Étiquette : nature (Page 1 of 12)

Au fil des pages avec L’étrange mystère du lac perdu

Nous lisons et relisons L’étrange mystère du lac perdu de Paddy Donnely (éd. Kimane, 2022), un album jeunesse à partir de 3 ans. En Irlande du Nord, Ella va chez son grand-père qui vit au bord du lac Loughareema avec la loutre Cara. Un étrange mystère entoure ce lac qui disparaît régulièrement. La petite fille percera-t-elle ce mystère?

Il y est question de la découverte de la Nature, d’émerveillement qui fait la part belle à l’imagination, la fantaisie et à la magie mais aussi d’une belle complicité intergénérationnelle entre un grand-père et sa petite fille, le grand-père d’Ella s’amusant à émettre des hypothèses farfelues et rigolotes, certaines renvoyant à la paréidolie ou aux légendes et guère scientifiques pour expliquer cette disparition en désignant tour à tour comme auteurs des moutons, un géant, des sirènes ou bien encore des narvals… Mais la petite fille n’est pas dupe et tente de donner une explication scientifique.

Les illustrations sont très jolies et donnent envie de s’évader comme eux dans la Nature. Cela me rappelle d’ailleurs des paysages de mon voyage en Irlande du Sud. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui se termine sur une double page documentaire sur le lac Loughareema, avec cette fois une explication scientifique de ce phénomène naturel!

Participation #10 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #77 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Irlande

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Lieu: « Lac »

Participation #10 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Rêveries au bord de l’eau/Méfiez-vous de de l’eau qui dort

Participation #23 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Légende

Au fil des pages avec Ours et les choses

En juillet 2021, nous avions lu Ours et les choses d’Andrée Prigent (éd. Didier Jeunesse, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans. Depuis qu’il a trouvé une carriole dans la forêt, Ours s’est recroquevillé sur lui-même, amassant des tas d’objets inutiles. Obnubilé par sa prochaine trouvaille, tête baissée sur sa carriole, il ne voit même pas la tempête arriver. Et si l’alouette lui permettait d’ouvrir à nouveau les yeux sur le monde qui l’entoure et de retrouver sa joie de vivre?

Les illustrations en linogravure tout en bleu indigo avec des touches orangées sont épurées et adoucissent le propos de l’histoire. Il y est question de repli sur soi, de surconsommation et de mal-être. Un bon moment de lecture avec cet album jeunesse qui nous rappelle, si besoin était, de vivre pleinement, de profiter de la Nature et de ne pas s’enfermer dans un consumérisme aveuglant!

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Animal: « Ours »

Participation #74 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Au fil des pages avec Anne de Green Gables

L’année dernière, j’avais lu Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2020, 384 pages), un roman jeunesse à partir de 13 ans et à la magnifique couverture pleine page de Paul Blow. Dans ce roman initiatique, on suit l’histoire d’Anne Shirley de ses 11 à 16 ans et de son quotidien dans la petite ville d’Avonlea, sur l’île du Prince Édouard, au Canada, à la fin du XIXe siècle.

Jeune orpheline de 11 ans, Anne Shirley est adoptée par erreur par la sévère Marilla et le timide Matthew Cuthbert, une sœur et un frère âgés et sans enfants qui voulaient adopter un garçon pour les seconder dans les travaux de la ferme de Green Gables. La jeune fille vient chambouler leur quotidien bien rôdé en leur redonnant le sourire. Ont-ils fait le bon choix en gardant auprès d’eux cette enfant maigrichonne et rousse avec des taches de rousseur qui parle beaucoup trop et qui a tendance à rêvasser? Anne a-t-elle enfin trouvé le foyer tant de fois rêvé auprès d’eux, après une enfance solitaire, dans la pauvreté, sans joie, amour ni amis et à s’occuper d’enfants en bas âge?

Au fil des années, Anne s’épanouit et trouve sa place au sein de la petite communauté d’Avonlea, que ce soit au sein d’une famille aimante que représente Marilla et Matthew ou à l’école, entretenant une amitié forte avec son amie de cœur Diana Barry du même âge qu’elle ou une rivalité tenace avec Gilbert Blythe de 3 ans son aîné pour être premier de la classe puis plus tard pour réussir l’examen d’admission à Queen’s pour devenir institutrice.

Bavarde, sans filtres et tête en l’air, la jeune fille commet maladresses sur maladresses, que ce soit ses coups de colère à l’encontre de Rachel Lynde ou Gilbert Blythe, ses erreurs qui prennent des proportions tragiques lorsqu’elle sert par exemple du vin de groseille à Diana au lieu du sirop de framboises lors de leur après-midi thé, lorsqu’elle fait un gâteau au liniment analgésique au lieu de la vanille…

D’une sensibilité à fleur de peau, le moindre événement peut prendre des proportions gigantesques, que ce soit dans une joie extrême lorsque par exemple Matthew lui offre pour Noël une robe aux manches bouffantes ou bien dans un désespoir profond lorsque Marilla a perdu sa broche d’améthyste et accuse Anne ou bien encore lorsque l’adolescente se teint les cheveux en vert…

De même qu’elle le fait avec son quotidien, la jeune fille transforme et sublime la Nature qui l’entoure en quelque chose de merveilleux, romantique ou féérique, comme c’est le cas avec le Chemin blanc des délices, le Lac scintillant ou bien encore le Sentier des amoureux…

L’autrice transpose avec tendresse et humour les états d’âme d’Anne, pleine d’imagination dans ce qu’elle vit et ressent et qui l’emporte très souvent dans de grandes envolées lyriques et mélodramatiques. Anne se révèle très attachante au point qu’elle arrive à se faire aimer de tout son entourage. Pleine de vie, elle ne laisse personne indifférent. Il est très agréable de voir grandir Anne et de voir le monde à travers elle, elle qui s’émerveille d’un rien. Coup de cœur pour ce premier tome des aventures d’Anne Shirley, une jeune fille certes rêveuse mais pétillante, vive et intelligente!

Au cours de ma lecture, je me suis rappelée des passages du premier des trois téléfilms canadiens de Kevin Sullivan, Le bonheur au bout du chemin (1985) avec Megan Follows dans le rôle d’Anne Shirley et que j’avais vus il y a très longtemps à la télévision quand j’étais adolescente, sans savoir, à l’époque qu’il s’agissait d’une adaptation d’un roman paru pour la première fois en 1908.

Pour un autre avis sur ce tome 1: MissyCornish.

Participation #8 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Retour aux sources

Participation #11 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique canadien

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Couleur: « Green »

Participation #71 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Canada

Semaine 32 du Projet 52-2022: Été

Pour la semaine 32 du Projet 52-2022 de Du côté de chez Ma’, le thème est « Été« . L’été dans le Sud, il y a bien sûr la mer (et la montagne), les glaces, les soirées sous les étoiles et aussi les cigales. J’ai donc choisi pour illustrer ce thème des photos prises hier après-midi dans le parc de Vaugrenier, à l’ombre des arbres et sous les chants de cigales. Il s’agit d’une carapace de cigale après sa mue imaginale découverte par les enfants alors qu’ils s’amusaient à construire une cabane. C’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le cycle de vie de la cigale.

Au fil des pages avec Abeille et épeire

Nous avons emprunté à nouveau à la médiathèque Abeille et épeire d’Émilie Vast (éd. MeMo, 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans. Une abeille et une épeire discutent entre elles après que l’abeille a été prise dans la toile de l’araignée, chacune expliquant leurs tâches quotidiennes, sous le regard discret d’un petit garçon. Bien que différentes, les deux jouent un rôle important dans la Nature, bien que l’abeille soit plus appréciée que l’araignée.

Il y est ainsi question d’écologie et de préservation de l’environnement, l’autrice présentant son histoire avec de nombreuses informations comme on pourrait les trouver dans des documentaires jeunesse animaliers.  Un bon moment de lecture instructif avec cet album jeunesse aux très jolies illustrations naturalistes et bien reconnaissables d’Émilie Vast!

Épeire – Étangs de Villepey

Nous avions emprunté pour la première fois à la médiathèque cet album jeunesse après avoir observé en août 2020 une épeire aux étangs de Villepey. Nous avions pu la voir pendant un long moment puisqu’elle n’avait pas bougé du milieu de sa toile. C’est certes une araignée commune. Pour autant, il est bien plus facile d’observer dans la Nature les abeilles butiner.

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Animal: « Épeire »

Participation #64 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑