Étiquette : Challenge Cottagecore 2022 (Page 1 of 3)

Au fil des pages avec Une insolente curiosité

En juin 2022, pendant le Mois Anglais, j’ai lu, en e-book, le tome 1 d’Une enquête de Beatrice Hyde-Clare, Une insolente curiosité de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 347 pages), un cosy mystery se déroulant sous la Régence anglaise sous fond de romance historique. Les époux Skeffington ont organisé une partie de campagne sur leur propriété de Lakeview Hall, malgré le temps pluvieux de septembre. Au cours de cette partie de campagne, en pleine nuit, Beatrice Hyde-Clare découvre dans la bibliothèque le corps ensanglanté de Monsieur Otley, un des invités tué d’un coup de chandelier, en même temps que Damien Matloc, le duc de Kesgrave. Qui a bien commettre un tel acte?

Cette rencontre hautement improbable, vu leur rang social respectif (elle une terne et timide orpheline non-mariée de 26 ans, vivant grâce à la charité de sa tante et de son oncle et lui un riche duc de 32 ans, bel homme blond aux yeux bleus), les oblige à se côtoyer et à enquêter de concert pour trouver le coupable de ce meurtre.

En effet, la jeune femme timide et discrète se révèle audacieuse et déterminée en présence du duc qui derrière un ego démesuré dû à son rang et à son pédantisme n’en est pas moins charmant et bien moins guindé qu’il ne le prétend, plein d’humour et d’autodérision. Leurs joutes verbales sont à la hauteur de leur véritable personnalité, piquantes et pleines de sarcasme, prémisses d’une romance qui – j’imagine – se développera plus dans les tomes suivants.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, en particulier la tante de Beatrice, Vera Hyde-Clare qui ne cesse de lui rappeler sa position sociale et les bonnes manières attendues de toute jeune lady.

D’autre part, derrière une écriture fluide, sarcastique et légère, l’autrice dépeint bien l’organisation très hiérarchisée de la société anglaise en pointant du doigt les privilèges de la haute aristocratie, que ce soit à l’égard de riches marchands sans titre comme Monsieur Otley qui a fait fortune dans le commerce des épices aux Indes ou pour orienter l’enquête de police, comme le fait le duc en faisant croire à un suicide ou bien encore des inégalités Femme/Homme. Il y est ainsi question de la condition de la femme et du poids des conditions sociales au temps de la régence anglaise.

Un très bon moment de lecture en compagnie du duo Béatrice/Damien, un duo attachant et complice! J’ai d’ores et déjà enchaîné avec le tome 2, Une scandaleuse supercherie de Lynn Messina (éd. Les Escales, 2022, 329 pages) qui se déroule 4 mois après les évènements de la partie de campagne.

J’ai, enfin, noté des passages gourmands avec de nombreux plats et gourmandises servis pendant la partie de campagne et que Beatrice énumère à plusieurs reprises et qu’elle aurait bien lancés sur la tête du duc.

Participation #14 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy mystery

Participation #42 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Participation #89 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Participation #12 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Au fil des pages avec Meurtre à l’anglaise

J’ai lu le tome 1 des enquêtes d’Eleonor Swift, Meurtre à l’anglaise de Verity Bright (éd. City Editions, 2022, 349 pages), un cosy mystery se déroulant en Angleterre en 1920. Après le décès de son oncle, Eleonor Swift, une jeune veuve âgée de 29 ans rentre en Angleterre, après avoir passé de nombreuses années à parcourir le monde. Elle a en effet hérité du vieux manoir familial, Henley Hall. Dès sa première soirée, elle surprend le meurtre d’un homme dans une carrière adjacente au manoir. Mais lorsqu’elle revient sur les lieux du meurtre, il n’y a ni cadavre ni élément ou trace appuyant ces faits. La police ne la prend pas au sérieux. La jeune lady décide d’enquêter avec l’aide de l’ancien majordome de son oncle, Clifford qui est resté à son service.

Au fil de son enquête, Eleonor doute et suspecte de plus en plus de personnes, même son majordome! De par sa vie d’aventurière, la jeune lady ne se laisse pas facilement impressionnée et tient tête à la police, quitte à mettre sa vie en danger. Qui peut bien avoir été assassiné? Par qui? Et pour quelles raisons? J’ai bien apprécié cette première enquête qui permet de faire la connaissance d’une jeune lady indépendante et attachante qui revient chez elle après une très longue absence et en plein deuil de son oncle qu’elle connaissait si peu et qu’elle va redécouvrir grâce à la complicité qu’elle va peu à peu nouer avec Clifford. 

Quant à la romance, elle ne prend pas le pas sur l’enquête, la jeune femme étant sous le charme du jeune lord Lancelot Fenwick Langham, passionné d’aviation même si je la verrais bien avec le commissaire divisionnaire Seldon dont on ne sait que peu de choses, même pas son prénom, seulement qu’il est beau et très grand, Lancelot étant un bien trop puérile et immature à mon goût.

Un très bon moment de lecture avec ce duo attachant et original entre une jeune lady et son majordome! J’ai hâte de lire les tomes suivants, le tome 2 Mortelle Mascarade (éd. City Editions, 2022, 304 pages) étant déjà paru en français. En effet, ce couple d’auteurs a déjà écrit sous ce pseudonyme une dizaine d’histoires qui n’ont pas encore été toutes traduites. Peut-être que ce sera l’occasion d’en savoir plus sur le passé un brin mystérieux et rocambolesque de l’oncle d’Eleonor Swift.

Participation #11 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #79 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Royaume-Uni

Participation #11 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Au fil des pages avec L’étrange mystère du lac perdu

Nous lisons et relisons L’étrange mystère du lac perdu de Paddy Donnely (éd. Kimane, 2022), un album jeunesse à partir de 3 ans. En Irlande du Nord, Ella va chez son grand-père qui vit au bord du lac Loughareema avec la loutre Cara. Un étrange mystère entoure ce lac qui disparaît régulièrement. La petite fille percera-t-elle ce mystère?

Il y est question de la découverte de la Nature, d’émerveillement qui fait la part belle à l’imagination, la fantaisie et à la magie mais aussi d’une belle complicité intergénérationnelle entre un grand-père et sa petite fille, le grand-père d’Ella s’amusant à émettre des hypothèses farfelues et rigolotes, certaines renvoyant à la paréidolie ou aux légendes et guère scientifiques pour expliquer cette disparition en désignant tour à tour comme auteurs des moutons, un géant, des sirènes ou bien encore des narvals… Mais la petite fille n’est pas dupe et tente de donner une explication scientifique.

Les illustrations sont très jolies et donnent envie de s’évader comme eux dans la Nature. Cela me rappelle d’ailleurs des paysages de mon voyage en Irlande du Sud. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui se termine sur une double page documentaire sur le lac Loughareema, avec cette fois une explication scientifique de ce phénomène naturel!

Participation #10 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #77 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Irlande

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Lieu: « Lac »

Participation #10 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Rêveries au bord de l’eau/Méfiez-vous de de l’eau qui dort

Participation #23 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Légende

Au fil des pages avec Les mûres

Après avoir lu Le bateau de fortune d’Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin (éd. Sarbacane, 2015), nous avons lu sa suite, Les mûres (éd. Sarbacane, 2017), un album jeunesse à partir de 5 ans. Nous retrouvons les personnages de l’album jeunesse précédent – un renardeau-narrateur, l’ours Michao et la chèvre Marguerite, à la fin de l’été, au moment du départ, se remémorant déjà les souvenirs passés de leurs vacances à la montagne. De douces vacances au goût de mûres?

Les illustrations à l’huile sont magnifiques et apportent douceur, nostalgie et poésie au rythme lent et introspectif du texte relatant une fin de vacances estivales, cet instant qu’on tente de suspendre encore un peu – ici le temps d’une dernière balade pour cueillir des mûres. Coup de cœur pour cet album jeunesse que j’ai encore plus apprécié que Le bateau de fortune! Il existe une autre histoire avec les mêmes protagonistes que nous n’avons pas encore lu: La rivière (éd. Sarbacane, 2018).

Et c’est aussi une nouvelle participation gourmande au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine avec ce renardeau qui se régale de mûres sauvages.

Participation #9 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Participation #34 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Mûre

Participation #75 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France (Auteur) et Canada/Québec (Illustrateur)

Au fil des pages avec Anne de Green Gables

L’année dernière, j’avais lu Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2020, 384 pages), un roman jeunesse à partir de 13 ans et à la magnifique couverture pleine page de Paul Blow. Dans ce roman initiatique, on suit l’histoire d’Anne Shirley de ses 11 à 16 ans et de son quotidien dans la petite ville d’Avonlea, sur l’île du Prince Édouard, au Canada, à la fin du XIXe siècle.

Jeune orpheline de 11 ans, Anne Shirley est adoptée par erreur par la sévère Marilla et le timide Matthew Cuthbert, une sœur et un frère âgés et sans enfants qui voulaient adopter un garçon pour les seconder dans les travaux de la ferme de Green Gables. La jeune fille vient chambouler leur quotidien bien rôdé en leur redonnant le sourire. Ont-ils fait le bon choix en gardant auprès d’eux cette enfant maigrichonne et rousse avec des taches de rousseur qui parle beaucoup trop et qui a tendance à rêvasser? Anne a-t-elle enfin trouvé le foyer tant de fois rêvé auprès d’eux, après une enfance solitaire, dans la pauvreté, sans joie, amour ni amis et à s’occuper d’enfants en bas âge?

Au fil des années, Anne s’épanouit et trouve sa place au sein de la petite communauté d’Avonlea, que ce soit au sein d’une famille aimante que représente Marilla et Matthew ou à l’école, entretenant une amitié forte avec son amie de cœur Diana Barry du même âge qu’elle ou une rivalité tenace avec Gilbert Blythe de 3 ans son aîné pour être premier de la classe puis plus tard pour réussir l’examen d’admission à Queen’s pour devenir institutrice.

Bavarde, sans filtres et tête en l’air, la jeune fille commet maladresses sur maladresses, que ce soit ses coups de colère à l’encontre de Rachel Lynde ou Gilbert Blythe, ses erreurs qui prennent des proportions tragiques lorsqu’elle sert par exemple du vin de groseille à Diana au lieu du sirop de framboises lors de leur après-midi thé, lorsqu’elle fait un gâteau au liniment analgésique au lieu de la vanille…

D’une sensibilité à fleur de peau, le moindre événement peut prendre des proportions gigantesques, que ce soit dans une joie extrême lorsque par exemple Matthew lui offre pour Noël une robe aux manches bouffantes ou bien dans un désespoir profond lorsque Marilla a perdu sa broche d’améthyste et accuse Anne ou bien encore lorsque l’adolescente se teint les cheveux en vert…

De même qu’elle le fait avec son quotidien, la jeune fille transforme et sublime la Nature qui l’entoure en quelque chose de merveilleux, romantique ou féérique, comme c’est le cas avec le Chemin blanc des délices, le Lac scintillant ou bien encore le Sentier des amoureux…

L’autrice transpose avec tendresse et humour les états d’âme d’Anne, pleine d’imagination dans ce qu’elle vit et ressent et qui l’emporte très souvent dans de grandes envolées lyriques et mélodramatiques. Anne se révèle très attachante au point qu’elle arrive à se faire aimer de tout son entourage. Pleine de vie, elle ne laisse personne indifférent. Il est très agréable de voir grandir Anne et de voir le monde à travers elle, elle qui s’émerveille d’un rien. Coup de cœur pour ce premier tome des aventures d’Anne Shirley, une jeune fille certes rêveuse mais pétillante, vive et intelligente!

Au cours de ma lecture, je me suis rappelée des passages du premier des trois téléfilms canadiens de Kevin Sullivan, Le bonheur au bout du chemin (1985) avec Megan Follows dans le rôle d’Anne Shirley et que j’avais vus il y a très longtemps à la télévision quand j’étais adolescente, sans savoir, à l’époque qu’il s’agissait d’une adaptation d’un roman paru pour la première fois en 1908.

Pour un autre avis sur ce tome 1: MissyCornish.

Participation #8 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Retour aux sources

Participation #11 Challenge 2022 en classiques de Blandine et Nathalie #Classique canadien

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Couleur: « Green »

Participation #71 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Canada

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑