Étiquette : romance historique (Page 1 of 2)

Point lecture hebdomadaire #56

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures) et ma lecture en cours.

Nos lectures du 22 au 28 août 2022:

Des lectures jeunesse:

  • (Album jeunesse) Oups! de Suzi Moore et Russell Ayto

Nous lisons et relisons Oups! de Suzi Moore et Russell Ayto (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, 2015), un album jeunesse à partir de 3 ans. Trois amis – un chat, un chien et une souris – voudraient pouvoir retrouver leur état normal. Après avoir demandé conseil au hibou, ils partent renconter la vieille dame de la maison décatie. Cette dernière parviendra-t-elle à leur rendre leur état normal grâce à la bonne formule magique? Un très bon moment de lecture avec cette histoire halloweenesque très rigolote, tout en répétitions et onomatopées!

  • (Album jeunesse) 1,2,3…On est tous des cats! de Caroline Stutson et Jon Klassen ♥

Nous lisons et relisons 1,2,3…On est tous des cats! de Caroline Stutson et Jon Klassen (éd. Little Urban, 2015), un album jeunesse à partir de 3/4 ans. A la nuit tombée, un couple de chats commence à danser. Coup de cœur pour cet album jeunesse tout en rimes et en musique qui permet de compter de deux en deux jusqu’à 20 et magnifiquement illustré, dans une ambiance musicale rappelant Broadway et le film West Side Story de 1961 (même si parfois les illustrations sont un peu trop sombres pour bien voir tous les détails)!

  • (Album jeunesse) Entre chats de Claire Zucchelli-Romer et Amandine Delaunay 

Nous lisons Entre chats de Claire Zucchelli-Romer et Amandine Delaunay (éd. Mango Jeunesse, un album jeunesse au format à l’italienne avec un fil jaune reliant deux chats et à partir de 3 ans. Noir et Blanc se réveillent et se rapprochent petit à petit en s’amusant avec un fil. Comment cela va-t-il se terminer? Un album jeunesse tout mignon qui ravira tous les enfants qui adorent les chats!

  • (BD jeunesse) Pilu des bois de Mai K. Nguyen

J’ai lu Pilu des bois de Mai K. Nguyen (éd. Kinaye, coll. Graphic Kids, 2021, 160 pages), une BD jeunesse à partir de 9 ans. Après le décès de sa mère, Willow a dû mal à gérer son deuil, se laissant submergée par la colère et le chagrin. Après une énième dispute avec sa grande sœur, la jeune fille s’enfuit dans les bois avec son chien Chicorée. Elle rencontre alors Pilu, une petite fée des bois qui s’est disputée avec sa mère et qui ne sait pas comment rentrer chez elle. Willow comprend très vite que Pilu habite le bosquet de magnolias où elle allait avec sa mère. La jeune fille parviendra-t-elle à maîtriser ses émotions, faire face à son chagrin et ramener saine et sauve Pilu chez elle? Il y est question de deuil, d’amitié et de nature. Un très bon moment de lecture avec cette BD jeunesse tout en douceur et bienveillance!

  • (Roman ado dystopique) Démé-Ter Les trois couronnes, Le corbeau blanc de Jo Colleen (T1)

J’ai lu en e-book le premier tome de Démé-Ter Les trois couronnes, Le corbeau blanc de Jo Colleen (éd. Autodédition, 2022, 395 pages), un roman dystopique pour adolescents, à partir de 16 ans. Diane est une esclave et la dame de compagnie d’Athénaïs, fille de la noblesse de Démé-Ouest. Elle se retrouve condamnée aux Arènes, après avoir tenté de récupérer auprès d’un jeune voleur citoyen, Galène, le cadeau de mariage de sa maîtresse.  J’ai apprécié me plonger dans cet univers dystopique, rétrofuturiste et original, l’autrice ayant mélangé steampunk, époque victorienne, magie et époque gallo-romaine. Un très bon moment de lecture! Au vu de la fin de ce premier tome, je lirai avec plaisir le suivant lorsqu’il sera paru pour en savoir plus sur le sort réservé à Diane et ses amis.

Des lectures adulte:

Parmi les romans adultes que j’ai lus cette semaine, je ne parlerai dans ce billet que de certains.

  • (Romance historique) Miss catastrophe de Mary Balogh

J’ai lu en e-book Miss catastrophe de Mary Balogh (éd. J’ai lu, coll. Regency, 2022, 318 pages), une romance historique parue pour la première fois en 1990 et qui se déroule à l’époque de la Régence anglaise. Refusant le mariage arrangé par son père avec le duc de Mitford, Joséphine s’enfuit du domaine familial la veille de leur première rencontre. Bloquée pour la nuit dans une auberge, elle est secourue par Paul Villiers. Un vaudeville gentillet dans lequel le ressort dramatique joue sur le caractère bien écervelé de la jeune femme qui va suivre un homme qu’elle ne connaît pas (et qui se révèlera être son futur fiancé) pour préserver sa réputation d’un autre homme qui l’a enlevée et qui lui a volé ses bijoux! Je m’attendais à une romance plus rigolote et plus poussée dans le style « ennemies to lovers » à la lecture de la 4e de couverture mais ça n’a pas été le cas.

  • (Cosy Mystery) Billie Biverlack enquête, L’affaire du Petit-Popelin de Katy-Lynn Cénac (T1)

J’ai lu en e-book la première enquête de Billie Biverlack, L’affaire du Petit-Popelin de Katy-Lynn Cénac (éd. Autoédition, 2022, 348 pages), un cosy mystery se passant à l’époque contemporaine, sur l’île d’Omerton. Jeune anglaise de 23 ans expatriée par ses parents chez sa tante Mimi à Saint-Charme, Billie se retrouve mêlée dès son arrivée aux meurtres de ses voisins. De nature très curieuse, elle décide d’enquêter au grand dam du jeune capitaine de 28 ans en charge de l’affaire, Willem Edelmond. Dans ce premier tome, l’autrice a introduit de nombreux personnages habitant la petite bourgade de Saint-Charme au point que très souvent, l’écriture perdait en fluidité. Un bon moment de lecture dans l’ensemble! La fin de ce premier tome annonce un nouveau crime. Je suis curieuse de découvrir cette nouvelle enquête et de voir la romance s’installer entre la jeune femme et le capitaine.

  • (Romance urban fantasy) Les tribulations d’une pâtissière, Surnaturel & brioche cannelle de Bones Vercetti (T4)

Après être restée en plein suspens fin mai avec la fin du tome 3, j’ai lu en e-book le quatrième et dernière tome des Tribulations d’une pâtissière, Surnaturel & brioche cannelle de Bones Vercetti (éd. Autoédition, 2022, 254 pages), une romance d’urban fantasy. L’histoire reprend quelques mois après les événements du tome précédent, Lola se remettant difficilement du décès supposé de Fergus  auprès des selkies, Erwann étant pris dans la procédure de garde de son fils Landon. Mais une menace plane toujours, Baba Yaga ayant besoin des capacités d’élémentaire de Lola. Un bon moment de lecture placé sous le signe de l’action non dénuée d’humour!

  • (Cosy Mystery) Meurtre à l’anglaise de Verity Bright (T1)

J’ai lu samedi le tome 1 des enquêtes d’Eleonor Swift, Meurtre à l’anglaise de Verity Bright (éd. City Editions, 2022, 349 pages), un cosy mystery se déroulant en Angleterre en 1920. Après le décès de son oncle, Eleonor Swift, une jeune veuve âgée de 29 ans rentre en Angleterre, après avoir passé de nombreuses années à parcourir le monde. Elle a en effet hérité du vieux manoir familial, Henley Hall. Dès sa première soirée, elle surprend le meurtre d’un homme dans une carrière adjacente au manoir. Mais lorsqu’elle revient sur les lieux du meurtre, il n’y a ni cadavre ni élément ou trace appuyant ces faits. La police ne la prend pas au sérieux. La jeune lady décide d’enquêter avec l’aide de l’ancien majordome de son oncle, Clifford qui est resté à son service.

Un très bon moment de lecture avec ce duo attachant et original entre une jeune lady et son majordome! Quant à la romance, elle ne prend pas le pas sur l’enquête, la jeune femme étant sous le charme du jeune lord Lancelot Fenwick Langham même si je la verrais bien avec le commissaire divisionnaire Seldon dont on ne sait que peu de choses, même pas son prénom, seulement qu’il est beau et très grand. J’ai hâte de lire les tomes suivants, le tome 2 Mortelle Mascarade (éd. City Editions, 2022, 304 pages) étant déjà paru en français. En effet, ce couple d’auteurs a déjà écrit sous ce pseudonyme une dizaine d’histoires qui n’ont pas encore été toutes traduites. 

Ma lecture en cours:

(Roman policier) Brasier, héritage et coup du sort d’Ann Granger (T3)

J’ai lu jusqu’au chapitre 9 (123 pages lues) le tome 3 de la série livresque Campbell et Carter, Brasier, héritage et coup du sort d’Ann Granger (éd. 10/18, coll. Grands Détectives, 2022, 377 pages), un roman policier paru pour la première fois en 2013. Un cadavre est retrouvé dans les décombres de l’incendie qui a détruit Key House, le manoir abandonné appartenant à Gervase Crown. Est-ce lui la victime? Jess Campbell et Ian Carter mènent l’enquête.

Cette semaine c’est une Semaine à mille pages organisée par Le pingouin vert sur IG chaque mois tout au long de l’année 2022. Alors combien ai-je lu de pages cette semaine? 2647  pages lues sans compter les albums jeunesse.

Point lecture hebdomadaire #53

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures).

Nos lectures du  1er au 7 août 2022:

Des lectures jeunesse:

  • (Album jeunesse) Le rêve de Jonas de Marlies van der Wel

Nous lisons et relisons Le rêve de Jonas de Marlies van der Wel (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, 2021), un album jeunesse au format à l’italienne à partir de 5 ans. Lorsque Jonas découvre la mer à l’âge de 2 ans, il rêve alors de vivre au milieu des poissons. Mais est-ce possible, les pêcheurs riant de lui? Il y est question de persévérance, de patience, de croire en ses rêves, de pollution marine… Au fil des pages, nous voyons Jonas grandir: 2 ans, 8 ans, 18 ans, 30 ans puis 80 ans et fabriquer des inventions de plus en plus élaborées pour réaliser son rêve à partir des déchets rejetés par la mer. Dans le même temps, nous voyons également évoluer les techniques de pêche des pêcheurs. Les illustrations sont très jolies, jouant avec les ombres et lumières et en nous immergeant, comme Jonas, dans les profondeurs de la mer. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui s’inspire du court-métrage d’animation, Jonas and the sea, réalisé par l’autrice elle-même en 2017 et que nous avons aussi regardé!

  • (BD jeunesse) La boîte à musique, Les plumes d’aigle douce de Gijé et Carbone (T5)

J’ai lu le tome 5 (le dernier tome actuellement paru et fin du premier cycle) de La boîte à musique, Les plumes d’aigle douce de Gijé et Carbone (éd. Dupuis, 2021, 56 pages), une BD jeunesse à partir de 6 ans et graphiquement jolie. Alors que Nola veut retourner chez elle auprès de son père, elle découvre en pleurs et horrifiée qu’elle ne peut plus quitter Pendorient, la clef de la boîte à musique étant tombée par terre. Le seul moyen de remettre la clef en place est de fabriquer de la poudre de lévitation. Mais malheureusement, Telio, l’herboriste aveugle et ancien chasseur aguerri n’a plus de plumes d’aigle douce, un des ingrédients indispensables de la potion. Et voilà Nola et ses amis, Andréa et Igor, en quête d’une aigle douce, un oiseau en voie de disparition! Est-il vraiment nécessaire de la tuer pour récupérer ses plumes, comme le soutiennent les chasseurs? En découvrant encore un peu plus Pendorient, ce tome aborde les thèmes de la protection de l’environnement et de la préservation des espèces. Un bon moment de lecture même si j’ai plutôt hâte d’en savoir plus sur la mère de Nola, Hanna!

  • (Roman jeunesse/ado) D’or et d’oreillers de Flore Vesco

J’ai lu D’or et d’oreillers de Flore Vesco (éd. L’école des loisirs, coll. Médium+, 2021, 235 pages), un roman pour les adolescents, à partir de 13 ans selon l’éditeur. En 1813, dans le Sud de l’Angleterre, le jeune et riche lord Adrian Handerson (à peine âgé de 20 ans et avec une rente de plus de 80.000 livres) a décidé de se chercher une épouse. A cette fin, il a décidé d’inviter dans son manoir, Blenkinsop Castle, les prétendantes à passer une nuit chez lui. Faisant fi des convenances, Mrs Watkins envoie ses trois filles accompagnées de leur femme de chambre, Sadima à Blenkinsop Castle. Les trois filles Watkins ratent le test du jeune lord et rentrent chez elle sans Sadima, la jeune fille de 17 ans décidant elle-aussi de passer ce test scandaleux. Sera-t-elle la future épouse du lord?

L’autrice s’amuse à revisiter le conte de La princesse au petit pois de Hans Christian Andersen paru pour la première fois en 1835 tout en faisant référence à d’autres contes classiques, que ce soit par exemple Alice au pays des Merveilles, Cendrillon, La Belle et la Bête… Il y est question de condition de la femme au XIXe siècle, de sexualité, de sensualité sous fond de magie et de sorcellerie. Un bon moment de lecture fantastique et féministe!

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Un cœur en Écosse de Liv Fox

J’ai lu, en e-book, Un cœur en Écosse de Liv Fox (éd. Autoédition, 2022, 405 pages), une romance historique se déroulant en Écosse en 1820 et le premier tome de la saga des Maclean. Charlene Brighton, une Anglaise timide de 23 ans se voit contrainte d’épouser un jeune laird écossais, Neil Maclean. Ce mariage arrangé profite aux affaires du père de la jeune femme et de son futur époux, ce dernier pensant qu’il pourra mettre fin à l’exode de sa population menée par les Campbell. Mais pour Charlene, comment vivre ainsi seule et malheureuse sur l’île de Mull, Neil lui accordant pas la moindre attention, lui préférant sa maîtresse et la confiant à sa jeune sœur? Un moment de lecture plaisant en compagnie de ce duo Charlene/Neil, Charlene se découvrant elle-même en brisant petit à petit sa timidité et les convenances sociales qui lui ont été inculquées pour devenir une lady anglaise et qui ont brimé sa véritable nature!

  • (Roman fantastique) 669 Peony Street de Mélanie Launay

J’ai lu 669 Peony Street de Mélanie Launay (éd. 2022, 238 pages), un roman fantastique se déroulant en Angleterre, à l’époque victorienne. Des habitants de Sleepy Hawthborn, un petit village anglais, montent à bord du Blooming Greenfield, un train faisant remonter chez chacun des souvenirs et secrets, leur destin s’entremêlant. Parmi eux, il y a Simeon Lake qui attend depuis 10 ans de rencontrer la belle et troublante Peony – Miss D. et qui a enfin reçu un courrier pour se rendre au 669 Peony Street.

L’intrigue énigmatique progresse de chapitre en chapitre en passant du point de vue d’un des nombreux personnages (même d’un rat), que ce soit dans le passé, 10 ans auparavant ou dans le présent du train. Il y est ainsi question de secrets, de rumeurs, de scandales et même de la Mort qui lient inéluctablement les habitants de Sleepy Hawthborn. Un bon moment de lecture avec ce roman à la magnifique couverture qui dans sa construction narrative m’a rappelé Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton!

  • (Romance policière) Cupcake & co(caïne) de Fleur Hana (T1)

J’ai lu, en e-book, Cupcake & co(caïne) de Fleur Hana (éd. Autoédition, 2019, 381 pages), le premier tome d’une trilogie se déroulant sur la Côte d’Azur, Charlotte Monroe, propriétaire d’une cupcakerie se retrouvant mêlée malgré elle dans un trafic de stupéfiants entre mafia russe et italienne, après sa rencontre rocambolesque avec Maxence Vasseur, lieutenant à la Brigade des Stupéfiants en charge de cette affaire. Malgré les invraisemblances policières, un bon moment de lecture avec ce duo Charlotte/Maxence au tempérament diamétralement opposé et à l’origine de joutes verbales explosives, déjantées et rigolotes! Sans oublier Gina, la grand-mère italienne de Maxence qui vient mettre son grain de sel dans la relation de son petit-fils.

Point lecture hebdomadaire #51

En ce (presque) début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures) et ma lecture en cours.

Nos lectures du  18 au 24 juillet 2022:

Des lectures jeunesse:

Encore beaucoup de relectures cette semaine car nous ne sommes pas allés à la médiathèque depuis la fin juin. Mais nous n’avons pas encore tout lu de nos derniers emprunts, notamment des histoires sur les insectes et en particulier les fourmis puisque nous attendions d’avoir chez nous une fourmilière pour mieux les observer (ce sont des messor barbarus).

  • (Album jeunesse) Suivons une fourmi de Tsutomu Kikuchi

Nous lisons et relisons Suivons une fourmi de Tsutomu Kikuchi (éd. L’école des loisirs, 1993), un album jeunesse à partir de 2/3 ans aux magnifiques illustrations de fourmis très réalistes. L’histoire est simple: comme le titre l’indique, nous suivons une fourmi qui s’empare d’un petit bout de biscuit pour le ramener jusqu’à son nid. Un très bon moment de lecture!

  • (Documentaire jeunesse) Les fourmis de Stéphanie Ledu et Anne Rouquette

Puis nous lisons et relisons Les fourmis de Stéphanie Ledu et Anne Rouquette (éd. Milan Jeunesse, coll. Mes p’tits docs, 2018), un documentaire jeunesse pour les 3/6 ans. Nous en apprenons un peu plus sur les fourmis rousses des bois: leur mode de vie dans la fourmilière, l’organisation dans leur nid, leur mode d’alimentation, les dangers qui les guettent, etc. Il y a également quelques pages sur d’autres espèces de fourmis. Un chouette documentaire accessible aux plus jeunes et qui peut donner le goût à la myrmécologie!

  • (Album jeunesse) Les idées sont de drôles de bestioles d’Isabelle Simler

Nous lisons Les idées sont de drôles de bestioles d’Isabelle Simler (éd. Éditions courtes et longues, 2021), un album jeunesse à partir de 6 ans et à la couverture intrigante puisque ne présentant aucune information (ni titre/nom de l’auteur ni résumé de quatrième de couverture…). Dans cet album jeunesse surprenant, Isabelle Simler explique ce qu’est une idée. Pour y répondre, elle crée des analogies entre nos pensées et des animaux familiers qui se dessinent et disparaissent aussi vite qu’une idée. Un bon moment de lecture originale, abstraite, poétique et philosophique avec un graphisme si reconnaissable!

  • (Roman jeunesse) Moi, Charybde, piégée avec Scylla de Sylvie Baussier et Tristan Gian (T6)

J’ai lu Moi, Charybde, piégée avec Scylla de Sylvie Baussier (éd. Scrineo, coll. Mythologie, 2022, 111 pages), un court roman jeunesse à partir de 10 ans avec dans les premières pages de jolies illustrations en noir et blanc de Tristan Gian et qui se place du point de vue des monstres de la mythologie grecque et non des héros. Après avoir assouvi sa faim en mangeant un bœuf volé à Héraclès, Charybde, la fille de Gaïa et de Poséidon, a été lourdement punie par Zeus qui l’a transformée pour l’éternité en tourbillon en pleine mer, la condamnant à avaler pour l’éternité, trois fois par jour, tout ce qui passe à sa portée. Le temps qui passe devient pesant pour elle, se remémorant sans cesse l’acte l’ayant conduit à cet état, la rendant triste et dépressive, malgré la présence de Scylla, une nymphe dont le bas du corps a été transformée en 6 chiens attachés à sa taille par la magicienne Circé, jalouse d’elle ou plus précisément de l’amour non réciproque que lui porte le dieu marin Glaucos.

Cette punition était-elle vraiment légitime et n’était pas cruelle pour mettre fin à la trop grande gourmandise de Charybde? Tout comme pour Scylla, victime de la jalousie de Circé, il y est question de justice/injustice, de destinée sous le jonc des dieux et des déesses. Leur destin est mis en opposition avec celui plus favorable réservé à Ulysse, Jason ou Énée qui n’apparaissent dans ce récit que comme personnages secondaires… Il y a la fin un petit dossier documentaire sur le mythe de Charybde et Scylla ainsi qu’un cahier de jeux sur la compréhension de l’histoire. Un bon moment de lecture instructif, à la portée des jeunes lecteurs avec ce tome 6 que j’ai bien plus apprécié que la série de romans jeunesse L’enfance des Dieux.

Des lectures adulte:

Parmi les romans adultes que j’ai lus cette semaine, je ne parlerai dans ce billet que de certains.

  • (Roman fantasy historique) Une plume et des crocs, La nuit des loups de Delphine Montariol (T1)

J’ai lu, en e-book, le tome 1 de la trilogie Une plume et des crocs, La nuit des loups de Delphine Montariol (éd. Belle Époque, 2022, 349 pages), un roman de fantasy historique. A Paris, en mai 1889, Aurore Martin tente de devenir journaliste. A la recherche d’un fait-divers qui pourrait lui permettre de l’être, elle est amenée à enquêter sur une série de meurtres sanglants et fait la rencontre des membres de la brigade lupine, en particulier l’inspecteur principal Gabriel Lysenko. Dans un Paris de la Belle Époque, les goules menacent, osant même sortir le jour.L’autrice développe ainsi tout un univers fantastique rempli de nombreuses créatures surnaturelles avec magie blanche ou magie noire (loup-garou, élémentaire, sorcière, vampire, goule…). Une lecture agréable bien que prévisible et même si des facilités scénaristiques, la jeune femme en pleine quête initiatique faisant à chaque fois des rencontres opportunes à point nommé comme sa rencontre avec le vampire peintre et une romance convenue sorcière/loup-garou un peu trop vite concrétisée à mon goût alors qu’il y a encore deux tomes à paraître! 

  • (Romance historique) L’institutrice d’Emerson Pass de Tess Thompson (T1)

J’ai lu en e-book le tome 1 d’Emerson Pass, L’institutrice de Tess Thompson (éd. Autoédition, 2022, 372 pages), une romance historique se déroulant dans les montagnes du Colorado, aux États-Unis à l’automne 1910.  Quinn Cooper, une jeune femme pauvre âgée de 22 ans vivant avec sa mère et sa jeune sœur de 16 ans quitte seule Boston pour devenir institutrice de l’école qui vient d’ouvrir à Emerson Pass, une ancienne ville minière remis en état après un incendie par Lord Alexander Barnes, de 15 ans son aîné, riche veuf généreux et tolérant venu d’Angleterre et père de 5 enfants. Et si la jeune femme devenait plus qu’une gouvernante mais une épouse et une mère malgré les différences sociales et d’âge? Il y est question de seconde chance, de tolérance, de droit à l’éducation pour tous (enfants et adultes), quelle que soit son origine sociale et ethnique, de résilience pour la famille Barnes marquée par le décès survenu 3 ans auparavant de l’épouse d’Alexander qui souffrait d’une maladie mentale… Une lecture douce, fleur bleue et prévisible avec beaucoup de bons sentiments et où tout finit bien dans cette petite communauté multiculturelle et soudée! Il existe 4 autres tomes sur les enfants Barnes que je vais lire dans les jours à venir.

  • (Roman policier) Les enfants sont rois de Delphine de Vigan

Ce week-end, j’ai lu Les enfants sont roi de Delphine de Vigan (éd. Gallimard, 2021, 348 pages), un roman policier se déroulant dans l’univers des réseaux sociaux et en particulier des très jeunes enfants influenceurs. Le 10 novembre 2019, Kimmy Diore, âgée de 6 ans, a disparu alors qu’elle jouait avec son frère aîné, Sammy, âgé de 8 ans et d’autres enfants de la résidence. Très vite, les enquêteurs en charge de l’enlèvement comme Clara Roussel, une « procédurière », s’intéresse aux activités de la famille, la mère des deux enfants, Mélanie Claux mettant en scène les deux jeunes enfants sur une chaîne YouTube et son compte Instagram. L’enlèvement est-il en lien avec cette surmédiatisation de leur vie privée? Kimmy était-elle si heureuse, comme le soutient la mère, d’être ainsi mise à nu sur les réseaux sociaux? 

J’avais vu passé de nombreux avis très élogieux de ce roman et pourtant, je l’ai trouvé sans plus, malgré le propos que je peux partager (la nécessité de la protection de la vie privée des enfants, les dérives de la surmédiatisation de leur vie, le problème de consentement, de choix, de libre-arbitre et de soumission au diktat de leurs parents qui à travers eux peuvent combler un vide affectif, un besoin de reconnaissance et d’être aimé, de droit à l’oubli ou bien encore la question d’une vie avec ou sans réseaux sociaux…). Cela rappelle déjà les critiques à l’égard des enfants comédiens, musiciens ou mannequins (les concours de Mini Miss, les castings…) avec le destin parfois tragiques des anciens enfants stars et leur mal-être affectif/social (troubles psychologiques, dépendance affective, à l’alcool, aux drogues ou bien encore inadaptation sociale…).

Le style d’écriture de Delphine de Vigan est très plat, sans envolée romanesque et bien trop sommaire et descriptif, plus proche de l’article de presse ou d’un mémoire de sociologie d’un étudiant en licence… Les personnages sont sans réelle nuance et peu approfondis, même lorsque le roman se projette dans le futur, dans les années 2030 lorsque Sammy et Kimmy sont devenus adultes et doivent vivre avec leur célébrité et les choix parentaux, en particulier de leur mère. Je ressors de ma lecture très mitigée, l’autrice n’ayant pas réussi, à mon sens, à choisir entre l’essai et la fiction.

Ma lecture en cours:

(Cosy Mystery) Cadavres à l’écossaise de Marilou Rouge

Dimanche soir, j’ai commencé à lire jusqu’au chapitre 14 un cosy mystery se déroulant dans la campagne écossaise, Cadavres à l’écossaise de Marilou Rouge (éd. City Éditions, 2022, 303 pages). Desdemona « Mona » Morgan, designer d’intérieur londonienne âgée de 26 ans obtient grâce à sa meilleure amie, Lady Liv un travail pour rénover un vieux château du domaine de Belfort appartenant depuis un an à Lord Iago Saint-Clair, un passionné de vieilles motos de collection et qui va avoir 30 ans. Mais au cours des travaux de rénovation, Mona découvre le cadavre d’une femme qui remonterait à environ 30 ans et est bien décidée à découvrir le coupable, des mystères et secrets de famille entourant le passé de ce château (que ce soit du côté des anciens propriétaires ou des domestiques actuels…).

L’histoire est pour le moment plaisante et se lit très rapidement même si les personnages sont assez caricaturaux et auraient très bien pu se fondre dans un décor historique comme celui par exemple de Son espionne royale (l’humour reposant sur leur antagonisme) avec Mona la blonde, une citadine pauvre marmonnant tout le temps et n’appréciant guère la campagne, Liv la brune, sa meilleure amie oisive et bavarde, Iago, beau brun ténébreux qui donne une seconde chance à ceux qu’il emploie… ou même un peu trop invraisemblables comme les parents de Mona qui dirigent une compagnie itinérante de théâtre tout en étant des voleurs.

Au fil des pages avec Le ciel de Darjeeling

J’ai lu, en début de semaine dernière, Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler (éd. Archipoche, 2020, 519 pages), une romance historique se déroulant entre la Grèce, l’Angleterre et les Indes britanniques et qui avait été choisie comme lecture commune dans le cadres des Étapes Indiennes 2022 et que j’ai choisi pour la journée du 21 juin « Meeting India » du Mois Anglais 2022.

En 1876, orpheline ruinée de 16 ans et cavalière émérite, Helena accepte, à contrecœur et  pour rester avec son jeune frère de 11 ans, la proposition de mariage de Monsieur Ian Neville, âgé de 32 ans, un homme riche, beau, au passé mystérieux et qui a fait fortune dans le commerce du thé dans les Indes britanniques. L’adolescente a-t-elle fait le bon choix en s’en remettant à lui et en laissant derrière elle les Cornouailles pour une vaste plantation de thé à Darjeeling, dans l’Himalaya?

S’ensuit alors dans une longue première partie classique et convenue l’acceptation par l’adolescente de son sort puis de son départ pour une aventure vers l’inconnu. Mais se fera-t-elle à sa vie de jeune épouse avec un mari taiseux et un brin colérique qui semble (trop) enfermé dans un sombre passé? Helena est d’ailleurs sur le point de s’enfuir avec un autre homme rencontré avant son départ, lors d’un bal à Londres. C’est alors que Mohan, serviteur fidèle de son époux, décide de la retenir pour lui révéler le passé d’Ian. Quelle vie la jeune adolescente finira-t-elle par choisir?

Il y est ainsi question de secrets de famille, d’amour contrarié, de double culture anglaise/indienne, du système de caste, de l’hindouisme à l’époque de la colonisation de l’Inde par les Britanniques et à l’ère des Maharadjas (choc des cultures, guerre de territoire, révoltes lourdement réprimées…) ou bien encore la condition de la femme (peu enviable) que ce soit en Angleterre ou en Inde…

Je n’ai pas été emballée par cette lecture faite en trois parties très inégales (le voyage d’Helena, l’histoire des parents d’Ian et le dénouement rapide plus centré sur Ian) que j’ai trouvée fade et sans souffle romanesque ni sensuel (un peu plus dans la deuxième partie avec l’histoire des parents d’Ian) et ne me suis pas du tout attachée à la (trop) jeune héroïne qui arrive à faire chavirer le cœur de deux hommes mûrs… J’ai un peu plus apprécié le personnage d’Ian (surtout sa relation avec Mohan, un peu moins son besoin insensé de soif de vengeance mais pas du tout son improbable attirance pour Helena qui ne tient qu’au fait qu’elle sait bien monter à cheval et qui est loin de la femme forte qui aurait pu lui tenir tête pour l’apaiser et faire le deuil de son passé).

Même le style d’écriture de Nicole Vosseler ne m’a pas emporté, trop classique et pas très fluide lorsque l’autrice insère des explications historiques certes intéressantes mais qui sont plus là pour nous lecteurs que pour l’adolescente dans sa découverte d’un nouveau pays et de la culture indienne, n’exploitant pas non plus la rivalité des deux hommes épris d’Helena.

Je pensais avoir, enfin, plein de passages gourmands à relever avec du thé pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine mais finalement il y en a eu peu comme lors de la cérémonie indienne de mariage ou bien encore les passages expliquant la récolte du thé dans la plantation d’Ian qui se révèle fin connaisseur et très investi dans sa plantation.

Pour d’autres avis (un peu plus enthousiastes que moi) sur ce roman: Hilde, Blandine (IG) et Lilly (IG).

Participation #3 Les Étapes Indiennes 2022 de Hilde et Blandine #LC

Participation #7 au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Meeting India

Participation #5 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Participation #47 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Allemagne

Participation #23 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Thé

Point lecture hebdomadaire #47

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (mais pas nos relectures) et ma lecture en cours. Comme depuis le début du mois, j’ai surtout pioché dans ma PAL anglo-saxonne puisqu’en juin, c’est le Mois Anglais 2022 coorganisée par Lou et Titine.

Nos lectures du  20 au 26  juin 2022:

Des lectures jeunesse:

  • (Album jeunesse) Les œufs verts au jambon de Dr. Seuss

Nous lisons et relisons Les œufs verts au jambon de Dr. Seuss (éd. Ulysses Press, 1960, rééd. 2009), un album jeunesse rigolo à partir de 3 ans dans lequel Sam c’est moi tente de persuader un vieux grincheux de manger des œufs verts au jambon. Le texte répétitif se prête vraiment à lire à haute voix (de longues énumérations qui se terminent par « quand je dis non c’est non »). Un très bon moment de lecture drôle et loufoque! Pas sûre toutefois que ce plat soit si ragoutant que ça.

  • (Album jeunesse) Le monde secret d’Adélaïde d’Elise Hurst

Nous lisons Le monde secret d’Adélaïde d’Elise Hurst (éd. D’eux, 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans. Adélaïde est une lapine qui se sent bien seule. Après une tempête, elle réalise que sa situation pourrait changer. Il y est question de solitude et de lien social au sein d’une grande ville. Un très bon moment de lecture ayant tout particulièrement apprécié les magnifiques illustrations (des peintures à l’huile) d’Elise Hurst!

  • (BD jeunesse) Biguden de Stan Silas

Mise en avant dans les nouveautés de ma médiathèque, j’ai emprunté Biguden de Stan Silas (éd. Paquet, 2017), une BD jeunesse repérée en 2020 chez Bidib et qui regroupe les trois tomes de cette trilogie. Goulwen, un jeune garçon de 8 ans solitaire vit avec sa mère et sa grand-mère maternelle dans un village breton, Pouec. Un jour, sur la plage, il trouve sous une barque échouée une jeune fille qui semble venir de très loin. Il y est question d’aventures avec un brin de magie, de dangers, d’amitié tout en abordant le thème de la différence.  Un bon moment de lecture plein de pep’s, loufoque et qui mélange habilement les folklores breton et asiatique!

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler

J’ai lu, en début de semaine, Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler (éd. Archipoche, 2020, 519 pages), une romance historique se déroulant entre la Grèce, l’Angleterre et les Indes britanniques et qui avait été choisie comme lecture commune dans le cadre des Étapes Indiennes 2022 pour le 30 juin 2022 avec Hilde, Blandine et Lillylivres et que j’ai choisi pour la journée du 21 juin « Meeting India » du Mois Anglais 2022. Je n’ai pas été emballée par par cette lecture faite en trois parties très inégales, n’ayant pas réussi à m’attacher à l’héroïne Hélèna, une jeune orpheline ruinée de 16 ans qui accepte à contrecœur la proposition de mariage de Monsieur Ian Neville, âgé de 32 ans, un homme riche, beau, au passé mystérieux et qui a fait fortune dans le commerce du thé dans les Indes britanniques.

  • (Roman policier fantastique) Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

J’ai fini de lire Les Sept Morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton (éd. Sonatine, 2019, 540 pages), un roman policier fantastique, un homme amnésique tentant de découvrir l’identité du meurtrier d’Evelyn Hardclastle. Chaque jour, cet homme prend comme « hôte » un des résidents de la demeure des époux Hardclastle. Parviendra-t-il à débusquer à temps le coupable et ainsi avoir une chance de se sauver, avec Anna, de la boucle temporelle dans lequel il est enfermé à Blackheath House? Un bon moment de lecture avec ce roman policier addictif, surprenant à la façon d’un cluedo et dans lequel tous les morceaux du puzzle ou plus exactement des indices de l’enquête s’emboîtent à la fin!

  • (Romance historique) Petit guide du crime à l’usage des ladies de Manda Collins

J’ai également lu Petit guide du crime à l’usage des ladies de Manda Collins (éd. J’ai lu, n°13312, 2021, 314 pages), une romance policière « ennemies to lovers » se déroulant en 1865. Lady Katherine Bascomb est une jeune veuve qui détient la Gazette de Londres et qui décide d’enquêter sur une série de meurtres qui secouent Londres depuis plusieurs semaines sans que l’inspecteur Eversham en charge de l’enquête n’arrive à arrêter le coupable. Un bon moment de lecture légère avec ce duo!

  • (Romance contemporaine) Épouse-moi si tu l’oses d’Amandine Weber

Pendant le RAT anglais, j’ai lu en soirée, en e-book, Épouse-moi si tu l’oses d’Amandine Weber (éd. Sudarènes, 2021, 375 pages), une romance contemporaine se déroulant entre la Grèce, Londres et les États-Unis entre Amy, une riche héritière qui travaille avec son père et Alexi, un milliardaire et père d’un jeune garçon Julian. J’avais bien apprécié et beaucoup ri lorsque j’avais lu Mon boss & moi (éd. Sudarènes, 2017, 805 pages), humour que je n’ai pas retrouvé ici avec cette romance trop convenue.

  • (Romance historique) La femme savante de Lord Livesey  d’Audrey Harrison

J’ai enfin fini le week-end en lisant en e-book La femme savante de Lord Livesey  d’Audrey Harrison (éd. Autoédition, 2018, 268 pages), une romance historique se déroulant à l’époque de la Régence anglaise, lors d’une fête chez Lord Livesey, sa sœur ayant sélectionné quelques femmes à marier, Lord Livesey étant un jeune veuf de 28 ans et père de trois jeunes filles. Parmi ces femmes, il y a Phoebe Westbrook qui est venue pour faire plaisir à ses parents sans véritable espoir d’être choisie, préférant passer du temps dans la bibliothèque plutôt que de courtiser le jeune lord. Et si pourtant ils étaient faits l’un pour l’autre? Un moment de lecture plaisant bien que convenu!

Ma lecture en cours:

(Roman feel-good) Notting Hill with Love… Actually d’Ali McNamara

J’ai commencé à lire les premiers chapitres Notting Hill with Love… Actually d’Ali McNamara (éd. Bragelonne, coll. Milady Romance, 2013, 526 pages), un roman feel-good repéré chez Fondant.

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑