Étiquette : peluche

Au fil des pages avec Le portrait de Nounours

Nous lisons et relisons ces derniers jours, surtout au moment du coucher, Le portrait de Nounours de Mari Kasai et Chiaki Okada (éd. Nobi! Nobi!, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans. Yuta, un petit garçon est fier du portrait qu’il a dessiné de Nounours, son ourson en peluche et le scotche au mur de sa chambre. Mais Nounours est déçu de ce dessin ne le trouvant pas ressemblant. Pourtant, plus tard, lorsqu’une bourrasque de vent décroche le dessin du mur, Nounours prend vie et part le rechercher pour éviter que Yuta soit triste. Finira-t-il par apprécier lui aussi ce portrait fait avec beaucoup d’amour par le petit garçon?

Comme dans d’autres albums de ce duo autrice/illustratrice, l’histoire aborde avec douceur et magie une tranche de vie de la petite enfance, cette fois-ci à travers le doudou d’un petit garçon. Il y a beaucoup d’amour qui unit ses deux êtres, à l’instar du lien parent/enfant. L’attitude de Nounours rappelle en effet le parent qui reçoit un dessin fait par son enfant ou toute autre cadeau créé par ses soins. Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse aux très jolies illustrations!

Participation #11 Un mois au Japon 2021 de Hilde et Lou #Album jeunesse

challenge 2021 lire au féminin

Participation #20 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice et illustratrice japonaises

Au fil des pages avec Michka

Je réemprunte pour les fêtes de fin d’année deux albums jeunesse à partir de 3/4 ans de Michka, un conte de Noël écrit en 1941 par Marie Colmont mais illustrés par deux illustrateurs différents. Michka, un petit ours en peluche s’enfuit de la maison d’Elisabeth ne supportant plus que la petite fille ne respecte pas ses jouets.  Il découvre alors dans une forêt enneigée la liberté et rencontre le Renne de Noël. Il l’aide dans sa tournée. Mais lorsqu’un jouet vient à manquer pour un dernier enfant, Michka fera-t-il preuve d’abnégation?

Dans le premier album jeunesse, il s’agit des premières illustrations datant elles-aussi de 1941: celles de Feodor Rojankovsky (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 1941, rééd. 2013). Les illustrations un peu désuètes ne manquent pourtant pas de charme. Elles alternent des doubles pages en couleur et des petites scénettes en noir et blanc. Elles mettent bien en avant la liberté retrouvée par le petit ours en peluche le temps d’une journée et les petits plaisirs qui l’accompagnent: marcher dans la neige, jouer avec un roitelet farceur ou encore manger du miel; ce qui rend très touchante la chute de l’histoire.

Puis nous lisons un second album jeunesse reprenant le texte de Marie Colmont mais en le découpant différemment par pages et illustré cette fois de façon plus moderne et sur des doubles pages colorées avec la prédominance d’un bleu neigeux par Olivier Tallec (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 2011), tout en gardant l’esprit des illustrations originelles. Par le format des illustrations, Michka apparaît si petit et fragile dans cette impressionnante forêt enneigée. Il est heureux malgré le froid de l’hiver et son inexpérience de la vie au grand air et fait preuve de grande générosité en aidant le Renne de Noël dans sa tournée.

Quelle jolie histoire dans l’esprit de Noël, même si elle peut paraître triste, en compagnie de cet adorable petit ours en peluche qui choisit de rester un jouet auprès d’un enfant! Nous lui souhaitons d’ailleurs que celui-ci soit bien plus gentil que la petite fille, en le choyant avec beaucoup d’amour. 

Je rajouterai enfin pour conclure ce billet que depuis quelques mois, j’ai pris l’habitude de regrouper différentes versions d’une même histoire car je considère que pour un même texte, des illustrations différentes apportent d’autres éclairages dans la compréhension de l’histoire. J’ai ainsi apprécié ici de rapprocher nos deux lectures en mettant côte à côte des passages identiques, avec dans les deux cas, un petit ourson très expressif. Mon ressenti, certes d’adulte, a été différent selon l’illustrateur, chacun des deux n’ayant pas appuyé sur les mêmes aspects du texte de Marie Colmont. Et vous et vos enfants, avez-vous lu ces deux versions ou l’une d’elles? Qu’en avez-vous pensé?

Participation #1 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib

Challenge Christmas Time de MyaRosa #Album jeunesse

Participation #3 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Pot de miel

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Prénom: « Michka »

Participation #1 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie

Une peluche Hibou en feutrine

Après Isabelle et Syl, me voici à faire aussi une chouette en feutrine d’après un tuto partagé par Mes Madeleines sur le groupe FB du Challenge Halloween et venant du blog d’Erica Catarina. A regarder d’un peu plus près le patron, il y a des aigrettes sur la tête. Alors ne serait-ce pas plutôt un hibou? Nous pensons alors à Bébé chouette d’Un peu perdu de Chris Haughton et aussi à Georges Hibou dans la série Edmond et ses amis d’Astrid Desbordes et Marc Boutavant. Alors lequel choisir? Nous partons sur celui de notre dernière lecture avec un hibou, Edmond et ses amis, La pièce secrète (éd. Nathan, 2020).

Au départ, je pensais le faire seule comme activité de couture mais c’était sans compter sur mon assistant qui voulait le faire aussi. Alors finalement notre Georges Hibou est devenu une petite peluche à quatre mains. Mon assistant a choisi les couleurs pour être le plus proche du personnage. Puis j’ai tout coupé dans les morceaux de feutrine. Au lieu de les coudre, les plus petits bouts de feutrine ont été collés. J’ai ensuite cousu le contour pour l’assemblage avant que nous rembourrons l’intérieur avec des nicofibres. Nous en faisons ensuite un deuxième hibou sur le même modèle mais cette fois avec des yeux mobiles. 

Pour d’autres idées de bricolage du 27 octobre 2020: un mobile d’automne chez Isabelle, une Jack O’Lantern chez Syl et des chauve-souris et une couronne « yeux de tritons » chez Chicky Poo.

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Loisirs créatifs

Mardi bricolage et couture chez Syl

Une photo kitsch

Pour la semaine 49 du Projet 52-2019 de Du côté de chez Ma’, le thème est « Kitsch« . J’avais pensé d’abord illustrer ce thème par une photo prise ce jour lors de notre sortie au circuit des crèches de Lucéram. Mais finalement, je me suis rappelée d’une photo prise lors d’une sortie à Tourrette-Levens au cours de laquelle nous étions tombés nez à nez sur cette drôle de diseuse de bonne aventure. A vous de juger, kitsch ou pas?

Au fil des pages avec Fais-moi une petite place

Nous lisons Fais-moi une petite place! de Susan Perez (éd. Lito, 2005). Max, un petit ours, est fort contrarié lorsqu’arrive Coco, une petite lapine. Il doit tout partager avec elle, même Zoé. Ces deux peluches arriveront pourtant à s’apprécier et à ne plus pouvoir être séparées l’une de l’autre. En effet, Max et Coco se testent, se chamaillent et finissent par devenir amis. Les thèmes abordés sont joliment illustrés à travers ces deux petits personnages attachants.

Cet album jeunesse peut faire écho à l’arrivée d’un nouveau-né dans une famille. L’histoire (notamment le moment où Max pousse Coco du lit) peut permettre également aux tout-petits d’aborder le vivre ensemble au sein d’un groupe d’enfants, comme par exemple lorsqu’ils ont envie au même moment de jouer avec un même objet (comme un toboggan au parc) ou avoir l’attention d’une même personne (comme un parent dans une fratrie, la maîtresse ou le professeur à l’école).

Challenge Petit Bac d’Enna – #1 catégorie Adjectif « Petite »

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑