Étiquette : saisons (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec Les Fantômes ne frappent pas à la porte

Nous lisons Les Fantômes ne frappent pas à la porte d’Eulalia Canal et Rocio Bonilla (éd. Père Fouettard, 2020), un album jeunesse à partir de 5 ans selon l’éditeur voire même avant. Ours et Marmotte sont amis. Mais un jour, Ours invite Canard pour le goûter, ce qui n’est pas du goût de Marmotte qui n’aime rien partager et surtout pas son ami. A l’insu d’Ours, Marmotte tente de décourager Canard d’entrer dans la maison en se faisant passer pour un fantôme. Et si avoir plusieurs amis était bien plus amusant que d’en avoir qu’un seul?

L’histoire aborde l’amitié exclusive, la jalousie et la difficulté de s’adapter aux changements sous un angle halloweenesque et avec humour. Il peut être parfois bien difficile aux tout-petits de partager et le jeune lecteur pourra se reconnaître dans l’attitude de Marmotte. D’ailleurs, nous avions déjà lu sur ce thème, il y a quelques mois, Clic et Cloc d’Estelle Billon-Spagnol. Les illustrations à l’aquarelle sont très jolies, expressives, rigolotes et se déclinant au fil des saisons. C’est avec beaucoup de plaisir que nous retrouvons le coup de crayon de Rocio Bonilla que nous reconnaissons dès la couverture de l’album et dont nous apprécions beaucoup les histoires avec Minimoni ou encore La montagne de livres. Une lecture cosy Halloween parfaite pour ma participation de ce samedi à la nouvelle journée « Album Jeunesse » du Challenge Halloween 2020! Encore un coup de cœur pour cet album jeunesse!

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Fantôme

Participation #14 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Au fil des pages avec Satanés lapins!

Nous empruntons à la médiathèque Satanés lapins! de Ciara Flood (éd. Circonflexe, 2016), un album jeunesse à partir de 4 ans et qui a fait partie de la sélection CP du 29ème Prix des Incos en 2018. Monsieur Ours vit seul dans sa maison isolée loin de tout jusqu’à l’arrivée de nouveaux voisins, une famille de lapins qui ne cesse de venir le voir pour lui demander du miel ou échanger des livres par exemple. Cela met très en colère Monsieur Ours qui ne souhaite qu’une seule chose: voir sa vie redevenir comme avant, seul et sans ces satanés lapins. Et si pourtant leur présence lui était bénéfique?

Forcément, avec des personnages aussi diamétralement opposés (un ours grognon et solitaire et des lapins énergiques, envahissants mais bienveillants), l’humour fonctionne à merveille. Cela nous rappelle les amitiés d’Ours et Canard ou bien encore Bob & Marley. Il y est question d’amitié, de tolérance, de solidarité et de vivre ensemble malgré les différences de caractères… L’ours apprend ainsi qu’il est plus heureux en vivant avec des amis, même si cela lui a pris du temps de s’ouvrir aux autres. Les illustrations sont ainsi très jolies, se déclinant au fil des saisons et sont très expressives en retranscrivant les émotions ressenties comme la colère, la peur, la méfiance ou la joie de vivre. Mais même jusqu’à l’arrivée de ces nouveaux voisins, Monsieur Ours vivait-il vraiment tout seul? Car même si elle n’est pas un personnage à part entière de l’histoire, il est amusant de chercher sur chaque double page la petite souris grise qui vit dans la maison de l’ours. Coup de cœur pour cet album jeunesse à la fois tendre et drôle! Sur le même thème, nous avions déjà lu Chut! de Morgane de Cadier et de Florian Pigé.

Challenge Petit Bac d’Enna #11 Catégorie Animal: « Lapins »

Participation #13 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Au fil des pages avec Le jardin voyageur

Nous lisons depuis plusieurs semaines Le jardin voyageur de Peter Brown (éd. NordSud, 2010), un album jeunesse à partir de 3 ans. Alors qu’il se promène sous la pluie dans les rues d’une ville morne et grise, Liam, un petit garçon découvre sur une portion d’une ancienne voie ferrée un îlot de fleurs sauvages. Complètement novice en la matière, il décide de prendre soin de ce petit coin de verdure au cœur de la ville et se transforme petit à petit en jardinier. De quoi donner envie à son jardin de voyager?

L’auteur a imaginé avec beaucoup de poésie et avec des illustrations au charme vintage la transformation fleurie d’une ville entière en s’inspirant des jardins qui constituent désormais la High Line, une ancienne ligne de chemin de fer désaffectée en 1980 dans l’Ouest de Manhattan. Il y a un côté post-apocalyptique dans les premières pages avec cette ville industrielle aux couleurs ternes, grisâtres et polluées et qui laissent bientôt place à un ciel bleu et une végétation dense et colorée. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui aborde jardinage, écologie et respect de l’environnement!

america

Le Mois Américain de Titine #Nature

Avec cet album jeunesse, je participe pour la première fois cette année au Mois Américain proposé par Titine du blog « Plaisir à cultiver » tout au long du mois de septembre 2020. Ce 2 septembre 2020, il est ainsi prévu de parler de « Nature ». Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog.

Challenge Petit Bac d’Enna #9 Catégorie Lieu: « Jardin »

Au fil des pages avec Allons chercher le printemps

Nous lisons Allons chercher le printemps de Laura Hedon (éd.  Circonflexe, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans. En ce premier jour du printemps, les animaux de la forêt sont impatients de le voir. Mais la journée passe et aucune trace du printemps. Ils décident de partir à sa recherche. Y parviendront-ils pour préserver leur forêt? Et si le Printemps avait décidé de rester chez lui cette année, par manque de considération? Les illustrations sont très jolies. Les animaux sont très expressifs et attachants, comme le Printemps personnifié sous forme d’un petit être verdoyant. L’histoire aborde ainsi l’importance du respect de la Nature et du cycle des saisons. Coup de cœur pour cet album jeunesse, le premier de cette autrice, qui décrit avec beaucoup de tendresse et de poésie le passage de l’hiver au printemps!

Participation #182 Je lis aussi des albums

Au fil des pages avec Premiers printemps

Nous avions emprunté, il y a déjà plusieurs mois, Premiers printemps d’Anne Crausaz (éd. MeMo, 2010), un album jeunesse à partir de 3 ans mais que je n’avais pas encore pris le temps de chroniquer. Nous suivons une petite fille sur une année, d’un printemps à un autre qui découvre les saisons à travers ses cinq sens. Le tout-petit lecteur peut facilement s’identifier à cette petite fille dans ses découvertes sensorielles: sentir les odeurs du potager, entendre les merles chanter au printemps ou l’orage d’une pluie d’été, goûter des cerises ou les mûres en automne… Les illustrations colorées et épurées apportent une touche de douceur à cet éveil des sens, véritable ode de la Nature. En effet, le temps passe mais permet, à chaque fois, de découvrir ou de redécouvrir les petits plaisirs simples de la Nature. Un très bon moment de lecture qui nous permet également de revoir Raymond l’escargot!

Participation #171 Je lis aussi des albums

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑