Étiquette : exploitation pédagogique (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec Elmer

Nous empruntons à la médiathèque Elmer de David McKee (éd. Kaléidoscope, 1989, rééd. 2003), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui est devenu un classique de la littérature jeunesse. Elmer est un petit éléphant farceur qui aimerait être gris comme les autres éléphants. Mais il est tout bariolé et est facilement reconnu par les autres animaux de la jungle. Cela le rend triste. Un matin, il quitte le groupe d’éléphants à la recherche d’un arbrisseau de baies grises. Mais Elmer sera-t-il plus heureux en gris? Comment réagiront les autres éléphants? L’auteur aborde avec humour et tendresse les thèmes de la différence et de la tolérance. Un très bon moment de lecture avec Elmer, un éléphant tout bariolé, farceur et attachant! Cette histoire me rappelle celle de Chacun sa couleur d’Isabelle Carrier (un hippopotame qui est triste d’être gris) ou encore Le loup qui voulait changer de couleurs d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier.

Pour prolonger la lecture, nous faisons des activités autour de l’histoire: un coloriage magique trouvé sur le blog (en anglais) de Lines Across et aussi d’autres sur le blog de la Maternelle de Moustache autour des couleurs, des chiffres, etc. Pour des idées d’exploitation pédagogique, n’hésitez pas à aller, comme moi, sur ces blogs. Je rajoute par exemple sur le tableau à double entrée une information supplémentaire en coloriant les éléphants. D’autre part, la journée du 23 mai étant celle d’Elmer, l’École des Loisirs a également mis sur son site des activités pour les enfants.

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Prénom: « Elmer »

Au fil des pages avec Splat adore jardiner!

Nous lisons Splat adore jardiner! de Rob Scotton (éd. Nathan, 2015), un album jeunesse à partir de 3 ans. Un jour de pluie proche du printemps, Harry Souris redonne le sourire à Splat lorsqu’il trouve une graine. Ni l’un ni l’autre ne sachant jardiner, ils se rendent à la bibliothèque pour emprunter un livre de jardinage. Malgré sa maladresse, Splat suit les conseils du livre. Les jours passent mais rien ne pousse, au grand désespoir de Splat. Et si une plante sortait quand même de terre? C’est encore une chouette histoire qui aborde avec humour le jardinage, la persévérance et la patience. Nous retrouvons avec beaucoup de plaisir le duo de Splat le chat et de Harry Souris qui découvrent les joies du jardinage. Un très bon moment de lecture avec une chute toute mignonne!

Pour prolonger la lecture, nous revoyons le vocabulaire du jardin et le cycle de la plante. Pour des idées d’exploitation pédagogique, n’hésitez pas à aller, comme moi, sur les blogs de La maternelle de Laurène, du Livre de Sapienta, Dessine-moi une histoire, La classe de Virginia ou encore de MC en Maternelle.

Participation #173 Je lis aussi des albums

Une taupinière pour Petite Taupe

Pour prolonger la lecture du dernier album étudié en classe et que nous lisons également régulièrement à la maison, Petite Taupe, ouvre-moi ta porte! d’Orianne Lallemand et Claire Frossard, nous avons fabriqué hier et encore ce matin une taupinière pour Petite Taupe pour raconter l’histoire à la façon Narramus.

Pour ce faire, j’ai commencé par découper dans des cartons usagés ce qui constituera la taupinière. Sur un côté, j’ai utilisé un cutter pour faire la porte. Nous avons peint en bleu la porte en même temps qu’un autre petit morceau pour la cuisinière. Nous avons également collé sur un morceau de carton plus fin les figurines des différents animaux de l’histoire que j’avais redimensionnés à partir d’une activité trouvée sur le blog de La maternelle de Vivi.

Le temps que cela sèche, j’ai découpé d’autres morceaux de carton pour fabriquer le canapé et le lit. Nous avons collé et scotché les différents morceaux, en rajoutant deux bâtonnets en bois pour des étagères et un autre bâtonnet pour soutenir le lit. Nous faisons également l’échelle à partir de brochettes en bois dont j’ai ôté les parties pointues (et qui serviront pour faire les bâtons de la grenouille et une cuillère en bois pour la soupe).

Pendant la sieste de l’après-midi, j’en ai profité pour coudre les petits coussins et la couverture. J’ai cousu à chaque à l’envers deux morceaux identiques, les ai retournés une fois presque cousus et les ai rembourrés avec des nicofibres. Puis j’ai coupé un dernier bout de tissu pour le rideau de la porte comme dans l’histoire et fait des trous pour y passer une brochette en bois.  Je découpe également tous les personnages en laissant un petit bout à replier en bas pour les maintenir debout.

Plus tard dans l’après-midi, nous reprenons la fabrication de la taupinière: nous collons des boutons de récup’ sur la cuisinière pour les plaques. Nous rajoutons des tiroirs et un four sur la cuisinière, après les avoir peint en bleu et rajouté des traits au feutre gris à la règle. Nous collons sur le sol deux morceaux de feutrine pour les tapis de Petite Taupe. Je fais une petite caisse en carton pour le cageot d’oignons. Nous utilisons pour la marmite un de nos légos.

Et mine de rien, cela permet à l’enfant d’apprendre en s’amusant puisque la fabrication du décor a mobilisé plein de compétences: observation des détails des illustrations, repérage des formes, couleurs et quantités, développement du vocabulaire et du langage pour nommer les objets et animaux, motricité fine pour couper, coller, peindre ou colorier, etc… Et surtout un très bon moment ensemble!

Ce matin, je reprends les personnages car ils ne tenaient pas vraiment lorsque nous racontions l’histoire. Nous utilisons pour chaque deux petits morceaux de cartons que nous collons sur la « languette » ce qui stabilise nos figurines fait maison.

Nous continuons à faire les petits livres de Petite taupe car nous avions repéré que Petite Taupe avait 5 livres posés sur une petite table: un bleu, deux rouges et deux verts. Nous en colorions un en bleu et les autres en peinture. Je rajoute à l’intérieur des petites feuilles blanches que j’agrafe et colle. Puis nous fixons des petits bouts de ruban auto-aggripant adhésif. Je refais également un autre cageot pour les pommes de terre et nous y mettons des perles (comme pour les oignons qui sont en réalité des perles oranges).

Nous faisons également une décoration avec des bougies que nous peignons en blanc et jaune. Nous faisons ensuite la fenêtre en peignant un morceau de carton arrondi en bleu et une fois sec, en faisant des flocons de neige avec un coton tige. Nous collons dessus deux autres bouts de carton colorié en marron. Et maintenant il est temps de s’amuser et de raconter l’histoire de Petite Taupe (avec le loup bien sûr!).

Au fil des pages avec Le loup qui enquêtait au musée

Nous empruntons à la médiathèque Le loup qui enquêtait au musée d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier (éd. Auzou, 2015), un album jeunesse à partir de 3 ans. Loup suit à contrecœur Louve au musée. Quel ennui! Mais c’est alors qu’une alarme retentit. Une des œuvres d’art du musée – un masque – a été volée. Secondé par Barnabé, le gardien du musée, Loup est bien décidé à résoudre ce vol. Et qui sait, va-t-il être submergé par ce sentiment que procure parfois une œuvre d’art? Digne d’un grand roman policier, cet album jeunesse revisite les grands courants artistiques et œuvres d’art majeures comme si nous étions en pleine visite du Louvre: Salvador Daloup, Louonard de Vinci, Wolfmeer mais aussi l’époque égyptienne et même encore plus lointaine (les autrices ayant même réussi à glisser dans une page Scrat et son fameux gland). Les illustrations regorgent de petits détails, les autrices s’étant beaucoup amusées à revisiter les œuvres originelles.

C’est une façon ludique d’initier les jeunes lecteurs à l’histoire de l’art en découvrant des œuvres d’art qui ont traversé les siècles ou les décennies et même pour les plus grands à la philosophie avec les notions telles que le sentiment esthétique ou le beau chez Kant par exemple. D’ailleurs, pour prolonger la lecture, nous nous amusons à associer les tableaux et artistes de l’histoire avec les vrais.

Participation #159 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Crimes et Justice: « Enquêtait »

Au fil des pages avec Les bons amis

Nous empruntons à la bibliothèque Les bons amis de Paul François et Gerda Muller (éd. Père Castor Flammarion, rééd. 1996), un album jeunesse à partir de 3 ans, d’après un conte chinois. En plein hiver, un lapin gris découvre deux carottes sous la neige. Il en mange une et décide d’offrir la seconde à son ami le cheval noir. La carotte reviendra en retour au lapin car chacun des amis – le cheval, le mouton et le chevreuil roux – étant rassasié, donne la carotte à un autre qui pourrait avoir plus faim que lui. C’est un joli conte plein de bons sentiments, de générosité et de solidarité très joliment illustré. Nous apprécions, en effet, beaucoup le travail de Gerda Muller, comme par exemple sa version illustrée de Boucles d’Or et les trois ours. Coup de cœur pour ce classique de la littérature jeunesse!

Pour prolonger la lecture, nous faisons des activités autour de l’album en rejouant l’histoire avec des marottes, des cartes plastifiées et surtout nos figurines (un cerf au lieu du chevreuil). Nous avons également construit dehors des maisons pour accueillir nos figurines.

Participation #139 Je lis aussi des albums

Participation #6 Contes & Légendes 2020 de Bidib #hiver

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Mot au pluriel: « Amis »

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑