Étiquette : papillon (Page 1 of 2)

Randonnée estivale à Peïra-Cava

Le 31 juillet 2022, nous sommes partis randonner en fin de matinée à Peïra-Cava pour découvrir la grotte de Malpertus, la température étant de 26 degrés. Nous commençons à la balise n°36 puis avant de poursuivre notre ascension, nous pique-niquons et assistons, par hasard, à une course de carrioles qui a lieu ce jour-là dans une rue en descente de Peïra Cavae et qui nous rappelle les courses de caisses à savon. Nous regardons plusieurs descentes des participants, dont une femme au volant d’une carriole identique à celle de Gaston Lagaffe. Une chouette course conviviale avec des participants de tous âges, même de jeunes adolescents, en duo ou en solo!

Demi-deuil

Silène

Puis nous entamons véritablement notre randonnée en passant la balise n°38 en empruntant un sentier balisé en jaune, goudronné et peu ombragé. Pendant l’ascension, nous prenons le temps d’observer de nombreux papillons, certains se dissimulant sur l’écorce des arbres.

Un peu plus haut, après avoir tourné à droite, le sentier arrête d’être goudronné et nous passons dans les sous-bois de sapins, d’hêtres, de mélèzes… Nous continuons de marcher jusqu’à un bunker de la ligne Maginot datant de la Seconde Guerre Mondiale.

Nous revenons sur nos pas de quelques mètres pour suivre le balisage jaune vers le Nord. La montée devient plus escarpée sur la crête jusqu’à la cime de Peïra Cava (1.581 mètres d’altitude), offrant un joli panorama. Nous en profitons pour faire une nouvelle pause, un peu avant une nouvelle balise n°38.

Mélampyre des bois

Puis nous passons par la baisse de Peïra Cava, une longue descente bien à l’ombre jusqu’à la balise n°179 (1.508 mètres d’altitude), sous les chants des oiseaux. Nous voyons le sentier creusé par endroit par l’eau bien que totalement asséché.

Grotte de Malpertus

Nous faisons une nouvelle pause avant une dernière montée jusqu’à la balise n°180 pour aller voir l’entrée de la grotte de Malpertus. La grotte se situe en contrebas de la balise n°180, en dehors du sentier et balisé par des cairns.

Puis nous faisons demi-tour pour jusqu’à une autre balise n°179 qui permet un retour direct à Peïra-Cava et de terminer cette boucle à la balise n°35 et regagner notre voiture par la route départementale. La course de carrioles est terminée depuis un moment déjà. Il est déjà 18 heures et il est temps de rentrer chez nous. Une bien agréable rando en boucle!

Pour d’autres balades estivales: la plage de Deauville chez Isabelle.

La Nature au fil de l’été 2022

Zygène

Pour ce nouveau rendez-vous photo avec Syl, Isabelle et Hilde d’écoute et d’observation de la Nature au fil de l’été, voici des photos prises le 14 juillet 2022 au Boréon, dans la Haute-Vésubie avant une grosse averse qui nous a fait écourter notre balade. Il s’agit d’un cuivré de la verge-d’or (un papillon mâle). Au départ de la balade, nous avons pu en observer plusieurs voleter de fleur en fleur, tout comme des zygènes. Il y avait également des fraises sauvages en train de mûrir.

À noter que le pont en bois sur le sentier de Peïrastrèche pour se rendre à la cascade n’a pas encore été réparé. Le lieu est malheureusement toujours aussi marqué par le passage de la tempête Alex.

Pour d’autres ambiances estivales : une balade de Pont l’Évêque à Saint-Mélaine chez Isabelle et le jardin de la maison de George Sand à Nohant chez Syl.

Au fil des pages avec Les Petits Papis en gris

Nous lisons Les Petits Papis en gris de Marie-Sabine Roger et Aline Bureau (éd. Sarbacane, 2005), un album jeunesse à partir de 4 ans. Chaque nuit, une petite fille note dans son carnet de bord toutes les observations et informations qu’elle collecte la nuit sur les petits papis en gris. Elle est la seule à les voir. Qui sont-ils?

Il se dégage beaucoup de douceur et de poésie tant du texte que des illustrations. Amoureuse de la nature, la petite fille s’émerveille des découvertes qu’elle peut y faire, notamment les petits papis en gris qui ressemblent à bien des égards à des papillons allant de fleur en fleur et qui récoltent de nombreuses petites choses dans leur capuchon.  Un bon moment de lecture onirique, bucolique et merveilleux auprès du petit peuple!

Participation #1 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Participation #20 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Famille: « Papis »

Au fil des pages avec le tome 1 de Ninn

Le mois dernier, j’avais lu le premier tome de Ninn, La ligne noire de Jean-Michel Darlot et Johann Pilet (éd. Kennes, 2015), une BD jeunesse à partir de 9 ans. À Paris, Ninn a grandi auprès de deux ouvriers du métro, Omar et Mattéo qui l’avait découverte bébé sur un quai du métro et de leur amie, Trina qui tient un kiosque à journaux. Désormais âgée de 11 ans, elle profite d’un exposé à faire pour le collège pour enquêter un peu plus sur les zones désinfectées du métro dont l’intrigante ligne noire, malgré les mises en garde de ses oncles adoptifs. Et si son enquête sur le métro parisien lui permettait d’en savoir plus sur ses origines?

Ce tome étant un tome introductif, les premières planches permettent de bien ancrer l’histoire, de façon réaliste, à Paris, et plus précisément dans le métro parisien. Puis petit à petit l’intrigue se transforme en une aventure fantastique: des papillons vus seulement par Ninn et un vieux monsieur SDF pris pour un fou, une horde de créatures terrifiantes et un tigre de papier qui peut devenir un tigre de chair et d’os et pouvant lui parler pour la protéger…

Graphiquement, la BD est bien jolie et dynamique, en particulier le tigre. Dans sa quête des origines, Ninn est une jeune fille attachante, intrépide et déterminée à découvrir les secrets entourant sa naissance. Ce premier tome donne certaines réponses, comme la signification très poétique des papillons du métro parisien ou le destin qui semble attendre Ninn. Un très bon moment de lecture qui se finit sur un cliffhanger et qui me donne envie de lire les tomes suivants! Peut-être que je regarderai différemment le métro parisien la prochaine fois que je le prendrai.

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Couleur: « Noire »

Semaine 24 du Projet 52-2020: Jardin

Pour la semaine 24 du Projet 52-2020 de Du côté de chez Ma’, le thème est « Jardin« . Ce thème me fait immédiatement penser à des jardins extérieurs, comme ceux privés ou publics mais aussi à une lecture encore récente, Le jardin secret de Frances H. Burnett. Mais le temps pluvieux d’aujourd’hui n’ayant pas permis de sortir balader, pas même dans un jardin, je pioche dans mes archives pour illustrer le thème de ce samedi. Finalement, j’ai choisi un coin de jardin où un papillon s’était posé.

Un jardin, c’est un lien plein de vie, un lieu d’exploration et de jeux d’enfants, propice aux bons moments et doux souvenirs, comme par exemple chercher les petits animaux qui le peuplent, insectes, oiseaux, lézards ou écureuils, etc. Sans oublier les arbres pour y grimper! Ou bien encore les parties  de cache-cache ou les cabanes à construire… Et puis parfois aussi il y a le coin potager dans lequel il est rigolo de l’arroser (fous rires garantis avec l’arrosoir ou le jet d’eau, surtout l’été) ou d’y chiper des fraises, des tomates ou des framboises… Bon là, je m’égare dans mes souvenirs d’enfance ou plus récemment de mère. Et pour vous, à quoi vous fait penser le mot « Jardin »?

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑