Étiquette : faim (Page 1 of 2)

Au fil des pages avec Princesse Sara

J’emprunte à la médiathèque les deux premiers tomes de Princesse Sara d’Audrey Alwett, Nora Moretti et Claudia Boccato (éd. Soleil, coll. Blackberry, 2011), une BD jeunesse d’après le roman, La petite princesse de Frances Hodgson Burnett publié en 1905. Cette série comprend actuellement 12 tomes, les quatre premiers reprenant le roman tout en y apportant quelques variantes notamment dans un style Steampunk avec l’introduction de live-dolls et automates.

Dans le tome 1, Pour une mine de diamants, je découvre la jeune Sara Crewe avec son père, Ralph Crewe à la recherche de sa nouvelle poupée, Emily dans les rues de Londres avant son arrivée au pensionnat de jeunes filles tenu par la redoutable Miss Minchin. Miss Amelia n’est plus la jeune sœur de Miss Minchin mais son assistante automate un brin usagée. Miss Minchin, ressentant immédiatement de l’amerture et du mépris à l’égard de la jeune Sara, n’en oublie pas de la mettre en valeur à la moindre occasion, ne pensant qu’à l’immense richesse de Ralph Crewe, propriétaire d’une fabrique familiale d’automates florissantes et qui a investi dans une mine de diamants aux Indes. Mais cette vie de princesse peut-elle toujours durer? Comme dans le roman, la douceur et la générosité de Sara l’amènent à se lier d’amitié avec la jeune domestique Becky, une autre pensionnaire, Ermengarde Saint-John et à devenir la mère « adoptive » de Lottie, une orpheline de mère tout comme elle de 4 ans. Je retrouve également Mariette, la femme de chambre automate de Sara et une autre pensionnaire, la mesquine Lavinia, jalouse de Sara. Les autrices ont réussi à retranscrire à merveille l’atmosphère du roman, le caractère à la fois adulte et rêveur de Sara, la « Petite Madame » comme l’appelait son père, tout en apportant leur touche personnelle.

Puis dans le tome 2, La Princesse déchue, je reprends l’histoire là où elle s’était arrêtée, le jour fatidique de son douzième anniversaire. Sara Crewe est désormais réduite à être une domestique du pensionnat au même titre que la jeune Becky, vivant dans une chambre mansardée et insalubre du grenier. Vêtue d’un simple ensemble noir bien trop petit pour elle, elle enchaîne les dures besognes et les privations. Son état de santé se détériore. Mais elle garde pourtant son tempérament, sa force de caractère et son imagination débordante pour survivre à la faim, au froid et aux mauvais traitements, ce qui a le don d’énerver encore plus Miss Minchin qui voudrait la voir briser. Elle continue de faire répéter aux plus jeunes filles le Français et s’avère utile dans la réparation d’Amélia. Comme dans le tome précédent, les autrices suivent l’histoire du roman avec la déchéance de Sara, sa rencontre avec la « Grande Famille » (même si un quatrième enfant, James est inventé à la famille Carmichael), l’arrivée de M. Carrisford et de son serviteur, Ram Dass, Melchisédec, le rat apprivoisé… Les mêmes émotions me submergent comme à la lecture du roman ou lorsque moi-même enfant, dans les années 80, je regardai le dessin animé Princesse Sarah.

Coup de cœur pour cette adaptation réussie du roman de Frances H. Burnett! Les illustrations, parfois mangaïsées, sont magnifiques. J’ai hâte de lire les autres tomes et surtout le nouveau cycle à partir du tome 5 dévoilant Sara Crewe adulte et retournant aux Indes.

année

Participation #4 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine #adaptation

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Prénom: « Sara » et #5 Catégorie Lieu: « Mine de diamants »

Au fil des pages avec Petite taupe, ouvre-moi ta porte!

Après avoir lu et relu à Noël Joyeux Noël, Petite taupe!, nous lisons une histoire qui précède cet album jeunesse: Petite taupe, ouvre-moi ta porte! d’Orianne Lallemand et Claire Frossard (éd. Auzou, 2009), un album jeunesse à partir de 3 ans. Par une nuit d’hiver, Petite taupe est bien au chaud dans son lit. Soudain, quelqu’un frappe à sa porte. Et s’enchaînent les toc toc toc, pour la plus grande joie des jeunes lecteurs. Petite taupe accueille chez elle de nombreux animaux de la forêt qui ont froid et faim. Mais au loin, un loup rôde. Construit comme un conte randonnée, cette histoire aborde l’entraide, la générosité et le vivre ensemble au cœur de l’hiver. Nous comprenons mieux la réaction des différents animaux à l’arrivée du loup dans Joyeux Noël, Petite taupe!. Un très bon moment de lecture plein d’humour et de bons sentiments autour d’une soupe à l’oignon!

Participation #166 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Couleur: « Taupe »

Au fil des pages avec Petit Oiseau dans la neige

Nous empruntons à la médiathèque Petit Oiseau dans la neige d’Anne Möller (éd. Mila, 2003), un album jeunesse à partir de 3/4 ans. C’est l’automne et le moment de la migration pour de nombreux oiseaux. Mais blessé par un chat, Petit Rouge-Queue ne peut pas s’envoler avec ses semblables. Comment va-t-il pouvoir survivre au froid de l’hiver et à la raréfaction de la nourriture? Heureusement, il pourra demander conseil auprès des animaux de la forêt. Il trouvera même du réconfort auprès de certains, tout en apprenant à se méfier d’autres. Les illustrations sont très jolies comme dans un autre album jeunesse que nous avions déjà lu de cette autrice, Dix feuilles volantes. A l’instar de Petit Rouge-Queue, le jeune lecteur découvre ou redécouvre les différentes façons dont les animaux affrontent l’hiver: en s’adaptant au froid, en hivernant ou hibernant ou en migrant dans des régions plus chaudes par exemple.  Coup de cœur pour cet album jeunesse aux jolies pages de garde!

Participation #161 Je lis aussi des albums

Participation #37 Devine qui vient Bloguer?

Au fil des pages avec Bon appétit, Petite Souris!

Nous empruntons à la bibliothèque Bon appétit, Petite Souris! d’Éric Battut (éd. Didier Jeunesse, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans voire avant.  Nous retrouvons l’espiègle et facétieuse souris grise chère à l’auteur. Elle se révèle cette fois-ci si gourmande qu’elle rentre dans la gueule d’un chat. Pas de panique pour autant mais de l’humour et un imaginaire qui fera rire les jeunes lecteurs! Le texte court joue sur la répétition. Les illustrations certes simples et épurées rendent cette souris toute mignonne. Encore un moment de lecture rigolo avec cet album jeunesse!

Participation #141 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Animal: « Souris »

Au fil des pages avec Les bons amis

Nous empruntons à la bibliothèque Les bons amis de Paul François et Gerda Muller (éd. Père Castor Flammarion, rééd. 1996), un album jeunesse à partir de 3 ans, d’après un conte chinois. En plein hiver, un lapin gris découvre deux carottes sous la neige. Il en mange une et décide d’offrir la seconde à son ami le cheval noir. La carotte reviendra en retour au lapin car chacun des amis – le cheval, le mouton et le chevreuil roux – étant rassasié, donne la carotte à un autre qui pourrait avoir plus faim que lui. C’est un joli conte plein de bons sentiments, de générosité et de solidarité très joliment illustré. Nous apprécions, en effet, beaucoup le travail de Gerda Muller, comme par exemple sa version illustrée de Boucles d’Or et les trois ours. Coup de cœur pour ce classique de la littérature jeunesse!

Pour prolonger la lecture, nous faisons des activités autour de l’album en rejouant l’histoire avec des marottes, des cartes plastifiées et surtout nos figurines (un cerf au lieu du chevreuil). Nous avons également construit dehors des maisons pour accueillir nos figurines.

Participation #139 Je lis aussi des albums

Participation #6 Contes & Légendes 2020 de Bidib #hiver

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Mot au pluriel: « Amis »

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑