Étiquette : Le mois anglais 2020 (Page 1 of 3)

Au fil des pages avec le tome 1 de Dans la tête de Sherlock Holmes

Pour le Mois Anglais 2020, j’ai emprunté à la médiathèque le tome 1 de Dans la tête de Sherlock Holmes, L’Affaire du Ticket Scandaleux de Cyril Liéron et Benoît Dahan, d’après Sir Arthur Conan Doyle (éd. Ankama, 2019), une BD jeunesse à partir de 13 ans. Je l’ai ainsi lue le 26 juin 2020, date fixée pour partager une BD jeunesse dans le programme facultatif de ce challenge mais je ne la chronique qu’avec (beaucoup) de retard aujourd’hui.

Une nouvelle enquête arrive à point nommé pour Sherlock Holmes: un collègue du Dr. Watson a été retrouvé, blessé, amnésique et errant dans les rues de Londres. La veille au soir, il avait accepté une invitation pour se rendre à une représentation du spectacle d’un mystérieux magicien chinois. Sherlock Holmes arrivera-t-il à trouver le fin mot de ce mystère? Je vous préviens tout de suite, il faudra attendre le tome 2 pour le savoir, ce prochain tome étant attendu pour fin 2020…

Graphiquement, cette bande dessinée est très réussie. Comme le titre de la BD l’indique, nous sommes littéralement plongé dans la tête de Sherlock Holmes. Un fil rouge conducteur passe de page en page pour relier les uns avec les autres les différents indices récoltés de-ci de-là par Sherlock Holmes toujours aussi perspicace comme dans un grand puzzle à assembler. La mise en page de cette bande dessinée est vraiment originale. Il me faut à plusieurs reprises revenir en arrière pour réexaminer certains détails passés inaperçus ou mis en lumière grâce à la page suivante. Beaucoup d’inventivité chez les auteurs et toujours une perspicacité redoutable de Sherlock Holmes! Et que dire des illustrations aux couleurs monochromes et au charme vintage qui rendent l’immersion dans l’époque victorienne encore plus prégnante! J’ai vraiment hâte de lire le second tome. Coup de cœur!

Pour d’autres avis sur cette BD jeunesse : Eimelle, Lili, Enna et FondantGrignote.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Personne réelle: « Sherlock Holmes »

Au fil des pages avec Le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes

Lors des derniers jours du Mois Anglais 2020, j’ai lu le tome 2 des Enquêtes d’Enola Holmes, L’affaire Lady Alistair de Nancy Springers (éd. France Loisirs, coll. Guanaco, 2010). Je retrouve Enola Holmes sous sa fausse identité d’Ivy Meshle, quelques mois plus tard, en janvier 1889 à Londres. Quelle n’est pas sa surprise de voir son premier client: le Dr. Watson qui voudrait aider son ami à retrouver sa jeune sœur. Tout en tentant de décliner cette affaire, Enola Holmes va trouver sa toute première enquête ou plutôt celle du cabinet du Dr. Leslie T. Ragostin, le plus grand spécialiste en recherches, toutes disparitions de Londres. Il s’agit une nouvelle fois d’une disparition d’une jeune fille de son âge, Lady Cecily Alistair. Mais elle devra veiller à ne pas se laisser elle-même retrouver par ses frères, Sherlock Holmes se rapprochant dangereusement d’elle. Ou est-ce le contraire, les deux étant autant admiratifs envers l’un que l’autre? Comme dans le tome précédent, il y a une sorte de jeu du chat et de la souris qui sous-tend cette histoire entre Enola et son frère.

Gare aux dangers et aux fausses pistes, Enola Holmes ayant bien grandi en quelques mois bien qu’elle n’ait que 14 ans et demi! Issue d’une petite aristocratie de la campagne, elle arrive à évoluer, grâce à de nombreux déguisements et stratagèmes, tant dans les beaux quartiers de Londres que dans les bas-fonds, de nuit comme de jour. Il y est à nouveau question de la condition de la femme mais aussi de pauvreté, des rapports entre riches et pauvres avec la découverte pour notre héroïne du marxisme et des grands magasins. Il ne me reste plus qu’à emprunter les tomes suivants.

Pour un autre avis sur ce tome 2: Hilde.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Challenge Petit Bac d’Enna #7 Catégorie Crimes et Justice: « Affaire »

P’tit récap du Mois Anglais 2020

Ce mois de juin 2020 a été synonyme de Mois Anglais, challenge organisé par Lou, Titine et Lamousmé et auquel j’ai participé pour la première fois. Que de lectures, échanges et découvertes anglaises! J’ai pris plaisir à relire des auteurs et à en découvrir d’autres grâce aux posts et billets d’autres participants.

Il y avait un programme facultatif en duo certains jours avec d’autres challenges comme le Challenge British Mysteries de Lou et Hilde et Les Gourmandises de Syl. J’en ai lu certains mais je n’ai pas eu le temps de tout chroniquer. Comme pour chaque challenge, il y a surtout de la littérature jeunesse.

  • 3 juin: Un roman policier d’Agatha… Christie ou Raisin (avec le Challenge British Mysteries): Le tome 1 d’Agatha Raisin, La quiche fatale de M.C. Beaton (LU)
  • 6 juin: Londres en littérature mais pas que!: Miss Dalloway de Virginia Woolf (RELU)
  • 9 juin 2020: Romancière anglaise au choix: Jane Austen avec Orgueil et préjugés (RELU) et Emma (LU)
  • 13 juin: Lecture jeunesse: La potion magique de Georges Bouillon de Roald Dahl (RELU)
  • 26 juin: Une bande-dessinée: Dans la tête de Sherlock Holmes, T1, L’Affaire du Ticket Scandaleux de Cyril Lieron & Benoît Dahan, d’après Arthur Conan Doyle (LU)
  • 29 juin: Barbara Pym: Des femmes remarquables (EN COURS).

Sans oublier le marathon de lectures du 12 au 14 juin 2020: le RAT du Mois Anglais au cours duquel nous avons dégusté des scones fait maison et aussi tous les posts relayés sur Instagram sous @lemoisanglais ou sur le groupe facebook.

Il y a eu également d’autres lectures jeunesse:

Je continue aussi sur juillet pour lire les autres emprunts de la médiathèque comme Des femmes remarquables de Barbara Pym que je viens de commencer ou Rebecca de Daphné du Maurier. De cette autrice, j’avais lu il y a de ça bien 15 ans la nouvelle Les oiseaux. Et aussi pour rédiger mes billets en retard…

Et peut-être que je ferai d’autres emprunts sans attendre le Mois Anglais 2021 n’ayant pu emprunter par exemple Les aventures de Cluny Brown de Margery Sharp, Le passé de Tessa Hadley, Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman, La prisonnière du temps de Kate Morton, les tomes 2 et suivants d’Agatha Raisin de M.C. Beaton, Paddington de Michael Bond, les tomes 3 et suivants d’Enola Holmes de Nancy Springer… Et bien d’autres encore repérés ou non chez d’autres participants.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Au fil des pages avec le tome 3 d’Amélia Fang

Je lis le tome 3 d’Amélia Fang, L’anniversaire tout moisi de Laura Ellen Anderson (éd. Casterman, 2019), un roman jeunesse fantasy à partir de 8 ans. C’est avec un plaisir non dissimulé que je retrouve Amélia et ses amis à Nocturnia. Si vous ne connaissez pas Amélia Fang, je vous déconseille de lire la suite et d’aller voir si ça vous tente mon billet sur les deux premiers tomes.

Ses 11 ans approchant, Amélia a prévu une superbe fête d’anniversaire dans un champ de citrouilles. En plein préparatif avec Trouille, sa citrouille de compagnie, elle se dispute avec sa mère, la comtesse Frivoletta. Au point de voir sa fête d’anniversaire compromise? D’autant qu’à l’école, l’arrivée d’un nouveau professeur de pâtisserie, M. Merveilleux la détourne de l’organisation de son anniversaire pour participer au concours de biscuits merveilleux, le premier prix étant une excursion à Citrouille-Land. Même ses amis, Florence et Grimaldi agissent bizarrement. Et si Amélia devait une nouvelle fois mener son enquête, secondée par Tangine?

Dans ce troisième tome, l’histoire est certes plus simple mais tout aussi plaisante. L’enquête d’Amélia l’amène à réfléchir sur l’importance des souvenirs, l’estime de soi, l’amitié et/ou l’amour, malgré les petites disputes qu’elle a pu avoir par exemple avec sa mère. Les illustrations de Laura Ellen Anderson en noir et blanc sont toujours aussi mignonnes et rigolotes. Il existe un tome 4 actuellement traduit que je me réserve pour le Halloween Challenge en octobre 2020. 

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Au fil des pages avec La potion magique de Georges Bouillon

Sachant que le Mois Anglais 2020 allait commencer, je suis allée récupérer des livres laissés dans le grenier de mes parents pour constituer ma PAL de ce mois de juin. Alors pour la première soirée du RAT, j’ai relu plus de 25 ans après, un roman jeunesse étudié au collège: La potion magique de Georges Bouillon de Roald Dahl (éd. Gallimard, coll. Folio Junior, 1993), un album jeunesse à partir de 9 ans. Et comme nous sommes le 13 juin 2020, ce roman participe à la journée « Lecture jeunesse » du Mois Anglais.

Un samedi matin, Georges, un petit garçon de 8 ans, reste seul avec sa grand-mère à la maison, une ferme dans la campagne anglaise. Mais Georges n’apprécie guère Grandma, sa grand-mère vieille, aigrie, petite et grincheuse qu’il compare à une sorcière. Elle ne se cesse d’ailleurs toute la matinée de râler et de lui faire peur, tout en lui rappelant de ne pas oublier de lui donner son médicament à 11h00. C’est alors que Georges a l’idée de remplacer son médicament par une potion magique, pensant ainsi changer le caractère de sa grand-mère et même s’en débarrasser. Il va ainsi de pièce en pièce pour fabriquer la potion, mélangeant des produits plus dangereux et toxiques les uns que les autres: des lotions dans la salle de bain, des médicaments pour animaux de la ferme dans la grange et même des  pots de peinture, etc… Et à 11 heures, il fait boire un peu de potion à sa grand-mère qui va grandir, grandir… Sa grand-mère va-t-elle revenir comme avant? Comment vont réagir ses parents à leur retour?

De ma précédente lecture, je ne me souvenais que de peu de choses si ce n’est qu’il s’agissait d’une histoire magique, drôle et qu’elle m’avait plu. Avec cette relecture adulte et de parent, je pensais « Olala que de produits toxiques mis dans les mains d’un enfant! ». Et forcément, quand les effets magiques de la potion se réalisent, je suis aussi surprise que le jeune héros, m’attendant au pire pour cette grand-mère pourtant si antipathique. Pour les enfants, ce sont surtout le comique de répétition et les transformations de la grand-mère et des animaux qui font rire, grandissant ou rapetissant à la manière d’Alice au Pays des Merveilles. Mais l’histoire ne se résume point à cela puisque l’auteur aborde, avec humour, les relations familiales où des tensions peuvent exister entre les membres de la famille, le père de Georges n’appréciant pas non plus sa belle-mère mais aussi une critique de l’élevage intensif et de l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides.

Un bon moment de lecture qui me donne envie de relire Le Bon gros géant ou Matilda! Les illustrations expressives et en noir et blanc de Quentin Blake accompagnent à merveille le récit, donnant vie aux transformations loufoques de la potion magique sur la grand-mère qui a vraiment l’air d’une sorcière terrifiante et sur d’autres animaux de la ferme!

Le Mois Anglais de Lou et Titine  #Lecture jeunesse

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑