Étiquette : nature (Page 1 of 10)

Au fil des pages avec Graine de carotte

Nous relisons en ce moment Graine de carotte de Claire Garralon et Cécile Hudrisier (éd. Didier Jeunesse, 2019), un  album jeunesse à partir de 3 ans et que nous avions également beaucoup lu au printemps, l’année dernière. Un lundi matin de printemps, Petit Lapin est impatient de planter une graine de carotte, contrairement à Moyen Lapin et Grand Lapin qui ne cessent de reporter au jour suivant cette plantation. Parviendra-t-il à planter cette graine?

Au fil de la semaine, se dessine également en arrière-plan l’histoire d’un couple de rouges-gorges qui fabrique son nid pour accueillir son petit. Il y est ainsi question d’enthousiasme (et d’énergie) enfantine, d’impatience, de persévérance face à des parents blasés par leur quotidien et qui en oublient de s’émerveiller des petits riens comme Petit Lapin. Pour une exploitation pédagogique, cet album jeunesse permet d’aborder les jours de la semaine, les notions de contraste (petit, moyen et grand avec le trio de lapins), le cycle de la plante, le cycle de vie de l’oiseau ou bien encore le fait de grandir…

Nous apprécions toujours autant les jolies illustrations de Cécile Hudrisier qui apportent humour et tendresse au trio de cette histoire printanière. Comme dans La petite poule rousse, l’illustratrice s’amuse à détourner les noms de magazine. Coup de cœur pour cet album jeunesse dans lequel le jeune lecteur pourra facilement se reconnaître dans Petit Lapin! Et au passage, je valide la catégorie « Légume » du Menu complet du challenge Des livres (et des écrans) en cuisine.

Participation #16 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Menu complet (Légume/Carotte)

Participation #33 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Au fil des pages avec Le cerf-volant de Toshiro

Lors d’un Mois au Japon 2021, nous avions lu Le cerf-volant de Toshiro de Ghislaine Roman et Stéphane Nicolet (éd. Nathan Jeunesse, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans selon l’éditeur (mais je dirai plutôt 5/6 ans) et qui a fait partie de la sélection CE1 du 31e Prix des Incos en 2020.  Un jour de printemps, un petit garçon mutique vient de finir de fabriquer un cerf-volant avec son grand-père âgé et au dos voûté. Ils lancent le cerf-volant mais son grand-père ne peut le voir dans le ciel. Le petit garçon a alors l’idée de le lui montrer grâce à une flaque d’eau. Et c’est ainsi que les saisons défilent.

Les jolies illustrations épurées avec quelques touches de couleurs qui font penser aux estampes japonaises accompagnent un texte mettant en avant l’amour intergénérationnel entre un petit garçon et son grand-père, chacun des deux prenant soin de l’autre et profitant du temps passé ensemble à observer la Nature qui les entoure pendant que le cerf-volant est lancé. Un très bon moment de lecture avec cette bienveillante, tendre et complice relation se tissant au fil des saisons!

Participation #6 Un Mois au Japon 2022 d’Hilde et Lou #Album jeunesse

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Objet: « Cerf-volant »

Participation #30 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Pause ciné: Le Conte de la princesse Kaguya

Pour la journée dédiée à  Isao Takahata du Mois au Japon 2021, j’avais regardé, sans le chroniquer, Le conte de la princesse Kaguya d’Isao Takahata, film d’animation japonais de 2013 du Studio Ghibli, à partir de 10 ans et s’inspirant d’un conte traditionnel japonais, Le conte du coupeur de bambou datant sans doute du IXe ou Xe siècle.

Alors qu’il est en train de travailler dans une bambouseraie, un vieux et pauvre paysan découvre dans un bambou lumineux une toute petite princesse magique. Il l’emmène chez lui la montrer à sa femme. La petite princesse se transforme alors en un bébé que le couple élève avec beaucoup d’amour.

La jeune fille grandit de façon spectaculaire et est surnommée « Pousse de bambou » par les autres enfants. Pleine d’insouciance, elle s’éveille à la vie et ressent ses premiers émois amoureux.

De son côté, son père adoptif découvre également, au fil des ans, de l’or et des habits précieux et décide de préparer, avec sa femme, un bel avenir à la petite fille en lui achetant une grande et honorable maison en ville. Un soir, la jeune fille part suivre l’instruction réservée aux familles aisées en ville, laissant derrière elle ses amis et sa douce enfance à la campagne. Pour échapper à ce destin, la jeune femme devra-t-elle demander l’aide des siens sur la Lune?

Une fois en ville, la jeune fille continue sa croissance de manière plus normale et se plie, plus ou moins, aux exigences dues à son nouveau rang de princesse. Ses parents, surtout son père, pensent lui apporter le bonheur en lui trouvant un bon parti parmi les hauts responsables du pays. Sa beauté semble sans égale au point d’attirer l’attention de l’Empereur lui-même. Mais sa part d’innocence et de joie part d’elle de façon inéluctable.

Il y est ainsi question de la condition de la femme au temps du Japon médiéval, soumise aux coutumes et traditions ancestrales qui enferme les filles dans un destin tout tracé pour elles et qui les dépossèdent de leur corps et de leurs pensées même si Pousse de bambou tente d’y résister comme lorsqu’il sera l’heure d’être mariée et qu’elle se souviendra de son amour de jeunesse.

Il s’agit également d’une quête d’identité, Pousse de bambou n’étant pas une fille ordinaire mais une petite princesse magique qui commence à se rappeler petit à petit son passé et éprise de liberté. Après avoir connu une enfance heureuse dans la simplicité et entourée d’amis et une adolescence solitaire aux règles strictes et codifiées pour devenir une femme honorable, Pousse de bambou tente de trouver sa place.

Aux premières minutes de visionnage de ce film d’animation, j’ai été déstabilisée par le choix de la technique d’animation étant plus habituée aux films d’animation de Myasaki, cofondateur avec Tahakata du studio Ghibli. Puis je me suis laissée porter par l’histoire au rythme lent et qui commence un peu comme La petite Poucette d’Hans Christian Andersen (1835) mais sans sa fin joyeuse.

Pour poursuivre la découverte de cette légende japonaise, j’avais également lu une autre version: Kaguya, Princesse au clair de lune d’Alice Brière-Haquet et Shiitake (éd. Nobi! Nobi!, coll. Soleil Flottant, 2016), un album jeunesse à partir de 6 ans. J’ai ainsi pu constater des différences notables, l’accent étant mis sur l’histoire d’amour tragique entre la jeune femme et l’Empereur et offrant également une origine légendaire au Mont Fuji.

Pour illustrer ce billet, j’ai pris des images libres de droits que le Studio Ghibli a rendu disponibles sur son site. N’hésitez pas à y aller si l’univers Ghibli vous plaît car il y plusieurs centaines d’images issues du Conte de la princesse Kaguya et de leurs autres films d’animation.

Pour un autre avis: Kiona.

Participation #3 Un Mois au Japon 2022 d’Hilde et Lou #Film d’animation

Participation #11 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Conte japonais

Participation #26 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France (autrice) et Japon (illustratrice)

Participation #4 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Conte traditionnel japonais

Au fil des pages avec Les Petits Papis en gris

Nous lisons Les Petits Papis en gris de Marie-Sabine Roger et Aline Bureau (éd. Sarbacane, 2005), un album jeunesse à partir de 4 ans. Chaque nuit, une petite fille note dans son carnet de bord toutes les observations et informations qu’elle collecte la nuit sur les petits papis en gris. Elle est la seule à les voir. Qui sont-ils?

Il se dégage beaucoup de douceur et de poésie tant du texte que des illustrations. Amoureuse de la nature, la petite fille s’émerveille des découvertes qu’elle peut y faire, notamment les petits papis en gris qui ressemblent à bien des égards à des papillons allant de fleur en fleur et qui récoltent de nombreuses petites choses dans leur capuchon.  Un bon moment de lecture onirique, bucolique et merveilleux auprès du petit peuple!

Participation #1 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Participation #20 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Famille: « Papis »

Billet de suivi: Challenge Cottagecore 2022

MissyCornish organise pour la deuxième année son Challenge Cottagecore qui aura lieu du 30 mars au 30 septembre 2022. Comme l’année dernière, elle a prévu un programme facultatif que je vais essayer de suivre le plus possible, cinq catégories et des défis autour d’histoires bucoliques et champêtres. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog.

Ce billet sera actualisé au fil des mois en tenant compte uniquement de nos lectures champêtres tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Catégorie « Promenons-nous dans les bois » (des histoires se déroulant en pleine campagne, dans la forêt, peut-être loin de la civilisation… nature writing et contes pour enfants mettant en scène les animaux…)

  • Les Petits Papis en gris de Marie-Sabine Roger et Aline Bureau (éd. Sarbacane, 2005), un album jeunesse à partir de 4 ans et dans lequel une petite fille note dans son carnet de bord toutes les observations et informations qu’elle collecte la nuit sur les petits papis en gris et qui ressemblent à bien des égards à des papillons. Un bon moment de lecture onirique, bucolique et merveilleux!
  • (Album jeunesse) le tome 16 de Rita et Machin, Joyeuses Pâques Rita et Machin de Jean-Philippe Arrou-Vignod et Olivier Tallec (éd. Gallimard Jeunesse, 2013), un album jeunesse à partir de 4 ans avec une chasse aux œufs de Pâques à la campagne, chez les grands-parents de Rita, une petite fille et de son chien Machin
  • (Roman jeunesse) Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame (éd. Libretto, rééd. 2021, 215 pages), un roman jeunesse paru pour la première fois en 1908
  • (BD jeunesse) Le Vent dans les Saules de Michel Plessix, d’après Kenneth Grahame (éd. Delcourt), une BD jeunesse en 4 tomes pour le premier cycle
  • (Album jeunesse) Le pique-nique de la famille Souris (éd. L’école des loisirs, 1988, rééd. 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans tout mignon et aux jolies illustrations dans lequel nous suivons la famille Souris partir en pique-nique et que nous relisons régulièrement depuis que nous l’avons découvert à la médiathèque il y a trois ans.
  • (Roman jeunesse) le tome 1 de Taupe & Mulot, Les beaux jours d’Henri Meunier et Benjamin Chaud (éd. Hélium, 2019, 64 pages), un roman jeunesse à partir de 5 ans et regroupant trois histoires printanières et champêtres de deux amis, Taupe et Mulot au caractère bien différent mais complémentaire: parties de pêche, séance de peinture en plein air ainsi que Taupe toujours aussi maladroit en amour mais bien plus constant en amitié, quelle que soit la saison… Encore un très bon moment de lecture!
  • (Album jeunesse) L’Arbre de Sobo de Marie Sellier et Charlotte Gastaut (éd. de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2018), un album jeunesse grand format à partir de 6 ans.

Catégorie « Les propriétés et jardins dissimulés » (secrets de familles, sagas familiales à la campagne dans un cottage ou manoir)

  • (BD jeunesse) le tome 1 du Jardin secret de Maud Begon, d’après Frances H. Burnett (éd. Dargaud, 2021), une BD jeunesse adaptant le roman éponyme, lu l’année dernière et dont un second tome n’est pas encore paru
  • (Album jeunesse) Le jardin secret de Brigitte Barrager, d’après Frances H. Burnett (éd. Deux Coqs d’Or, 2019), un album jeunesse à  partir de 3 ans et adaptant pour les plus jeunes lecteurs le roman éponyme
  • (Roman) La saison des roses de Victoria Connelly (éd. Amazoncrossing, 2017, 344 pages), un roman qui se déroule quelques semaines après le décès de la mère de trois sœurs, Céleste, Évelyne et Gertrude Hamilton. Elles ont hérité de la roseraie familiale et du manoir en bien mauvais état. Un moment de lecture agréable avant tout pour cette immersion dans la roseraie familiale et bien moins pour le côté romance!
  • (Roman adulte) le tome 4 du cycle 3, L’ombre du chardon, Fuki-no-tô d’Aki Shimazaki (éd. Actes Sud, 2018, 146 pages), un court roman dont le titre signifie Pétasite du Japon et qui se déroule quelques années après les événements du premier tome, Azami, la petite ferme biologique d’Atsuko Kawano désormais âgée de 40 ans, ayant pris de l’ampleur.

Catégorie « Rêveries au bord de l’eau/Méfiez-vous de de l’eau qui dort » (des histoires qui se déroulent au bord de la mer, d’un étang, marais tout en conservant une ambiance champêtre et romantique ou un peu plus sombre voire même quelque peu gothique)

  • (Roman) L’auberge de la Jamaïque de Daphné Du Maurier (éd. Le livre de poche, n°77, 1941, rééd. 2021, 318 pages), un roman que m’avait offert l’année dernière MissyCornish après ma participation à son challenge Cottagecore
  • (Romance feel-good) L’irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses (éd. NiL, 2018, 422 pages), une romance feel-good et légère se déroulant dans un toute petite ville côtière du Maine. Un bon moment de lecture avec des passages de gourmands comme les muffins aux myrtilles et qui fait la part belle à la vie simple et paisible au bord de l’eau!

Catégorie « La littérature Cottagecore fait son cinéma/soirée ciné popcorn » (des films ou séries télévisées qui prennent pour cadre un décor particulièrement champêtre avec pourquoi pas une demeure ancienne (château, cottage, manoir) typiquement anglo-saxons dans une petite bourgade perdue de campagne et des costumes d’époque)

Il y a également une cinquième catégorie: « The cottagecorelifestyle » (magazines, documentaires autour du jardinage, couture, cuisine, ambiances cocooning).

Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑