Étiquette : couleurs primaires

Au fil des pages avec des instruments de musique

Nous empruntons à la bibliothèque deux albums jeunesse abordant le thème de la musique et par suite des instruments de musique. Nous commençons par  Le piano des bois de Kazuo Iwamura (éd. L’école des loisirs, 2006), un album jeunesse à partir de 3 ans, et même avant. Nous retrouvons toute la simplicité très poétique de cet auteur dont les illustrations nous rappellent celles de La pomme rouge. Au cœur d’une forêt aux teintes automnales, Yuki, une petite fille s’amuse à jouer sur une souche d’arbre du piano. Des animaux de la forêt, comme une souris ou un écureuil, s’approchent puis s’enfuient. Reviendront-ils se joindre à elle pour former l’orchestre de la forêt? Encore un bon moment de lecture!

Puis nous lisons Jaune Kajou de Malou Ravella et Marianne Barcilon (éd. du Ricochet, coll. Les Bouées du Ricochet, 2004), un album jeunesse à partir de 3 ans. Après le rouge dans Rouge Thildou, cette fois-ci, c’est la couleur jaune qui est déclinée à travers les premiers pas d’un petit poussin, Kajou qui entraîne les tout-petits dans la découverte des tournesols et des instruments de musique par exemple.

Pour prolonger la lecture, nous nous amusons avec nos maracas, xylophones et tambourins! En mini musiciens, nous jouons et dansons. Puis nous jouons plus posément avec des cartes plastifiées fabriquées à partir du Piano des bois pour associer les animaux et les instruments avec les vrais.

Participation #59 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #10 catégorie Objet: « Piano » et #11 catégorie Couleur: « Jaune »

Au fil des pages avec Rouge Thildou

Nous empruntons à la bibliothèque Rouge Thildou de Malou Ravella et Marianne Barcilon (éd. du Ricochet, coll. Les Bouées du Ricochet, 2003), un album jeunesse à partir de 3 ans. Cet album jeunesse est le premier d’une série de quatre. Les autrices déclinent aussi trois autres couleurs avec Jaune Kajou, Bleu Linou et Vert Zabou. Dans Rouge Thildou, c’est le rouge qui est mis à l’honneur à travers de nombreux déguisements que des élèves sortent d’une boîte en cartons: un camion de pompier, un poisson, des fleurs, etc. Thildou trouvera-t-elle également un déguisement dans la boîte? Grâce à de jolies illustrations à l’aquarelle, l’histoire permet aux tout-petits de se familiariser avec la couleur rouge et de développer leur vocabulaire autour d’objets, personnages et animaux de cette couleur.

Pour prolonger la lecture, nous faisons des activités à partir des illustrations de l’album: des collages et des gommettes pour se repérer dans l’espace ou dénombrer de 1 à 3. Nous collons autant de gommettes qu’il y a d’objets ou personnages sur le dessin. Puis nous collons des gommettes pour retracer le chemin permettant à Thildou de trouver son déguisement.

Nous continuons à nous repérer dans l’espace en collant au bon endroit les images pour reproduire le modèle sur un quadrillage. Nous nous amusons aussi avec des cartes plastifiées fabriquées à partir des illustrations et à rechercher des objets rouges dans la chambre. Il ne nous reste plus qu’à emprunter les trois autres albums pour s’amuser avec le jaune, le vert et le bleu.

Participation #33 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #8 catégorie Adjectif: « Rouge »

Des couleurs avec de l’eau

Nous faisons une petite « expérience scientifique » avec les couleurs primaires, à l’instar des souris blanches de Trois Souris peintres d’Ellen Stoll Walsh (éd. Mijade, 2009). Je prends six ramequins en verre transparents. Puis dans un ramequin sur deux, je verse de l’eau en quantité plus ou moins égale. Je verse dans chaque ramequin rempli d’eau du colorant alimentaire: quelques gouttes de bleu dans l’un, de rouge dans le deuxième et du jaune dans le troisième. Nous voilà ainsi avec les couleurs primaires.

Je dispose des morceaux pliés d’essuie-tout pour relier les six ramequins entre eux. Très rapidement, nous voyons l’eau colorée remonter le long de l’essuie-tout. Au bout d’à peine quinze minutes, un cercle chromatique simplifié s’est formé: les couleurs secondaires sont apparues dans les ramequins qui étaient au départ vides: l’orange, le vert et le violet.

Une jolie découverte pour les enfants et même les tout-petits! En effet, cela est dû au phénomène de capillarité : l’eau est absorbée par l’essuie-tout tout en remontant et se transvasant alors dans le ramequin vide. Avec ce mélange des couleurs, nous sommes un peu comme Goethe lorsqu’il représenta un cercle chromatique dans son Traité des couleurs en 1810. Cela nous renvoie également aux couleurs des émotions avec les couleurs chaudes comme le jaune (la joie) et les couleurs froides comme le bleu (la tristesse).

Des papillons en peinture

Nous faisons ce matin de la peinture avec comme thème des papillons, ce qui nous rappelle notre balade du week-end dernier au Fort de la Revère. Nous faisons des papillons bleues, jaunes, etc rappelant les azurés ou les piérides du chou… Nous faisons également des papillons en symétrie en ne coloriant qu’une des deux ailes du papillon. Puis nous plions en deux la feuille pour faire apparaître les mêmes couleurs sur l’autre aile.

Nous reprenons également l’idée du mélange des couleurs primaires lu dans Trois souris peintres d’Ellen Stoll Walsh (éd. Mijade, 2009). Dans cet album jeunesse, trois petites souris blanches découvrent trois pots de peinture: jaune, cyan (« bleu ») et magenta (« rouge »). Elles sautent chacune dans un pot. Des différentes gouttes tombées sur le papier blanc, elles créent des mélanges. Les couleurs secondaires apparaissent alors pour leur plus grand plaisir sur leurs pattes: l’orange, le violet et le vert. Cette histoire permet d’aborder avec les tout-petits les couleurs primaires et secondaires. Mais attention Petites Souris, le chat gris n’est pas loin.

Nous reproduisons « l’expérience » avec trois papillons:

  • une aile jaune et une aile bleue puis le mélange des deux sur la tête, le thorax et l’abdomen – le « centre » – devenant verts
  • une aile bleue et une aile rouge puis le mélange au « centre » devenant violet
  • et enfin une aile rouge et une aile jaune puis le mélange au « centre » devenant orange.

Nous faisons également un papillon avec une aile noire et une aile blanche puis le mélange au « centre » devenant gris comme le chat de l’album jeunesse. Il ne reste plus qu’à laisser sécher quelques heures tous les dessins.

Une fois séchés, nous découpons certains de nos papillons pour les coller sur une feuille sur laquelle a été imprimée une poésie de Pierre Gamarra, écrivain français du XXe siècle, intitulée « Les Papillons ». Mais avant nous y mettons des paillettes des mêmes couleurs: bleu, rose et or. Nous faisons avec d’autres papillons une guirlande attachés les uns les autres avec un bout de laine bleue.

Challenge Petit Bac d’Enna – #6 catégorie Métier: « Peintre »

Participation #6 Je lis aussi des albums

© 2019 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑