Étiquette : amour (Page 1 of 9)

Au fil des pages avec L’écureuil et le printemps

En ce 20 mars 2023, nous avons lu L’écureuil et le printemps de Sebastian Meschenmoser (éd. Minedition, 2009, 64 pages), un album jeunesse à partir de 3/4 ans et joliment illustré. Nous avions laissé l’écureuil, le hérisson et l’ours en pleine hibernation après leur découverte de la neige et nous les retrouvons se réveillant aux premières heures du printemps. Après avoir aperçu une jolie hérissonne, le hérisson se sent amoureux et suit les conseils de son ami l’écureuil afin de prouver sa bravoure pendant que l’ours profite de son côté des plaisirs et bienfaits de la Nature printanière. Le hérisson arrivera-t-il à conquérir le cœur de sa belle?

Il y est question du printemps, du sentiment amoureux et d’amitié. Comme dans L’écureuil et la première neige, l’auteur fait reposer une partie de son intrigue sur la pollution dans la forêt, ce qui nous a rendu bien triste pour l’hérisson. Les illustrations alternant double page sans texte et crayonnés apportent humour et tendresse dans la quête de séduction du hérisson et dans la recherche du parfait déguisement par l’écureuil, très inventif et qui renvoie à Don Quichotte de Cervantes. Encore un bon moment de lecture avec ce trio d’amis à l’innocence touchante!

Participation # (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Allemagne

Au fil des pages avec Le phare

Nous avions lu en octobre 2022 Le phare de Sophie Blackhall (éd. Les éditions des éléphants, 2021), un album jeunesse à partir de 5 ans et qui fait partie de la sélection CE1 du 34ème Prix des Incos 2023.

Nous suivons la vie d’un gardien de phare dans les années 20 jusqu’à l’arrivée de l’éclairage électrique qui remplaça les lampes à huile. Chaque jour, dans la solitude puis au côté de son épouse, le gardien de phare note scrupuleusement dans son journal de bord ce qu’il fait. Son quotidien est rythmé par l’entretien du phare et les ravitaillements, parfois perturbé par les tempêtes.

Avec cette histoire, nous remontons le temps dans la vie quotidienne d’un gardien de phare, une vie répétitive mais si cruciale pour guider les bateaux pendant la nuit et avec son lot pourtant d’inattendus, tristes ou joyeux comme un naufrage ou la naissance d’un enfant. Les jolies illustrations à l’encre de Chine et à l’aquarelle renforcent cette ancienneté avec leur côté vintage.  Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse qui se termine d’ailleurs avec une note explicative de l’autrice très instructive!

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Lieu: « Phare »

Participation #15 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Australie

Au fil des pages avec La grande fabrique de mots

J’ai lu La grande fabrique de mots d’Agnès de Lestrade et Valeria Docampo (éd. Alice Jeunesse, 2007), un album jeunesse à partir de 6 ans. Dans un monde dystopique où il faut acheter des mots pour les prononcer, il est bien difficile au pauvre Philéas d’ouvrir son cœur à la jolie Cybelle, surtout face au riche Oscar qui a suffisamment d’argent pour parler. Mais une belle déclaration d’amour tient-elle au nombre de mots prononcés?

Le monde dépeint dans cette histoire est bien sombre, la population ne parlant presque pas, les mots étant très chers, renforçant les discriminations sociales entre les pauvres et les riches, ces derniers portant des vêtements avec plein de lettres. Et pourtant, il est encore possible d’aimer sincèrement, par un regard, par un baiser et par quelques petits mots rares mais si précieux qui feront avoir des papillons dans le ventre. Les illustrations de Valeria Docampo complètent à merveille le texte d’Agnès de Lestrade, le rouge (de l’amour) effaçant page après page le marron fade. Un très bon moment de lecture tout en tendresse et en poésie avec cet album jeunesse qui réchauffera le cœur du lecteur avec les premiers émois amoureux de Philéas et Cybelle, malgré la noirceur de leur quotidien!

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Bâtiment: « Fabrique »

Participation #10 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Argentine (illustratrice)

Au fil des pages avec Le garçon qui aimait la Lune

Nous avons lu Le garçon qui aimait la Lune de Rino Alaimo (éd. Gautier-Languereau, 2016), un album jeunesse à partir de 4 ans. Par une nuit de juin, un petit garçon tombe amoureux de la lune et voudrait être aimé d’elle en retour. Il lui offre des présents que la lune décline à chaque fois avec douceur. À force de détermination et d’obstination, le petit garçon parviendra-t-il à trouver le cadeau qui fera chavirer le cœur de la lune?

Les illustrations sont magnifiques et oniriques, tout en doré et noir et avec des jeux incroyables de lumière. Elles font la part belle à l’imagination, que ce soit lorsque le petit garçon offre à la lune une rose ou lorsqu’il affronte un dragon de la forêt. Un très bon moment de lecture avec ce petit garçon qui fait tout pour réaliser ses rêves! L’auteur a adapté le court-métrage qu’il avait réalisé quelques années auparavant (en italien: ici et en français: ici).

Participation #4 Challenge Contes et Légendes 2023 de Bidib #Dragon

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Lieu: « Lune »

Participation #9 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Italie

Au fil des pages avec Quand Pierrot cherchait Colombine

Pendant les vacances de février 2021, j’avais lu Quand Pierrot cherchait Colombine de Jean-Pierre Spilmont et Capucine Mazille (éd. Les Portes du monde, 2003), un album jeunesse à partir de 8 ans. En hiver à Venise, Pierrot part à travers la ville à la recherche de Colombine dont il est amoureux et qui a disparu. Arrivera-t-il à la retrouver?

A travers cette recherche menée par un Pierrot déterminé bien que naïf et malmené par les autres habitants de la ville auprès de qui il se renseigne, le jeune lecteur découvre les personnages de la Commedia dell’arte, que ce soit Pierrot, Colombine, Polichinelle et Arlequin. Nous pouvons également voir une histoire secondaire qui se dessine à travers les pages avec deux souris et un chat. Ici, tout se finit bien, Pierrot retrouvant Colombine alors que dans la Commedia dell’arte, Colombine préfère Arlequin à Pierrot. Une lecture plaisante en cette période de carnaval surtout pour les illustrations et qui se termine avec en dernière double page le poème Colombine de Paul Verlaine paru dans Fêtes Galantes en 1869!

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Prénom: « Pierrot »

Participation #7 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Pays-Bas (illustratrice)

« Older posts

© 2023 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑