Étiquette : cuisine (Page 1 of 5)

Pause gourmande: un cake nature

Après avoir fait un curry indien le week-end dernier, il me restait de la crème de coco alors je l’ai utilisé pour faire un cake nature en modifiant un peu ma recette habituelle.

Les ingrédients: 2 œufs,100 g de sucre en poudre, 50 g de beurre fondu, 250 g de farine, 200 ml de crème de coco et 1 sachet de levure chimique.

Les étapes de la préparation: Je commence par mélanger avec une cuillère en bois les œufs et le sucre en poudre jusqu’à blanchissement puis je rajoute le beurre fondu puis la crème de coco puis la farine petit à petit et enfin, en remuant encore plus doucement, la levure chimique. Après avoir beurré et fariné le moule à cake, je verse la préparation en n’oubliant pas de tracer un trait avec le dessous d’un couteau sur le dessus. Je cuis enfin le cake pendant 35 minutes à 220 degrés.

Verdict? Nous l’avons trouvé très léger, que ce soit nature ou avec de la confiture. Il est vite parti, mangé au goûter ou au petit déjeuner. C’est sûr que j’en referai peut-être en y ajoutant des pruneaux.

Pour d’autres idées gourmandes, n’hésitez pas à aller voir comme chaque dimanche chez Syl et les autres marmitonnes.

Participation #2 Les gourmandises de Syl 2022

Pause gourmande: des muffins aux myrtilles

Ma belle-mère ayant acheté des myrtilles pour mon mini lutin, je me suis dit que c’était l’occasion de faire des muffins aux myrtilles. Pour la recette, j’ai ajusté celle que je suis d’habitude pour faire ces muffins car je les ai couverts de sucre perlé.

Les ingrédients: 2 œufs, 75 g de sucre en poudre, 50 g de beurre fondu, 200 g de farine, 10 cl de lait, 1 sachet de levure chimique,125 g de myrtilles fraîches et du sucre perlé.

Les étapes de la préparation: Je commence par mélanger au fouet les deux œufs et le sucre jusqu’à obtenir une crème plus ou moins blanchâtre. Puis avec une cuillère en bois, j’ajoute un à un tout en remuant le beurre fondu, le lait puis la farine. Je mets ensuite en remuant plus lentement la levure puis les myrtilles. Après avoir beurré et fariné notre moule à muffins, j’y verse la pâte puis je finis en recouvrant le dessus des muffins de sucre perlé. Il est alors temps de cuire les muffins (20 min à 200 degrés). Puis une seconde fournée car il restait encore assez de pâte pour faire deux muffins.

Une fois que les muffins sont refroidis, il ne nous reste plus qu’à les déguster avec des lectures de circonstance: un album jeunesse pour mini lutin que j’avais repéré il y a un moment chez Bidib: Des myrtilles pour Lily de Robert McCloskey (éd. Le Genévrier, 2011 et paru pour la première fois aux États-Unis en 1948) et une romance feel good pour moi: L’irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses (éd. NiL, 2018, 422 pages).

Pour d’autres idées gourmandes, n’hésitez pas à aller voir comme chaque dimanche chez Syl et les autres marmitonnes.

Participation #1 Les gourmandises de Syl 2022

Au fil des pages avec Cher Monstre

Nous lisons et relisons Cher Monstre d’Emma Yarlett (éd. Albin Michel Jeunesse, 2019), un album jeunesse à partir de 4 ans avec des lettres à ouvrir. Repéré chez Lou lors du Challenge Halloween 2019, je l’avais emprunté dans la foulée sans le chroniquer. De même en 2020. Alors je profite que cet album jeunesse a rejoint nos bibliothèques (à force de l’emprunter…) pour le chroniquer cette année.

Un monstre des cavernes capture un jeune enfant appétissant et décide d’inviter ses amis à partager ce futur festin autour d’un dîner. Chaque convive répond par lettre au monstre lui soumettant une exigence alimentaire bien particulière: un plat gras et juteux pour l’un, bien salé pour un autre… Mais le petit dîner – le jeune garçon – entend bien rester en vie et tente de gagner du temps. Quel dîner sera finalement servi?

Il y est question d’amitié, de courage et de ruse avec des monstres pas si monstrueux. Les jolies illustrations sont colorées et pleines de peps. Un très bon moment de lecture rigolo et gourmand avec ce livre participatif sur le même principe que Cher dragon et Cher Père Noël de la même autrice! A choisir nous préférons les doigts en chocolat plutôt que les ongles et frites sur compotée d’orteils.

Pour un autre avis sur cet album jeunesse: Lou.

Participation #13 au Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou #Monstre et album jeunesse

Participation #63 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice anglaise

Participation #37 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Album jeunesse

Participation #68 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Pause goûter: Charlotte au chocolat

Cette semaine, pour accompagner mes lectures d’Alice au pays des merveilles, j’ai préparé une charlotte au chocolat. Ce gâteau gourmand est d’origine anglaise. Créé au début du XIXème siècle en l’honneur de la Reine Charlotte, il a depuis évolué. Au départ, c’était un dessert dégusté chaud pour être servi à l’heure du thé. Il était composé de compotes de fruits (pommes, poires…) avec du pain de mie ou brioche beurrée.

Pour la recette, j’ai commencé par faire une mousse au chocolat en reprenant celle que j’ai l’habitude de faire. Ces derniers temps, je mets même une plaquette de chocolat noire entière. Alors je prends les ingrédients suivants: 4 œufs, 60 grammes de sucre en poudre, 50 grammes de beurre mou, 200 grammes de chocolat noir et une pincée de sel

Puis dans un plat spécial « Charlotte », je dispose les biscuits à la cuillère bien serrés les uns les autres et côté bombé vers l’extérieur (un gros paquet) après les avoir légèrement trempés dans de l’eau sur les bords et dans le fond du plat. Il est possible également de les tremper dans du kirsch, du rhum ou du sirop d’orange dilué avec de l’eau.

J’alterne ensuite une couche de mousse au chocolat et une rangée de biscuits préalablement trempés. Dans ce plat, j’ai mis deux rangées de biscuits en finissant par une couche de mousse. Il ne nous reste plus qu’à patienter jusqu’à demain pour la déguster, le temps que la mousse se fasse au frigo (au moins une nuit de repos).

Participation #10 au Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Recette

Participation #4 Les Gourmandises de Syl 2021 (chez Isabelle) #Charlotte au chocolat

Au fil des pages avec Le restaurant de l’amour retrouvé

Début mai 2021, pour prolonger le Mois au Japon, je lis Le restaurant de l’amour retrouvé d’Ito Ogawa (éd. Picquier, 2015, 254 pages), un court roman japonais. Rinco, une jeune femme de 25 ans retourne, après une rupture amoureuse, dans son village natal où vit sa mère qu’elle n’a pas revu depuis 10 ans. Le choc de la rupture lui en a fait perdre de la voix, son ex petit-ami ayant vidé tout l’appartement, y compris les ustensiles de cuisine et à l’exception de la jatte de saumure héritée de sa grand-mère maternelle.

Sa mère accepte qu’elle reste à condition de s’occuper de son cochon femelle apprivoisé, Hermès. Aidé d’un ami de la famille Kuma, Rinco se reconstruit petit à petit en faisant le métier qu’elle aime, cuisiner dans son propre restaurant, « L’Escargot ». Les relations avec sa mère restent tendues, entre non-dits, rancunes et secret familial. Parviendra-t-elle à se remettre de son chagrin amoureux et à renouer avec sa mère grâce à son art culinaire?

Ce roman court au style simple est porté par la cuisine gastronomique de Rinco qui vit délicatement et lentement au rythme des saisons et des plats qu’elle prépare minutieusement et avec beaucoup d’amour, avec des ingrédients locaux et de saison et de générosité aux personnes qui viennent manger dans son restaurant. Sa cuisine, héritée de sa grand-mère maternelle, devient thérapie et réconfort pour elle et pour les autres. Ses plats deviennent sa voix. Chaque plat qu’elle prépare est en effet unique et raffiné et contribue à rendre heureux celui ou celle qui le savoure; ce qui fait bientôt la réputation du restaurant de Rinco.

S’éloignant des rapports conflictuels mère/fille, le texte est un vrai plaisir pour les papilles jusqu’à ce que la mère de Rinco reprenne une place dramatique dans l’histoire (la fin étant un peu abrupte avec en particulier le sort réservé au cochon et (trop) longuement décrit mais qui fait sens dans la reconstruction de Rinco). Avec une touche toute personnelle, la jeune femme crée des plats japonais qui donne envie d’être savourés.

Il y est ainsi question de cuisine comme art-thérapie, de générosité, d’amitié, d’amour (filial, maternel et envers soi-même), de partage mais aussi de Nature avec une montagne généreuse et accueillante au bord d’une source thermale. Un bon moment de lecture feel good dans une atmosphère typiquement japonaise (avec les plats japonais ou les statues de jizô au bord des routes)!

Pour un autre avis: Katell.

Participation #25 Un mois au Japon 2021 de Hilde et Lou #Roman

Participation #3 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Retour aux sources

challenge 2021 lire au féminin

Participation #36 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice japonaise

Participation #55 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine japonaise

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑