Étiquette : poule (Page 1 of 3)

Au fil des pages avec Le grand méchant renard

J’emprunte à la médiathèque Le grand méchant renard de Benjamin Renner (éd. Delcourt, coll. Shampooing, 2015), une BD jeunesse à partir de 6 ans (voire plus grand compte-tenu du langage familier employé). Un renard est bien incapable de croquer la moindre poule de la ferme voisine et doit se contenter de navets. Il s’associe au loup pour un plan infaillible : voler les œufs d’une poule, les couver pour ensuite mieux les dévorer. Mais les poussins prennent le renard pour leur mère. Et le renard finit par se prendre d’affection pour eux, la situation lui échappant une fois de plus.

Cette BD sans cases enchaîne les situations les plus loufoques et attendrissantes avec un renard qui se dit grand méchant mais qui est complètement dépassé autant dans son rôle de prédateur que de parent improvisé. Sans oublier les autres animaux de la ferme comme une poule à la tête du Club d’extermination des renards et un chien de garde fainéant. Coup de cœur pour cette BD jeunesse hilarante qui s’amuse avec la parentalité et le déterminisme biologique et social! Il ne me reste plus qu’à voir son adaptation en dessin animé…

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Animal: « Renard »

La course aux œufs

Nous jouons aujourd’hui à la course aux œufs. J’ai trouvé ce jeu de société « fait maison » sur le blog de La Maternelle de Vivi (merci à elle). Après l’avoir imprimé, j’ai colorié le plateau de jeu ainsi que les vingt cartes de la pioche (10 poules et 10 renards). J’ai renforcé les cartes avec au dos une feuille cartonnée souple. J’ai fini et plastifié le tout. Pour compléter le jeu, nous avons pris un dé, des pompons pour les œufs et des pions.

Le but de ce jeu de société est d’atteindre le poulailler en ayant le plus d’œufs possibles. Au départ, chaque joueur a cinq œufs. Puis il lance le dé et s’il tombe sur une case « œuf », il pioche une carte « renard » ou « poule ». Si c’est la poule, il obtient le nombre d’œufs indiqué. Si c’est le renard, il les perd.

Nous avons ainsi fait plusieurs parties, en espérant à chaque fois ne pas avoir de renard. Une façon d’apprendre en s’amusant les mathématiques! En effet, à chaque lancer de dé, l’enfant doit reconnaître le nombre indiqué sur le dé, avancer son pion en comptant puis selon la carte tirée, ajouter ou retrancher un nombre d’œufs.

Selon l’âge de l’enfant, des variantes sont possibles, comme ne pas utiliser de cartes de pioche et ne lancer que le dé. Si le joueur tombe sur une case « œuf », il ajoute le nombre d’œufs indiqué. Dans ce cas, aucun œuf n’est distribué au début de la partie. Il est également possible de commencer la partie avec dix œufs et dans ce cas, si le joueur tombe sur une case « œuf », il retire le nombre d’œufs indiqué. N’hésitez pas à aller voir ce jeu et ses règles directement sur le blog de La Maternelle de Vivi.

Au fil des pages avec 3 histoires de Pâques

Lors de la chasse aux œufs de la semaine dernière, le lapin de Pâques a glissé, entre les chocolats, 3 histoires de Pâques (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, rééd. 2020), un album jeunesse, à partir de 3 ans, regroupant trois histoires d’œufs, de lapins et de poules et qui peuvent être lus toute l’année, même si la première est un classique de Pâques.

Il s’agit tout d’abord d’un conte de Zemanel et Amélie Dufour, Le Premier Œuf  de Pâques. Poulette vient de pondre son premier œuf. Elle se dépêche de se rendre chez la reine qui choisit, chaque année, au début de printemps, le plus bel œuf. Mais dans sa hâte, Poulette n’arrête pas de le faire tomber et croise la route d’autres animaux qui tente de la dissuader. Son œuf arrivera-t-il sans encombre à la fête des œufs? Ce conte-randonnée joliment illustré nous entraîne aux origines de l’œuf décoré de Pâques, tout en abordant le thème de la persévérance.

Puis, toujours des mêmes auteurs, Trois Petits Lapins. Trois lapins curieux et pas très sages partent s’amuser, après avoir promis à leurs parents de ne pas s’approcher de la maison des humains. En chemin, ils embêtent les insectes. Puis n’écoutant pas leurs parents, ils s’approchent de la ferme. Ce qui devait arriver arriva, le fermier les capture. Qui pourra les sauver? Le jeune lecteur pourra facilement s’identifier à ces trois petits lapins qui apprendront de leurs bêtises (ou pas) tout en se faisant gentiment peur.

Nous finissons par la troisième histoire, La Petite Poule rouge d’Anne Fronsacq et Madeleine Brunelet qui nous rappelle dès la première page, La petite poule rousse de Pierre Delye et Cécile Hudrisier. En effet, c’est une nouvelle version de ce conte-randonnée dans lequel une petite poule se débrouille toute seule pour planter, faire pousser, récolter puis préparer un bonne brioche, les autres animaux de la ferme bien trop paresseux (l’oie, le canard, le chat et le dindon) refusant de lui apporter la moindre aide. Jusqu’à ce qu’ils sentent l’odeur de la brioche? La petite poule rouge la mangera-t-elle tout entière? Un très bon moment de lecture!

Participation #178 Je lis aussi des albums

Participation #20 Contes & Légendes 2020 de Bidib

Semaine 16 du Projet 52-2020: Animaux de la ferme

Pour la semaine 16 du Projet 52-2020 de Du côté de chez Ma’, le thème est « Animaux de la ferme« . Avec cette période de confinement, il n’est pas possible d’en voir de nos fenêtres, pas plus que dans le périmètre autorisé de sortie. Je n’avais pas envie de piocher dans mes archives et profiterai des vrais animaux de la ferme lorsque nous pourrons à nouveau crapahuter. Alors ce sera une version « enfant » des animaux de la ferme avec un livre et des figurines. Même si ce sont encore les vacances, nous nous sommes amusés à nommer les différents animaux de la ferme, à les compter comme nos plantations. Et un renard rôdait pas loin du poulailler. Aurait-il réussi à manger une de nos poules? Vous l’aurez compris, nous avons fini notre jeu avec un renard et l’histoire de La petite poule rousse.

Au fil des pages avec Pénélope la poule de Pâques

J’avais emprunté à la médiathèque, l’année dernière pour Pâques, Pénélope la poule de Pâques d’Hubert Ben Kemoun et Stéphane Girel (éd. Père Castor Flammarion, 1998), un album jeunesse à partir de 3 ans. Lors de la chasse aux œufs, Pénélope, une petite poule en chocolat s’est si bien cachée pour devenir la Reine de Pâques que les enfants ne l’ont pas trouvée. Les heures puis les jours, les mois passent, au plus grand désespoir de Pénélope. Elle commence à fondre et  avoir faim. Comment toute cette aventure va-t-elle finir? Le texte d’Hubert Ben Kemoun est très poétique. A l’instar de Pénélope, nous passons par tout un tas d’émotions à sa lecture: la fierté de ne pas être découverte, puis la tristesse, la douleur, la solitude puis de nouveau la joie, etc. Il y a également un petit je ne sais quoi dans les illustrations simples et plutôt sombres (aux couleurs chocolat) qui rendent cette petite poule attachante.  Un bon moment de lecture avec cette légende de Pâques!

A noter qu’il existe une nouvelle version plus colorée et moins sombre de cet album avec toujours le même texte mais des illustrations de Jess Pauwels. J’espère que nous pourrons la lire, même si je pense que ce sera pour l’année prochaine…

Participation #176 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Animal: « Poule »

Participation #19 Contes & Légendes 2020 de Bidib

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑