Étiquette : recettes (Page 1 of 5)

Pause goûter: un gâteau halloweeneque

En ce 31 octobre 2021, je prépare un gâteau halloweenesque pour le goûter. Je commence par faire un gâteau au yaourt, un gâteau qui plaît toujours et facile à réaliser, même par des enfants puisqu’un des pots de yaourt sert de mesure. Si vous ne connaissez pas la recette, voici les ingrédients: deux yaourts nature, deux œufs entiers, deux pots de sucre en poudre (j’en mets toujours un peu moins), trois pots de farine, un demi-pot d’huile et un demi-sachet de levure (je mets souvent le sachet entier en dernier).  Je remue le tout et renverse la pâte dans un moule à gâteau préalablement huilé et fariné. Je le mets à cuire pendant environ 30 minutes à 180 degrés. En fin de cuisson, je vérifie en plantant délicatement un couteau. S’il ressort sec, le gâteau est cuit sinon il faut rajouter quelques minutes.

Puis pendant que le gâteau cuit au four, je fais la pâte de sablé en suivant la recette des magibiscuits prise dans Sorcidonie et les magipotirons de Nora Thullin et Ana Duna (éd. Fleurus, 2021), un album jeunesse à partir de 4 ans. Je laisse la pâte en boule reposer au frigo pendant plus de trente minutes, le temps de finir la cuisson du gâteau et qu’il commence à refroidir. Puis je prépare le plan de travail avec de la farine (ne pas oublier de mettre un peu de farine sur vos mains et sur le rouleau) pour étaler la pâte. Je fabrique ensuite des pierres tombales avec un couteau et des bonhommes avec un emporte-pièce. Je fais cuire les sablés au four à 200 degrés pendant 10 minutes.

Pendant la cuisson des sablés, je démoule le gâteau au yaourt sur l’envers et je passe à la décoration en forme de toile d’araignée en utilisant un crayon pâtissier de nappage blanc, au goût vanille. Puis une fois les sablés cuits et refroidis, j’utilise le même crayon pour faire les squelettes à la manière de Spooky puis j’en utilise un autre au goût chocolat noisette pour écrire « RIP » sur les pierres tombales. Je place enfin les sablés sur le gâteau.

Il ne nous reste plus qu’à déguster – euh dévorer – une part de ce gâteau accompagné soit d’un jus d’orange soit d’un thé ou d’une infusion. Miam miam! Une participation gourmande pour le challenge Halloween et pour le rendez-vous dominical de Syl et de ses marmitonnes.

Participation #19 au Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou #Gâteau

Participation #5 Les Gourmandises de Syl #Gâteau halloweenesque

Participation #70 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Sablés

Au fil des pages avec Une soupe 100% Sorcière

Dans le cadre du Challenge Halloween 2021, nous relisons Une soupe 100% Sorcière de Quitterie Simon et Magali Le Huche (éd. Glénat Jeunesse, 2007, rééd. 2020), un album jeunesse au format à l’italienne et à partir de 3 ans que nous avions déjà lu l’année dernière, en toute fin du Challenge Halloween 2020. Il était une fois Kroquela la sorcière qui voulait préparer une bonne soupe. Tous ses bocaux étant vides, elle enfourche son balai pour récupérer des ingrédients dans les potagers de ses voisins: une carotte chez Mère-Grand, une pomme de terre chez l’ogre et un poireau chez la famille du Petit Poucet. Mais ces derniers sont mécontents et veulent récupérer leur dû. Kroquela parviendra-t-elle à faire sa soupe?

Le duo autrice/illustratrice s’amuse avec les références aux contes traditionnels que sont Le Petit Chaperon rouge et Le Petit Poucet tout en en respectant leur narration jusqu’à la chute finale. Nous retrouvons le coup de crayon de Magali Le Huche dans les illustrations, chaque ingrédient étant associé à un personnage issu de contes. Le texte est répétitif et rigolo tout en démontrant avec humour les bienfaits de la soupe, une soupe heureusement bien loin de celle que pourrait préparer La sorcière Tambouille. Un très bon moment de lecture avec ce conte détourné et qui donnera peut-être envie aux jeunes lecteurs de déguster de bonnes soupes comme celle de Kroquela pour grandir!

Participation #4 au Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #61 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib

Participation #63 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Soupe

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Aliment/boisson: « Soupe »

challenge 2021 lire au féminin

Participation #58 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice et illustratrice françaises

Au fil des pages avec Sorcidonie et les magipotirons

Potironflette et la boulachagrin

Nous lisons les 4 histoires de Sorcidonie et les magipotirons de Nora Thullin et Ana Duna (éd. Fleurus, 2021), un album jeunesse à partir de 4 ans, chaque histoire abordant une émotion ressentie par l’un des magipotirons de Sorcidonie ou celui de sa tante: le chagrin (Potironflette étant triste qu’on se moque d’elle car elle a un doudou), la colère (Potironchon n’étant pas content du choix d’un jeu), la peur (du médecin, Potirongeur étant malade) et la timidité (de Potironron qui vient passer la journée chez Sorcidonie).

Les illustrations sont colorées avec une adorable petite sorcière et ses potirons de compagnie qui me rappelle Amélia Fang et sa citrouille de compagnie, Trouille. Le texte s’amuse à inventer plein de mots-valises et se prête à une lecture en rimes à voix haute. Un bon moment de lecture avec des histoires sous fond de sorcellerie mais évoquant des épisodes de vie quotidienne pour mettre des mots sur les émotions et des astuces pour apprendre à les gérer!

Potironron et les magibiscuits

Pour prolonger la lecture, nous faisons un goûter avec des magibiscuits en suivant la recette du livre (farine, beurre ramolli, sucre, une pincée de sel et puis un œuf mais sans mettre la vanille ni de cannelle), une des astuces pour la timidité. Mais pour nous ce sera de la pure gourmandise! Après avoir laissé reposer la pâte 30 minutes au frigo, j’ai fait les sablés avec un emporte-pièce en forme d’étoile. Dix minutes plus tard de cuisson au four à 200 degrés, nous les avons dévoré tièdes voire à peine sortis du four. Miam miam!

Participation #2 au Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #60 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Magibiscuits/Sablés

Participation #5 Les Gourmandises de Syl #Magibiscuits/Sablés

challenge 2021 lire au féminin

Participation #57 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice et française et illustratrice espagnole

Pause goûter: Charlotte au chocolat

Cette semaine, pour accompagner mes lectures d’Alice au pays des merveilles, j’ai préparé une charlotte au chocolat. Ce gâteau gourmand est d’origine anglaise. Créé au début du XIXème siècle en l’honneur de la Reine Charlotte, il a depuis évolué. Au départ, c’était un dessert dégusté chaud pour être servi à l’heure du thé. Il était composé de compotes de fruits (pommes, poires…) avec du pain de mie ou brioche beurrée.

Pour la recette, j’ai commencé par faire une mousse au chocolat en reprenant celle que j’ai l’habitude de faire. Ces derniers temps, je mets même une plaquette de chocolat noire entière. Alors je prends les ingrédients suivants: 4 œufs, 60 grammes de sucre en poudre, 50 grammes de beurre mou, 200 grammes de chocolat noir et une pincée de sel

Puis dans un plat spécial « Charlotte », je dispose les biscuits à la cuillère bien serrés les uns les autres et côté bombé vers l’extérieur (un gros paquet) après les avoir légèrement trempés dans de l’eau sur les bords et dans le fond du plat. Il est possible également de les tremper dans du kirsch, du rhum ou du sirop d’orange dilué avec de l’eau.

J’alterne ensuite une couche de mousse au chocolat et une rangée de biscuits préalablement trempés. Dans ce plat, j’ai mis deux rangées de biscuits en finissant par une couche de mousse. Il ne nous reste plus qu’à patienter jusqu’à demain pour la déguster, le temps que la mousse se fasse au frigo (au moins une nuit de repos).

Participation #10 au Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Recette

Participation #4 Les Gourmandises de Syl 2021 (chez Isabelle) #Charlotte au chocolat

Au fil des pages avec La Petite Boulangerie du bout du monde

Début mai 2021, j’ai lu La Petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan (éd. Prisma, 2016, 506 pages), une romance feel-good qui se termine avec des recettes (petits pains, bagels, shortbread…). Après la faillite de son entreprise fondée avec son ex-concubin Chris, une jeune femme de 32 ans, Polly Waterford décide de quitter la ville de Plymouth pour louer un appartement délabré dans un petit port d’une île des Cornouailles. Mais dans ce tout petit village insulaire vivant au rythme des marées, comment repartir de zéro? Polly se lie très vite d’amitié avec un groupe de pêcheurs dont le charmant Tarnie et aussi un Américain qui s’est reconverti en apiculteur, le séduisant et renfrogné Huckle. Elle recueille également un bébé macareux blessé, Neil.

De cette autrice, j’avais déjà lu deux autres de ses séries livresques: sa série Cupcake café avec le premier tome, Rendez-vous au Cupcake café (éd. Pocket, 2018) avec une jeune trentenaire, Izzy qui se reconvertit dans sa passion héritée de son grand-père boulanger en ouvrant sa boutique au fond d’une impasse londonienne et sa série Au bord de l’eau avec les deux premiers tomes, Une saison au bord de l’eau (éd. Prisma, 2018) et Une rencontre au bord de l’eau (éd. Prisma, 2019) avec la reconversion professionnelle sous fond de romance Flora MacKenzie sur la petite île de Mure.

J’ai préféré ce premier tome de la série La Petite boulangerie aux autres romances, même si la trame narrative est similaire et tout aussi classique avec une jeune femme qui refait sa vie en faisant de sa passion son métier en reprenant la boulangerie à l’abandon. Les personnages qui gravitent autour d’elle sont tout aussi prévisibles: sa nouvelle propriétaire, Mrs. Gillian Manse, une vieille veuve âgée de 80 ans et seule boulangère de l’île qu’elle se met à dos, des pêcheurs gourmands, un trio amoureux avec Polly, Marnie et Huckle, la meilleure amie girly de Polly, Kerensa et le meilleur ami riche, arrogant et américain de Huckle, Reuben ou encore un couple riche à la recherche d’une maison secondaire dans un endroit authentique qu’ils seraient les premiers à découvrir pour épater leurs amis. 

Mais le charme opère, l’histoire étant plaisante et Polly attachante dans sa persévérance à rebondir dans sa nouvelle vie bien loin de celle qu’elle s’était imaginée. Il y a des passages vraiment rigolos, comme lorsque Polly distribue leur « dose » de pain aux différents habitants qui lui passent commande à l’insu de la vraie boulangère de l’île, Mrs. Manse et bien sûr, ses liens avec son macareux apprivoisé.

Les péripéties s’enchaînent rapidement, au gré des rencontres de Polly, à l’image des courants marins, la mer pouvant se révéler aussi calme que déchaînée. Un bon moment de lecture, malgré les facilités narratives, Polly ayant réussi bien (trop) facilement à sa reconversion en boulangère ou encore à être apicultrice! Il ne me reste plus qu’à essayer les recettes et à lire les deux autres tomes de cette trilogie, Une saison à la petite boulangerie et Noël à la petite boulangerie.

Participation #1 au Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda

Participation #18 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais

Participation #4 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Rêveries au bord de l’eau

challenge 2021 lire au féminin

Participation #37 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice britannique (écossaise)

Participation #56 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Boulangerie

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑