Étiquette : cauchemar

Au fil des pages avec le tome 1 de La Brigade des cauchemars

Pour la lecture commune du 7 octobre 2020 du Challenge Halloween, je lis le tome 1 de La Brigade des cauchemars, Sarah de Franck Thilliez, Yomgui Dumont et Drac (éd. Jungle, coll. Frissons, 2017, rééd. 2020), une BD jeunesse à partir de 11 ans voire pour des lecteurs un peu plus grands.

Tristan et Esteban, deux adolescents de 14 ans font partie, après leurs journées de lycée, de la Brigade des cauchemars. En effet, le père de Tristan, le professeur Albert Angus dirige la clinique du sommeil qui a la particularité de soigner des personnes de leurs cauchemars en rentrant littéralement dans leur tête. Mais rentrer dans les rêves de tels patients n’est pas sans dangers, même si Tristan, en fauteuil roulant est ravi de pouvoir marcher lorsqu’il pénètre dans un rêve. C’est ainsi qu’arrive Sarah, une jeune adolescente admise à la demande de sa mère et en proie à un terrible cauchemar récurrent. Esteban semble la connaître mais ne sait plus d’où. Les deux adolescents arriveront-ils à comprendre l’origine de son cauchemar pour y mettre fin et ainsi la guérir?

Dès l’illustration de couverture, l’histoire semble sombre, mystérieuse et angoissante. Le modus operandi pour rentrer dans le rêve/cauchemar des patients me fait penser au film Inception de Christophe Nolan sorti en 2010. L’histoire est racontée par les pensées d’un des protagonistes, Esteban, un jeune qui a été recueilli trois ans auparavant par le professeur Angus après avoir été retrouvé seul et amnésique dans la forêt. Il y est question des angoisses et des inquiétudes que peuvent connaître les adolescents vis-à-vis du passage à l’âge adulte par exemple. Le cauchemar de Sarah est ainsi particulièrement angoissant avec des adolescents qui disparaissent, pourchassés par des adultes armés. Les illustrations me font alors penser à des séries américaines de science-fiction comme la récente Colony ou d’autres « post-apo ». Mais je ne suis pas sûre que les jeunes lecteurs connaissent ces références. Ce premier tome de mise en place des protagonistes laisse des mystères en suspens, même si le cauchemar de Sarah est vite résolu – BD jeunesse oblige – et donne envie de lire les deux tomes suivants.

Pour d’autres avis sur cette BD jeunesse: Bidib, Blandine et NathSci.

Challenge Halloween de Hilde et Lou #BD Jeunesse

Challenge Petit Bac d’Enna #11 Catégorie Mot au pluriel: « Cauchemars »

Au fil des pages avec Le monstre du placard

Nous empruntons à la bibliothèque Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver… d’Antoine Dole et Bruno Salamone (éd. Actes Sud Junior, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans. Que d’imagination chez ce petit garçon qui cohabiterait avec un monstre du placard! L’histoire qui se lit à la première personne du singulier décrit le quotidien d’un petit garçon déterminé à démontrer, à qui veut bien l’entendre – ses parents en tête – que les bêtises commises ne sont pas de son fait mais du monstre du placard. Qui d’autre pourrait être responsable d’avoir aspergé la salle de bains, de ne pas avoir rangé ses jouets ou laissé des sucreries dans la chambre? Qui d’autre pourrait avoir besoin d’une veilleuse pour dormir le soir? L’auteur dédramatise ainsi les peurs nocturnes des tout-petits. Les illustrations alternent dessin crayonné en noir et blanc puis en couleurs et rendent ce petit garçon et ce monstre bleuté tout poilu attachants. Le petit lecteur pourra facilement s’identifier dans ce garçon qui raconte, à sa manière, des scènes de la vie quotidienne. Pour des enfants d’une fratrie, cela leur rappellera leurs moments de « petite » rivalité ou de complicité. Cet album jeunesse est très rigolo même si pour le parent lecteur, il est préférable de ne voir ces bêtises que dans un livre. Un bon moment de lecture qui, espérons-le, ne donnera pas aux tout-petits l’envie de reproduire les mêmes bêtises dans la vraie vie! Sueurs froides garanties sinon pour les parents!

Challenge Halloween 2019 de Hilde et Lou #Hallow RAT

Participation #70 Je lis aussi des albums

Au fil des pages avec le tome 7 d’Ana Ana

Nous adorons Ana Ana et ses doudous. C’est encore un régal de lire une nouvelle aventure avec le tome 7: Ana Ana, On n’a pas peur du noir! d’Alexis Dormal et Dominique Roques (éd. Dargaud, 2016), une bande dessinée au format à l’italienne pour les 3-6 ans et aux illustrations à l’aquarelle. En pleine nuit, Ana Ana se réveille en sursaut et réveille par ses cris tous les doudous qui ont à leur tour peur à l’exception de Goupille. Rassuré par ce dernier, ils se rendorment tous jusqu’à ce que Touffe de Poils décide de faire une farce à Pingpong. Mais les monstres ne seraient-ils pas loin? Alors, même pas peur? En abordant, avec beaucoup d’humour, la peur du noir et des monstres, cette bande dessinée permet aux jeunes lecteurs de pouvoir surmonter leur peur et de se sentir rassurés pour dormir paisiblement la nuit. Cela nous rappelle immédiatement l’histoire du tome 2 de Cassis, Cassis a peur. Encore un joli coup de cœur! A lire sans modération de « Vouuuu » ni de « Bouuuh »! Et fous-rires garantis avec les facéties de Touffe de Poils!

Challenge Petit Bac d’Enna – #10 catégorie Couleur: « Noir »

Au fil des pages avec Raymond l’escargot

Après C’est l’histoire, nous empruntons à la bibliothèque deux autres albums jeunesse d’Anne Crausaz dont le personnage principal est un escargot appelé Raymond. Nous lisons d’abord Raymond rêve (éd. MeMo, 2007), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui a reçu le Prix Sorcières en 2009. En pleine hibernation, Raymond l’escargot rêve et se transforme au fil des pages en plein d’autres animaux et fruits issus de son imagination. Mais finalement ne vaut-il pas mieux être soi-même? Et qui sait cela lui permettra peut-être de trouver l’amour.

Puis nous lisons une des suites de cette histoire, Réveille-toi Raymond! (éd. MeMo, 2015). Cette fois-ci, le rêve a laissé place aux cauchemars. Raymond l’escargot réussira-t-il à se réveiller à temps? Cet album fait écho au premier. Mais les fraises, par exemple, sont bien plus terrifiantes. Heureusement, Juliette n’est pas loin.

Dans ces deux histoires, nous retrouvons le style épuré de l’autrice avec la part belle à l’imagination. Tant le texte que les illustrations permettent également une riche exploitation pédagogique autour de l’escargot, du sommeil, des saisons, etc. Par exemple, pour prolonger la lecture, nous nous amusons à colorier des escargots. Cela permet de dessiner de nouvelles formes comme la spirale et d’y coller ou non des gommettes rondes.

Participation #46 Je lis aussi des albums

Participation #17 Devine qui vient Bloguer?

Challenge Petit Bac d’Enna – #9 catégorie Prénom: « Raymond »

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑