Étiquette : quête initiatique

Au fil des pages avec Mowgli

Pour le RAT des Étapes Indiennes, j’emprunte à la médiathèque Mowgli d’après Rudyard Kipling, adapté par Maxime Rovere et illustré par Justine Brax (éd. Milan, coll. Albums classiques, 2013), un roman jeunesse à partir de 9 ans et qui reprend dans un ordre chronologique les Deux livres de la jungle qui étaient à l’origine des nouvelles publiées entre 1894 et 1895. Comme le titre de ce roman initiatique l’indique, le personnage principal de cette adaptation est Mowgli, de son enfance parmi les loups jusqu’à son retour parmi les hommes.

Dans le premier livre, « La loi de la jungle », Mowgli est recueilli et élevé parmi les loups, avec l’aide de Baloo l’ours brun et de Bagheera, la panthère noire. Baloo lui enseigne, en effet, les lois de la jungle comme aux autres louveteaux. Bientôt, le petit d’homme devient un membre à part entière de la meute de loup, ce qui le protège du tigre Shere Khan. Mais l’est-il vraiment? Sa nature humaine ne représente-elle pas un danger pour les animaux de la jungle?

Puis dans le second livre, « Le destin de Mowgli », Mowgli, ayant enfreint l’une des lois de la jungle est rejeté par les loups. Désormais plus âgé et n’ayant connu que la jungle, il doit pourtant retourner parmi les hommes, des hommes dont il ignore tout et qui lui paraissent cruels et non respectueux de la Nature. Il lui est alors bien difficile de trouver sa place, d’autant que Shere Khan a toujours comme dessein de le tuer.

Que de dures épreuves à surmonter pour Mowgli l’enfant-loup! Il doit faire face notamment à la peur et le rejet, tant de la part des animaux de la jungle que des villageois mais également à sa propre dualité… Heureusement, Mowgli est un enfant courageux, au fort tempérament et qui a bien retenu les leçons de Baloo pour mieux s’en émanciper. Cette adaptatation reprend le côté moralisateur et dur, parfois sombre, du texte de Kipling. Au cours de sa quête initiatique, balloté entre deux mondes, Mowgli devra grandir en trouvant sa propre voie, voire même s’endurcir mais aussi faire preuve d’humilité. Les illustrations de Justine Brax sont magnifiques, s’étalant sur des doubles pages et parfois en ombres chinoises, comme dans Fils de Dragons par exemple. Elles suivent pas à pas l’évolution de Mowgli, du bébé humain bien fragile au jeune adolescent tueur de tigre. Coup de cœur pour ce roman jeunesse!

étapes indiennes, inde, lectures

Participation #2 aux Étapes Indiennes de Hilde #RAT

Participation #34 Contes & Légendes de Bidib #Inde

année

Participation #11 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Personne réelle: « Mowgli »

Au fil des pages avec L’homme montagne

J’emprunte à la médiathèque L’homme montagne  de Séverine Gauthier et Amélie Fléchais (éd. Delcourt Jeunesse, 2015), une BD jeunesse à partir de 6 ans. Grand-père se prépare pour son dernier voyage, ne pouvant plus avancer sous le poids des montagnes qui ont poussé sur son dos sa vie durant. Son petit-fils, un enfant décide de partir chercher le vent le plus puissant, un vent capable de soulever des montagnes et d’aider son grand-père vieillissant. L’enfant commence alors son premier voyage seul. De rencontres en épreuves, arrivera-t-il à tracer son propre chemin de vie?

Ce duo d’autrice-illustratrice (dont j’ai déjà lu Cœur de pierre pour Séverine Gauthier et la série Bergères Guerrières pour Amélie Fléchais) aborde avec poésie et philosophie le sens de la vie, le deuil d’un être cher et son souvenir, les racines d’une personne et leur rôle dans la construction de son identité… Les magnifiques illustrations dans les teintes marron-bleues accompagnent à merveille le texte doux et émouvant même si parfois non dénué d’humour comme lors de la rencontre de l’enfant avec trois cailloux qui ne vivent que pour descendre une unique fois la plus grande montagne. Sans oublier la symbolique des montagnes portées par Grand-père sur son dos comme récit de sa vie, le vent représenté sous forme d’un oiseau amical… Dans sa quête initiatique, chaque rencontre est un moment d’échanges, l’enfant se questionnant et en sortant grandi. Je me laisse ainsi emporter dans ce joli voyage onirique et initiatique! Coup de cœur pour ce magnifique conte initiatique!

Participation #31 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Conte initiatique

Au fil des pages avec Fils de Dragons

J’emprunte à la médiathèque Fils de Dragons de Sébastien Perez et Justine Brax (éd. Albin Michel Jeunesse, 2016), un album jeunesse grand format à partir de 7/8 ans. Yomon, un petit d’hommes, a été élevé parmi les dragons et souhaite en devenir un à son tour. Sur les conseils de Quiron, le plus sage des dragons, il entreprend une quête initiatique pour récupérer auprès de cinq rois ce qui avait été volé aux dragons. Yomon trouvera-t-il ainsi sa place dans les querelles opposant dragons et humains?

Dès la couverture, les illustrations de Justine Brax sont magnifiques, grandioses et jouant avec les couleurs et les graphismes: du bleu se dégage de l’orange vif donnant vie et souffle aux dragons, sans oublier les jeux d’ombres chinoises. Que ces dragons sont imposants et fiers! Le jeune lecteur peut partager la même admiration que Yomon pour eux. Le texte de Sébastien Perez est tout aussi poétique et initiatique. La quête d’identité de ce jeune garçon à la peau d’enfant et au cœur de dragon est touchante. De ses différentes rencontres, il se rapprochera de ses origines pour ainsi trouver sa propre voie. Coup de cœur pour cet album jeunesse! Une très belle découverte sur Instagram grâce à @maitresse.fan.de.litt.jeunesse qui a proposé une splendide illustration de dragon de cet album pour mon challenge #jojoenherbeetcieillustre et que je viens de lire pour le mois « Dragons » du challenge Contes et Légendes proposé par Bidib!

Participation #28 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Dragon

Au fil des pages avec Pomelo et la grande aventure

Nous empruntons à la médiathèque Pomelo et la grande aventure de Ramona Bàdescu et Benjamin Chaud (éd. Albin Michel Jeunesse, 2012), un album jeunesse au grand format à l’italienne et à partir de 5 ans. Pomelo, un petit éléphant rose à la longue trompe, prépare son lourd sac-à-dos pour partir à l’aventure. Jetant au hasard un caillou qui lui ouvre la route à suivre, il avance optimiste, avec une certaine naïveté et plein d’interrogations. En chemin, il doit surmonter de nombreux obstacles tels que la pluie, la solitude ou sa rencontre avec un rat arnaqueur. Puis il y aura également de belles rencontres avec un Papamelo accueillant et paternel. Et qui sait même l’amour avec une intrigante étoile de mer?

Ce n’est pas la première histoire de Pomelo mais c’est la première que nous lisons et nous avons hâte de lire les autres, notamment pour savoir qui est Gigi. Nous nous laissons emporter dans cette aventure drôle, tendre et rocambolesque avec de magnifiques illustrations de Benjamin Chaud (dont nous reconnaissons immédiatement le coup de crayon) et un texte de Ramona Bàdescu parfois enfantin et parfois plus grave (« Pomelo voit bien qu’il traverse des paysages mythiques, mais ce qu’il voit surtout, c’est qu’il a brûle-brûle aux papattes »). Les plus jeunes lecteurs y verront surtout l’aventure avec la découverte du monde tandis que les plus âgés seront plus marqués par cette mélancolie qui accompagne Pomelo jusqu’à la chute heureuse vers d’autres aventures. Coup de cœur pour cet album jeunesse singulier, drôle et poétique! Quelle belle leçon de vie que nous offre Pomelo!

Au fil des pages avec Le fabuleux voyage du bateau-cerf

Nous empruntons à la médiathèque Le fabuleux voyage du bateau-cerf de Dashka Slater et The Fan Brothers – Eric et Terry Fan (éd. Little Urban, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Marco le renard quitte son pays pour intégrer l’équipage du bateau-cerf dont la biche Sylvia est le capitaine. Il espère ainsi trouver des réponses à ses très nombreuses questions existentielles, comme par exemple celle de savoir comment naît une amitié. Mais le voyage est périlleux jusqu’à l’île aux arbres délicieux: tempête, pirates, etc. Et si le voyage était plus important que la destination?

Les illustrations des Fan Brothers sont vraiment magnifiques avec ces animaux très réalistes. L’histoire emmène le jeune lecteur dans un voyage initiatique fait d’aventures, de rêves et de réflexion philosophique. Coup de cœur pour cet album jeunesse dont on ne se lasse pas de relire la carte de la page de garde! Nous l’avions d’ailleurs découvert en l’écoutant raconté par l’équipe de Little Urban sur Instagram mi-avril 2020. Il nous a tellement captivé que c’est un des premiers emprunts faits à la réouverture de notre médiathèque.

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑