et obéissante, elle se rend avec sa cousine Margaret à Bath. Face à la liberté qui s’offre à elle, elle ne sait que décider ni à qui offrir son cœur: son amour de jeunesse, Lord Oliver Somerset, neveu de son défunt époux revenu après 10 ans d’absence des Amériques ou un autre comte Lord Max Melville, un lord poète à la réputation de libertin rencontré en chemin pour Bath et qu’elle recroise avec sa sœur Caroline.

Même s’il s’agit d’un triangle amoureux, trope que j’apprécie moins d’habitude, j’ai passé un bon moment de lecture, ayant trouvé que l’autrice amenait bien les hésitations de l’héroïne. J’ai également apprécié le chemin parcouru par l’héroïne vers la liberté et l’indépendance et qui a passé sa vie à respecter l’étiquette, les choix de sa famille et l’honneur, même si les péripéties vers la fin à Londres m’ont semblé de trop et certains évènements trop modernes pour l’époque. Il y est question également de relation lesbienne, de la place des Anglo-indiens dans la société anglaise.

  • (Romance historique et gaslamp fantasy) Demoiselles dangereuses, Les Services du thé et de la traîtrise d’India Holton (T3)

J’ai également lu le tome 3 des Demoiselles dangereuses, Les Services du thé et de la traîtrise d’India Holton (éd. J’ai lu, coll. Regency, n°14109, juin 2024, 352 pages), une romance historique de style gaslamp fantasy se déroulant sous le règne de la Reine Victoria, la TATI envoyant en mission d’infiltration ses deux meilleurs agents, Alice Dearlove et Daniel Bixby, l’ancien majordome du pirate Alex O’Riley qui doivent se faire passer pour un couple marié lors d’une garden-party entre pirates au château de Noire-Épine afin de déjouer un attentat contre la Reine. J’ai une fois de plus apprécié cet opus toujours aussi drôle et loufoque parmi les pirates, sorcières et espions. La romance entre Alice et Daniel apporte aussi une touche rigolote, les deux étant fortement attachés au respect des règles strictes de domestique. Un bon voire très bon moment de lecture avec ce tome dans lequel on retrouve avec plaisir les deux couples précédents!

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑