Étiquette : misère

Au fil des pages avec Le souffleur de rêves

J’emprunte à la médiathèque Le souffleur de rêves de Bernard Villiot et Thibault Prugne (éd. Gautier-Languereau, 2015), un album jeunesse à partir de 6 ans. Au Nord de Venise, sur l’île de Murano, Zorzi, un jeune orphelin devient apprenti souffleur de verre d’un maître-verrier. Mais blessé et devenu infirme le jour de ses 15 ans, il est chassé et se retrouve seul et sans ressources dans l’île. Il poursuit malgré tout son rêve de devenir à son tour maître-verrier en rentrant la nuit dans les ateliers pour souffler le verre. Une nuit, il fait la connaissance de Giacomo, un jeune mendiant à qui il offre une bulle de rêve. C’est alors que le don de Zorzi fait le tour de l’île en apportant de la joie des enfants en enchantant leurs nuits de doux rêves colorés mais aussi en provoquant de vives et dangereuses jalousies chez les maître-verriers.

Quel joli conte que nous découvrons au fil des pages! L’histoire aborde de façon douce et magique la persévérance, la tolérance et le droit de croire en ses rêves. Malgré les difficiles conditions de vie, Zorzi transcende sa condition d’orphelin boiteux. Les illustrations sont magnifiques tout en merveilleux et onirisme, à l’instar des pages de garde. Coup de cœur pour cet album jeunesse rempli de chaleur et d’optimisme pour apporter de beaux rêves au jeune lecteur!

Participation #36 Contes & Légendes 2020 de Bidib

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Mot au pluriel: « Rêves »

Au fil des pages avec Princesse Sara

J’emprunte à la médiathèque les deux premiers tomes de Princesse Sara d’Audrey Alwett, Nora Moretti et Claudia Boccato (éd. Soleil, coll. Blackberry, 2011), une BD jeunesse d’après le roman, La petite princesse de Frances Hodgson Burnett publié en 1905. Cette série comprend actuellement 12 tomes, les quatre premiers reprenant le roman tout en y apportant quelques variantes notamment dans un style Steampunk avec l’introduction de live-dolls et automates.

Dans le tome 1, Pour une mine de diamants, je découvre la jeune Sara Crewe avec son père, Ralph Crewe à la recherche de sa nouvelle poupée, Emily dans les rues de Londres avant son arrivée au pensionnat de jeunes filles tenu par la redoutable Miss Minchin. Miss Amelia n’est plus la jeune sœur de Miss Minchin mais son assistante automate un brin usagée. Miss Minchin, ressentant immédiatement de l’amerture et du mépris à l’égard de la jeune Sara, n’en oublie pas de la mettre en valeur à la moindre occasion, ne pensant qu’à l’immense richesse de Ralph Crewe, propriétaire d’une fabrique familiale d’automates florissantes et qui a investi dans une mine de diamants aux Indes. Mais cette vie de princesse peut-elle toujours durer? Comme dans le roman, la douceur et la générosité de Sara l’amènent à se lier d’amitié avec la jeune domestique Becky, une autre pensionnaire, Ermengarde Saint-John et à devenir la mère « adoptive » de Lottie, une orpheline de mère tout comme elle de 4 ans. Je retrouve également Mariette, la femme de chambre automate de Sara et une autre pensionnaire, la mesquine Lavinia, jalouse de Sara. Les autrices ont réussi à retranscrire à merveille l’atmosphère du roman, le caractère à la fois adulte et rêveur de Sara, la « Petite Madame » comme l’appelait son père, tout en apportant leur touche personnelle.

Puis dans le tome 2, La Princesse déchue, je reprends l’histoire là où elle s’était arrêtée, le jour fatidique de son douzième anniversaire. Sara Crewe est désormais réduite à être une domestique du pensionnat au même titre que la jeune Becky, vivant dans une chambre mansardée et insalubre du grenier. Vêtue d’un simple ensemble noir bien trop petit pour elle, elle enchaîne les dures besognes et les privations. Son état de santé se détériore. Mais elle garde pourtant son tempérament, sa force de caractère et son imagination débordante pour survivre à la faim, au froid et aux mauvais traitements, ce qui a le don d’énerver encore plus Miss Minchin qui voudrait la voir briser. Elle continue de faire répéter aux plus jeunes filles le Français et s’avère utile dans la réparation d’Amélia. Comme dans le tome précédent, les autrices suivent l’histoire du roman avec la déchéance de Sara, sa rencontre avec la « Grande Famille » (même si un quatrième enfant, James est inventé à la famille Carmichael), l’arrivée de M. Carrisford et de son serviteur, Ram Dass, Melchisédec, le rat apprivoisé… Les mêmes émotions me submergent comme à la lecture du roman ou lorsque moi-même enfant, dans les années 80, je regardai le dessin animé Princesse Sarah.

Coup de cœur pour cette adaptation réussie du roman de Frances H. Burnett! Les illustrations, parfois mangaïsées, sont magnifiques. J’ai hâte de lire les autres tomes et surtout le nouveau cycle à partir du tome 5 dévoilant Sara Crewe adulte et retournant aux Indes.

année

Participation #4 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine #adaptation

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Prénom: « Sara » et #5 Catégorie Lieu: « Mine de diamants »

Au fil des pages avec Oliver Twist

J’emprunte à la bibliothèque Oliver Twist de Juliette Saumande et Daniela Volpari, d’après Charles Dickens (éd. Auzou, 2012), un album jeunesse adapté pour les plus jeunes lecteurs à partir de 7 ans selon l’éditeur. Cet album jeunesse grand format est très joliment illustré et reprend les moments importants et les principaux protagonistes du roman de Charles Dickens publié sous forme de feuilletons de 1837 à 1839. Nous suivons les aventures, ou plutôt les mésaventures, d’un jeune orphelin d’environ 9 ans, Oliver Twist placé dans un sombre orphelinat au XIXème siècle. Pour avoir voulu demander une ration supplémentaire de nourriture, il est puni et placé comme apprenti chez un croque-mort. Fuyant à nouveau, il part pour Londres pour, espère-t-il, une meilleure vie. Arrivera-t-il à avoir une vie plus joyeuse? Cette adaptation n’épargne pas tous les épisodes sombres de la vie d’Oliver Twist comme la misère, la maltraitance et la prison. Mais elle n’en oublie pas non plus les moments heureux, comme lorsqu’il est recueilli quelques temps à la campagne.  Les illustrations de Daniela Volpari ajoutent une touche poétique au texte et plongent le jeune lecteur dans l’univers londonien du XIXème siècle. Un très jolie adaptation de ce classique anglais pour des jeunes lecteurs avertis!

année

Participation #3 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine #aventure/quête initiatique

Participation #145 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Son: « Twist »

Au fil des pages avec Un chant de Noël

J’emprunte à la bibliothèque Un chant de Noël de Lucie Papineau et Stéphane Poulin, d’après Charles Dickens (éd. Dominique et compagnie, 2004), un album jeunesse à partir de 4 ans selon l’éditeur. Dans cette version revisitée, point de vieux monsieur avare et grincheux Scrooge ni le fantôme de son ancien associé, Marley, mais à la place un riche orphelin Boustru détestant Noël et une souris lui montrant la magie des Noëls passés, présents et futurs. Sont ainsi opposés les destins de Boustru – enfermé dans la misère affective et la solitude – et des enfants abandonnés – subissant la misère financière, la pauvreté et la maladie.  Mais Boustru parviendra-t-il à nouveau à se laisser imprégner de l’esprit de Noël et se remettre du deuil de ses parents? Entre tristesse et espoir, le texte est poétique et porté par de jolies illustrations, notamment à travers le sort des enfants abandonnés, ces derniers arrivant par leur amitié et leur entraide à s’apporter mutuellement un peu de chaleur et de bonheur malgré leur pauvreté. Les protagonistes prennent les traits d’animaux familiers des enfants, l’histoire se déroulant à l’époque de Dickens, à la fin du XIXème siècle. Une bien touchante histoire de Noël! Mais elle peut être un peu trop dure pour les jeunes lecteurs au vu des thèmes abordés. A lire pour propager l’esprit de Noël!

Participation #1 Challenge Contes de Noël de Bidib

Challenge Il était 7 fois Noël de Chicky Poo et Samarian

Participation #105 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #16 catégorie Prénom: « Noël »

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑