Étiquette : lectures d'Halloween (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec Il n’y a pas de dragon dans cette histoire

Nous empruntons à la médiathèque Il n’y a pas de dragon dans cette histoire de Lou Carter et Deborah Allwright (éd. Circonflexe, 2018), un album jeunesse à partir de 4 ans et qui a été Lauréat du 31ème Prix des Incos en 2020 dans la sélection CE1.  Un dragon en a assez d’être le méchant de son histoire et voudrait en être le héros. Il s’en va alors à la recherche d’un personnage de contes à sauver. Mais aucun n’accepte son aide au motif qu’il n’y a pas de dragon dans son histoire, que ce soit Boucle d’Or ou les trois petits cochons par exemple. Mais lorsque le dragon tente d’aider Jacques (et le haricot magique), il se fait attraper par l’ogre et tout dérape. Pourra-t-il finalement être le héros de son histoire?

L’histoire est originale et très drôle tant dans son texte – le narrateur interpelant le jeune lecteur – que dans sa mise en page avec des illustrations très colorées, dynamiques et avec des personnages très expressifs. Jouant avec son titre d’album, il y a pourtant bien un dragon dans cette histoire, un dragon qui se révèle très attachant dans sa quête de faire le bien autour de lui, faisant fi de sa nature de méchant et de ses doutes. Voir le dragon passer de conte en conte nous rappelle d’ailleurs Glouton, Le croqueur de livres d’Emma Yarlett et la mise en abîme – le dragon lisant tout en la changeant sa propre histoire – Une fois encore d’Emily Gravett. Il y est question d’aventure, de transcender sa condition, de confiance en soi et d’entraide.  Il est aussi amusant pour le lecteur de rechercher les nombreuses références aux contes traditionnels dont certaines ne sont pas évidentes, comme le conte tiré de la « vraie fin » de l’histoire (et dont je reparlerai très prochainement). Coup de cœur pour cet album jeunesse que je choisis pour le samedi « Albums » du 24 octobre 2020 du Challenge Halloween!

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Ogre

Participation #53 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Au pays des Ogres

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Amour et relations amoureuses: « Histoire »

Au fil des pages avec Patou la mêle-tout

Nous empruntons à la médiathèque Patou la mêle-tout de Lieve Baeten (éd. Mijade, 1990, rééd. 2004), un album jeunesse à partir de 3 ans. Lors d’une nuit de pleine lune, Patou, une petite sorcière en herbe s’approche d’une maison éclairée et, trop curieuse, tombe dans le grenier en cassant son balai. Elle descend alors tous les étages de la maison jusqu’à la cave, rencontrant à chaque étage une sorcière. Une d’entre elles pourra-t-elle l’aider à réparer son balai magique?

Un chouette moment de lecture avec cette nouvelle histoire rigolote en attendant Halloween avec ces gentilles sorcières et en particulier la sorcière cuisinière! Les illustrations sont remplies de détails et les sorcières très expressives.

Pour prolonger la lecture, je trouve de nombreuses activités sur des blogs pour le niveau maternelle comme Materalbum ou La Maternelle d’Isabelle. En effet, il y a de nombreuses pistes d’exploitation pédagogique avec les quatre sorcières confirmées (musicienne, cuisinière, dormeuse et bricoleuse). Nous nous amusons par exemple à associer à chaque sorcière leurs objets. Puis en graphisme, nous faisons du découpage et du collage en alternant pour le fond bleu bande claire et bande foncée. Nous y collons un rond jaune pour la lune et Patou sur son balai avec son chat que nous colorions. Nous finissons en écrivant Patou en lettres majuscules et en posant des gommettes d’étoiles argentées.

Logo, Challenge Halloween 2020, sorcières

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Sorcière

Participation #15 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Animal: « Patou »

Au fil des pages avec Le Petit Poucet

J’emprunte à la médiathèque Le Petit Poucet de Charles Perrault et Jean-Marc Rochette (éd. Casterman, 2001), un album jeunesse à partir de 6 ans. Dernier né d’une fratrie de sept enfants d’un couple fort pauvre de bûcherons, le Petit Poucet est certes le plus chétif et souffre-douleurs de ses frères mais il se révèle aussi et surtout le plus rusé et espiègle. Arrivera-t-il à déjouer le plan de leurs parents de les abandonner dans la forêt?

Il s’agit d’une très jolie version illustrée du conte et qui reprend presque intégralement le texte original et sombre de Charles Perrault paru dans Les Contes de ma mère l’Oye en 1697, avec deux fins possibles et une morale finale. On y retrouve le Petit Poucet, les cailloux blancs, les miettes de pain et sa redoutable rencontre avec l’ogre et ses bottes de sept lieues. J’ai beaucoup apprécié les illustrations à la fois sombre et poétique, à l’image du texte. Le Petit Poucet est un petit garçon curieux, observateur et malin qui réussit à ne pas mourir de faim et à ne pas être dévoré par l’ogre contre toute attente, malgré sa condition.

Challenge Halloween de Hilde et Lou

Participation #52 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Au pays des Ogres

année

Participation #12 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine

Au fil des pages avec Verte

Pour le mercredi BD du Challenge Halloween du 21 octobre 2020, c’est une lecture commune avec Hilde et Blandine avec Verte, l’adaptation de son roman éponyme.

Lors du RAT gourmand d’Halloween, j’ai commencé par Verte de Marie Desplechin (éd. L’école des loisirs, 1996, rééd. 2003), un roman jeunesse à partir de 9 ans. Verte est une jeune fille de 11 ans qui rêve de normalité auprès de ses amis, d’amourette avec Soufi – qui n’est pas non plus insensible et qui ne cesse de lui dire qu’elle lui fait penser à quelqu’un – et d’en savoir plus sur son père qu’elle n’a jamais connu. Mais sa mère, Ursule désespère que Verte n’ait pas encore développé ses capacités de sorcière et s’en plaint régulièrement, dans des échanges tendus au téléphone, avec sa propre mère, Anastabotte. Il est alors décidé qu’Anastabotte initierait Verte tous les mercredis à la sorcellerie. Mais dès le premier mercredi, tout ne se passe pas comme prévu, Anastabotte invitant Soufi pour le goûter.

L’histoire plaisante et rigolote aborde, derrière un fond fantastique et magique, des thèmes qui peuvent interroger de jeunes lecteurs pré-adolescents ou adolescents comme les relations parent-enfant, quête et/ou acceptation de soi, affirmation de personnalité, amitié, premiers émois amoureux… L’originalité de l’écriture tient dans sa construction en roman choral, chaque chapitre étant dédié à un personnage de l’histoire et à son point de vue, sans que cela soit redondant mais valorisant les attentes des uns et des autres (par exemple s’agissant de la famille monoparentale: difficulté d’être mère célibataire, recherche du père inconnu et secrets de famille). La fin de l’histoire peut même se suffire à elle-même. Mais j’enchaîne avec les tomes suivants, Pome et Mauve et son adaptation en BD jeunesse. Un très bon moment de lecture en compagnie de Verte, de sa famille et de ses amis, avec une préférence pour le roman.

Puis je lis son adaptation en BD jeunesse, Verte de Marie Desplechin et Magali Le Huche (éd. Rue de Sèvres, 2017). L’histoire est fidèle au roman même si je ne retrouve pas cette écriture chorale, la BD retraçant l’intrigue sous le seul point de vue de Verte.

Même si les personnages sont différents de ce que j’avais imaginé, surtout la grand-mère (où sont passés sa tenue extravagante et son rouge à lèvres bien voyant?), j’ai bien apprécié la version BD d’Ursule tellement impatiente de voir sa fille devenir sorcière.

Pour d’autres avis sur le roman jeunesse: Blandine et sur la BD jeunesse: Hilde et Blandine.

Logo, Challenge Halloween 2020, sorcières

Challenge Halloween de Hilde et Lou #BD Jeunesse-Sorcière

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégories Prénom et Couleur: « Verte »

Participation #14 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Notre sélection « Fantômes » pour le Challenge Halloween

Pour le Challenge Halloween 2020, je continue mes sélections suivant les créatures halloweenesques que nous pouvons croiser. Après les sorcières et les ogres, voici notre sélection « Fantômes ».

Des albums jeunesse:

  • Oscar le fantôme d’André Bouchard (éd. Saltimbanque, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans selon l’éditeur mais, selon moi, plus pour les 6-9 ans. Oscar, un fantôme hantant le château de Canterbourg se retrouve propulser par mégarde dans notre monde moderne.
  • Le Fantôme de l’Opéra de Fabrice Boulanger, d’après  Gaston Leroux (éd. de la Bagnole, 2015), un album jeunesse pour les 6-9 ans.
  • Merci Fantôminus! de Brigitte Weninger et Ève Tharlet (éd. Minedition, 2008), un album jeunesse à partir de 3 ans. Léonie est une petite fille qui a peur de trois grands fantômes qui viennent hanter ses nuits. Heureusement, elle se lie d’amitié avec un plus petit fantôme, Fantôminus.
  • Une maison à hanter de Morgane de Cadier et Florian Pigé (éd. Balivernes, 2016), un album jeunesse à partir de 3 ans. Petit Fantôme, du haut de ses mille ans, est en quête d’une maison à hanter. En se liant d’amitié avec Nathan, un petit garçon d’une des maisons qu’il tente de hanter, arrivera-t-il à ses fins?
  • Le train fantôme de Didier Lévy et Pierre Vaquez (éd. Sarbacane, 2019), un album jeunesse à partir de 7 ans selon l’éditeur. Lina, une petite fille de 8 ans, part à la recherche de son frère aîné qui vient de fuguer. Le trouvera-t-elle dans l’ancienne fête foraine abandonnée où il a l’habitude d’aller?
  • Les Fantômes ne frappent pas à la porte d’Eulalia Canal et Rocio Bonilla (éd. Père Fouettard, 2020), un album jeunesse à partir de 5 ans selon l’éditeur voire même avant. Pour conservé exclusivité de son amitié avec Ours, Marmotte fait croire à Canard qu’ils sont des fantômes.
  • Les fantômes Zen de Jon J. Muth (éd. Fei, 2016), un album jeunesse à partir de 5 ans

Des BD jeunesse:

  • le tome 7 d’Ana Ana, On n’a pas peur du noir! d’Alexis Dormal et Dominique Roques (éd. Dargaud, 2016), une bande dessinée au format à l’italienne pour les 3-6 ans, et même avant. Un étrange et inquiétant fantôme oreiller réveille Ana Ana et ses doudous en pleine nuit. Mais les fantômes existent-ils?

Des romans jeunesse:

  • Le fantôme de Canterville et autres nouvelles d’Oscar Wilde (éd. Le Livre de Poche Jeunesse, 2011), une nouvelle à partir de 9 ans. Le fantôme de Sir Simon de Canterville hante depuis plusieurs siècles un manoir récemment acheté par la Famille Otis, des Américains venus s’installer au Domaine de Canterville Chase, en Angleterre et qui ne semble pas avoir peur de lui.
  • La fiancée du fantôme de Malika Ferdjoukh (éd. L’école des loisirs, 2013), un roman jeunesse à partir de 6 ou 7 ans. Horace, un jeune garçon de 9 ans s’installe dans une vieille demeure de Forest Lodge, en Écosse avec sa famille et notamment sa cousine Olivia. Dès leur arrivée, en pleine nuit, toute la famille découvre que le fantôme de Lord Aloysius Mac Bligh hante les lieux, ce dernier s’étant suicidé par amour pour Lady Livia.
  • Lili Goth et la souris fantôme de Chris Riddell (éd. Milan, 2014), un roman jeunesse à partir de 11 ans. Au Manoir des Frissons frissonnants, la jeune Lili Goth se lie d’amitié avec Ismaël, une souris fantôme et tente avec elle de déjouer un sombre mystère.

Pour d’autres idées-lecture autour des sorcières: FondantGrignote.

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Fantôme

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑