Étiquette : famille (Page 1 of 21)

Au fil des pages avec Frankenstein

Pour une lecture commune avec Hilde et Nathalie, j’ai relu Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley (éd. GF Flammarion, coll. Étonnants Classiques, n°2128, rééd. 2001, 192 pages), un roman fantastique gothique paru pour la première fois en 1818, précurseur de la science-fiction et que j’avais déjà lu il y a bien 25 ans, après avoir vu des adaptations en film, que ce soit celui des années 30 ou celui de Kenneth Branagh dans les années 90.

Au XIXe siècle, lors d’une expédition au pôle Nord, l’explorateur Robert Watson sauve le Dr. Victor Frankenstein, un homme affaibli, délirant, tourmenté et poursuivant un monstre que l’équipage a aperçu quelques jours auparavant sur la banquise. Afin de mettre en garde l’explorateur chez qui il voit la même inclinaison, le docteur recueilli et mourant lui raconte alors le début de sa vie, de sa jeunesse à ses années d’études scientifiques qui l’ont amené à créer un monstre vivant. Le scientifique l’ayant rejetée immédiatement après lui avoir donné vie, la créature le pourchasse, en tuant un à un son entourage familial et amical jusqu’à lui enjoindre de lui créer une femme à son image pour rompre sa solitude et afin d’éviter sa vengeance. Malgré sa lâcheté et ses états d’âme, le Dr. Frankenstein le fera-t-il?

Dans ce récit à la fois épistolaire et à la première personne, la structure en abîme permet de passer d’un point de vue à un autre, celui de l’explorateur puis du scientifique puis du monstre pour revenir à celui du scientifique puis de l’explorateur. Elle reflète ainsi cette spirale de haine meurtrière et de solitude infinie qui consume à la fois le scientifique et sa créature.

Il y est question de la nature humaine, de libre-arbitre, de monstruosité, des apparences trompeuses… La folie créatrice du scientifique apparaît bien plus monstrueuse que la créature à l’apparence hideuse tout comme sa lâcheté, le Dr. Frankenstein rejetant sa création à l’instant même où il la voit prendre vie. De son côté, la créature qui n’aura jamais aucun nom tente de faire voir aux autres au-delà de l’apparence, apprenant à parler, lire et à survivre dans un monde humain qui le rejette. On ressent alors bien plus de compassion à l’égard de la créature que du scientifique.

J’ai apprécié tout autant cette relecture même si différemment  car il y a des thèmes qui prennent une autre importance comme l’éducation et in fine la parentalité ou la Justice, au vu des notions philosophiques étudiées à la fac ou de mon expérience professionnelle. Âgée d’à peine 19 ans lorsqu’elle a écrit ce court roman, Mary Shelley n’en était pas moins cultivée, son récit renvoyant par exemple à des oppositions philosophiques traditionnelles Nature/Culture, Rousseau/Locke ou bien encore à l’essor du tourisme en montagne et des grandes explorations…

D’ailleurs, il y a deux ans, lors du challenge Halloween 2020, j’avais lu L’ombre du Golem d’Éliette Abécassis et Benjamin Lacombe (éd. Flammarion Jeunesse, 2017), un roman illustré à partir de 13 ans. J’avais alors noté les ressemblances entre le Golem et le monstre de Frankestein, tous deux animés par l’argile. De même, m’est venue en tête la citation célèbre de Rabelais, dans Pantagruel: « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Enfin, avec cette relecture, j’ai eu envie de lire des adaptations en BD jeunesse de cette histoire, plus ou moins fidèles: Duckenstein de Bruno Enna et Fabio Celoni (éd. Glénat, 2020, 76 pages) et le premier tome du triptyque Frankenstein de Marion Mousse et Marie Galopin (éd. Delcourt, coll. Ex-Libris, 2007, 48 pages).

Pour d’autres avis sur ce classique: MissyCornish, Hilde et Nathalie.

Participation #21 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #Monstre

Participation #15 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique anglais

Participation #106 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

Orange et Jaune Vilain Mignon Halloween Affiche

Participation #14 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Rêveries au bord de l’eau/Méfiez-vous de de l’eau qui dort

Nos lectures « Coraline »

Cette année, pour le Challenge Halloween 2022, j’ai eu envie de relire Coraline de Neil Gaiman en lecture commune avec Syl que j’avais déjà lu il y a deux ans mais que je n’avais pas encore chroniqué.

  • (Roman jeunesse) Coraline de Neil Gaiman

En juin 2020, j’avais lu Coraline de Neil Gaiman (éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Wiz, rééd. 2019, 171 pages), un roman jeunesse paru pour la première fois en 2002 pour les adolescents, à partir de 12/13 ans et à la très jolie illustration de couverture de Benjamin Lacombe.

En cette fin d’été pluvieuse et à l’approche de la rentrée des classes, Coraline Jones vient d’emménager avec ses parents dans un des appartements d’une très vieille propriété avec un jardin à l’abandon. Jeune fille unique et se sentant délaissée par ses parents qui travaillent beaucoup, elle s’ennuie et décide d’explorer les lieux en faisant connaissance des voisins qui ne cessent de l’appeler Caroline – les deux vieilles demoiselles Spink et Forcible avec leurs chiens et « un vieux toqué à la moustache » qui dit avoir un cirque de souris savantes – puis de la maison elle-même jusqu’à être intriguée par une porte condamnée dans le salon. Un après-midi, trop curieuse et malgré l’interdit parental, elle décide d’ouvrir cette porte qui l’amène à un appartement identique au sien habité par une famille identique à la sienne et qui lui paraît, de prime abord, bien plus accueillant. Mais peu à peu, cet étrange endroit devient inquiétant et cauchemardesque. Aidée par un chat noir, pourra-t-elle échapper à cette fausse famille en brisant le maléfice et rentrer chez elle?

Comme Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll, Coraline passe de l’autre côté de la porte (et non du miroir comme Alice). Mais cet autre côté se révèle bien plus angoissant et terrifiant que celui d’Alice. Réalité ou cauchemar? La féérie et la candeur enfantine du début du récit laissent place à l’horreur lorsque la jeune fille découvre la véritable nature de cette nouvelle famille qui veut, à tout prix, la garder près d’elle. Coraline fait alors preuve de beaucoup de courage et de débrouillardise. Il y est ainsi question de famille, de peur, d’imagination enfantine, d’ennui et d’aventure initiatique dans un monde parallèle inquiétant… Un très bon moment de lecture avec ce conte fantastique noir et horrifique qui pourra faire frissonner les plus jeunes lecteurs!

  • (Roman jeunesse illustré) Coraline de Neil Gaiman et Aurélie Neyret

Déjà lue lors du challenge Halloween 2021, j’ai relu sa version illustrée par Aurélie Neyret (éd. Albin Michel Jeunesse, 2020, 176 pages) et aussi traduite par Hélène Collon.

Avec une ambiance à la Tim Burton, les illustrations d’Aurélie Neyret donnent vie à l’univers à la fois enfantin, étrange, onirique et horrifique imaginé par Neil Gaiman tout en soulignant le moment de bascule où l’ennui de la jeune fille rend fécond son imaginaire troublé et pesant. On y retrouve ainsi le chat noir au langage énigmatique et véritable soutien pour la jeune fille, les voisins excentriques ou bien encore la terrifiante fausse mère… Une adaptation très réussie du roman éponyme!

Sans oublier des passages gourmands pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine avec un goûter pris par Coraline chez ses voisines (p.25/27), les repas avec sa fausse famille (p.35) ou la pizza préparée par son père (p.150)…

Pour d’autres avis sur ce roman jeunesse: Syl, Chicky Poo et L’Orouge.

Participation #20 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #LC

Participation #28 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Conte horrifique

Participation #105 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Orange et Jaune Vilain Mignon Halloween Affiche

Participation #13 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Participation #53 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Teatime

Au fil des pages avec Pilu des bois

Fin août 2022, j’ai lu Pilu des bois de Mai K. Nguyen (éd. Kinaye, coll. Graphic Kids, 2021, 160 pages), une BD jeunesse à partir de 9 ans. Après le décès de sa mère, Willow a dû mal à gérer son deuil, se laissant submergée par la colère et le chagrin. Après une énième dispute avec sa grande sœur, la jeune fille s’enfuit dans les bois avec son chien Chicorée. Elle rencontre alors Pilu, une petite fée des bois qui s’est disputée avec sa mère et qui ne sait pas comment rentrer chez elle. Willow comprend très vite que Pilu habite le bosquet de magnolias où elle allait avec sa mère. La jeune fille parviendra-t-elle à maîtriser ses émotions, faire face à son chagrin et ramener saine et sauve Pilu chez elle?

Grâce à sa rencontre avec Pilu qui s’est fâchée avec sa mère, Willow va se plonger dans son propre deuil afin d’apaiser son chagrin et sa colère (qui prennent la forme de petits monstres incontrôlables) et ainsi se pardonner à elle-même et éviter à la petite fée des bois de faire les mettre erreur qu’elle avec sa famille. Au contact de la forêt, la jeune fille va s’apaiser avant de rentrer chez elle, auprès de sa sœur aînée et de son père.

En effet, la Nature autour d’elle va participer à son travail d’introspection et de gestion de ses émotions, la jeune fille ayant pris le sentier Pilumnus, du nom du dieu romain protecteur des cultures et des jeunes enfants. Willow partage d’ailleurs avec la petite fée des bois ses connaissances naturalistes et botaniques comme celles sur les champignons. Sous un fond un brin magique/féérique, il y est ainsi question de deuil, d’amitié, de nature et d’écologie. Un très bon moment de lecture avec cette BD jeunesse tout en douceur et bienveillance aux jolies illustrations automnales!

J’ai enfin noté quelques passages gourmands, en particulier le plat préféré de la défunte mère de Willow, le riz aux champignons. A la fin de la BD, il y a d’ailleurs la recette de ce plat japonais, « Kinoko gohan », l’autrice étant américaine d’origine vietnamienne et japonaise. 

Pour un autre avis sur cette BD jeunesse: Lou.

Participation #15 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #BD jeunesse

Participation #27 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Fée des bois

Participation #50 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Riz aux champignons

Participation #102 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Au fil des pages avec La fille qui avait bu la lune

J’ai lu La fille qui avait bu la lune de Kelly Barnhill (éd. S.N. Editions Anne Carrière, 2017, 366 pages), un roman jeunesse fantasy pour les adolescents à la magnifique illustration de couverture. Chaque année, les habitants du Protectorat sacrifient un bébé à la terrifiante Sorcière des bois afin d’échapper son courroux. Or il existe bien une sorcière – la sorcière Xan âgée de plus de 500 ans – qui récupère les bébés pour les confier à des familles aimantes des Cités Franches et qui ne comprend pas pourquoi ces abandons et n’ose jamais s’attarder près du Protectorat sur lequel pèse un gigantesque nuage de chagrin.  Une année, elle recueille un bébé qu’elle décide d’élever comme sa petite fille avec l’aide de Glerk, le Monstre des Marais et de Fyrian, un dragonus minusculus, après lui avoir fait boire par erreur le clair de lune et qu’elle nomme Luna.

Au même moment, la mère du bébé dite « Démente »  est enfermée dans une tour et un jeune adolescent de 13 ans, Antain est fortement marqué par ce jour du sacrifice. L’histoire alterne alors sur plus de 10 ans entre la vie quotidienne d’un côté de Luna et de sa famille adoptive et de l’autre d’Antain et de la Démente afin d’en savoir plus autour de ce troublant jour du sacrifice et ce qui se cache derrière. Il y est ainsi question de quête initiatique et identitaire (la sorcière Xan ayant bridé les pouvoirs de Luna jusqu’à ses 13 ans), d’oubli, de famille, de magie, d’asservissement et de faux semblants pour maintenir dans la peur tout un peuple… Un très bon moment de lecture avec ce roman jeunesse à l’écriture fluide et addictive!

Participation #12 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #Roman jeunesse fantasy

Participation #25 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Sorcière

Participation #97 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Verbe: « Avait bu »

Au fil des pages avec le tome 2 de Mortina

L’année dernière, j’avais relu le tome 2 de Mortina, L’odieux cousin de Barbara Cantini (éd. Albin Michel Jeunesse, 2019), un roman jeunesse illustré et cartonné à partir de 6 ans. Par un temps pluvieux et alors que sa tante Trépassée est plongée dans la lecture de ses livres de botanique, Mortina reçoit la visite de son cousin Dilbert, muni d’une invitation. Ce n’est pas le seul à avoir reçu une invitation de la part de Tante Trépassée. Les amis de Mortina arrivent à leur tour dans la villa Décadente. Mais Tante Trépassée a disparu. Ou peut-elle bien être? Et que lui est-il passé par la tête pour inviter l’antipathique et insupportable Dilbert qui ne peut s’empêcher de tout critiquer?

Les illustrations sont toujours aussi réussies, à la fois loufoques et gentiment creepy et accompagnent à merveille cette nouvelle enquête de Mortina qui fait gentiment frissonner et qui se termine sur une jolie morale, sans oublier une note botanique. Encore un très bon moment avec Mortina, sa famille et ses amis! Cette histoire halloweenesque va parfaitement – lugubrement bien – avec  le thème « Familles extraordinaires » du challenge Halloween 2022. Et j’ai également noté des passages gourmands pour Dilbert (et non pour nous simples mortels lecteurs) avec son jus de citrouille « tiède, dans une grande tasse, avec trois morceaux de gingembre confit et un nuage d’œufs d’araignée ».

Pour un autre avis sur ce tome 2: Hilde (et aussi le tome 3).

Participation #2 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #Familles extraordinaires

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Famille: « Cousin »

Participation #89 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Italie

Participation #41 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Jus de citrouille

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑