Étiquette : musique

Au fil des pages avec Mon imagier de la poésie

Avant Noël, nous avons choisi l’un des ballotins préparés par le personnel de notre bibliothèque avec pour seul indice qu’il était pour des jeunes lecteurs. Ce fut donc une jolie surprise d’y découvrir Mon imagier de la poésie d’Olivier Latyk (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Éveil musical, 2016), un album jeunesse cartonné avec un CD-rom à partir de 2 ans, parfait pour initier les tout-petits à la poésie. Nous y retrouvons des poèmes illustrés connus comme par exemple La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf de Jean de La Fontaine, Il pleure dans mon cœur de Paul Verlaine, Chanson pour les enfants l’hiver de Jacques Prévert ou La Ronde de Paul Fort. Ces poèmes ont également été mis en musique par Joseph Kosma et Jean-Philippe Crespin et sont chantés par des enfants. Un bien joli moment de lecture et de musique!

Challenge Petit Bac d’Enna – #16 catégorie Lecture: « Poésie »

Au fil des pages avec Le joueur de flûte de Hamelin

J’emprunte à la bibliothèque Le joueur de flûte de Hamelin de Thomas Baas, d’après les Frères Grimm (éd. Actes Sud Junior, 2015), un album jeunesse à partir de 6 ans. Bien que l’auteur pose l’histoire la veille de Noël 1283, il l’illustre dans un décor plus proche de la première moitié du XXe siècle. Nous retrouvons les habitants de Hamelin, une petite ville allemande, très orgueilleux et privilégiant les fêtes à leurs enfants. C’est alors que des rats envahissent la ville. Incapable de les chasser, le maire promet une récompense de mille pièces d’or. Un étranger, joueur de flûte arrive alors. Qu’adviendra-t-il de la ville et de ses habitants, en particulier des enfants? L’histoire s’attarde sur les rats, leur faim insatiable et la peur des habitants face à ce danger, les illustrations étant alors très sombres voire effrayantes pour de jeunes lecteurs. Quant au joueur de flûte, tout de noir vêtu, il y a un côté sobre et magique qui se dégage de lui, ce qui contraste avec l’attitude des parents ancrés dans leurs vices et celle des enfants au mine joyeuse presque naïve. Une relecture intéressante du conte traditionnel des frères Grimm, lui-même issu d’une légende allemande de disparition d’enfants de 1284!

Participation #2 Challenge Contes de Noël de Bidib

Challenge Christmas Time 2019 de Mya Rosa #Contes d’hiver et de Noël

Challenge Il était 7 fois Noël de Chicky Poo et Samarian

Participation #108 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #16 catégorie Lieu: « Hamelin »

Au fil des pages avec Harper

J’emprunte à la bibliothèque trois tomes de la série Harper, romans jeunesse fantasy à partir de 7 ans. Je commence par lire Harper et le parapluie magique de Cerrie Burnell et Laura Ellen Anderson (éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Mes premiers Witty, 2016). Nous suivons les aventures de Harper, une jeune fille douée pour la musique, qui vit avec sa grande-tante Suzie au sein de la Cité des Nuages. Les chats de la cité disparaissant les uns après les autres, dont Minuit, le chat noir à la queue blanche de Harper, cette dernière va mener son enquête avec ses amis – une enquête placée sous le signe de la musique. Quelle équipe de choc avec Harper et son parapluie magique qui peut voler, Nate, aveugle de naissance avec sa fidèle louve, Fumée ainsi que Freddy, écrivain dans l’âme et sa petite sœur Lisette, adorant les souris et les contes de fées! Je retrouve avec plaisir les illustrations de Laura Ellen Anderson dont le trait de crayon est reconnaissable dès la couverture du roman. Harper n’a-t-elle pas des faux airs d’Amélia Fang? L’histoire se lit très facilement, avec de nombreuses illustrations, rappelant par moment Le joueur de flûte de Hamelin des Frères Grimm. Pleine de bons sentiments, de générosité et de musique, elle transportera facilement le jeune lecteur, un brin mélomane, dans son univers fantasy.

Puis j’enchaîne avec Harper et le cirque des rêves de Cerrie Burnell et Laura Ellen Anderson (éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Mes premiers Witty, 2017), deuxième tome qui permet d’en savoir un peu plus sur le passé de Harper et sur ses parents. Harper et ses amis vont ainsi être amenés à pénétrer le Cirque des rêves, un cirque magique dont le chapiteau se déplace dans le ciel au gré des tempêtes. Ce tome permet de répondre aux interrogations et mystères laissés sans réponse dans le tome précédent. Les illustrations de Laura Ellen Anderson sont toujours aussi plaisantes à regarder.

Puis je finis avec Harper et la forêt de la Nuit de Cerrie Burnell et Laura Ellen Anderson (éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Mes premiers Witty, 2017), troisième tome dans lequel ce conte moderne se mélange avec les contes traditionnels, la forêt de la Nuit étant le berceau de tous les contes de fées. Cette fois-ci, Harper et ses amis vont se retrouver au cœur de la légende d’une corneille de glace que souhaite capturer le chef d’orchestre fou. Dans cette nouvelle aventure, Cerrie Burnell s’amuse à distiller ça et là des éléments et personnages des contes traditionnels comme les horloges chantantes et une maison en pain d’épices. Mais à la lecture de ce troisième tome, c’est surtout le film Ladyhawke qui me vient en tête, référence que n’auront certainement pas les jeunes lecteurs.

Challenge Petit Bac d’Enna – #14 catégories Prénom: « Harper », Lieu: « Forêt » et Objet: « Parapluie »

Au fil des pages avec des instruments de musique

Nous empruntons à la bibliothèque deux albums jeunesse abordant le thème de la musique et par suite des instruments de musique. Nous commençons par  Le piano des bois de Kazuo Iwamura (éd. L’école des loisirs, 2006), un album jeunesse à partir de 3 ans, et même avant. Nous retrouvons toute la simplicité très poétique de cet auteur dont les illustrations nous rappellent celles de La pomme rouge. Au cœur d’une forêt aux teintes automnales, Yuki, une petite fille s’amuse à jouer sur une souche d’arbre du piano. Des animaux de la forêt, comme une souris ou un écureuil, s’approchent puis s’enfuient. Reviendront-ils se joindre à elle pour former l’orchestre de la forêt? Encore un bon moment de lecture!

Puis nous lisons Jaune Kajou de Malou Ravella et Marianne Barcilon (éd. du Ricochet, coll. Les Bouées du Ricochet, 2004), un album jeunesse à partir de 3 ans. Après le rouge dans Rouge Thildou, cette fois-ci, c’est la couleur jaune qui est déclinée à travers les premiers pas d’un petit poussin, Kajou qui entraîne les tout-petits dans la découverte des tournesols et des instruments de musique par exemple.

Pour prolonger la lecture, nous nous amusons avec nos maracas, xylophones et tambourins! En mini musiciens, nous jouons et dansons. Puis nous jouons plus posément avec des cartes plastifiées fabriquées à partir du Piano des bois pour associer les animaux et les instruments avec les vrais.

Participation #59 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #10 catégorie Objet: « Piano » et #11 catégorie Couleur: « Jaune »

Au fil des pages avec Le Grand Livre de Petit Ours

Nous lisons Le Grand Livre de Petit Ours de John Prater (éd. Les Livres du Dragon d’Or, 2002), un album jeunesse emprunté à la bibliothèque qui regroupe plusieurs histoires ou plutôt des comptines, poèmes et petites scénettes de la petite enfance. Nous suivons Petit Ours avec son père, Grand Ours ou avec ses amis au fil des pages.

Nous retrouvons avec grand plaisir des comptines connus comme « Au clair de la lune », « Pirouette, Cacahuète », etc… Nous lisons nos premiers poèmes avec par exemple un poème de Robert-Louis Stevenson, auteur bien connu de L’île au trésor et de L’étrange cas du Dr. Jekyll et de M. Hyde. Cela me donne envie de lire d’autres poèmes de cet auteur, ayant repéré Petit jardin de poésie ou Au jardin des poèmes d’enfance dans le catalogue de la bibliothèque et même une version pour les petits de L’île au trésor… Mais revenons à Petit Ours tout en fredonnant d’autres comptines de l’album: « Dansons la capucine », « Bateau sur l’eau »… Nous le suivons aussi au gré des saisons qui passent et dans des moments de complicité avec Grand Ours.

Cet album jeunesse tout en tendresse peut être lu pour différents moments de la journée: une petite activité musique et chanson – en sortant bien sûr les instruments de musique et en jouant aux marionnettes ou en imitant Petit Ours – mais aussi pour un moment plus calme, comme avant d’aller se coucher. Les illustrations me rappellent celles de Sam McBratney, l’auteur de Devine combien je t’aime avec ses deux lièvres bruns, un petit et un grand, le père. D’ailleurs, les deux auteurs sont britanniques et de la même génération.

Participation #13 Devine qui vient Bloguer?

Participation #4 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #4 catégorie Lecture: « Livre »

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑