Étiquette : Challenge Contes et Légendes 2021 (Page 1 of 15)

Nos lectures « La petite fille aux allumettes »

Pour la semaine 2 du challenge Il était 9 fois Noël, « Si Noël m’était conté », j’ai eu envie de relire différentes versions de La petite fille aux allumettes de Hans Christian Andersen, un conte poétique et terriblement triste paru pour la première fois en 1845.

  • (Recueil de contes) La petite fille aux allumettes dans Contes de Hans Christian Andersen

Je commence par relire le conte originel dans Contes de Hans Christian Andersen (éd. Le Livre de Poche, coll. Classique de Poche, n°16113, rééd. 2006, 4 pages). La veille du Nouvel An, une petite fille très pauvre n’a pas vendu une seule allumette. Pour éviter d’être frappée par son père, elle se réfugie dans un coin, entre deux maisons et tente de survivre à la nuit froide qui s’annonce en utilisant les invendus d’allumettes. A chaque fois qu’elle craque une allumette, elle s’imagine près d’un grand poêle de fer puis devant un bon repas puis devant un immense sapin puis enfin dans les bras de sa grand-mère aimante et décédée. Au matin, la petite fille est retrouvée morte de froid, le sourire aux lèvres, dans l’indifférence générale et l’anonymat.

La fin inéluctable de ce conte est cruellement réaliste, personne ne venant en aide à la petite fille qui ne peut trouver de réconfort éphémère qu’en elle-même et dans la mort. Elle ne peut compter ni sur sa propre famille maltraitante ni sur des passants indifférents ou égoïstes qui rentrent chez eux. Andersen dépeint un tableau bien sombre de l’Humanité tout en l’entourant d’une dimension religieuse qui apporterait une issue heureuse pour qui croit en Dieu (la triste et dure vie terrestre étant compensée par l’espoir d’une béatitude éternelle au Paradis).

  • (Album jeunesse) La petite fille aux allumettes illustré par Mayalen Goust, d’après Andersen

Je lis ensuite La petite fille aux allumettes illustré par Mayalen Goust, d’après Andersen (éd. Flammarion Jeunesse, Père Castor, 2005), un album jeunesse pour les 3/6 ans selon l’éditeur mais au vu de l’histoire qui reprend le texte originel, je dirai pour des enfants plus grands (je ne l’ai d’ailleurs pas encore lu à mon mini lutin). Les illustrations de Mayalen Goust apportent une douceur onirique qui contraste avec la dureté du texte, même si chaque fois que l’allumette s’éteint, l’instant enchanteur s’arrête pour replonger la petite fille dans le froid et la faim de la nuit. Une très jolie version!

  • (Album jeunesse) La petite fille aux allumettes de Natacha Godeau et George Ermos

Je lis également La petite fille aux allumettes de Natacha Godeau et George Ermos (éd. Auzou, coll. Les p’tits classiques, 2016), un album jeunesse pour les 3/6 ans selon l’éditeur. C’est une version adaptée du texte d’Andersen qui met l’accent sur la magie entourant le craquage des allumettes. Il n’est pas fait mention de la mort ni au fait qu’une fois l’allumette consumée, la petite fille est renvoyée à sa triste condition. Les illustrations rappellent une époque lointaine, celle où le conte originel a été écrit au milieu du XIXe siècle et mettent en opposition les conditions d’existence de la pauvre petite fille avec des habitants plus riches. Une version sans doute plus accessible aux plus petits même si je ne l’ai pas non plus lu à mon mini lutin!

Participation Challenge Il était 9 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Album jeunesse

Participation# Challenge Christmas Time 2021 de MyaRosa #Album jeunesse

Participation #67 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Conte de Noël

Challenge Petit Bac d’Enna #13 et #14 Catégorie Être humain: « Fille »

Participation #24 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie #Classique jeunesse

Au fil des pages avec Saint Nicolas cherche un cheval

Offert en cadeau au mini lutin l’année dernière, nous relisons Saint Nicolas cherche un cheval d’Ann Wauters et Ellen Surrey (éd. Blue in Green, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans et bilingue (néerlandais et français). A la grande surprise des lutins, le cheval de Saint Nicolas est une jumelle qui est sur le point de mettre bas. Elle n’est donc pas en état de faire la tournée de bonbons et de cadeaux cette année. Saint Nicolas envoie alors des lutins voyageurs chercher un cheval remplaçant à travers le monde. Trouveront-ils une nouvelle monture à temps?

Dans cette histoire aux illustrations colorées, on suit la recherche des lutins dans leur quête de trouver un nouveau cheval pour Saint Nicolas, un à Vienne, l’autre en Turquie, encore un autre sur la Lune… Un moment de lecture rigolo en ce jour de St-Nicolas, figure légendaire qui ressemble beaucoup au Père Noël surtout que dans cette histoire il est entourée de lutins!

Participation# Challenge Christmas Time 2021 de MyaRosa #St-Nicolas

Participation Challenge Il était 9 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Album jeunesse

Participation #66 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #St-Nicolas

Challenge Petit Bac d’Enna #13 Catégorie Animal: « Cheval »

challenge 2021 lire au féminin

Participation #72 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice belge et illustratrice américaine

Au fil des pages avec Tous les Noëls du monde

Nous lisons Tous les Noëls du monde, L’atlas des 5-8 ans d’Audrey Guiller (éd. Milan Jeunesse, 2011, rééd. 2014), un documentaire jeunesse à partir de 5 ans, chaque tradition étant illustré par des illustrateurs différents et qui nous permet de découvrir des Noëls à travers la planète avec pour point commun l’esprit de Noël.

A chaque double page, destination un pays et sa ou ses traditions associées comme par exemple au Groenland ou en Russie, que ce soit des plats typiques de Noël ou des festivités ou cérémonies religieuses. Nous ferions bien une halte dans chaque pays pour participer à chaque Noël comme casser des piñatas remplis de bonbons et de confettis à l’instar des enfants mexicains ou bien décorer nos maisons avec des lanternes de nacre en forme d’étoile comme aux Philippines… Un bien joli tour du monde illustré noëlesque! Toutefois, nous laissons volontiers les krampus en Autriche.

Participation Challenge Il était 9 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Les Noëls du monde

Participation Challenge Christmas Time 2021 de MyaRosa #Documentaire jeunesse

Participation #66 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Traditions de Noël

Participation #73 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine du monde noëlesque

Au fil des pages avec le tome 3 de La famille Vieillepierre

Nous lisons le tome 3 de La famille Vieillepierre, Le voyage de Kaï de Joe Todd-Stanton (éd. Sarbacane, 2020), une BD jeunesse à partir de 5/6 ans. Après les légendes islandaises dans le tome 1, Arthur et la corde magique et égyptiennes dans le tome 2, Lucie et l’énigme du Sphinx, cette fois-ci nous partons en Chine. Wen et sa fille Kaï sont appelés par les villageois d’un village attaqué par un monstre. Alors que Kaï pense qu’une grande aventure les attend, sa mère Wen les emmène dans une grande bibliothèque  pour trouver une solution dans les livres. La petite fille s’ennuie très vite jusqu’à ce qu’elle trouve un vieux parchemin contant les exploits du Roi des Singes. Serait-ce le début de l’aventure tant recherchée pour la jeune fille?

L’histoire de cette petite fille attachante, à la fois impatiente et intrépide comme peut l’être un jeune enfant est très joliment illustrée. Il y est question de transmission familiale, d’aventures, d’autonomie et de légendes chinoises avec Sun Wukong, le Roi des Singes. Les illustrations sont tout aussi colorées et dynamiques que dans les tomes précédents, notamment dans la relation mère/fille. Sans oublier une note gourmande avec les pêches magiques du palais de l’Empereur de Jade qui rendent immortel. Un très bon moment de lecture!

Participation #65 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Légende chinoise

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Voyage: « Voyage »

Participation #71 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #pêche magique

Au fil des pages avec Le réveil des sorcières

Au hasard des romans mis en avant à la médiathèque, j’avais lu début février 2021 Le réveil des sorcières de Stéphanie Janicot (éd. Albin Michel, 2020), un roman policier sous fond de sorcellerie sur les terres bretonnes, du côté de Brocéliande.

Alors qu’elle se rendait au petit matin, sur une route verglacée, auprès d’un vieux couple dont le mari était souffrant, Diane le Goff meurt, victime d’un accident de la circulation. Elle laisse derrière elle deux filles, Viviane âgée de 19 ans et Anne-Sophie surnommée Soann, une adolescente de 13 ans. Les deux sœurs font appel à l’amie d’enfance de leur mère décédée qui vient habiter avec elles. Cette amie – la narratrice – se remémore alors son amitié avec la défunte qu’elle n’avait pas revu depuis un certain temps, depuis son départ pour Paris pour être romancière. Comment faire son deuil?

L’autrice utilise le même procédé que Daphné du Maurier dans Rebecca, le prénom de la narratrice étant occultée contrairement à l’identité omniprésente de la défunte Diane et malgré les années passées et la distance, celle-ci est encore très marquée par la personnalité de son amie (pensant même être à l’origine de son décès après avoir écrit un début de roman sur la magie noire s’ouvrant sur un drame similaire).

L’ambiance des terres bretonnes apportent une dimension magique à une enquête plus classique pour déterminer si la mort de Diane était accidentelle ou criminelle. On retrouve dans ce roman des légendes celtes et arthuriennes, des secrets de famille et des non-dits qui rappellent des temps anciens où la figure de la guérisseuse pouvait être mal vue voire même condamnée pour sorcellerie. Il y est également question de deuil, de maternité, de relations parent/enfant, de transmission intergénérationnelle et aussi du pouvoir de l’écriture.

J’ai apprécié le personnage de Soann, la fille cadette de la défunte en quête de sens et d’identité, qui découvre qu’elle pourrait avoir le même don que sa mère et qui tente de gérer comme elle peut le deuil de sa mère en menant sa propre enquête, d’une façon différente de Viviane qui lui apparaît plus détachée, à vouloir jouer la grande avec son petit ami. Un bon moment de lecture qui me donne surtout envie de me replonger dans les légendes et mystères de Brocéliande!

Pour un autre avis sur ce roman: Fondant qui a bien plus apprécié que moi.

Participation #23 au Challenge Halloween 2021 de Hilde et Lou #Sorcière guérisseuse

Participation #68 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice française

Challenge Petit Bac d’Enna #13 Catégorie Objet: « Réveil »

Participation #64 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Légendes celtes et arthuriennes

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑