Catégorie : Mini challenger (Page 1 of 15)

RAT Contes et Légendes d’Inde 2021

Du 2 au 4 juillet 2021, Bidib, Hilde et Blandine coorganisent un marathon de lectures (read-a-thon) autour des Contes et Légendes d’Inde, à la croisée de leurs challenges respectifs, celui des Contes et Légendes et des Étapes Indiennes. Encore de chouettes moments de lecture et d’échange au fil du week-end à venir avec les autres participants!

L’objectif de ce RAT? Lire au moins une lecture en rapport avec des contes et légendes d’Inde. J’en ai déjà emprunté deux à la médiathèque et je vais en récupérer d’autres que j’ai réservés cet après-midi ou demain. Mais pas que. Ce sera aussi l’occasion de partager des gourmandises comme dimanche avec Syl et ses marmitonnes et bien sûr échanger avec les autres participants.

Alors que vais-je lire pendant ce RAT? J’ai prévu de lire des albums jeunesse de contes et légendes d’Inde que j’avais repérés l’année dernière et/ou en début d’année chez Bidib, Blandine et Hilde. Mais avant je vais terminer De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll et peut-être continuer le tome 6 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec la ruse de Julia Chapman.

  • Contes et récits de l’Inde d’Anna Milbourne et Linda Edwards (éd. Usborne, 2005), un recueil d’histoires jeunesse
  • La Belle et Ganesh de La Luciole Masquée et Joël Cimarrón (éd. Karibencyla, 2009), un album jeunesse à partir de 6 ans (LU)
  • La souris de Vishnou de Muriel Carminati et Frédérick Mansot (éd. Picquier Jeunesse, 2009), un album jeunesse à partir de 6 ans (LU)
  • Savitri la Vaillante, conte de l’Inde de Béatrice Tanaka (éd. Messidor/La Farandole, 1985), un album jeunesse
  • Comptines de Roses & et de Safran de Chantal Grosléziat, Jean-Christophe Hoarau, Aurélia Fronty et Valérie Voyer (éd. Didier Jeunesse, 2011), un album jeunesse accompagné d’un CD avec 28 comptines, berceuses, chants et jeux de doigts d’Inde, du Pakistan et du Sri Lanka
  • Le Livre de la Jungle de Rudyard Kipling et Quentin Gréban (éd. Mijade, 2016, rééd. 2017), un album jeunesse grand format adaptant et abrégeant le roman originel
  • Les veuves de Malabar Hill de Sujata Massey (éd. Charleston, 2020), une aventure de Perveen Mistry, un roman pour la lecture commune du 18 juillet 2021 des Étapes Indiennes (EN COURS DE LECTURE)
  • Le jardin secret, T1 de Maud Begon, d’après Frances H. Burnett (éd. Dargaud, 2021), une BD jeunesse adaptant en diptyque le roman éponyme (LU)

Pour d’autres idées autour de l’Inde (lectures, recettes et autres activités), les autres participantes: Bidib, Hilde, Blandine, Nathalie et Ninijolivre.

Vendredi 2 juillet 2021, je commence la journée en rédigeant mon billet de suivi du RAT et en faisant un petit tour sur les blogs des coorganisatrices (et déjà des lectures qui donnent envie chez elles) puis poursuis de 3 chapitres ma lecture de De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll et illustré par Benjamin Lacombe, Alice étant plongée dans une partie d’échec ayant des règles logiques bien fantaisistes.

Dans l’après-midi, je passe récupérer mes réservations dans deux annexes différentes de notre médiathèque et en rajoutant (puisqu’il me restait encore une place sur ma carte et qui me fait de l’œil depuis un moment) Le livre de la Jungle illustré par un Quentin Gréban (un illustrateur que nous apprécions beaucoup). Pendant le trajet de retour en tram, je lis le premier chapitre des Veuves de Malabar Hill de Sujata Massey avec la première Avocate d’Inde, Perveen Mistry qui travaille dans le cabinet de son père dans les années 20.

Plus tard, dans l’après-midi, après l’école et puis après le repas, pour les histoires, nous (re)lisons des albums et BD jeunesse hors thème: Mon bus de Byron Barton (éd. L’école des loisirs, 2014) avec la tournée d’un chauffeur de bus qui voient des chiens et des chats monter et descendre de son bus, le tome 9 de Petit Poilu, Le trésor de Coconut de Pierre Bailly et Céline Fraipont (éd. Dupuis, 2011)…

Vers 23h, je vais dormir après avoir lu deux histoires mettant en scène des dieux hindous et des souris: La souris de Vishnou de Muriel Carminati et Frédérick Mansot que Bidib avait lu et apprécié l’année dernière et La Belle et Ganesh de La Luciole Masquée et Joël Cimarrón que Blandine avait aussi lu et apprécié l’année dernière. Deux bien jolies histoires! Dans la première, il y est question d’un puissant Maharajah indigne de sa fonction et passant tout son temps sur un superbe train électrique offert par les Anglais plutôt que de s’occuper des affaires de son royaume ni même de sa nièce et de son neveu. Les deux enfants rejetés et bien seuls demandent de l’aide à Vishnou, dieu protecteur et bienveillant. De petites souris espiègles redonneront-elles le sourire aux deux enfants? Je retrouve tous les ingrédients d’un conte traditionnel dans un décor indien et de biens jolis passages gourmands. De même dans la seconde qui est une revisite du conte La Belle et la Bête, la Bête étant ici le dieu Ganesh, dieu de la Sagesse et de l’Intelligence.

Samedi 3 juillet 2021, après le petit déjeuner, je lis le tome 1 du Jardin secret de Maud Begon, d’après Frances H. Burnett (éd. Dargaud, 2021), une BD jeunesse que Blandine a lu également récemment. Pendant ce temps-là, un mini lutin pourtant pas encore en vacances est allé chiper son cahier de vacances Pat’Patrouille et a déjà fait bien trop de pages pour la journée. Un bon moment de lecture qui s’ouvre avec le décès des parents de la jeune Mary Lennox du choléra aux Indes britanniques puis son départ en Angleterre chez son oncle vivant dans un manoir au fin fond des landes anglaises et entourés de jardins!

Comme dans le roman éponyme, je retrouve une petite fille qui s’épanouit au contact de la Nature, se faisant des amis avec qui elle partage l’existence d’un jardin secret. Le printemps arrive avec toute la magie enfantine qui l’entoure. J’ai hâte de lire le second tome. Les illustrations de Maud Begon témoignent de la transformation physique de Mary qui rajeunit et devient plus rayonnante au fil des pages. J’en reparlerai dans les jours à venir.

Après le déjeuner, petit tour chez les autres participantes, Ninijolivre nous ayant rejointes ce samedi sur Insta. De chouettes et jolies lectures autour des contes d’Inde aussi chez elles! Contrairement à Hilde et Bidib, nous n’avons pas de pluie propice à la lecture et c’est une belle journée très ensoleillée.

Pendant le dernier cours de l’année de baby tennis pour mon mini tennisman, je reprends ma lecture du tome 6 des Détectives du Yorkshire de Julia Chapman commencé en début de semaine. Je passerai également ma soirée en compagnie de Samson et Delilah (en mode infiltration, alias Denise) qui se retrouvent à enquêter sur le maire lors d’une partie de chasse organisée par Rick Procter et le maire de Bruntcliffe. Et pour une fois, pas de vol de moutons pour le moment. Mais le danger guette toujours nos deux détectives.

Entretemps, en fin d’après-midi et pour les histoires du soir, ce sera des relectures d’albums jeunesse très hétéroclites: Papa coin coin! de Rosalinde Bonnet (éd. Circonflexe, 2018), une histoire choupinou avec Apout, un renard polaire adoptant un oison et qui demande conseille aux autres animaux pour devenir un bon père, Mon bus de Byron Barton, Les chiens pirates à la rescousse (éd. Hachette Jeunesse, 2018), une histoire de la Pat’Patrouille reprenant un des épisodes de la série, Drôle de coccinelle d’Alissia Waeles et Angie Aubert (éd. Ebla Jeunesse, 2021), Brindille, une coccinelle pas tout à fait comme les autres partant à la recherche d’une coccinelle comme elle…

Dimanche 4 juillet 2021, je reprends ma lecture au chapitre 12 de Rendez-vous avec la ruse. Une matinée semblable à celle d’hier, mon mini lutin continuant son cahier de vacances, si ce n’est que le temps est grisâtre et même pluvieux.

En fin de matinée, je mets à jour ce billet, réponds à tous vos chouettes commentaires et là catastrophe, bug de mon site suite à une mise à jour d’un plugin… Ouf, me voici de retour pour rajouter quelques photos des lectures d’hier après un déjeuner à base de saucisses mais pas empoisonnées comme dans le tome 4 des Détectives du Yorkshire (poke Hilde).

Finalement, à part quelques chapitres lus ce matin (jusqu’au chapitre 17) et des albums jeunesse en fin d’après-midi, peu de place à la lecture ce dimanche. Nous avons joué un peu à Stardew Valley et le soir, un film pour finir le week-end. Après un petit tour chez les autres participantes, j’ai toutefois noter des idées de lecture. Encore merci pour ce RAT aux coorganisatrices!

Participation #51 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib

Participation #3 aux Étapes Indiennes de Hilde et Blandine #RAT

Billet de suivi: Le Mois Anglais 2021

En juin 2021, ce sera les 10 ans du Mois Anglais coorganisé par Lou, Titine et Cryssilda qui ont prévu, pour l’occasion, un programme facultatif et qui poursuit cette année spéciale 10 ans, A Year in England 2021. Cela tombe bien, j’apprécie beaucoup la littérature anglo-saxonne et nous allons donc encore en juin poursuivre nos (re)lectures sans vraiment de PAL préétablies, mais selon mes derniers emprunts/achats et envies. Je vais toutefois essayer de suivre le plus possible le programme facultatif dans mes prochains avis de lecture.

Voici déjà un avant-goût de mes prochaines lectures, ayant commencé ce 25 mai 2021 à lire Le corbeau d’Oxford de Faith Martin (éd. Harper Collins, 2019), la première enquête de Loveday et Ryder, un cosy mystery. J’ai également prévu de lire pour la lecture commune en lien avec le Challenge 2021, cette année sera classique deux romans déjà lus de Jane Austen: Emma et Northanger Abbey. Côté jeunesse, ce seront aussi des classiques avec Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame (en roman et en BD), Le petit Lord Fauntleroy de Frances H. Burnett, le conte Jack et le haricot magique et Le Grand Livre de Beatrix Potter (éd. Gallimard Jeunesse, rééd. 2013)… Sans oublier deux lectures gagnées lors du marathon des concours de l’édition 2020 du Mois Anglais et que j’ai précieusement gardées de côté spécialement pour ce mois de juin (encore merci aux organisatrices et aux maisons d’édition): Jane Austen, Une passion anglaise de Fiona Stafford (éd. Tallandier, 2019) et Voyage avec ma tante de Graham Greene (éd. Robert Laffont, 2018). Et bien sûr, il y aura également beaucoup de lectures jeunesse avec mon mini lutin.

Ce billet sera actualisé au fil du mois en tenant compte uniquement de nos lectures sur le Japon tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Semaine 1 du Mois Anglais:

Le 1er juin 2021 débute la première semaine du Mois Anglais, l’occasion pour moi de chroniquer des livres lus depuis le début d’année tout en commençant à en (re)lire d’autres. Nous relisons d’ailleurs, en journée et aussi comme histoire du soir depuis quelques jours, Gros Loup et la petite bête de Rob Hodgson.

Le 3 juin 2021, je lis 8 pièces de William Shakespeare de Fiona Waters et Lupita (éd. Auzou, 2018) et permettant une première approche de ses œuvres pour les jeunes lecteurs. Je le chronique dans la foulée pour la Journée « Avant 1837 ». En soirée, je commence à relire Northanger Abbey de Jane Austen pour la lecture commune du mois de juin du Challenge 2021, cette année sera classique.

  • Romance feel good contemporaine qui se déroule sur une île des Cornouailles: La Petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan (éd. Prisma, 2016, 506 pages)
  • Album jeunesse d’un auteur anglais: Gros Loup et la petite bête de Rob Hodgson (éd. Belin Jeunesse, 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui a fait partie de la sélection Maternelle du 30e Prix des Incos en 2019
  • 3 juin / Avant 1837: 8 pièces de William Shakespeare de Fiona Waters et Lupita (éd. Auzou, 2018), un livre-théâtre avec de magnifiques illustrations réalisées en papiers découpés, à partir de 6 ans
  • 4 juin / LC commune autour d’Agatha Christie avec Enna, Alexielle et Anne: Le meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie (éd. du Masque, 2011), un roman policier mettant en scène une enquête d’Hercule Poirot
  • 5 juin / LC avec Blandine: Alice au pays des merveilles de Sophie de Mullenheim et Paku (éd. Auzou, coll. Les p’tits classiques, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans, d’après le roman éponyme de Lewis Carroll paru en 1865. Une jolie version illustrée pour les jeunes lecteurs!
  • 5 juin / Animaux: Sur l’origine des espèces de Charles Darwin, adapté et illustré par Sabina Radeva (éd. Helium, 2019), un album jeunesse à partir de 7 ans. Une très belle première approche de la théorie de l’évolution avec cet album jeunesse documentaire pour tous les mini curieux et scientifiques en herbe!

Samedi soir, je regarde à la télévision pour la énième fois la mini-série britannique en 6 épisodes Orgueil et Préjugés de Simon Langton, diffusée pour la première fois en 1995 avec dans les rôles principaux Jennifer Ehle (Elizabeth Bennet) et Colin Firth (Mr. Darcy) en regardant les deux derniers épisodes, d’après le roman éponyme de Jane Austen. Une adaptation très réussie!

Le 6 juin 2021, je continue ma lecture de Northanger Abbey de Jane Austen mais je me rends compte que les nombreuses allusions de la jeune héroïne, Catherine Morland au roman gothique Les mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe (1794) ne permettent pas d’apprécier à sa juste valeur le roman de Jane Austen. Je savais pourtant que Northanger Abbey était une parodie des romans gothiques. Je vais essayer d’aller emprunter, la semaine prochaine, le roman d’Ann Radcliffe avant de poursuivre ma lecture.

Semaine 2 du Mois Anglais:

Pour cette deuxième semaine du Mois Anglais, j’ai ralenti le rythme de mes billets sur le blog mais pas de nos lectures. Je poursuis mon immersion dans l’univers carrollien avec cette fois la version illustrée par Benjamin Lacombe d’Alice au Pays des Merveilles. J’accompagne ma lecture avec une charlotte au chocolat (ce gâteau étant d’origine anglaise, créé au début du XIXème siècle en l’honneur de la Reine Charlotte). Puis je poursuis avec d’autres versions/traductions illustrées comme celles d’Helen Oxenbury, de Rebecca Dautremer, de Guillaume Sorel ou encore d’Éric Puybaret.

Le 8 juin 2021, je fais un rapide passage à la médiathèque pour compléter mes lectures carrolliennes avec trois albums jeunesse en vue de mes lectures communes autour d’Alice au Pays des Merveilles avec Blandine, Isabelle et Lou nous ayant aussi rejointes: . J’ai aussi emprunté un roman de Michael Morpurgo en espérant avoir le temps de lire pour la lecture commune du 20 juin.

  • 7 juin / Première ou Seconde Guerre Mondiale: Les sœurs Mitford enquêtent, L’assassin du train, T1 de Jessica Fellowes (éd. du Masque, 2018)
  • 9 juin: Littérature jeunesse/Album jeunesse: nos lectures « Jack et le haricot magique »
  • Album jeunesse: Nina et le doudou magique de Nicola Killen (éd. Quatre Fleuves, coll. Livres poétiques, 2019), un album jeunesse avec des découpes et à partir de 3 ans.
  • 10 juin: Époque victorienne

Vendredi soir, 11 juin 2021, je passe ma soirée à lire les tomes 6 à 13 de la BD jeunesse Princesse Sara d’Audrey Alwett, Nora Moretti (éd. Soleil, coll. Blackberry) dont j’avais lu les premiers tome l’année dernière et qui reprend le roman, La petite princesse de Frances Hodgson Burnett dans les 4 premiers tomes pour s’en affranchir dans les suivants dans un univers steampunck du XIXe siècle, entre Londres et Pondichéry notamment.

  • 12 juin: Une saison au choix
  • 12 juin / LC avec Blandine: Alice au pays des Merveilles de Lewis Carroll et illustré par Benjamin Lacombe (éd. Soleil, 2016), un roman jeunesse pour les adolescents, à partir de 13 ans
  • 13 juin/ Les Gourmandises de Syl: la charlotte au chocolat ou plus exactement à la mousse au chocolat noir

Le 12 juin 2021, une des lectures du soir était avec un illustrateur anglais que nous apprécions: La dispute de Norbert Landa et Tim Warnes (éd. Mijade, 2011, rééd. 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans. Deux meilleurs amis, un ours et un lapin se disputent. Arriveront-ils à se réconcilier? Une histoire toute mignonne!

En soirée, je regarde à la télévision le téléfilm L’amant de Lady Chatterley de Jed Mercurio (2015) adapté du roman éponyme de D.H. Lawrence publié en 1928, avec dans les rôles principaux Holiday Grainger, Richard Madden et James Norton.

Semaine 3 du Mois Anglais:

Cette semaine, je fais un nouveau passage à la médiathèque, après avoir vu que le tome 4 des Détectives du Yorkshire était disponible. En à peine deux soirées, je lis donc Rendez-vous avec le poison de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), un cosy mystery qui se déroule très peu de temps après les événements du tome précédent. Encore une lecture très plaisante avec ce duo attachant et la vie campagnarde dans les vallons du Yorkshire! J’ai une nouvelle fois bien hâte de lire la suite.

Je lis également L’anniversaire de Pierre Mornet (éd. Autrement, 2013), un album jeunesse à partir de 8 ans en lecture commune avec Blandine et qui me plonge dans l’univers d’Alice et le monde de l’enfance avec une petite fille qui rencontre le jour de son anniversaire celle qui deviendra sa meilleure amie.

Pour les histoires du soir, nous (re)lisons également des histoires d’auteurs/illustrateurs anglais comme Le roi Jules et les dragons de Peter Bently et Helen Oxenbury (éd. L’école des loisirs, coll. Pastel, 2012), un album jeunesse à partir de 3 ans. Après les histoires de pirates dans Capitaine Jules et les pirates, les trois enfants s’amusent à s’inventer des histoires de dragons.

Le 18 juin 2021, je lis le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes, L’affaire Lady Alistair de Serena Blasco (éd. Jungle, 2016), une BD jeunesse à partir de 9 ans, d’après le roman de Nancy Springer. En soirée, je commence à lire Le don de Lorenzo, enfant de Camargue de Michael Morpurgo et illustré par François Place (éd. Gallimard Jeunesse, 2019, 320 pages), un roman junior à partir de 10 ans, en vue de la lecture commune du 20 juin.

  • 14 juin: Années 50/60: Le corbeau d’Oxford, une enquête de Loveday & Ryder, T1 de Faith Martin (éd. Harper Collins, 2019)
  • 17 juin: Époque édouardienne: La machine à explorer le temps de Dobbs et Mathieu Moreau (éd. Glénat, 2017), une BD d’après le roman éponyme de H.G. Wells.
  • 19 juin: English Royals
  • 19 juin / LC avec Blandine: L’anniversaire de Pierre Mornet (éd. Autrement, 2013), un album jeunesse à partir de 8 ans
  • 20 juin / LC autour de Michael Morpurgo avec Enna, Alexielle, Lou et Nathalie: Le don de Lorenzo, enfant de Camargue de Michael Morpurgo et illustré par François Place (éd. Gallimard Jeunesse, 2019, 320 pages), un roman junior à partir de 10 ans

Après avoir fini hier soir Le don de Lorenzo, enfant de Camargue qui se déroulait pendant la Seconde Guerre Mondiale au milieu des flamants roses, je passe en ce 20 juin 2021 à un autre décor contemporain, dans les Vallons du Yorkshire et ses moutons avec le tome 5 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le danger de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), un cosy mystery très addictif.

Semaine 4 du Mois Anglais:

Pour débuter cette dernière semaine du Mois Anglais, je continue et finis le tome 5 des Détectives du Yorkshire, Delilah et Samson enquêtant sur le décès suspect survenu en plein vente aux enchères de bétails. Encore une fois, à la fin de ma lecture, j’ai hâte de lire le tome suivant, Rendez-vous avec la ruse que j’ai déjà. Mais avant, je vais lire mes lectures communes pour le 26 juin.

Côté lecture jeunesse, nous (re)lisons Dis-Ours, tu rentres bientôt? de Jory John et Benji Davies (éd. Little Urban, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans, Ours étant parti seul camper, loin de son voisin Canard ou encore Croc-Croc ne veut pas partager! de Carolina Rabei (éd. Circonflexe, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans, une histoire mignonne de partage et d’amitié entre un cochon d’Inde et un lapin.

Le 24 juin 2021, je commence à lire Anatomie d’un scandale de Sarah Vaughan (éd. Librairie générale française, Préludes, 2019, 445 pages), un roman contemporain se déroulant dans les milieux politiques et judiciaires en Angleterre, une avocate pénaliste, Kate Woodcroft se consacrant à un dossier mettant en cause James Whitehouse, Sous-secrétaire d’État et ami du Premier Ministre poursuivi pour viol. L’histoire alterne les points de vue entre l’avocate, l’homme politique et sa femme et aussi les époques. Je m’arrête alors quand de 2016 l’histoire repart en arrière, en 1992.

  • 21 juin: Années 70/80/90
  • 22 juin: Non fiction (essai/biographie/livre d’Histoire): focus sur Jane Austen avec Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin et Nathalie Novi (éd. Albin Michel, 2017 et Jane Austen, Une passion anglaise de Fiona Stafford (éd. Tallandier, 2019)
  • Album jeunesse: Croc-Croc ne veut pas partager! de Carolina Rabei (éd. Circonflexe, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans
  • 24 juin: Années 20/30/40: Rebecca de Daphné du Maurier (éd. Albin Michel, 1938, rééd. 2015, 438 pages)
  • 26 juin: Voyage/Évasion au sens large (régions anglaises, voyage dans le temps, dans l’espace si l’équipage est anglais)
  • 26 juin / LC avec Enna et Sylvie: Anatomie d’un scandale de Sarah Vaughan (éd. Librairie générale française, Préludes, 2019), un roman judiciaire et psychologique autour d’un procès pour viol d’un homme politique anglais

Le 26 juin 2021, je finis de lire Anatomie d’un scandale de Sarah Vaughan mais pas à temps pour rédiger mon avis que je ferai la semaine prochaine.

Semaine 5 du Mois Anglais:

Et voici les derniers jours de juin et la presque fin du Mois Anglais mais pas du challenge A year in England 2021. J’ai encore de nombreux livres anglo-saxons en attente de lire ou de chroniquer.

  • BD jeunesse: le tome 1 de Miss Charity, L’enfance de l’art de Loïc Clément et Anne Montel (éd. Rue de Sèvres, 2020), l’adaptation en BD du roman éponyme de Marie-Aude Murail
  • 28 juin: Années 2000 jusqu’à aujourd’hui
  • Album jeunesse: Dis-Ours, tu rentres bientôt? de Jory John et Benji Davies (éd. Little Urban, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans, Ours étant parti seul camper, loin de son voisin Canard.
  • 3 juillet/ LC avec Blandine: De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll et illustré par Benjamin Lacombe (éd. Soleil, coll. Métamorphose, 2016), un roman jeunesse pour les adolescents, à partir de 13 ans

Je finis ce Mois Anglais en commençant le tome 6 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec la ruse de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2020) et en finissant De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll et illustré par Benjamin Lacombe.

Petit bilan de cette édition du Mois Anglais: ce mois de juin est passé aussi vite que les années précédentes. Comme l’année dernière, c’est encore une belle évasion livresque anglaise et même gourmande et de nouveaux livres qui ont rejoint ma LAL (je ne parle même plus de PAL tant il y en a). Heureusement, cette année le Mois Anglais a lieu toute l’année avec A Year in England. Je vais continuer en juillet, et sans doute en août, à chroniquer nos lectures de juin. Encore merci aux coorganisatrices, en particulier à la présence active de Lou qui est pourtant en pleins préparatifs de déménagement. À l’année prochaine of course!

Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda

Billet de suivi: le Mois italien 2021

Du 1er au 31 mai 2021, Martine organise le Mois italien – que j’ai découvert chez Bidib – en laissant libre cours nos lectures tout en partant à la découverte des différentes régions italiennes. Il est prévu quelques rendez-vous comme des nouvelles (ou recueils) les lundis, de la littérature jeunesse les mercredis, des polars les vendredis et des desserts les dimanches ainsi qu’une lecture commune le 28 mai 2021. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog.

Ce billet sera actualisé au fil du mois en tenant compte uniquement de nos lectures italiennes tout en faisant un billet séparé pour chaque participation. 

Le 3 mai 2021, je commence ce Mois Italien par Le livre du trésor de Brunetto Latini et Rébecca Dautremer (éd. Grasset Jeunesse, coll. « La Collection », 2020), un album jeunesse à partir de 7 ans et reprenant des passages du merveilleux bestiaire de l’encyclopédie éponyme écrite dans les années 1260 par Brunetto Latini et mélangeant animaux réels et animaux fabuleux comme la licorne ou la baleine.

Ce 4 mai 2021, je suis allée récupérer des réservations à la médiathèque et en ai profité pour emprunter également des Contes italiens et Pinocchio de Carlo Collodi dans plusieurs versions illustrées ou non.

Ce 12 mai 2021, je finis de lire les derniers chapitres des Aventures de Pinocchio, histoire d’un pantin de Carlo Collodi et illustré par Carlo Chiostri (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Folio Junior, rééd. 2009, 237 pages), un roman jeunesse à partir de 10 ans. Je lis également des versions abrégées et illustrés du conte originel mais aussi des versions adaptées du film d’animation de Walt Disney sorti en 1940.

J’ai également lu, fin mai, une BD jeunesse fantastique d’un auteur italien, le tome 1 de Blue au Pays des Songes, La forêt envahissante de Davide Tosello (éd. Glénat, 2020).

J’avais prévu de lire des contes italiens et un roman contemporain, Mille jours en Toscane de Marlena de Blasi (éd. Mercure de France, 2011, 230 pages). Je le ferai sans doute courant juin.

Le Mois italien 2021 de Martine

Billet de suivi: Challenge Cottagecore 2021

Du 1er mai au 30 septembre 2021, Missycornish propose un nouveau challenge sur une tendance actuelle depuis la pandémie de Covid-19, le « cottagecore », à savoir un mode de vie slowlife dans une campagne idéalisée et s’inspirant de la campagne anglaise du XIXe siècle. Pour ce challenge Cottagecore, Missycornish a prévu un programme facultatif que je vais essayer de suivre le plus possible, cinq catégories et des défis autour d’histoires bucoliques et champêtres. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog.

A la découverte de ce challenge, plusieurs auteurs et titres me sont venus en tête et qui iront de pair avec mes futures (re)lectures anglo-saxonnes avec des romans de mœurs champêtres comme les romans de Jane Austen ou des sœurs Brontë ou bien encore américaines avec Calpurnia de Jacqueline Kelly (éd. L’école des loisirs, 2013), Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2020)… Je n’ai pas encore établi de PAL précise. J’y glisserai également des cosy mystery. Ce sera aussi l’occasion de chroniquer des lectures passées comme le tome 1 de Miss Charity, L’enfance de l’art de Loïc Clément et Anne Montel (éd. Rue de Sèvres, 2020), l’adaptation en BD du roman éponyme de de Marie-Aude Murail.

Ce billet sera actualisé au fil des mois en tenant compte uniquement de nos lectures champêtres tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Catégorie « Retour aux sources » (des histoires qui se déroulent en pleine campagne, dans la forêt, peut-être loin de la civilisation)

  • Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell (éd. Fayard, 2005, 512 pages) qui est certes un roman industriel de l’époque victorienne mais dont quelques chapitres se passent dans le sud rural de l’Angleterre, dans le village de Helstone, avant que la jeune héroïne, Margaret Hale s’installe avec ses parents dans la ville industrielle de Milton et ses manufactures de coton.
  • Le restaurant de l’amour retrouvé d’Ito Ogawa (éd. Picquier, 2015, 254 pages), un roman japonais avec le changement de vie d’une jeune femme qui après une rupture amoureuse quitte la ville pour un retour dans les montagnes de son enfance
  • Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko (éd. Flammarion Jeunesse, 2020), un roman jeunesse à partir de 13 ans qui se déroule dans un monde futuriste, les arbres étant devenus de rares objets de luxe et les humains ayant oublié leur rôle essentiel dans notre écosystème. Nous suivons Saama, une jeune nomade de 12 ans vivant dans le désert. Et si les arbres étaient bien plus que des objets de décoration?
  • Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2020). Au cours de ma lecture, des passages du premier des trois téléfilms canadiens de Kevin Sullivan, Le bonheur au bout du chemin (1985), avec Megan Follows dans le rôle d’Anne Shirley et que j’ai vus il y a longtemps à la télévision quand j’étais adolescente, sans savoir, à l’époque qu’il s’agissait d’une adaptation d’un roman paru pour la première fois en 1908.
  • Sur l’origine des espèces de Charles Darwin de Sabina Radeva (éd. Hélium, 2019), un album jeunesse à partir de 7 ans, une Une très belle première approche de la théorie de l’évolution avec cet album jeunesse documentaire pour tous les mini curieux et scientifiques en herbe.
  • Camping sauvage de Julia Woignier (éd. Seuil Jeunesse, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans. Les animaux de la forêt partent randonner, sacs-à-dos et tentes avec eux et ainsi découvrir la montagne. Mais surpris par la tempête, ils font une rencontre qui va donner un tournant à leurs vacances.
  • Sauvage d’Emily Hugues (éd. Autrement, 2014), un album jeunesse à partir de 5 ans.Une petite fille ayant grandi dans la forêt parmi les animaux doit apprendre à vivre en société. Mais n’était-elle pas plus heureuse dans la Nature?
  •  

Catégorie « Les propriétés et jardins dissimulés » (secrets de familles, sagas familiales à la campagne dans un cottage ou manoir)

  • Après avoir vu la mini-série fin avril/début mai à la télévision, j’ai lu fin mai le roman éponyme Belgravia de Julian Fellowes (éd. JC Lattès, 2016), dont l’intrigue se déroule certes dans un quartier huppé de Londres, Belgravia mais dont l’un des personnages principaux, Anne Trenchard a un attachement tout particulier aux jardins de son manoir qu’elle a restauré dans la campagne anglaise.
  • Une maison dans les buissons d’Akiko Miyakoshi (éd. Syros, 2017), un album jeunesse à partir de 4 ans aux magnifiques illustrations. Il s’agit de l’histoire d’une amitié naissante entre deux fillettes, Sakko venant de s’installer dans la maison voisine et dans laquelle la Nature est omniprésente avec le champ de pissenlits et le jeu de dînette dans une petite « cabane » secrète dans les buissons.
  • Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë et illustré par Charlotte Gastaut (éd. L’école des loisirs, coll. Illustrés classiques, 2019), un roman jeunesse à partir de 13 ans et qui est une version abrégée du texte originel. Une histoire avec son lots de secrets de famille, de vengeance dans les landes anglaises!
  • Rebecca de Daphné du Maurier (éd. Albin Michel, 1938, rééd. 2015, 438 pages), un roman mêlant romance, gothique et policier dans une ambiance troublante et pesante du manoir de Manderley, véritable prison dorée pour la narratrice qui doit vivre avec le souvenir oppressant et idéalisé de la première épouse de son mari.
  • le tome 1 de Miss Charity, L’enfance de l’art de Loïc Clément et Anne Montel (éd. Rue de Sèvres, 2020), l’adaptation en BD du roman éponyme de Marie-Aude Murail, un roman d’apprentissage s’inspirant de Beatrix Potter et se consacrant à l’enfance de Charity, de ses 5 ans à 15 ans, à l’époque victorienne.

Catégorie « Rêveries au bord de l’eau » (des histoires qui se déroulent au bord de la mer, d’un étang, marais tout en conservant une ambiance champêtre et romantique)

  • La Petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan (éd. Prisma, 2016, 506 pages), un roman anglo-saxon avec le changement de vie d’une jeune femme qui après une rupture amoureuse quitte la ville pour s’installer dans un petit port de pêche perdu en Cornouailles et retrouver un sens à sa vie.
  • Norig et l’or de l’île de Ghislaine Roman et Sophie Lebot (éd. Saltimbanque, 2018), un album jeunesse grand format à partir de 6/7 ans et aux magnifiques illustrations. Il s’agit d’un bien joli conte malgré son propos. Norig, une jeune fille s’épanouit dans les landes bretonnes mais une vieille femme mystérieuse lui prédit la destruction de son île et de toute sa faune et flore. Pourra-t-elle empêcher ce funeste présage? Comme dans Et le désert disparaîtra, il s’agit de savoir si l’exploitation des richesses naturelles est plus importante que la qualité de la vie et la protection de l’environnement pour les générations présentes et futures.
  • Le don de Lorenzo, enfant de Camargue de Michael Morpurgo et illustré par François Place (éd. Gallimard Jeunesse, 2019, 320 pages), un roman junior à partir de 10 ans et se passant en Camargue pendant la Seconde Guerre Mondiale.
  •  

Catégorie « Contes et légendes campagnards » (des éditions illustrées telles que les mythes des Léprechauns ou les histoires pour enfants de Beatrix Potter)

  • Le grand livre de Beatrix Potter (éd. Gallimard Jeunesse, rééd. 2013), l’intégrale des 23 contes classiques de Beatrix Potter parus à partir de 1902 et prenant pour décor la campagne anglaise. Nous y retrouvons Pierre Lapin et son cousin Jeannot Lapin, les souris Tom Pouce et Hunca Munca, Sophie Canétang…
  • en lecture commune avec Blandine, nous lisons Alice au pays des merveilles de Sophie de Mullenheim et Paku (éd. Auzou, coll. Les p’tits classiques, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans, d’après le roman éponyme de Lewis Carroll paru en 1865. Une jolie version illustrée pour les jeunes lecteurs!
  • Alice au pays des merveilles avec cette fois la version magnifiquement illustrée par Benjamin Lacombe et traduite dans sa version intégrale par Henri Parisot (éd. Soleil, 2016), un roman jeunesse pour les adolescents, à partir de 13 ans
  • L’anniversaire de Pierre Mornet (éd. Autrement, 2013), un album jeunesse à partir de 8 ans avec une jeune femme se souvenant d’elle enfant, le jour de son anniversaire, lors de sa rencontre dans une forêt avec celle qui deviendra sa meilleure amie.
  • Nina et le doudou magique de Nicola Killen (éd. Quatre Fleuves, coll. Livres poétiques, 2019), un album jeunesse avec des découpes et à partir de 3 ans, un joli conte printanier tout doux.
  •  

Il y a également une cinquième catégorie: « The cottagecorelifestyle » (magazines, documentaires autour du jardinage, couture, cuisine, ambiances cocooning). Outre la lecture, Missycornish a élargi son challenge aux films et dessins animés.

Pour valider complètement ce challenge, il ne faudra pas que j’oublie de lire au moins un livre qui contient le mot “cottage”, qui a une couverture qui évoque la nature, qui raconte une histoire d’amour dans les landes ou dans les bruyères et/ou qui est un classique champêtre.

Enfin, chaque fin de mois, une journée thématique est prévue:

  • 30 mai 2021/une lecture qui met à l’honneur les animaux, insectes et fleurs (un roman ou même un documentaire, pourquoi pas)
  • 30 juin 2021/une lecture qui évoque les pique-niques et balades dans les champs
  • 30 juillet 2021/une lecture mettant en avant les baignades
  • 31 août 2021/un livre sur les jardins cachés
  • 30 septembre 2021/un roman qui se déroule dans la forêt ou qui introduit l’automne

Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish

RAT du Mois au Japon 2021

Pour cette troisième semaine du Mois au Japon 2021, Lou et Hilde, les deux coorganisatrices proposent d’échanger autour d’un journal de bord et de finir la semaine avec un read-a-thon (marathon de lectures) tout au long du week-end des 17 et 18 avril. De mon côté, je continue avec mon billet de suivi du mois. Je pensais n’actualiser ce billet que ce week-end mais finalement, je vais le faire dès aujourd’hui comme ce sont les vacances scolaires. Comme l’a écrit Lou, nous sommes à la croisée du journal de bord et du marathon de lecture.

En ce moment, il y a bien sûr le Japon qui rythme notre quotidien, avec des lectures, des activités DIY et de la cuisine. Mais pas seulement. Avec le retour du printemps et même si nous sommes encore confinés dans un périmètre de 10 km, nous relisons des histoires printanières autour du jardinage, des plantations, de l’environnement, des fleurs… Nous nous occupons aussi de notre jardinière avec notamment nos plants de tomate cerise et aussi notre pot de gazon ramené de l’école. 

Ce 15 avril 2021, la journée commence par une première lecture après le petit déjeuner avec Splat adore jardiner! de Rob Scotton (éd. Nathan, 2015), un album jeunesse à partir de 4 ans. En compagnie de Harry Souris, Splat est bien impatient de voir sa graine pousser comme nous avec les haricots que nous avons dû planter pendant la semaine de l’école à la maison, après avoir étudié Jacques et le haricot magique de Richard Walker et Niamh Sharkey (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 2000), un album jeunesse à partir de 4 ans.

Puis nous faisons une activité DIY avec des lanternes japonaises pour la journée « Loisirs créatifs » de demain. Nous prenons d’abord une feuille blanche pour dessiner des motifs floraux que nous collons sur une feuille colorée. Puis c’est l’étape du découpage et du collage pour former une jolie lanterne. Nous en faisons plusieurs de différentes tailles.

Avant le déjeuner, nous relisons les deux tomes de Cassis de Brigitte Luciani et Eve Tharlet (éd. Dargaud, 2014), une BD jeunesse au format à l’italienne à partir de 3 ans et qui reprend les personnages de la version BD pour les plus grand de Monsieur Blaireau et Madame Renarde: Cassis veut jouer et Cassis a peur. Le personnage central est ici la plus petite de la fratrie recomposée, Cassis laissé un après-midi ou une soirée sous la surveillance de ces grands frères et sœur. Deux histoires adorables sur le monde de la petite enfance!

Puis je rédige ce billet et fais un petit tour chez les autres participantes qui ont déjà commencé leur journal de bord/billet de RAT: Hilde qui a fini cette semaine Konbini, entre deux origamis, Lou qui se replonge avec ses filles dans des albums jeunesse japonais aux histoires toutes douces et aussi Blandine qui voyage avec Peter Pan en emmenant quelques mangas.

L’après-midi passe entre dessins animés, jeux et coloriages (avec une forte dominante d’Octonauts), sans oublier la pause goûter et une jolie lecture en suivant la vie de Koïshi au fil des saisons avec La balade de Koïshi d’Agnès Domergue et Cécile Hudrisier (éd. Grasset Jeunesse, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans en forme de livre-accordéon.

Puis il est l’heure de dîner avec un ramen express (des raviolis aux crevettes et des nouilles) et de lire les histoires du soir avec une fois n’est pas coutume trois albums jeunesse – des relectures: Un loup dans le potager de Claire Bouiller et Quentin Gréban (éd. Mijade, 2004, rééd. 2013) avec un gentil loup jardinier, Banquise Blues de Jory John et Lane Smith (éd. Gallimard Jeunesse, 2019) avec un manchot empereur râleur et Gaston Grognon de Suzanne et Max Lang (éd. Casterman, 2020).

En soirée, je continue ma lecture d’Un café maison de Keigo Higashino (éd. Actes Sud, coll. Actes noirs, 2012), un roman policier au rythme lent et qui est bien loin des méthodes d’enquête française (et peut-être même de celles que je supposais japonaises).

Ce 16 avril 2021, nous commençons la journée par la lecture d’albums jeunesse. Je lis Le maître des estampes de Thierry Dedieu (éd. Seuil Jeunesse, 2010), un album jeunesse pour les 6/9 ans selon l’éditeur à la morale pleine de sagesse sur la valeur d’une œuvre d’art.

Puis nous lisons La fête de la tomate de Satomi Ichikawa (éd. L’école des loisirs, 2012) avec Hana, une petite fille qui cultive des plants de tomates dans le potager de sa grand-mère, Quand il fait nuit d’Akiko Miyakoshi (éd. Syros, 2016), une histoire douce et poétique avec un petit lapin qui rentre chez lui, le soir, avec ses parents se coucher, l’occasion de rêver sur ce que font les autres personnes au même moment et enfin Toujours rien? de Christian Voltz (éd. du Rouergue, 1997, rééd. 2020) avec Monsieur Louis qui attend plus ou moins patiemment que sa graine pousse.

C’est encore une journée qui est passée vite, avec un après-midi semblable à hier mais j’ai pris le temps d’écrire deux billets, l’un sur nos lanternes japonaises et l’autre sur ma lecture de ce matin, Le maître des estampes. Nous avons aussi fait le tri des livres à rendre ou non à la médiathèque afin de pouvoir récupérer nos réservations demain après-midi, l’occasion de feuilleter ou de relire certains. Puis c’est l’heure des histoires du soir avec deux albums jeunesse à partir de 3 ans: Florette d’Anna Walker (éd. L’école des loisirs, 2019) avec l’histoire d’une petite Maé à qui la Nature manque terriblement, après son déménagement en ville avec sa famille et Le bon côté du mur de Jon Agee (éd. Gallimard Jeunesse, 2019).

Avant de me plonger dans ma lecture du soir, j’actualise mon billet et fais un petit tour des blogs et des réseaux sociaux. Bidib nous a rejoint aujourd’hui ce soir avec un manga.  Il y a aussi MissyCornish avec un roman court de Haruki Murakami, L’étrange bibliothèque, une histoire qui semble plutôt à lire à Halloween et Pativore avec Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par des chemins, à l’est par un cours d’eau de László Krasznahorkai et qui l’entraîne dans un pèlerinage au Japon.

Samedi 17 avril 2021, il est 17h30 et je n’ai pas encore pris le temps d’actualiser ce billet. Retour sur notre journée. Ce matin, je finis les derniers chapitres d’Un café maison de Keigo Higashino, un roman policier auquel je n’ai pas accroché, l’auteur ayant pourtant reçu le Prix Naoki au Japon en 2005 pour la première enquête de son duo d’enquêteurs, Le Dévouement du suspect X (un prix qui récompense des auteurs de romans populaires, que ce soit des romans policiers ou historiques).

Yoshitaka Mashiba est retrouvé seul chez lui, empoisonné à l’arsenic. Très vite, sa femme, Anayé est soupçonnée. Les deux policiers chargés de l’enquête – l’inspecteur Kusagani et sa collègue Kaoru Yukama – vont tenter de découvrir le coupable de cet empoisonnement, aidé par un physicien Yukawa. Ils se querellent sur l’identité du coupable, Kusagani attiré par l’épouse du défunt rejetant l’idée qu’elle pourrait être l’assassin. Et comment s’y serait-elle prise alors qu’elle était absente du domicile conjugal? Et quel serait son mobile? La vengeance? En effet, le défunt qui souhaitait à tout prix être père, avait une maîtresse, la jeune assistante de sa femme et une vie bien secrète.

L’enquête se passe très lentement, avec un duo d’enquêteurs qui avancent presque sur des pincettes pour ne pas froisser les éventuels suspects en les interrogeant, autour d’un café ou d’un thé. Avec ce respect et cette courtoisie – presque à outrance et pourtant si japonais – ce roman est bien loin des enquêtes françaises où l’épouse aurait été immédiatement placée en garde à vue. Mais peut-être que je tenterai d’en lire un autre au vu de l’avis positif de Rachel sur un autre roman policier de cet auteur, La maison où je suis mort autrefois.

Puis en milieu de matinée, nous lisons Prendre le large de Johan Pegot (éd. NordSud, 2019) avec un petit garçon qui est bien triste après le départ (définitif) de son père et qui attend son retour jusqu’à ce qu’un jour il recueille un oiseau blessé et qui donne envie à mon mini lutin de relire L’enfant, la baleine et l’hiver de Benji Davies (éd. Milan Jeunesse).

Cet après-midi, après le cours de tennis, nous allons à la médiathèque pour récupérer nos réservations et aussi faire une partie de Tropicano, un jeu de plateau à partir de 5 ans (éd. Bedeluc) où chaque joueur pirate doit construire un pont en bois jusqu’au trésor. C’est un jeu de société avec un dé dans lequel il faut faire preuve d’anticipation et de stratégie. Car attention à la vague qui peut tout détruire!

Puis retour de médiathèque avec la lecture, après le goûter, de tous les albums jeunesse empruntés ce jour:

  • Lenny & Lucy de Philip C. et Erin E. Stead (éd. Kaléidoscope, 2015), un album jeunesse à partir de 6 ans avec Peter, un petit garçon qui déménage avec son père et son chien près d’une forêt.
  • Ce n’est pas une bonne idée! de Mo Willems (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des Loisirs, 2013), un album jeunesse rigolo à la chute décalée à partir de 3 ans, quand un renard invite une oie à partager une soupe.
  • Qu’est-ce que vous faites Monsieur l’architecte? de Kunihiko Aoyama (éd. Nobi! Nobi!, 2016), un album jeunesse à partir de  3 ans, un  conte avec un vieux nain un peu bourru et architecte qui entreprend la construction d’une maison avec l’aide des animaux de la forêt
  • Petit Noun, L’hippopotame bleu des bords du Nil de Géraldine Elschner et Anja Klauss (éd. L’élan Vert, 2012), un album jeunesse à partir de 4 ans et qui nous fait voyager dans l’Egypte antique et des trésors qui ont traversé les siècles, comme certains objets conservés au Musée du Louvre
  • L’attrape-lune de Séverine Vidal et Barroux (éd. Mango Jeunesse, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans avec la jolie, rigolote et complice relation entre un grand-père et son petit-fils faite d’imaginations, de souvenirs et de rêves.
  • ainsi que certains chapitres d’un documentaire, Tout savoir sur les volcans d’Évelyne Pradal (éd. Fleurus, 2018).

Après la lecture de Petit Noun, un petit hippopotame bleu qui part à la recherche de ses ancêtres, c’est l’occasion de relire un documentaire sur la naissance avec L’imagerie du corps humain (éd. Fleurus). Nous feuilletons également deux livres de Madame Mô d’Agnès Lafaye et Pascale Moteki qui sont remplis d’histoires, recettes et petits bricolages autour du Japon: Madame Mô, Les Fruits et les légumes japonais (éd. Picquier Jeunesse, 2015) et Madame Mô, Les fêtes japonaises (éd. Picquier Jeunesse, 2013).

Pour le repas du soir, nous restons dans l’ambiance japonaise avec un plateau de sushis, makis, california rolls et sashimis… Dommage qu’on n’ait pas eu le temps de passer au magasin asiatique pour en faire nous-même… Peut-être la semaine prochaine… C’est ensuite l’heure des histoires du soir avec deux relectures: Une si petite graine d’Eric Carle (éd. 1970, rééd. 2020) et Les Pirates de Valérie Guidoux et Charlie pOp (éd. Larousse, coll. Ma Baby Encyclopédie Larousse, 2014).

Pour commencer la soirée, un petit tour chez les autres participantes où chacune a pu continuer leurs lectures en cours: Quand l’empereur était un dieu de Julie Otsuka chez Bidib, le tome 2 de Shikanoko, la princesse de l’automne de Lian Hearn chez MissyCornish, la série de Magus of the Library de Mitsu Izumi chez Pativore, un album jeunesse pour faire des grues en origami chez Hilde avec Je fais un oiseau pour la paix d’Alain Serres et Claire Franek (faisant référence à l’histoire de Sadako Sasaki) et Blandine qui est toujours en compagnie de Peter Pan et aussi avec Bashô, Le fou de poésie de Françoise Kerisel et Frédéric Clément.

Je ne sais pas par quoi je vais commencer ce soir, peut-être en piochant dans nos derniers emprunts ou en regardant à la télévision les deux premiers épisodes de la série Belgravia, une adaptation du roman éponyme de Julian Fellowes. Finalement, ce sera soirée télé.

Dimanche 18 avril 2021, je commence la journée par un petit tour sur les réseaux sociaux et les blogs, Tiphanya et NathChoco participant également au RAT sur Insta, Tiphanya avec des mangas comme le tome 1 de Daisy, Lycéennes à Fukushima  de Reiko Momochi et NathChoco avec Et si les chats disparaissaient du monde… Genki Kawamura. Fondant nous a aussi rejointes hier soir avec un film d’animation de Miyazaki, Nausicaä de la Vallée du Vent. Hilde continue de faire des origamis, ce matin des cygnes pour accompagner un conte, Le Peintre et les cygnes sauvages de Claude et Frédéric Clément.

Puis je commence, en reprenant un café, Seins et Œufs de Mieko Kawakami (éd. Actes Sud, 2012), un roman court assez déroutant après les premières pages, avec l’arrivée pour quelques-jours à Tokyo de Makiko, à l’aube de la quarantaine et obsédée par le désir de se refaire les seins et de sa fille de 12 ans, Midoriko, en pleine puberté et refusant de parler, chez sa sœur cadette, Natsu et qui  alterne avec le ressenti de la narratrice, Natsu et le journal intime de l’adolescente. En fin de matinée, je finis de lire ce roman (108 pages) et qui a obtenu le Prix Akutagawa en juillet 2007 (prix littéraire japonais qui récompense les auteurs débutants de nouvelles ou de romans courts). L’autrice questionne la féminité et le corps féminin à travers les figures de la femme célibataire, de la mère et de l’adolescente.

Après un déjeuner de crêpes salées, nous faisons du jardinage en faisant des semis pour, nous l’espérons, nos futurs fraisiers. Nos plants de tomates cerise se sont bien acclimatés à notre jardinière. Nous sommes aussi contents que les haricots blancs mis dans du coton humidifié aient enfin commencé à germer. C’était une activité proposée par la maîtresse pour les vacances pour prolonger l’exploitation pédagogique de Jacques et le haricot magique. Le mini jardinier reporte les observations sur sa feuille de suivi.

C’est déjà l’heure du goûter – un goûter tardif peu après 17h – avec un café, une crêpe sucrée et une nouvelle lecture: L’Amour, le Japon, les sushis et moi de N. M. Zimmermann (éd. Albin Michel Jeunesse, 2016), un roman jeunesse à partir de 13 ans. La narratrice, Lucrèce, une adolescente âgée de 15 ans part s’installer avec sa mère, son petit frère Maximilien âgé de 6 ans et leur chien Trobeau au Japon. J’en lis les cinq premiers chapitres avant le dîner.

Puis vient l’heure des histoires du soir avec deux relectures. Nous commençons par J’en rêvais depuis longtemps d’Oliver Tallec (éd. Actes Sud Junior, 2018), un album jeunesse très drôle à partir de 4 ans et qui fait partie de la sélection Maternelle du Prix des Incos 2021 avec un petit garçon et son chien. L’humour du texte tient au contrepied narratif, les illustrations révélant avant le texte l’identité du narrateur. Ensuite, comme la veille, nous relisons Les Pirates de Valérie Guidoux et Charlie pOp.

Il est 21h15 et je fais un tour chez les autres participantes avant de repartir au Japon en compagnie de Lucrèce et de sa famille dans L’Amour, le Japon, les sushis et moi de N. M. Zimmermann. En ce dimanche « Livre gourmand/Recette », certaines marmitonnes de la brigade de Syl ont préparé des plats japonais: Hilde avec des makis, Syl avec une omelette typiquement japonaise, l’omurice, Nahe avec des Jagaimo mochi (une recette salée à base de pommes de terre) et Blandine avec un cake au thé matcha. De son côté, Lou a réussi à être un peu plus présente cet après-midi, ou plus exactement ses mini lectrices qui ont même assorti leurs chaussettes et tongs à leurs lectures japonaises pour l’occasion. Bidib a passé l’après-midi à jardiner avant une petite pause lecture avec des mangas. MissyCornish a commencé un nouveau roman avec Les tendres plaintes de Yôko Ogawa. Je vous souhaite une bonne soirée et je reviendrai demain pour faire un petit bilan de ce week-end.

En soirée, je m’arrête peu avant minuit au chapitre 13 de L’Amour, le Japon, les sushis et moi de N. M. Zimmermann, avec la rentrée scolaire de Lucrèce au lycée et son inscription au club des amateurs de sushis (154 pages).

Petit bilan de ce marathon: J’actualise une dernière fois ce billet ce lundi matin avant de reprendre jusqu’à la fin du mois mon billet de suivi du Mois au Japon. Il me reste encore quelques livres de ma PAL japonaise à lire et surtout à chroniquer. Encore un week-end bien rempli, avec des lectures qui nous ont fait voyager un peu partout – mais avec des escales japonaises – et plein d’idées lecture piochées chez les autres participantes. Encore merci à Hilde et Lou d’avoir organisé ce RAT! Bonne semaine!

Pour d’autres idées autour du Japon (lectures, recettes et autres activités), les autres participantes: Hilde, Lou, Blandine, Bidib, MissyCornish, Pativore et FondantGrignote et sur Insta: Tiphanya et NathChoco.

Participation #12 Un mois au Japon 2021 de Hilde et Lou #RAT

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑