Étiquette : archéologie

Retour dans le passé à Tourrette-Levens

Ce 2 juin 2016, nous allons à Tourrette-Levens, village perché à une dizaine de kilomètres de Nice. Nous passons souvent dans cette municipalité mais n’avions pas pris le temps de la visiter, malgré notre curiosité pour les œuvres d’art installées au bord de la route et des ronds-points. Après avoir garé la voiture, nous montons jusqu’aux ruines du Château datant du XIIème siècle dont il ne reste qu’une seule tour – classé aux Monuments Historiques, mais pas d’une seule traite puisque nous nous arrêtons pour visiter les trois musées municipaux, à l’entrée gratuite: musée de la Préhistoire, musée des métiers traditionnels et musée d’histoire naturelle.

Ruines de Châteauneuf Villevieille

Nous commençons par le Jardin des métiers qui offre également une jolie vue sur les ruines de Châteauneuf Villevieille. Nous pouvons ainsi voir une meule pour aiguiser des outils ainsi que d’autres outils anciens au milieu de plantes méditerranéennes.

Nous continuons de monter en passant devant de nouvelles sculptures puis faisons le tour du Jardin médiéval du Château qui fut recréé en 2014. Ce petit jardin est joliment aménagé avec de  nombreuses plantes médicinales, aromatiques et aussi des fraisiers… Un petit banc permet à certains de rejouer des saynètes d’amour courtois.

Quelques mètres plus loin, nous arrivons au sommet (446 mètres) avec son belvédère qui offre un panorama sur Nice et la Mer Méditerranée d’un côté et sur l’arrière-pays niçois, avec le plateau de la Madone d’Utelle, de l’autre côté. Nous revenons sur nos pas pour visiter le Musée d’histoire naturelle et sa jolie collection de papillons situé dans le Château de Tourrette-Levens. Que de papillons et d’autres insectes provenant du monde entier! De quoi inspirer les enfants dans une carrière d’entomologiste?

Chapelle des pénitents blancs

Verdier d’Europe

Puis nous redescendons jusqu’à la Chapelle des pénitents blancs datant du XIIe siècle et dont il ne reste que le clocher triangulaire. C’est aussi l’occasion pour nous de voir un verdier d’Europe posé sur un cerisier ainsi qu’une grande peluche d’ourse diseuse de bonne aventure assise sur un fauteuil.

Nous retournons sur la Montée du Château et atteignons presque immédiatement le Musée de la Préhistoire situé dans une maison-rempart. Nous y découvrons une exposition temporaire sur « les 10 idées reçues de la Préhistoire », un vrai/faux ludique pour les enfants comme par exemple: « les mammouths étaient énormes » ou « l’homme préhistorique ne vivait que dans des grottes ». Nous pouvons voir aussi des objets datant de l’époque paléolithique et découverts lors des fouilles de la Grotte du Merle et de la Baume Périgaud, aux alentours de Tourrette-Levens. Il y a également la moulure d’un mammoutheau découvert en Russie et la reconstitution d’une grotte ornée.

Nous regagnons notre voiture, prenant un peu plus le temps qu’à l’aller pour regarder les différentes sculptures, peintures et autres œuvres d’art dans les rues de Tourrette-Levens, l’aller ayant été plus centré sur le parcours audio avec des QRcodes relatant des informations sur la Préhistoire dans les Alpes-Maritimes, comme par exemple la domestication du feu par des Homo Erectus, des chasseurs établis à Terra Amata, il y a environ 400 000 ans avant notre ère.

Vestiges du temple romain de Vaugrenier

Ce 2 mars 2019, nous retournons au parc départemental de Vaugrenier, avec en tête le Projet 52-2019 de Du Côté de Chez Ma’, le thème de la semaine 9 étant « Ancien« . En effet, mon idée est de photographier un monument ancien. Ce sera donc ce qui fut autrefois l’escalier central qui permettait d’accéder au temple romain. Désormais, les premières fleurs du printemps se sont accaparées l’espace au milieu de l’herbe.

Je mets, toutefois, deux autres photos afin de voir les vestiges un peu plus dans son ensemble. En effet, sans le panneau indicatif, il serait impossible de savoir qu’en marchant entre les deux murs, on foule un tel escalier qui avait été construit au bord de la Via Aurélia en l’an 12-13 avant notre ère. Le site de Vaugrenier commença à se former sous le règne d’Auguste, entre 10 et 20 avant notre ère et prospéra jusqu’à la fin du règne de Néron, vers l’an 70 après notre ère. En effet, on suppose que le site fut abandonné par la population après la bataille de l’an 69 qui eut lieu dans le cadre de la guerre de succession de cet empereur, suivant les écrits de Tacite.

Peu de personnes s’arrêtent d’ailleurs, profitant du sentier pour balader, jouer avec les enfants, courir ou faire du vélo. Et pourtant que d’histoires gallo-romaines si l’on prend le temps d’observer ces vieilles pierres…

Sur les pas de Léonard de Vinci à Fiesole

Ce 7 août 2008, nous nous rendons en fin d’après-midi, en bus, à Fiesole, commune située à un peu moins de 10 kilomètres de Florence. Après une petite pause pour nous rafraîchir, nous déambulons un peu dans les rues de la commune. Puis nous délaissons les lieux remplis de touristes et suivons un chemin balisé « Passeggiata panoramica » qui nous conduit dans un espace boisé. Le chemin goudronné se transforme en sentier dans les sous-bois qui monte petit à petit. Nous sommes alors dans le Parc de Montececeri. Nous arrivons, à peine une demi-heure plus tard, au sommet de la colline où a été érigée une pierre commémorative relatant l’expérience de Léonard de Vinci avec sa machine volante en 1506. Avec une des machines dont on trouve des croquis dans le Codex sur le vol des oiseaux? Autour de nous, il y a également des vestiges archéologiques.

Nous profitons aussi d’une jolie vue panoramique sur la commune. Nous redescendons au crépuscule et dînons, un peu après 21h, dans un des restaurants traditionnels de Fiesole, au menu un délicieux plat de pâtes.

Château de la Roche Courbon sous la brume

Ce 28 décembre 2007, malgré le temps brumeux, nous allons visiter le Château de la Roche Courbon, à Saint-Porchaire, dans la vallée du Bruant. Nous entrons par la porte des Lions. La brume semble nous avoir projetés dans des temps anciens. La vue sur les jardins à la française a un charme tout particulier. Le Château et son donjon datent du XVe siècle même si de grandes modifications furent apportées au XVIIe siècle. Le Château de la Belle au bois dormant, comme l’avait dit Pierre Loti en 1908 !

Nous commençons par la visite guidée du château, en particulier le cabinet de peintures avec des panneaux peints sur bois (paysages, allégories, vie d’Hercule…) et une cuisine saintongeaise avec son ancien tournebroche. Dans le donjon, il y a un petit musée de la Préhistoire où peuvent être vues des pierres gravées dont une représente un troupeau de mammouths.

 

 

 

Puis nous nous dirigeons vers les jardins à la française situés en partie sur des marais et reconstruits régulièrement sur pilotis. Dans les bassins, cygnes et canards Colvert se mélangent aux sculptures et ifs taillés. Nous empruntons un escalier qui nous permet d’avoir une belle vue sur le château se reflétant dans l’eau.

Grottes du Bouil bleu

En sortant des jardins, nous décidons d’emprunter le sentier en sous-bois vers les grottes du Bouil bleu creusées dans la falaise. Ces grottes étaient habitées au Paléolithique moyen, soit il y a plus de 50.000 ans, par des hommes de Néandertal. Malheureusement, nous ne voyons plus grand chose avec la pénombre et décidons de rentrer, le domaine fermant à 17h30.

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑