Au fil des pages avec le tome 9 de Son espionne royale

J’ai lu, en février dernier, le tome 9 de Son espionne royale et les conspirations du palais de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, avril 2022, 378 pages), un cosy mystery qui reprend quelques semaines après le retour de Lady Georgiana des États-Unis, en novembre 1934, la jeune femme étant toujours sans le sou et sans toit fixe tandis que sa mère, fraîchement divorcée de son époux américain est repartie en Allemagne et que Belinda est restée à Hollywood tenter sa chance de percer en tant que couturière. La jeune femme se voit confier une nouvelle mission par la Reine, prendre en charge la princesse Marina de Grèce, la fiancée du prince George, duc de Kent et lui faire découvrir la vie mondaine des jeunes aristocrates de leur âge.

Mais à peine a-t-elle commencé sa mission informelle qu’elle découvre le corps sans vie de Coco Barrington, l’une des anciennes maîtresses du prince George dans la cour de Kensington Palace. Parviendra-t-elle à sauver le mariage princier sans que la princesse n’apprenne le passé dissolu du prince George et malgré ses inquiétudes à l’égard de Belinda qui semble avoir disparu?

Dans ce nouvel opus, désormais bien rodée à enquêter sur les meurtres, lady Georgiana en vient à aider Sir Jeremy, haut responsable des services secrets britanniques afin d’enquêter sur le meurtre de Coco Barrington, afin de disculper son cousin, le prince George, aux yeux de la police et d’éviter Britun énième scandale. Cette fois, la jeune femme est mieux lotie puisque le temps des préparatifs du mariage, elle loge au palais de Kensington Palace, bien que ce palais dans lequel sont logées des membres âgées de la Couronne, ses grandes-tantes célibataires soit vétuste et rempli de fantômes.

Rhys Bowen a apporté un peu de nouveautés dans ce tome. Je trouvais, en effet que la série commençait à s’essouffler car de tome en tome, contrairement aux Détectives du Yorkshire par exemple, l’autrice ne se renouvelait guère, que ce soit la relation Georgiana/Darcy qui en devient presque ennuyeuse, les arrivées inopinées de son entourage ou l’attitude de sa femme de chambre. Cette fois, Queenie est moins présente mais avec son lots de gaffes et sa peur des fantômes, son personnage faisant place à la cousine de Marina, la comtesse Irmtraut qui, du fait de la barrière de la langue, ne comprend pas les expressions anglaises ni l’humour british (ressort comique auquel je n’ai pas du tout accroché). De même pour le prince héritier David et sa relation avec Mme Simpsons que l’on croise un court instant, ce tome étant centré sur son frère cadet, le prince George.

Pour autant, je vais continuer cette série livresque, appréciant les talents de plus en plus aboutis de détective amatrice de la jeune femme, bien plus perspicace que son fiancé pourtant espion auprès de la Couronne et le fait de mélanger la petite histoire fictive avec la grande Histoire de la famille royale britannique, cette fois le mariage du prince George qui a collectionné les conquêtes, tant des hommes que des femmes. Le personnage de Coco est d’ailleurs inspirée, comme l’écrit l’autrice à la fin, du personnage Kiki Preston.

Un moment de lecture plaisant, bien mieux en tout cas que le tome précédent qui m’avait déçue et que j’aurai pu garder pour Halloween au vu de la fin un peu trop précipitée! Sans oublier de nombreux passages gourmands, lady Georginia partageant de nombreux repas bien plus copieux et appétissants pour une fois, que ce soit avec sa famille royale ou en compagnie des soirées auprès de la princesse Marina ou aux casinos.

Pour d’autres avis sur ce tome 9: Pedro Pan Rabbit.

Participation #5 Challenge British Mysteries 2024 de Lou et Hilde #Cosy mystery historique

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Participation # Le Mois Anglais 2024 de Lou et Titine #Cosy mystery historique

Participation # (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib#Royaume-Uni (Angleterre)  

RAT gourmand des Contes et légendes d’Inde 2024

Comme les années précédentes avec l’arrivée de l’été, Hilde, Bidib et Fondant coorganisent à partir de ce vendredi 28 juin matin jusqu’à dimanche 30 juin minuit, un read-a-thon gourmand avec une escale gourmande de contes et légendes en Inde en lien avec leurs challenges respectifs Les Étapes Indiennes, Des livres (et des écrans en cuisine) et Contes et Légendes.

L’objectif de ce RAT? Lire au moins une lecture en rapport avec des contes et légendes d’Inde. Ce sera l’occasion de relever des passages gourmands dans nos lectures, de s’évader livresquement en Inde et de cuisiner avec la Brigade des Marmitonnes d’Isabelle. Encore de chouettes moments de lecture et d’échange au fil du week-end à venir avec les autres participantes!

Alors que vais-je lire pendant ce RAT? J’avais prévu pour ce week-end de relire La panthère de minuit de de Poonam Mistry que j’avais repéré chez Hilde mais ce n’était plus possible de l’emprunter à ma médiathèque malheureusement.  En revanche, j’ai pu réserver la deuxième enquête de du capitaine Samuel « Sam » Wyndham, Les Princes de Sambalpur d’Abir Mukherjee. J’avais d’ailleurs lu le premier tome lors du RAT indien précédent: L’attaque du Calcutta-Darjeeling d’Abir Mukherjee (éd. Liana Levi, octobre 2019, 464 pages), un roman policier historique se déroulant à Calcutta, en avril 1919, au temps du Raj britannique.

Si cela vous intéresse, l’ayant déjà lu il y a peu, il est encore temps de se plonger dans la lecture commune du mois de juin des Étapes Indiennes: La photographe du maharadjah de Dinah Jefferies (éd. Hauteville, avril 2023, 424 pages), une romance historique se déroulant en 1930, dans le Raj britannique.

Pour d’autres idées gourmandes et indiennes, les autres participantes: Hilde, Bidib, Fondant, Katell, Isabelle, L’Orouge (IG), Claude, Lou (IG)…

Vendredi 28 juin 2024

Me revoilà en début de soirée, la journée ne s’étant pas déroulée comme je l’avais prévu. Je passe d’abord chez les autres participantes, L’Orouge s’étant installée au soleil pour lire, Isabelle en pleine lecture de Mère Teresa, L’assoiffée de Dieu de Charlotte Grossetête, Hilde plongée dans ses révisions mais avec quelques échappées indiennes, Bidib ayant pioché dans ses bibliothèques avec un premier conte, Le prince et le tapis volant.

J’ai prévu de commencer ce soir Les Princes de Sambalpur d’Abir Mukherjee (éd. Liana Levi, octobre 2020, 362 pages), un roman policier historique se déroulant en juin 1920, le quatrième de couverture mentionnant une enquête au cœur du royaume de l’Orissa, avec des omelettes trop pimentées pour les papilles anglaises et le culte de l’étrange dieu Jagannath.

Mais avant, notre repas a également été indien puisque nous avons mangé du poulet tandoori (déjà tout préparé) accompagné de riz basmati.

Samedi 29 juin 2024

Je continue de lire, ce matin, dès 7h, Les Princes de Sambalpur. Pour le moment, je trouve ce deuxième tome meilleur que le premier, appréciant de retrouver l’humour anglo-indien déjà présent dans la première enquête et le duo Sam/Sat qui après avoir échoué à sauver la vie du prince héritier de Sambalpur, se rend dans le royaume de l’Orissa. Complot politique ou geste désespéré d’un fanatique religieux?

A midi, le déjeuner n’était pas indien puisque nous avons mangé des crêpes salées avec des frites, un plat qui nous accompagne très souvent lors des marathons de lecture. 

Cet après-midi, j’ai finalement préféré continuer de lire plutôt que de sortir chercher des livres à la médiathèque. Je ferai avec ceux que j’ai déjà. Et du côté des participantes? Petit tour sur les réseaux sociaux et les blogs: L’Orouge a commencé Le livre de la jungle de Rudyard Kipling, Isabelle a continué Mère Teresa, L’assoiffée de Dieu tandis que Hilde avait ce matin une formation Premier Secours, Bidib a lu un autre conte: L’élève qui en remontra à son maître… Fondant nous a également rejointes.

En soirée, j’ai fini de lire Les Princes de Sambalpur, ayant passé un bon moment de lecture avec cette deuxième enquête menée difficilement par un capitaine en manque d’opium où il est question du culte dieu Jagannath, une des représentations de Vishnou, de purdah, de complots politiques avec un maharajah âgé et souffrant dont le fils aîné vient d’être assassiné, de convoitise britannique sur les mines de diamants, de la disparition d’un comptable anglais qui pourrait être lié au décès du prince héritier, d’inégalités sociales et de racisme à l’égard des Indiens, des relations mixtes, du mouvement indépendantiste… J’ai étonné des différences quant à la pratique du purdah qui était bien plus restrictive dans la deuxième enquête de Perveen Mistry, La malédiction de Satapur de Sujata Massey (éd. Charleston, juin 2021, 485 pages). J’en reparle très vite dans un billet dédié.

Dimanche 30 juin 2024

Ce matin, j’ai pioché des contes et légendes dans des recueils en e-book:

  • Le tigre, le brahmane et le chacal, le seul conte indien dans Jolis contes du monde entier de Raffaela, Eric Puybaret et Caroline Attia-Larivière (éd. Fleurus, octobre 2017, 74 pages), un album jeunesse. Il était une fois un brahmane qui fit sortir d’une cage un tigre qui est prêt à le dévorer alors qu’il l’a délivré. Est-ce bien juste? Ils demandent l’avis aux quatre premières personnes rencontrées: un vieux buffle, un aigle, un crocodile et un petit chacal. Les trois premiers sont d’avis que le tigre mange le brahmane, au vu de la cruauté humaine. Et si le petit chacal en décidait autrement?
  • Contes et légendes des pays de l’Inde de Maurice Coyaud et Alice Lefort (éd. Flies France, avril 2015, 208 pages), un recueil à partir de 12 ans et qui parle de cosmogonie hindoue où il est question de l’apparition de la Terre, des hommes, de certains animaux… Certains passages sont quand même assez ardus avec une multitude de divinités
  • et Contes de Sagesse de l’Inde de Ruchika Belwal (éd. juin 2022, 31 pages), le recueil dont j’ai le moins apprécié les illustrations avec des histoires d’Akbar, empereur monghol du XVIe siècle et son conseiller et commandant principal de l’armée, Birbal.

A l’heure du déjeuner et avant d’aller voter, j’ai préparé un curry indien comme Syl qui en a fait un végétarien tandis que Claude a concocté un upma (semoule à l’indienne). Pour me mettre en appétit, j’ai feuilleté également un livre de recettes indiennes.

Pour le goûter, Isabelle a bu un lassi. Côté lecture, elle a lu Châli, une nouvelle de Guy de Maupassant de 1884 qui l’a choquée, ce que je peux comprendre puisqu’il est question d’une relation pédophile entre un jeune lieutenant de vaisseau avec une petite fille indienne de 8 ans offerte en cadeau par le rajah. Je ne vois pas trop la finalité de cette nouvelle, bien trop complaisante à l’égard d’un acte criminel et qui ne peut se lire comme une dénonciation de la politique coloniale française. On est bien loin de Bel-Ami ou du Horla. Bidib non plus n’a pas apprécié le conte choisi ce dimanche, Le berger, l’archer, le cavalier et le brahmane qui ne s’entendaient pas dans Contes d’une grand-mère d’Asie tout en propos sexistes. L’Orouge a laissé de côté sa lecture du Livre de la jungle, même si elle a bien avancé pour une autre lecture.

Participation # Les Étapes Indiennes 2024 de Hilde #RAT

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 de Bidib et Fondant #Cuisine indienne

Point lecture hebdomadaire 2024 #25

En ce début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière avec moins de lecture que d’habitude en raison d’événements festifs comme la fête de la musique ou de visionnage de séries.

Nos lectures du 17 au 23 juin 2024:

Des lectures jeunesse:

Côté jeunesse, mon mini lutin a jeté son dévolu sur deux nouveautés avec le dernier tome de série qu’il adore: le tome 7 de Charlock, Chantage chez les Chappuccini de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (éd. Flammarion Jeunesse, juin 2024, 76 pages), ce nouvel opus se déroulant en 1918 à Riomaggiore, dans les Cinque Terre en Italie et le tome 21 de Mortelle Adèle, Récréation générale! de Mr Tan et Diane Le Feyer (éd. Mr Tan & Co, mai 2024, 77 pages), une BD jeunesse ainsi que l’agenda scolaire 2024/2025 pour l’année prochaine.

Des lectures adulte:

  • (Romance surnaturelle) Nightfall, Unis par le sang de Jocabel C. Caballero  (T1)

J’ai lu, en e-book, le tome 1 de la nouvelle trilogie qui se déroule dans l’univers d’Alpha Priors et qui s’intéresse cette fois à un autre agent du Bureau des Affaires Surnaturelles de Chicago, le vampire maudit et immortel Andreas: Nightfall, Unis par le sang de Jocabel C. Caballero (éd. Autoédition, juin 2024, 487 pages), une romance paranormale/d’urban fantasy qui se déroule 7 ans après les événements ayant conduit à la mort du chef de Nightfall, organisation de solitaires à laquelle a appartenu Liora, la gargouille et compagne de l’aînée des dragons, Wade. Désormais à la tête de l’organisation, sa fille, Roxie Creighton à la santé déclinante commet l’erreur de se rapprocher, le temps d’une nuit, d’Andréas. Et si le vampire permettait à Roxie de rester en vie? Et si Andréas pouvait mettre fin à son ennui éternel, l’appel du sang de Roxie le dépassant et alors que la jeune femme semble avoir un lieu avec les meurtres de sorcières et vampires, un solitaire les transformant en goules? J’ai encore une fois apprécié me replonger dans cet univers, le duo Roxie/Andréas fonctionnant très bien sous fond d’amour interdit et de caractères opposés! J’ai hâte de lire la suite.

  • (Romantasy) Le Royaume des Corbeaux, La maison aux cœurs exaltés d’Olivia Wildenstein (T2)

J’ai lu le tome 2 du Royaume des Corbeaux, La Maison aux cœurs exaltés (éd. Korrigan, janvier 2024, 557 pages), une romantasy se déroulant parmi les Faës, les métamorphes corbeaux, les humains et les sorcières de Sabbin. Ayant lu le premier tome en autoédition il y a plus d’un an et au vu des nombreux personnages, j’ai mis plusieurs pages avant de tous les resituer. Même si j’avais trouvé le début du premier tome lent, confus voire même un peu bâclé dans l’introduction des personnages et des enjeux, j’avaist malgré tout, poursuivi ma lecture et apprécié la fin du tome précédent, ainsi que la quête de Fallon qui avait accepté d’accomplir la prophétie lui demandant de retrouver des artefacts de corbeaux. La fin présageait d’en découvrir plus sur le peuple du ciel mené par Lore. Mais cela n’a pas été le cas. J’ai trouvé que ce tome intermédiaire n’avançait pas, trop focalisé sur l’immaturité de Fallon et son refus d’accepter le lien d’union avec Lore tout en étant jalouse autant que lui est possessif, la romance spicy prenant trop le pas sur les enjeux politiques, surtout que tout est du seul point de vue de Fallon. Je lirai toutefois le tome 3, La Maison aux promesses ardentes, qui vient de paraître lorsqu’il sera disponible à ma médiathèque.

Ma lecture en cours:

(Roman feel-good contemporain) Mamma Maria de Serena Guiliana

Dimanche, j’ai commencé à lire, en e-book, Mamma Maria de Serena Guiliana (éd. Cherche Midi, mars 2020, 224 pages),  un roman contemporain feel-good qui se déroule en Italie du Sud, alternant les points de vue entre Sofia chez elle et quittée Paris, après une rupture sentimentale dont elle ne semble pas remise et Maria qui tient le café d’un petit village côtier italien et qui va remettre en cause ses préjugés avec l’arrivée de migrants (une mère enceinte libyenne et son très jeune fils). Il y est ainsi question d’amitiés intergénérationnelles, de tranches de vie familiales, d’entraide, de racisme, de seconde chance, du statut des migrants… Pour le moment, je trouve ma lecture bien trop convenue et stéréotypée.

Throwback Thursday Livresque: Un tome 2

TTL n°268 chez Carole #Un tome 2

Ce jeudi 20 juin 2024, je participe au Throwback Thursday Livresque, un rendez-vous livresque initialement chez Bettie Rose Books et repris depuis par Carole, les liens étant à déposer chez My-Bo0ks. Le principe est de partager chaque jeudi un livre en fonction d’un thème donné. Cette semaine, le thème est « Un tome 2 ».

Comme la semaine dernière, ce thème offre de nombreuses possibilités. Mais avant de vous présenter mes choix, je rappellerai que le tome 2 a un rôle bien particulier, soit arrivant après un tome introductif et étant plus tourné vers l’action et les rebondissements ou en tant que second tome, il vient conclure un diptyque ou duologie. Parfois, il s’agit d’un tome de transition vers le tome suivant. J’ai  finalement choisi parmi des tomes 2 qui m’ont bien plu, encore plus que le tome 1:

  • (Romance historique) le tome 2 des Rebelles d’Oxford, La réputation perdue de Lord Ballentine d’Evie Dunmore (éd. J’ai lu, 2022, 574 pages), une romance historique se déroulant à Londres en 1880, Lady Lucinda ayant acquis l’une des principales maisons d’éditions de la ville afin de diffuser les revendications des suffragettes pour le droit de vote et plus largement des droits des femmes.
  • (Album jeunesse) le tome 2 des Chiens Pirates, Prisonniers des glaces! de Clémentine Mélois et Rudy Spiessert (éd. L’école des loisirs, 2020), un album jeunesse à partir de 6 ans, les chiens pirates partant à la découverte de l’Antarctique.
  • (Roman jeunesse fantasy) le tome 2 de Magic Charly, Bienvenue à Saint-Fouettard d’Audrey Alwett (éd. Gallimard Jeunesse, 2021, rééd. avril 2023, coll. Folio Junior, n°1685, 523 pages), un roman jeunesse fantasy à partir de 12 ans et avec une magnifique illustration de couverture de Stan Manoukian, Charly et Sapotille se retrouvant dans la sinistre institution Saint-Fouettard.
  • (Roman rétrofuturiste) le tome 2 de Démé-Ter, Les trois couronnes, Le Roi affranchi de Jo Colleen (éd. Autoédition, 2022, 407 pages), un roman rétrofuturiste mêlant steampunk, époque victorienne, réchauffement climatique et l’Antiquité avec les gladiateurs et se déroulant au XXIVe siècle, après la Régénèse qui a remodelé le monde en trois zones royales, l’intrigue se poursuivant vers un départ pour Démé-Nord.

Et vous, quel livre auriez-vous choisi pour cette thématique? La semaine prochaine, le thème sera: « Atypique ».

Point lecture hebdomadaire 2024 #24

En ce (presque) début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière, avec surtout des lectures anglaises puisqu’en juin, c’est le Mois Anglais 2024.

Nos lectures du 10 au 16 juin 2024:

Côté jeunesse, nous n’avons eu que des relectures avec mon mini lutin.

  • (BD jeunesse) Les Quatre de Baker Street, La Succession Moriarty de Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand d’après l’œuvre d’Arthur Conan Doyle (T5)

J’ai lu le tome 5  des Quatre de Baker Street, La Succession Moriarty de Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand d’après l’œuvre d’Arthur Conan Doyle (éd. Glénat, avril 2014, 56 pages), une BD jeunesse pour adolescents se déroulant à Londres, en 1891. Présumé mort, Sherlock Holmes revient dans le plus secret à Londres et demande de l’aide aux trois adolescents (sans oublier le chat Sherlock) afin de déjouer les machinations du trio ayant pris la succession de Moriarty, surtout que ces derniers ont enlevé un bébé. Mais le retour de Sherlock Holmes sera-t-il aussi bien accueilli par le Dr. Watson dont l’épouse est souffrante? Encore un bon voire très bon moment de lecture avec le retour de Sherlock Holmes aidé, une nouvelle fois, par les francs-tireurs! J’en reparle très vite.

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Le Journal de Mr Darcy d’Amanda Grange

J’ai lu, en e-book, Le Journal de Mr Darcy d’Amanda Grange (éd. Bragelonne, 2012, 398 pages), une austenerie parue pour la première fois en 2005 et qui reprend du point de vue de Fitzwilliam Darcy le roman originel d’Orgueil et Préjugés, en partant de quelques mois précédents sa rencontre avec Elizabeth Bennet, Darcy, lorsqu’il stoppe à temps la tentative de fuite de sa jeune sœur avec Wickham. Ce journal intime, bien qu’il soit du point de vue de Fitzwilliam Darcy n’apporte pas grand chose d’autant que j’ai trouvé que le jeune homme de 28 ans perdait de son charisme et que le style d’écriture n’avait pas le charme ni l’humour du texte originel. Cela m’a juste donné envie de relire le roman originel et d’enfin le chroniquer sur le blog.

  • (BD adulte/Roman graphique) Les Prizzlys de Jérémie Moreau

Repéré notamment chez L’Orouge, j’ai lu Les Prizzlys de Jérémie Moreau (éd. Delcourt, coll. Mirages, octobre 2022, 200 pages), un roman graphique dans lequel une fratrie orpheline parisienne se remet difficilement du décès de leur mère, Nathan, le plus âgé et le seul adulte tentant d’élever son frère et sa sœur plus jeunes en travaillant, nuit et jour, comme chauffeur Uber. Mais après un accident avec l’une de ses clientes, Annie, il accepte son invitation de venir avec elle en Alaska. Ce nouveau départ sera-t-il une seconde chance? Cela lui permettra-t-il de se retrouver lui qui est si perdu? Il y est ainsi question de réchauffement climatique, de quête d’identité, de la condition des autochtones d’Alaska, de l’être humain de demain, celui d’aujourd’hui étant perdu dans la technologie au détriment de la Nature, de mythe amérindien, de famille, de nature writing, de deuil… Mais j’ai trouvé que malgré des thèmes intéressants comme la perte de repère et d’identité, le tout était traité de façon un peu trop superficiel et caricatural avec ce retour à la spiritualité et à la Nature. Je n’ai pas été plus emballée que ça, même si j’ai trouvé jolies certaines planches.

  • (BD adulte/Roman graphique) Furieuse de Geoffroy Monde et Mathieu Burniat

Pensant à une version revisitée du Roi Arthur, j’ai emprunté à la médiathèque Furieuse de Geoffroy Monde et Mathieu Burniat (éd. Dargaud, octobre 2022, 240 pages) et ce fut une belle déception. Je n’ai pas apprécié ma lecture, que ce soit le graphisme ou l’intrigue bien trop caricaturale et manichéenne, tous les hommes étant mauvais dans un monde patriarcal impitoyable envers les femmes qui sont réduites à n’être que des épouses ou des prostituées. Pourtant, en s’enfuyant avec l’épée Excalibur, Ysabelle ne peut-être prétendre à un meilleur destin en tentant de retrouver sa sœur aînée, Maxine qui s’était elle-même enfuie 15 ans auparavant pour échapper elle-aussi à un mariage avec le baron en vertu d’un accord passé par son père, le Roi Arthur devenu alcoolique et dépressif depuis le décès de son épouse?

  • (Romance cosy mystery historique) Un meurtre absolument splendide de Julia Seales

Attirée par le titre et son résumé qui semblait non dénué d’humour so british, j’ai lu Un meurtre absolument splendide de Julia Seales (éd. du Masque, mai 2024, 388 pages), une romance cosy mystery historique se déroulant lors du bal annuel d’automne organisé chez les Ashbrook malgré le mauvais temps. Au cours de la soirée, l’invité d’honneur, Edmund Croaksworth est retrouvé empoisonné. Qui peut être le coupable? Ce meurtre est l’occasion pour Beatrice Steele, passionnée dans le plus grand secret d’enquêtes policières qu’elle lit et analyse dans le journal londonien, de démontrer ses talents tout en assistant l’inspecteur Drake, tombé en disgrâce mais qui agace autant qu’il attire la jeune lady. Cette enquête policière tient surtout à son ton décalé et loufoque dans une ambiance mélangeant Agatha Christie et Jane Austen. Un bon voire très bon moment de lecture! J’en reparle très vite.

  • (Romance historique) La photographe du maharadjah de Dinah Jefferies

J’ai lu, en e-book, pour une lecture commune pour juin des des Étapes Indiennes avec Hilde: La photographe du maharadjah de Dinah Jefferies (éd. Hauteville, avril 2023, 424 pages), une romance historique se déroulant en 1930, dans le Raj britannique. Veuve depuis, Eliza Fraser est engagée pour photographier pendant un an la famille princière du Rajputana, en Inde. Elle laisse derrière elle, en Angleterre, sa mère avec qui elle entretient une relation difficile, depuis le décès brutal de son père lorsqu’elle avait 10 ans. Elle fait très vite la connaissance de Jay, le prince cadet. Arrivera-t-elle à réaliser son rêve de faire de la photographie son métier?  L’histoire est bien très prévisible, les liens entre les personnages étant bien trop évidents, même si l’autrice le justifie par « le destin ». Il y avait pourtant des thèmes intéressants, comme le sati ou les rapports entre Britanniques et Indiens… J’en reparle également très vite.

Cette semaine c’était une Semaine à mille pages organisée par Le pingouin vert sur IG chaque mois tout au long de l’année 2024. Alors combien ai-je lu de pages cette semaine?  1.706 pages lues sans compter les livres jeunesse lus ou non avec mon mini lutin.

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑